dimanche 31 mai 2020

Syriera bien qui rira le dernier

Ce ne sera pas encore pour cette fois... Dans notre dernier billet, nous avons fait un sort à la rumeur du divorce syro-russe, maintes fois annoncé en fanfare par la MSN impériale depuis 2015, presque autant que la destruction du désormais légendaire "dernier hôpital d'Alep". Le manège était bien huilé : démolie par les faits, l'intox était mise de côté pendant quelques temps avant de ressortir de plus belle par les plumitifs en mal de sensation.


Eric Zuesse – How Syria Defeated the 2012-2019 Invasion by U.S. ...
Le dernier caquètement en date a été démonté par une remarquable analyse du National Interest. Contrairement aux éléments de langage distillés par les CNN & Co, l'approche russe est on ne peut plus logique : après avoir gagné militairement, il s'agit de remettre la Syrie sur pied, d'en faire un État stable, apaisé et économiquement viable. Un pays où les milices rentrent dans le rang (ce qui peut certes conduire parfois à quelques bisbilles avec l'Iran), où les profiteurs de guerre et autres oligarques ne se constituent pas des fiefs. C'est là qu'entre en scène Rami Makhlouf...

Cousin d'Assad et businessman richissime, il a, dès le début du conflit, été partisan de la ligne dure. Finançant des milices loyalistes sur ses propres fonds, il n'en continuait pas moins à faire des affaires, profitant de sa position unique au sein du système. Jusqu'à ce que, en avril dernier, le gouvernement ne l'accuse d'évasion fiscale et ne saisisse une partie de sa fortune.

Loin d'être l'homme de Moscou, comme le serinent sans rire les médias américains qui voudraient voir dans sa récente disgrâce la preuve d'une rupture syro-russe, Makhlouf représente au contraire tout ce que le Kremlin déteste dans la nouvelle Syrie à reconstruire : un État dans l’État corrompu, reposant sur des pratiques mafieuses, et des milices échappant à tout contrôle gouvernemental. Une sorte de Nicolas Fouquet ou de Khodorkovski à la sauce syrienne...

Ce n'est pas un hasard si nous citons l'ancien PDG de Youkos. Il semble en effet que Poutine fasse de l'élimination des hauts pontes frauduleux de Damas une affaire presque personnelle, qui n'est pas sans rappeler sa propre mise au pas des oligarques lors de son arrivée au pouvoir il y a vingt ans. Dans cette croisade, il a d'ailleurs l'entier soutien de la femme et de la sœur d'Assad, scandalisées par l'étalage provocant des richesses de la famille Makhlouf alors que la majorité de la population tente difficilement de joindre les deux bouts après une décennie de destructions.

La chute du tycoon ne représente donc pas une quelconque friction entre Assad et les Russes ; elle symbolise au contraire le ralliement du premier à l'ambitieux projet d'après-guerre des seconds.

Ils sont d'ailleurs tellement peu en désaccord que l'ours est sur le point d'ouvrir de nouvelles bases en Syrie, en sus de celles de Tartous et de Hmeimim. Quant à Assad, il vient non seulement de recevoir des hélicoptères et des blindés, comme nous l'indiquions dans le dernier billet, mais également des MiG 29 modernisés [1]. De quoi faire quelques jolies acrobaties et peut-être plus...

A Idlib, nous en étions restés au cessez-le-feu début mars :

Ironie du sort ou pique du Kremlin à l'égard du sultan, c'est à l'ombre de la statue de Catherine II que s'est déroulée la rencontre entre Poutine et Erdogan. Quand on sait que la tsarine de toutes les Russies a, en son temps, mis une fessée à l'empire ottoman, la coïncidence est parlante...

Ainsi donc, Moscou et Ankara ont fini par signer un cessez-le-feu mettant fin (temporairement ?) aux hostilités à Idlib. Puisque les Russes ont décidé, il y a un mois, de ne pas s'opposer frontalement aux Turcs qui envahissaient le territoire syrien en envoyant convoi sur convoi, la cessation des hostilités était la conséquence logique de toute l'affaire.

Si le cessez-le-feu en soi peut être vu comme un revers pour Damas dans sa volonté de remettre la main sur toute la Syrie, ses clauses sont par contre une défaite cinglante pour le sultan. Les récentes conquêtes loyalistes sont entérinées et les demandes d'Ankara de revenir aux limites de Sochi sont balayées d'un revers de main, tout comme le fait d'établir une zone d'exclusion aérienne.

Plus intéressant encore, la M4 est neutralisée, des patrouilles russo-turques y sont prévues et une ceinture de 12 km (6 au nord, 6 au sud) est censée la protéger.




Or cette route passe en plein milieu de l'Idlibistan. Le sort de la zone barbue (1) au sud de la M4 est inconnu mais, si la voie est réellement sécurisée, les modérément modérés se trouveront coupés de leurs arrières. Dès lors, une évacuation n'est pas impossible, ce qui ferait gagner aux loyalistes une portion significative de territoire sans combattre.

Deuxième point intéressant, dont personne ne parle : quid de Jisr al-Choghour ? Cette place-forte djihadiste (2), perdue par le gouvernement en 2015, se trouve sur la M4 et est donc comprise dans le cordon de sécurité. Peut-on décemment imaginer que les milices qui la tiennent désarmeront ? Toujours est-il que, dans le cas où cet accord serait réellement mis en place, la vision de soldats russes patrouillant au milieu des regards acérés des djihadistes tchétchènes ou turkmènes vaudrait son pesant d'or.

Depuis, mis à part une attaque surprise meurtrière d'un groupe djihadiste contre les loyalistes et quelques attentats des barbus contre leur futurs ex-bienfaiteurs turcs (dernier en date il y a trois jours qui a coûté la vie à un soldat), c'est le statuquo, encore renforcé par la crise pandémique mondiale. Des patrouilles russo-turques sur la M4 ont bien lieu mais elles restent partielles et n'arrivent qu'à mi-route ; Jisr al-Choghour semble encore à des années-lumière.

L'ours a-t-il ouvert un œil pour rappeler au sultan ses engagements ? Il se pourrait en effet que la situation se réchauffe quelque peu à Idlib si l'on en croit le large déploiement de troupes loyalistes près de la ligne de front. Déjà, le mois dernier, des pilotes russes et syriens avaient effectué des vols d'entraînement conjoints de plus de douze heures non-stop. En préparation d'une opération à venir ? Depuis, il y a eu cet énorme arrivage de matériel pour l'armée syrienne. A suivre...

-------------------------------------------------------
Rapport spécial: la Russie va étendre sa présence en Syrie pour contrôler la Méditerranée orientale
Poutine autorise des pourparlers avec la Syrie pour reprendre des installations supplémentaires
Vendredi, le président russe Vladimir Poutine a signé un ordre enjoignant au ministère russe de la Défense, avec la participation du ministère des Affaires étrangères, de s'entretenir avec la Syrie sur le transfert de la propriété de plus de biens immobiliers et des eaux territoriales syriennes aux forces militaires russes, comme dans le cadre de l'accord entre les deux pays pour déployer le groupe russe al-Qudhafi en Syrie.
L'ordonnance présidentielle a été publiée ce 30 Mai sur le site officiel d'informations juridiques du gouvernement russe.
Le document déclare: "Nous soutenons l'adoption de l'offre présentée par le gouvernement de la Fédération de Russie concernant la signature du procès-verbal n ° 1, annexé à l'accord signé le 26 août 2015 entre la Fédération de Russie et la République arabe syrienne sur la caractéristique officielle du groupe judiciaire des forces armées russes sur le territoire de la République arabe syrienne, Et qui prévoit le transfert de propriété de plus de biens immobiliers et d'eau. "
L'ordonnance présidentielle a également déclaré: "Nous chargeons le ministère russe de la Défense de s'entretenir avec la partie syrienne avec la participation du ministère russe des Affaires étrangères et, lors de la conclusion d'un accord, de signer le procès-verbal pertinent au nom de la Fédération de Russie, et nous acceptons les amendements convenus par le gouvernement de la Fédération de Russie au projet de document, à condition qu'il ne touche pas à ses principes de base."
Or, la Russie a une base aérienne en Syrie, «Hmeimim», et une base navale dans le port de Tartous. Ces deux bases sont protégées par des systèmes de défense aérienne à courte portée «Pantsir-S et tor-M2», ainsi que par le système Triumph à longue portée «S - 400».
Dans ce contexte, le vice-président du comité de la Douma d'État pour la défense, Yuri Schwetkin, a estimé que l'expansion prévue des bases militaires russes en Syrie "renforcera leurs fonctions et leur sécurité".
Schwetkin a déclaré: «Tartous avait  une fonction quelque peu limitée. nous sommes censés en faire une base navale assez complète, qui aura des fonctions de service plus larges, y compris pour des navires en Méditerranée, et elle effectuera leurs réparations  si nécessaire...  "
Concernant la base de Hmeimim, le député russe a indiqué qu'il avait eu l'occasion de la visiter, expliquant: «les aéroports civils et militaires sont maintenant en contact très étroit… Bien sûr, il faut les séparer.»
Selon Schwetkin, "Dans les prochaines étapes, il est nécessaire d'assurer la sécurité du personnel et des équipements présents sur la base de Hmeimim."
Schwetkin a commenté les discussions à venir avec la Syrie sur le transfert de la propriété de plus de biens immobiliers et des eaux territoriales syriennes aux forces militaires russes dans le cadre de l'accord entre les deux pays : «L'expansion nous permettra de plus résoudre efficacement les tâches assignées à nos groupes en Syrie et, bien sûr, sécuriser les individus et les véhicules blindés présents dans cette base. "
Les Russes ont l'intention d'installer des stations d'alarme précoce dans les montagnes entourant la région côtière, de construire une nouvelle base à Ras Al Basite et d'étendre leur présence militaire en prenant le contrôle du port de Lattaquié et en annexant des domaines et des eaux territoriales supplémentaires.
-------------------------------------------------------
NOTES

[1] Les nouveaux avions de chasse “améliorés” avaient été remis à l'armée de l’air syrienne lors d'une cérémonie officielle à la base aérienne russe de Hmeimim. Il s’agit d’avions de combat,  plus efficaces que leur génération précédente”, dit l’agence qui sans en expliquer le nombre exact, affirme que les appareils entreraient au service dès le premier juin. Il va sans dire que de superbes avions comme des MiG-29 que les Américains prétendaient il n’y a pas si longtemps en avoir repérés à l’ouest de la Libye dans la base d’al-Jufra, renforceraient les capacités de l’aviation syrienne qui tout raison garder ne peut ne pas finir par s’en prendre à l’armée turque et à l’OTAN. Surtout que ces 20 MiG-29 tous de type MiG-29SMTou MiG-29M seraient équipés de missiles air-air au-delà de la portée visuelle (BVRAAM) et de munitions air-surface à guidage de précision ainsi que de systèmes de brouillage actifs.

Cela veut dire très clairement que la Syrie et la Russie n’écartent plus le risque des combats aériens dans le ciel du pays vu que les Américains cumulent des signaux comme quoi ils n’auraient toujours pas, au bout de quatre ans d’efforts croissants, cessé d’espérer neutraliser un jour la DCA syrienne et les S 400 russe déployés en soutien à celle-c au dessus de la Syrie occidentale. 
Ceci étant les Américains voire les Israéliens commencent à émettre des signes d'essoufflement et la décision russe d'étendre la base de Hmemim pour visiblement y mieux loger "les unités balistiques iraniennes" ne pourrait qu'accélérer cette marche arrière.   
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.