dimanche 31 mai 2020

USA. Le Congrès s'apprête à passer dans la loi une longue liste de souhaits israéliens


Le Congrès devrait adopter son projet de loi le plus ambitieux concernant Israël au détriment de la santé publique du peuple américain.

Avec l'adoption par la Commission sénatoriale des relations étrangères de la loi américaine 2020 sur l'autorisation de l'assistance en matière de sécurité d’Israël par les États-Unis la semaine dernière, le Congrès actuel est maintenant prêt à promulguer avec peu de transparence son projet de loi le plus ambitieux concernant Israël au plus fort de la crise de santé publique nationale et de son urgence.

 
Selon Lara Friedman, présidente de la Fondation pour la paix au Moyen-Orient (FMEP), le vote de la commission a eu lieu "sans même se préoccuper d'un prétexte de débat public" et a été particulièrement flagrant parce que la commission a voté sur une toute nouvelle version du projet de loi qui "N'a été rendu public que longtemps après la fin de l'audience."
L’opacité du vote de la commission sur le projet de loi est encore plus choquante compte tenu de son importance.
Apparemment, l'objectif principal du projet de loi, S.3176, est de codifier dans la loi les niveaux d'aide militaire et de financement pour la défense antimissile convenus par les États-Unis et Israël dans un protocole d'accord de 2016 (MOU).
Ce protocole d'accord, promettant un record de 38 milliards de dollars pour Israël entre 2019 et 2028, a solidifié l'héritage du président Obama en tant que président le plus dépensier pour Israël. [1]
Cependant, un engagement présidentiel d'armes à Israël n'entraîne pas automatiquement leur livraison. Selon la constitution, le Congrès adopte les projets de loi de dépenses, et les fonds doivent d'abord être autorisés, puis affectés avant de pouvoir être engagés et dépensés par le président.
S'il est adopté, l'article 3176 autoriserait le Congrès à affecter des fonds pour les exercices budgétaires restants du PE. Cependant, si tel était le seul objectif du projet de loi, il s'agirait simplement d'un acte de règle sans conséquence, car il est inconcevable que le Congrès ne s'approprie pas les fonds comme prévu chaque année.
Au lieu de cela, le véritable objectif du projet de loi est d'augmenter potentiellement l'aide militaire à Israël encore plus et de renforcer les relations américano-israéliennes dans divers domaines militaires et économiques.
Selon le protocole d'accord, 3,3 milliards de dollars par an en financement militaire étranger (FMF) et 500 millions de dollars en défense antimissile étaient censés avoir constitué un plafond très généreux pour l'aide américaine. Les deux parties se sont engagées à «respecter les niveaux FMF spécifiés dans le présent protocole d'entente et à ne pas chercher à modifier les niveaux FMF pendant la durée de cet accord».
S.3176 autoriserait 3,3 milliards de dollars par an en FMF non pas comme plafond, comme négocié par l'administration Obama, mais comme plancher. Le projet de loi cherche à le faire subrepticement en modifiant l'autorisation légale existante pour l'aide militaire à Israël en remplaçant un montant "égal à" par "pas moins de" 3,3 milliards de dollars par an.
En d'autres termes, si ce projet de loi devenait loi, Israël pourrait recevoir encore plus d’argent, plus d'armes, aux frais des contribuables américains que ce qui était prévu dans le protocole d'accord d'Obama.
Cependant, c'est loin d'être le seul aspect problématique du projet de loi. Il comprend également une longue liste de souhaits israéliens et du lobby juif AIPAC réclamant d'autres avantages des États-Unis. Surtout, le projet de loi prolongerait de cinq ans l'autorisation du Congrès pour le Pentagone de stocker des armes américaines en Israël.
Théoriquement, ces armes américaines sont prépositionnées en Israël pour être utilisées dans un déploiement américain rapide dans la région. En réalité, cette autorité souvent négligée permet à Israël d'accéder à certaines armes américaines en urgence sans surveillance du Congrès, comme Israël l'a fait dans son attaque de 2014 contre la bande de Gaza et sa guerre de 2006 contre le Liban, ce qui rend les États-Unis encore plus complices de les crimes de la guerre israéliens.
David Schenker, qui est sous-secrétaire d'État aux Affaires du Proche-Orient dans l'administration Trump, et qui a précédemment travaillé pour le think tank affilié à l'AIPAC, le Washington Institute for Near East Policy, a souligné l'importance de ce stock dans un article de Politico.
Le stock d'armes est une «aubaine stratégique pour Israël. Le processus est simplifié: aucune notification de 60 jours au Congrès n'est requise, et il n'y a pas d'attente de livraison », a écrit Schenker. Il "est destiné à répondre principalement aux contingences militaires israéliennes et non américaines".
Le projet de loi autoriserait également Israël à accéder à des munitions à guidage de précision à partir des réserves américaines, et exprime également un vague sentiment non contraignant du Congrès selon lequel les États-Unis devraient «aider» des alliés tels qu'Israël qui sont «soumis à une menace directe de missile».
Dans le domaine économique, le projet de loi autoriserait également des dépenses pour un mélange de goodies et de projets bilatéraux destinés à renforcer les relations américano-israéliennes. Il s'agit notamment d'une prolongation de deux ans de l'autorisation pour Israël d'accéder aux garanties de prêts des États-Unis, une forme indirecte d'aide qui permet à Israël d'emprunter de l'argent au niveau international à un taux d'intérêt plus bas que ce ne serait le cas sans que les États-Unis ne garantissent les prêts. .
Le projet de loi autoriserait également 2 millions de dollars par an pendant cinq ans pour l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et Israël pour «faire avancer les objectifs de développement communs dans les pays tiers dans une grande variété de secteurs, y compris l'énergie, l'agriculture, la sécurité alimentaire, la démocratie, les droits de l'homme, la gouvernance, la croissance économique, le commerce, l'éducation, l'environnement, la santé mondiale, l'eau et l'assainissement. »
L'idée que l'USAID et Israël s'associent pour exporter leurs connaissances sur ces questions est à la limite farfelue, car l’apartheid d'Israël vis-à-vis des Palestiniens et des Noirs le disqualifie de la modélisation de la démocratie, des droits de l'homme ou de la gouvernance, et sa délibération. Le développement de l'économie palestinienne, notamment par le biais de son blocus illégal de la bande de Gaza, a poussé les Palestiniens au bord d'une catastrophe humanitaire en rendant de nombreuses personnes en situation d'insécurité alimentaire et en restreignant gravement l'accès des Palestiniens à la santé, à l'eau et à l'assainissement.
Bombshell Audio Leak - Powerful Zionist Groups Hold Meeting, Plot Latest Strategy to Deprive Americans of Free Speech (Audio)
Le projet de loi autorise également l'USAID à mettre en place des programmes pour normaliser les relations économiques d'Israël au Moyen-Orient dans les domaines mentionnés ci-dessus, bien qu'aucun montant spécifique en dollars ne soit autorisé pour ces projets. Cette normalisation se produirait grâce au financement américain de projets conjoints entre au moins une entité en Israël et au moins un «partenaire régional» non spécifié.
Enfin, le projet de loi encouragerait ou autoriserait dix projets de collaboration supplémentaires entre les agences de la branche exécutive, telles que la Food and Drug Administration, le Department of Energy, la NASA et Israël. Pour un aperçu de ces projets, voir l'excellent explicateur de Lara Friedman dans FMEP’s legislative round-up (le tour d'horizon législatif du FMEP).
Le projet de loi est maintenant prêt à être soumis au Sénat pour un vote, ce qui ne manquera pas de se produire suffisamment de temps pour que les sénateurs en parlent dans leurs campagnes de réélection. S'il est adopté, le Sénat devra alors concilier sa version du projet de loi avec une version similaire, mais encore plus extrême, adoptée par la Chambre en juillet 2019 par vote vocal.
Le projet de loi de la Chambre, défendu par le représentant Ted Deutch (D-FL), créerait une faille dans la loi sur le contrôle des exportations d'armes (AECA) qui permettrait à Israël de se libérer de la surveillance du Congrès et des restrictions sur l'utilisation des armes américaines stipulées dans cette loi.
Selon le texte de cette version, si "Israël est sous une menace d'attaque militaire existante ou imminente", alors le président pourrait renoncer à l'AECA et "ordonner le transfert immédiat vers Israël de ces articles ou services de défense qu'il juge nécessaires pour aider Israël »en quantité illimitée.
La version finale du projet de loi, qui passera certainement avec un soutien bipartisan écrasant, donnera donc à Israël et à l'AIPAC tout ce qu'ils veulent, sans aucune condition.

SOURCECongress is poised to pass far-reaching Israeli wish list

Congress is set to pass its most far-reaching bill related to Israel at the height of a national public health emergency.
--------------------------------------
[1] On sait que D. Trump est raciste et ne s’en cache pas. Les émeutes actuelles aux  USA le démontrent si besoin est. Mais le plus choquant est qu’Obama et le Congrès sont tous aussi racistes envers les Noirs africains (juifs et non juifs) qu’Israël considère comme des sous-hommes indignes d’Israël. Apparemment, Hussein Obama oublie son origine africaine pas très lointaine, et préfère lécher le cul des juifs. 
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.