samedi 20 mars 2021

Le musée du peuple juif de Tel-Aviv célèbre comme des héros les meurtriers, les espions et les criminels

Présenter des communistes à glacer le sang, des capitalistes avides et véreux, le brutalisme, le relativisme moral et l'espionnage comme des expressions de la judéité est considéré comme antisémite lorsqu'un Gentil le fait. Mais le "Musée du Peuple Juif" nouvellement rouvert en Israël considère ce qui précède comme des expressions inspirantes de l'identité raciale juive.

AUN, l'acronyme du musée en hébreu, a récemment investi 100 millions de dollars pour tripler la taille de ses expositions. Le gouvernement israélien voit l'institution comme une capsule temporelle de 4000 ans de réalisations juives, une entreprise qui, selon lui, renforcera l'identité raciale des Israéliens et des juifs de la diaspora en visite.

 

L'une de ses expositions permanentes s'intitule «Héros - pionniers du peuple juif». Certaines des figures célébrées dans l'exposition sont de niveau standard pour un musée du patrimoine national, comme des artistes célèbres, les premiers fondateurs d'Israël, des poètes, des prophètes et des scientifiques.  Mais il y a aussi beaucoup de personnages historiques loués par les Juifs qui ne sont connus que pour leur brutalité, leur tromperie et leur effet socialement corrosif dans les pays occidentaux.

Léon Trotski, classé par AUN comme juif héroïque, était un assassin de premier plan dans la révolution bolchevique [1]. Bon nombre des pratiques barbares attribuées à Joseph Staline [2], comme placer des opposants politiques dans les goulags, ont été mises au point par Trotski.

En 1918, Trotski a élaboré un plan d'utilisation des camps de prisonniers de guerre qui abritaient des soldats étrangers libérés en vertu du traité de Brest-Litovsk, pour emprisonner des intellectuels, des membres du clergé et des personnalités politiques (y compris de gauche) qui ne soutenaient pas le gouvernement soviétique. En 1919, les «goulags» ont été officiellement ouverts et remplis de dissidents.
D'autres politiques soviétiques qui provoquent un dégoût universel, comme le meurtre des membres de la famille des dissidents et des déserteurs, ont été lancées par Trotski selon la bibliothèque virtuelle juive elle-même.
Les historiens diffèrent sur le nombre exact de morts sous la «Terreur rouge» de Trotski, mais les estimations se chiffrent en millions [1]. Le fait que les conservateurs du musée censé représenter le peuple juif en soient fiers suggère qu'ils ont un système moral radicalement différent de celui des chrétiens.

Encore plus ahurissant est l'inclusion dans l'exposition de Schmuel Azar et Moshe Marzouk en tant que «pionniers» juifs.
Azar et Marzouk faisaient partie d'une cellule dormante du Mossad en Égypte qui, en 1954, cherchait à assassiner des civils américains et européens lors de multiples attaques terroristes pour les attribuer aux musulmans. L'objectif était de déclencher une guerre civile en Égypte et d'isoler le leader nationaliste arabe du pays, Gamal Abdel Nasser, au niveau international.
Le gouvernement égyptien a déjoué le complot et mis à mort Azar et Marzouk. L'incident, connu sous le nom d'«affaire Lavon», a été un moment embarrassant pour l'État d'Israël, mais les deux terroristes sont aujourd'hui commémorés comme des martyrs nationaux.

Il y a de nombreux espions couvrant plusieurs époques et conflits sur la liste. Beaucoup d'hommes et de femmes glorifiés agissaient comme des traîtres dans leurs pays hôtes.

Les banquiers connus pour leur malfaisance et leur cupidité, comme Mayer Rothschild et le chef de file mondial de la drogue au XIXe siècle, David Sassoon, apprennent aux enfants juifs qu'ils sont les héros de leur peuple [3].

Frank Gehry, l'architecte postmoderne célèbre, est présenté malgré une large haine pour son style de bâtiments affreux. Claude Levi Strauss, qui a inventé l'idée de «l'autre» qu'Israël ne s'applique pas à lui-même, est nommé. Jacques Derrida, Sigmund Freud, Milton Friedman, Betty Friedan, Mark Rothko et bien d'autres dont les idées - instituées par l'énorme pouvoir financier et institutionnel de la juiverie dans les ploutocraties libérales - ont fait un tort important à l'humanité et à la civilisation occidentale sont également présents.

Influential Israeli Rabbi Ovadia Yosef in hospital | | macombdaily.com 

Alors que les "héros" juifs en Occident prêchaient des niveaux de tolérance suicidaires, l'AUN ne voit aucune contradiction à les inclure, comme Ovadia Yosef sur la liste des Juifs à imiter. Le rabbin Yosef, qui était si sectaire que même la Ligue anti-diffamation devait prétendre se distancier de lui, était connu pour sa haine génocidaire de tous les non-juifs. Le chef séfarade a déclaré en 2010: «Les Goyim sont nés uniquement pour nous servir. Sans cela, ils n'ont pas de place dans le monde - seulement pour servir le peuple d'Israël » et « Pourquoi a-t-on besoin des Gentils? Ils travailleront pour nous, ils laboureront, ils récolteront. Nous allons nous asseoir comme un effendi et manger… C'est pour cela que les Gentils ont été créés », entre autres mots haineux au cours de sa longue carrière en tant que chef spirituel juif de premier plan.

Lier les Juifs au bolchevisme ou aux Rothschild ou aux enseignements talmudiques [4] sur le meurtre et l'asservissement des Gentils est perçu par les régulateurs de la parole en Amérique et en Europe comme des canards anti-juifs grossiers et même criminels. Mais le fait qu'un antisémite aurait pu facilement compiler l'exposition des «héros» au Musée du peuple juif montre que les lois sur le discours de haine et la pathologisation des opposants politiques ne sont rien d'autre qu'une tactique pour garder hors de portée les vérités historiques que les Juifs veulent éloigner des mains  et l'esprit de ceux qu'ils veulent contrôler.

Source : Tel Aviv's Museum of Jewish People Celebrates Murderers, Spies and Criminals As Heroes

Eric StrikerMar 15, 2021

NOTES de H. Genséric

[1] Vladimir Poutine : « 80 à 85% des bolcheviques au pouvoir en URSS étaient juifs. »
-   -  Russie. Le "meurtre rituel juif" de la famille impériale russe
-   -  Russie. Les atrocités inimaginables commises par les Juifs bolcheviques contre les Gentils : des preuves irréfutables.
Les Juifs fomenteurs de la Shoah russe      :                         
Ceux qui ouvrirent la voie :
- Gesya Gelfman (juive) : criminelle responsable de l'assassinat du Tsar Alexandre II.
- Jacob Schiff (juif) : le banquier américain qui finança la révolution russe de 1917.
- Olaf Aschberg (juif) : banquier.
- Evno Azev (juif) : agent double.
- Grigori Guerchouni : assassin professionnel.
- Alexandre Parvus (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Jacob Ganetski (Jacob Furstenberg) (juif) : larbin de Lénine.
Les moteurs de la révolution de 1917 :
- Léon Trotski (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Lev Kamenev (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Grigory Zinoviev (juif) : L'apôtre de la terreur socialiste.
- Iakov Sverdlov (juif) : Assassin du Tsar et de sa famille.
- Grigori Sokolnikov (juif) : ministre des finances de Juifs bolcheviques.
- Karl Radek (juif) : dirigeant socialiste.
- Maxim Litvinov (juif) : issu d'une famille de banquiers juifs, ministre des Affaires étrangères bolchevique.
- Adolf Joffé (juif) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères.
- Moïsseï Ouritski (juif) : chef de la Tcheka de Petrograd et grand criminel.
- Moïse Volodarski (juif) : assassin en gros.
- Lazare Kaganovitch (juif) : assassin en gros.
Les exécuteurs zélés :
- Guenrikh Iagoda (juif) : le plus grand meurtrier juif du 20è siècle.
- Martyn Latsis : l'exterminateur de la bourgeoisie.
- Jacob Agranov (juif) : "S'il n'y a pas d'ennemi, il faut en créer".
- Iakov Iakovlev (juif) : exterminateur de la paysannerie.
- Semyon Dimanstein (juif) : rabbin promoteur de la région juive "autonome", donc sioniste.
- Alexandre Lozovski (juif) : chef syndicaliste et fondateur du Comité antifasciste juif.
- Jacob Yourovski (juif) : criminel ordonnant le massacre de la famille impériale.
- Yakov Davydov (juif) : chef du Département des affaires étrangères de la Tchéka 1921-1922, le premier chef du renseignement extérieur soviétique.
- Solomon Mogilevsky (juif) : chef du service de renseignement extérieur.
- Mikhail Trilisser (juif) : espionnage et contre-espionnage en tous genres.
- Abram Slutsky (juif) : celui qui traquait les opposants à l'étranger.
- Sergey Spigelglas (juif) : chef par intérim du service de renseignement extérieur soviétique.
- Grigori Maïranovski : chimiste assassin.
- Isaï Berg (juif) : inventeur des chambres à gaz ambulantes.
Au Goulag :
- Naftali Frenkel (juif) : organisateur de l'esclavage dans l'institution du Goulag.
Bien-sûr tous les Juifs ne furent pas bolcheviques et tous les bolcheviques n'étaient pas des Juifs. Cependant incontestablement tout une génération de Juifs fut cancérisée par le pouvoir et donc participa à la Shoah anti russe qui fut commise à très grande échelle et jusqu'aux "grandes purges staliniennes" soviétiques de la fin des années 1930.
Des Juifs massacreurs sont parmi les plus grands criminels de tous les temps, et ils se moquaient totalement de leur religion.
Cette génération de Juifs joua un rôle essentiel, pourtant ils n'étaient qu'environ 4% de la population russe. De plus, cette génération de criminels bénéficia, surtout aux États-Unis, d'un fort soutien et d'une réelle sympathie de la diaspora juive.

[2] Pourquoi j'admire Staline: il a résisté au pouvoir juif, entre autres choses

« Les Juifs de Staline » :

Un événement historique est particulièrement passé sous silence,  et pourtant nous ne devons  pas oublier qu’il y a environ 90 ans, entre le 19 et le 20 décembre 1917, au cœur de la révolution bolchevique et de la guerre civile, Lénine signa un décret créant la Commission Panrusse pour la Répression de la Contre-révolution et du Sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka.
En peu de temps, la Tchéka devint l’organisation de sécurité d’État la plus importante et la plus répressive. Son organisation et sa structure évoluèrent régulièrement, tout comme son nom : de Tchéka à GPU, puis à NKVD, et plus tard à KGB. Il est impossible de connaître avec certitude le nombre de morts dont la Tchéka fut responsable d’une manière ou d’une autre, mais il s’évalue probablement autour de 20 millions, incluant les victimes de la collectivisation forcée, des famines, des purges, des expulsions, des déportations, des exécutions et des tueries de masses dans les goulags.
Des pans entiers de la population furent éliminés: fermiers indépendants, minorités ethniques, membres de la bourgeoisie, officiers supérieurs, intellectuels, artistes, militants syndicalistes, « membres de l’opposition » à la définition très aléatoire, et un nombre incalculable de membres du parti communiste lui-même. Dans son dernier livre, qui recueille beaucoup de suffrages, The War of the World, l’historien Niall Ferguson écrit qu’aucune autre révolution dans l’histoire de l’humanité n’a dévoré ses enfants avec le même appétit insatiable que la révolution soviétique. De même, le Dr. Igal Halfin, de l’université de Tel-Aviv, indique dans son livre sur les purges staliniennes que la violence y fut unique en ce qu’elle fut dirigée vers l’intérieur.
Mais Lénine, Staline, et leurs successeurs n’auraient pas pu mener à bien leurs objectifs sans une large coopération de la part d’”officiers de la terreur” disciplinés : enquêteurs cruels, mouchards, bourreaux, gardiens, juges, pervers, et de beaucoup d’idéalistes membres de l’aile gauche progressiste, abusés par le régime soviétique de terreur au point de lui décerner un certificat casher.
 Genrikh Yagoda le fondateur du NKVD
 Genrikh Yagoda, fut le plus grand meurtrier juif du XXe siècle, chef adjoint de la GPU et fondateur-dirigeant du NKVD. Yagoda a consciencieusement exécuté les ordres de Staline pendant la collectivisation, et est responsable de la mort d’environ 10 millions de personnes. Ses employés juifs ont mis en place et géré le système des goulags. Après être tombé en disgrâce auprès de Staline, Yagoda fut dégradé et exécuté, puis remplacé en tant que chef des bourreaux, en 1936, par Yezhov, le « nain sanguinaire ».
Beaucoup de juifs ont vendu leur âme au diable de la révolution communiste et ont du sang sur les mains pour l’éternité. Nous n’en mentionnerons qu’un de plus : Leonid Reichman, dirigeant du département spécial du NKVD et interrogateur en chef de l’organisation, qui était un sadique particulièrement cruel.  En 1934, selon des statistiques publiées, 38,5% des officiels détenant les postes les plus élevés dans l’appareil de sécurité soviétique étaient d’origine juive. Eux aussi, naturellement, furent graduellement éliminés dans les purges successives. 
Il apparaît que les juifs aussi, quand ils sont fascinés par une idéologie messianique, peuvent devenir de grands meurtriers, parmi les plus grands de l'histoire moderne. La Palestine en a été et en est toujours un exemple.
Les juifs actifs dans l’appareil officiel de la terreur communiste (en Union soviétique et ailleurs), et qui l’ont parfois dirigé, ne l’ont évidemment pas fait en tant que juifs, mais plutôt en tant que staliniens, communistes, et « camarades soviétiques ». En conséquence, il nous est facile d’ignorer leur origine et de jouer les innocents: qu’avons-nous à voir avec eux ? Si ce n’est de les oublier. 

« Je pense qu’il est inacceptable qu’une personne puisse être considérée comme un membre de la communauté juive quand elle réalise de grandes choses, mais en être exclue quand elle commet des actes particulièrement méprisables. » (Sever Plocker, Stalin’s Jews, 21, 12, 2006). 
"Même si nous le nions, nous ne pouvons pas échapper au judaïsme de « nos bourreaux » qui ont servi la Terreur rouge avec application et loyauté envers ses dirigeants. De toutes façons, d’autres nous rappelleront toujours leur origine."
Par Sever Plocker, Stalin’s Jews, (Les Juifs de Staline), 21, 12, 2006.

[3] Voici le Précurseur du Syndicat mondial du crime, milliardaire grâce au commerce de l'opium au XIXe siècle :
Entre dans le jeu le sans scrupules David Sassoon (1792-1864), juif né en Irak puis installé à Bombay, qui a développé le trafic de l'opium. Cette culture commerciale était parfaite pour les conditions indiennes au Bengale et à Madras.
Sassoon a envoyé ses agents, tous  juifs, en Chine et finalement ses six fils, qui se sont avérés être des agents criminels impitoyables, capables de commettre les pires atrocités nécessaires pour imposer leurs dictats. Ils ont créé ce qu'on a appelé   les «Rothschild d'Orient».
Soit dit en passant, il est tout à fait évident que Wikipédia a complètement nettoyé sa biographie, car le rôle de Sassoon dans la création du Bund (échange) d'opium de Shanghai n'est que brièvement mentionné.

[4] LE TALMUD révélé. Une littérature de la haine raciste. 1. Introduction La Torah et le Talmud
-   LE TALMUD révélé. 2. La haine raciste envers les non-juifs et envers Jésus et Marie
-   LE TALMUD révélé. 3è partie. Les non-juifs ne sont pas humains, génocides, racisme, pédophilie, zoophilie,...
-   Le Talmud révélé. Voici comment les juifs doivent traiter les Goyim
-   Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?

Des bougies folkloriques polonaises populaires

   Hannibal GENSÉRIC

 

1 commentaire:

  1. Précisons aussi qu'Albert Einstein a copié la relativité restreinte sur Henri Poincaré, et la relativité générale sur Grossmann et Hilbert. Il n'y a vraiment pas de quoi être fier.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.