vendredi 19 mars 2021

USA. Qui formatte le cerveau des élites américaines? 7 sur 8 présidents de l'"Ivy League" sont juifs

Alors que le milieu universitaire américain termine sa transition vers un cauchemar encore plus intellectuellement répressif, des professeurs talentueux démissionnent et la valeur de notre éducation universitaire a chuté.
Ce sont les écoles de l'Ivy League qui donnent naturellement le tempo aux autres universités et collèges moins prestigieux. L'idéologie du genre et la théorie critique de la race commencent à se métastaser une fois que les usines font ingurgiter institutionnellement ces cochonneries à nos élites.

Les ramifications sociales plus larges de la corruption de l'enseignement supérieur signifient que les futurs agents du FBI, les partenaires juridiques, les banquiers, les politiciens et les créateurs de médias apprennent à haïr et à discriminer les goyim dans leur vie professionnelle.

Bari Weiss, qui a dû quitter le New York Times parce qu'il n'était pas assez juif, a publié un article plus tôt dans le mois qui a été largement diffusé. Cet article, intitulé «The Miseducation of America's Elites», détaille les abus raciaux anti-blancs auxquels les parents riches soumettent leurs enfants dans des écoles privées dans le but de justifier les moyens pour les amener à Harvard et à Yale.

Quand il s’agit de choisir entre la dignité de leurs enfants et les promesses d'argent, de pouvoir et de prestige, la bourgeoisie opte pour ces dernières.

Mais Weiss, qui est promu comme un guerrier contre le Woke, passe beaucoup de temps à décrire les pièges du problème sans donner de réponses satisfaisantes quant à ses origines et ses porte-étendards.

Les idéologies institutionnelles ne sont pas des virus qui émergent spontanément de la nature. À l’image du virus du Covid, ce sont des idées, créées et imposées par des hommes, qui ont des agendas et des motivations.

Nous savons, grâce à Weiss, ce que les riches américains sont prêts à faire pour atteindre la carotte, mais savent-ils qui brandit le bâton?

Une recherche cursive effectuée par National Justice révèle une crise aigüe de népotisme dans nos écoles de l'Ivy League. Sept présidents sur huit de ces universités sont juifs, bien qu'ils ne représentent qu'un minuscule 2% de la population nationale.

Ils sont les suivants :
- Yale - Peter Salovey
- Université de Pennsylvanie - Amy Gutmann
- Harvard - Lawrence Bacow

- Columbia -- Lee C. Bollinger  

- Cornell -- Martha E. Pollack 

- Princeton -- Christopher Eisgruber 

- Brown University -- Christina Paxson 

Même Philip J. Hanlon de Dartmouth, qui ne semble pas être juif, a été nommé président par une invocation dirigée par le Rabbin de l'école Hillel. Aucune autre personnalité religieuse n'a participé à l'événement.

La concentration des Juifs en tant que ʺgardiens du templeʺ signifie que les valeurs et les préjugés juifs finissent par se répandre dans toutes les facettes de nos vies.

À Harvard, Lawrence Bacow (entre autres) a mené une guerre juridique coûteuse pour résister à la demande de l'administration Trump d'arrêter la discrimination raciale contre les étudiants blancs et asiatiques.

Bacow, qui est devenu en 2018 le deuxième Juif nommé Lawrence à diriger Harvard ces dernières années, affirme que l'exclusion raciale des étudiants blancs qualifiés est importante pour favoriser un environnement d'apprentissage diversifié. Les quotas ne semblent pas avoir d'impact sur son propre groupe ethinque : 53% des étudiants diplômés de Harvard sont juifs.

Peter Salovey de Yale s'est joint à la mêlée et a transformé ce qui était l'une des meilleures universités de recherche de la planète en une base anti-blanche hyper politisée de la société, cherchant  à ʺdétruire les complotsʺ.

Dans une annonce en octobre dernier, Salovey a annoncé qu'il mettrait les ressources et l'influence illimitées de son école derrière des choses comme "Le Centre pour le droit et la justice raciale", qui forme les étudiants à utiliser la loi comme un instrument pour opprimer les Blancs, et un "nouveau programme pour encourager la diversité dans la haute direction de Yale " qui inclut apparemment la perspective de sa démission et donner son poste à un non-blanc.

À Columbia, Lee Bollinger a proclamé que les émeutes de l'été étaient un «nouveau mouvement des droits civiques» et a annoncé des réformes radicales du programme et de la vie sur le campus destinées à accroître la pression sur les étudiants blancs non juifs. Bollinger a également promis de diminuer et d'affaiblir la présence de la police du campus, même si les étudiants qui fréquentent son université sont régulièrement agressés, volés et même assassinés par des Noirs qui vivent dans les environs.

Tous les autres présidents ont supervisé des changements similaires, révélant le manque de diversité non seulement de race, mais aussi de pensée et de philosophie pédagogique dans les instituts d'enseignement supérieur.

Alors que certains essaieront d'argumenter que les Juifs contrôlent les Ivy Leagues en raison du mérite, comme si le mérite faisait encore partie de notre vocabulaire national, le processus de sélection des présidents est décidé par un conseil d'administration. Les administrateurs sont souvent des personnes inactives qui donnent beaucoup d'argent pour influencer les écoles ou qui ont des relations politiques de haut niveau.

Ces administrateurs sont juifs de manière disproportionnée. Ne pas tenir compte de l'ethnocentrisme et des intérêts ethniques partagés comme jouant un rôle dans leurs décisions lorsqu'un modèle clair est présent serait irrationnel et non scientifique.

Les conservateurs excuseront souvent le comportement de ces administrateurs en prétendant qu'ils sont des «lâches» qui sont «intimidés» par des groupes étudiants de gauche, mais ce n'est pas vrai. En réponse à un référendum où 69% des étudiants ont voté pour empêcher Brown de financer le génocide israélien des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza, la juive Christina Paxson a écrit une lettre de refus indignée, affirmant que "la dotation de Brown n'est pas un instrument politique!"

Alors que toutes ces écoles se sont battues bec et ongles pour lutter contre le procès du gouvernement visant à empêcher la discrimination raciale contre les étudiants blancs, aucune des écoles n'a contesté le décret exécutif de Trump interdisant essentiellement la critique d'Israël sur le campus. Bien que cet ordre soit inconstitutionnel et que les étudiants se sont plaints qu'il fait taire les défenseurs de la cause palestinienne,  les administrateurs semblent être d'accord avec Trump sur cette question.

Si les dispensaires de pouvoir américains sont tellement préoccupés par la diversité et le racisme, ils devraient peut-être choisir quelqu'un qui n'est pas juif pour diriger leurs opérations pour un changement.

Le problème n'est pas les étudiants radicaux ou la haine de soi libérale. La pourriture qui corrode nos institutions d'enseignement supérieur, comme beaucoup d'autres institutions américaines défaillantes, c’est la domination raciale juive.

Source : Who's Miseducating America's Elites?: 7 of 8 Ivy League President's Are Jewish

NOTES de H. Genséric 

Asian-Americans, Jews and Ivy League admissions | Phil Ebersole's Blog 

Dartblog: "Jews in the Ivy League"
Les juifs  représentent moins de 2% de la population américaine

 -  USA. Main basse des Juifs sur les écoles et les universités d'élite
-  USA. Main basse des Juifs sur les universités d'élite: Commentaire d’Israël Adam Shamir
-  La Pravda américaine : discrimination raciale à Harvard
-  Même les sionistes ont des sentiments : les mots pour critiquer Israël disparaissent rapidement du langage autorisé en Occident
-  La Bête qui contrôle l'Amérique depuis 150 ans : les Médias appartenant aux juifs
-  "Voici, en une seule image, ce qui ne va pas en Amérique"
-  USA. Sur les 100 plus riches milliardaires, 35 sont juifs
-  Les sionistes mentent comme ils respirent. Contrôle juif, subversion sioniste et «contradictions» de l'antisémitisme
-  L'industrie juive du porno : "activisme antifasciste" et terrorisme culturel (Partie 2/2)

Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.