dimanche 28 mars 2021

La quasi faillite de l'économie pétrolière saoudienne explique l'offre de paix urgente faite au Yémen

Les dirigeants saoudiens font face à une défaite humiliante alors que les Yéménites se vengent et que l'Oncle Sam se lave les mains avec du sang.

Après six ans de destruction du Yémen et de blocage de son voisin du sud, les dirigeants saoudiens disent maintenant qu'ils sont déterminés à trouver la paix. Cette décision porte moins sur la paix véritable que sur la survie économique du royaume pétrolier.

La monarchie saoudienne dit vouloir «que toutes les armes deviennent complètement silencieuses». Washington, qui a joué un rôle déterminant dans la guerre saoudienne contre le Yémen, a soutenu la dernière «offre de paix». Le secrétaire d'État Antony Blinken a approuvé cette semaine l'initiative des dirigeants saoudiens, affirmant qu'il s'était entretenu avec eux «de notre travail ensemble pour mettre fin au conflit au Yémen, faciliter l'accès humanitaire et l'aide au peuple yéménite».

US, Lobbyists and Arm Dealers Scramble to Reposition Amid Impending Saudi  Defeat in Yemen – The Greanville Post

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a déclaré : «L'initiative vise à mettre fin aux souffrances humaines du peuple frère yéménite et affirme le soutien du royaume aux efforts visant à parvenir à une résolution politique globale

Pouvez-vous croire à cette duplicité écœurante des Saoudiens et des Américains?

Ainsi, après six ans de bombardements aériens incessants au Yémen provoquant la pire crise humanitaire du monde, selon les Nations Unies, les Saoudiens et leur maître et fournisseur d’armes  américain semblent avoir développé une conscience de la paix et de la fin des souffrances.

La vraie raison pour laquelle on tente de mettre fin au conflit est l'état périlleux de l'économie saoudienne dépendante du pétrole. Saudi Aramco, l'industrie pétrolière, gazière et pétrolière appartenant à l'État, a récemment annoncé que ses bénéfices avaient chuté de près de moitié en 2020 par rapport à l'année précédente. En baisse de 88 milliards de dollars à 49 milliards de dollars.

Étant donné que son économie pétrolière fournit près de 90% du budget de l'État, c'est un coup terrible pour les finances saoudiennes. Les dirigeants saoudiens comptent sur de lourdes subventions de l'État pour maintenir en état de vivre ses 34 millions d'habitants. Avec la baisse des revenus de l'industrie pétrolière, cela signifie que les déficits de l'État vont exploser pour maintenir les dépenses publiques, ou bien risquer des troubles sociaux en raison de coupes dramatiques.

L'Arabie saoudite reste le plus gros exportateur de pétrole, mais en raison de la pandémie de Covid-19 et de la récession des économies mondiales, les prix du pétrole brut ont chuté. À un moment donné, les prix du pétrole sont tombés à environ 20 dollars le baril. L'économie saoudienne a besoin d'un prix du pétrole d'environ 70 dollars le baril pour générer des bénéfices.

Le résultat est que la guerre saoudienne au Yémen est devenue une ponction critique pour les finances de l'État et met potentiellement en péril la stabilité superficielle de la monarchie absolue.

L'augmentation des attaques de missiles et de drones par les résistants houthis au Yémen sur des sites clés de l'Arabie saoudite, y compris la capitale Riyad, est une autre source d'alarme.

Les rebelles yéménites multiplient les frappes aériennes sur les installations d'Aramco à son siège à Dhahran et Dammam dans la province orientale, ainsi que dans les villes d'Abha, Azir, Jazan et Ras Tanoura [1]. Les cibles comprennent les raffineries de pétrole et les terminaux d'exportation. Les Saoudiens affirment avoir intercepté un grand nombre de missiles avec des systèmes de défense Patriot fabriqués aux États-Unis. Néanmoins, le simple fait que les Yéménites puissent frapper des parties clés de l'économie pétrolière saoudienne sur une distance de 1000 kilomètres est un grave problème de sécurité qui mine la confiance des investisseurs.

La première frappe majeure a eu lieu en septembre 2019 lorsque des drones houthis ont frappé l'immense complexe de raffinerie d'Abqaiq [2]. Cela a entraîné l'arrêt temporaire de la production pétrolière saoudienne de moitié. Il a également retardé une première offre publique d’achat des actions Aramco sur le marché boursier, les investisseurs craignant le risque politique.

À un moment où l'économie pétrolière saoudienne se contracte gravement en raison des circonstances mondiales, une autre menace débilitante est l'intensification de la campagne de frappes aériennes houthistes qui portent la guerre au cœur de l'Arabie saoudite.

L'administration Biden a condamné les attaques de missiles Houthi contre l'Arabie saoudite comme «inacceptables». Une telle préoccupation américaine est dérisoire étant donné la façon dont Washington a fourni des avions de combat, des missiles et de la logistique aux Saoudiens pour bombarder aveuglément le Yémen, faisant des dizaines de milliers de morts parmi les civils, femmes et enfants. Les Américains permettent également aux Saoudiens d'imposer un blocus sur la mer et les aéroports du Yémen, ce qui a empêché l'approvisionnement du pays en nourriture et en médicaments vitaux. Près de 80% des 30 millions d'habitants du Yémen dépendent des livraisons d'aide étrangère. Le blocus est un crime de guerre, un crime contre l'humanité, et les Américains en sont pleinement complices.

Le président Joe Biden a déclaré qu'il mettait fin au soutien militaire américain à la guerre de l'Arabie saoudite au Yémen. Ce n'était qu’une promesse électorale. Cependant, on ne sait pas exactement quel soutien militaire les États-Unis ont effectivement arrêté, voire pas du tout. Le bombardement saoudien des dépôts de vivres se poursuit et le blocus du pays ne pourrait pas être maintenu sans une logistique américaine essentielle.

Plus cyniquement, l'administration Biden se rend compte que les Saoudiens ont déclenché une guerre en mars 2015, alors qu'Obama était président et que Biden était vice-président, qui s'est transformée en un bourbier impossible à gagner dont les terribles souffrances humaines sont devenues une tache ignoble sur l’image internationale américaine.

C'est pourquoi Biden et ses diplomates ont exhorté les dirigeants saoudiens à demander la paix. Maintenant, il semble que la monarchie saoudienne se rende compte que la guerre imprudente lancée par le prince héritier et  «ministre de la Défense» Mohammed ben Salmane a un prix qu'elle ne peut pas se permettre de supporter si elle veut préserver son château de cartes branlant, connu sous le nom de Maison des Saoud [3].

Concernant la dernière proposition saoudienne de paix, les rebelles yéménites l'ont rejetée d'emblée. Ils disent qu'elle ne contient «rien de nouveau». Les Houthis disent que la seule façon de mettre fin à la guerre est que les Saoudiens et leurs sponsors américains mettent fin à l'agression contre leur pays. Il n'y a pas d'«accord». Les Saoudiens et les Américains doivent simplement s’en aller.

Entre-temps, les frappes aériennes sur les infrastructures pétrolières saoudiennes vont se poursuivre avec des dommages toujours croissants aux coffres royaux. Ainsi, les dirigeants saoudiens n'ont d'autre choix que de se rendre sans condition dans cette guerre criminelle. Ils font face à une défaite humiliante alors que les Yéménites se vengent et que l'Oncle Sam se lave les mains avec du sang.

Source : Crashing Saudi Oil Economy Explains Urgent Yemeni Peace Offer

by Finian Cunningham | Mar 28, 2021

------------------------------------------------------------------

Aux États-Unis, les lobbyistes et les marchands d'armes se bousculent pour se repositionner face à la défaite imminente de l'Arabie saoudite au Yémen

Au cours de ses derniers mois au pouvoir, l'ancien président Donald Trump a donné à des entrepreneurs américains de la défense tels que Lockheed Martin et le fabricant de drones Reaper General Atomics Aeronautical Systems des milliards de dollars de bénéfices prévus dans le cadre d'un accord controversé de 23 milliards de dollars sur les armes avec les Émirats arabes unis (EAU), un accord maintenant " en cours de révision » par l’administration Biden.
L'arrêt temporaire du président Joe Biden de l'accord d'armement américain et sa décision de le retirer les résistants yéménites houthis de la liste des organisations terroristes mondiales du département d'État ont été vantés comme un signe avant-coureur de la paix au Yémen, où une guerre d’agression a éclaté pendant le second mandat de Barack Obama (sleepy Joe en, était vice-président) a persisté et s'est étendue aux puissances régionales.
La coalition d'États arabes dirigée par l'Arabie saoudite a largué plus de 22.000 bombes au Yémen depuis son intervention en 2015 et a contribué à la mort de près d'un quart de million de personnes depuis le début du conflit. Les systèmes d'armes américains ont joué un rôle clé dans la guerre génocidaire qui a produit des millions de réfugiés de guerre dans ce qui ne peut être qualifié que de la plus grande tragédie humaine du 21e siècle.
Alors que l'industrie américaine de l'armement surfe sur une vague de ventes record au régime saoudien et au Moyen-Orient en général, une pause dans l'avancée implacable de la plus grande économie de guerre de la planète apparaît comme une stratégie politique, largement téléguidée par le vice président Biden avant même qu'il soit devenu le candidat démocrate. Dès que l'ancien vice-président a été projeté comme vainqueur de l'élection de 2020, l'Arabie saoudite a lancé une frénésie de recrutement de lobbyistes pour se préparer à ce que le régime dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane savait allait arriver.
Néanmoins, une réalité plus sombre peut  annuler les desseins des marchands d'armes américains. Les développements récents de la guerre indiquent de plus en plus la possibilité que les démarches ostensibles de Biden vers la paix soient simplement une tentative de contrôler le récit et de sauver la face autour de ce qui ressemble à une nouvelle défaite dans « la guerre mondiale contre le terrorisme par les Américains. » et, plus maladroitement, une tentative de protéger l'industrie de la défense d'une débâcle spectaculaire.

NOTES de H. Genséric

[1] Yémen. Aramco de nouveau frappée

[2] Golfe. Comment les rebelles houthis ont renversé l’échiquier
-   Moyen-Orient. En plein dans le mille…
-   « Pour dire les choses simplement, les Iraniens ont surpassé les systèmes de défense américains »

[3] Sinistre Arabie. Le siècle du diable: Voyage dans les entrailles de la dynastie wahhabite.
-   La Turquie kémaliste et l'Arabie Saoudite créées et dominées par les juifs Dönmeh
-   ESSENTIEL. Le berceau arabe de Sion : Moïse, Mohammad, et le wahhabo-sionisme
-   DYNASTIE SAOUDIENNE: une lignée sanglante d’origine juive

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Les USA sont surtout incapables de défendre leur "fou allié" avec leur technologie obsolète : avis en cas de guerre massive.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.