mardi 16 mars 2021

Assaut du Capitole : deux juifs américains liés au Mosssad arrêtés pour avoir tué un policier avec un produit chimique

Le département de justice des États-Unis a annoncé ce lundi, dans un communiqué, avoir interpellé deux hommes. Ils sont inculpés pour neuf chefs d’accusation. L’épisode dramatiquement historique de la tentative de coup d'état de Trump, avec  l’assaut du Capitole,  n’est pas encore clos. Ce lundi, le département de la justice (DOJ) a publié un communiqué annonçant l’arrestation de deux Américains accusés d’avoir aspergé d’une substance chimique un policier du Capitole, Brian Sicknick, dont la mort après le violent assaut du 6 janvier restait "inexpliquée". Le FBI est chargé de l’enquête.
Or, les communiqués officiels et les grands médias menteurs (GMM) nous cachent l'essentiel :
(a)
Les deux hommes arrêtés sont liés aux services de renseignement israéliens,
(b) ils ont la double nationalité israélienne et américaine,
(c)
ils ont été arrêtés à leur descente d’un avion provenant de Tel-Aviv…  .
Pourquoi ces  ne sont-ils pas accusés de tueurs de flics? Serait-ce parce qu'ils sont judéo-israéliens et donc couverts par une immunité garantie ? 

Le département de la Justice a publié les vidéos de l'agression, avec un produit chimique, des policiers.
Le département de la Justice a publié les vidéos de l'agression, avec un produit chimique, des policiers. DOJ


« Julian Elie Khater , 32 ans, du State College, Pennsylvanie, et George Pierre Tanios , 39 ans, de Morgantown, Virginie-Occidentale, ont été arrêtés dimanche dans le cadre d’une plainte déposée devant un tribunal fédéral de Washington », écrit le DOJ. Au total, les deux hommes font l’objet de neuf chefs d’inculpation, dont « agression d’un agent avec une arme dangereuse », selon le communiqué. Ils ne sont toutefois pas poursuivis pour homicide.


Men charged for assaulting Capitol police officer Video - ABC News

Sur des vidéos récupérées par les enquêteurs, on peut voir Khater récupérer une cartouche dans le sac à dos de Tanios et traverser la foule jusqu’aux policiers. « La vidéo montre Khater avec son bras droit en l’air, semblant tenir une cartouche dans sa main droite et la viser dans la direction des agents », résume le DOJ. Les policiers ont ensuite cherché de l’eau pour s’asperger le visage selon le communiqué judiciaire.
« Un spray anti-ours »

Le deuxième officier de police du Capitole à avoir été touché, identifié dans les archives judiciaires comme C. Edwards, a eu « des blessures durables » autour des yeux, y compris des croûtes.

Son collègue de 42 ans est décédé le lendemain à l’hôpital. Son sort tragique avait ému de nombreux Américains, choqués par la prise du Congrès par les militants pro-Trump. Sa dépouille avait été exposée au Capitole, un honneur exceptionnel, et Joe Biden lui avait rendu hommage sur place.

Des sources anonymes, citées par le New York Times, avaient d’abord assuré qu’il avait reçu des coups d’extincteur, une version des faits depuis écartée. Aucun rapport d’autopsie n’ayant été publié, les causes de sa mort restent "inconnues".

Les deux hommes sont soupçonnés d’avoir utilisé du « spray anti-ours », un puissant aérosol utilisé dans les zones sauvages des États-Unis pour repousser ces grands mammifères.

-----------------------------------------

Selon VT: Julian Elie Khater a été arrêté aujourd'hui alors qu'il descendait d'un avion de Tel-Aviv à l'aéroport de Newark. Khater et George Tanios sont tous deux des amis d’enfance qui ont grandi au Nouveau-Brunswick, dans la communauté juive du New Jersey, juste à l’extérieur de Philadelphie.

Khater s'est enfui en Israël après le meurtre de l'officier Sicknick lors de la tentative de coup d'État du 6 janvier tenté par Donald Trump. Les résultats de l’autopsie ont été gardés secrets, en particulier la toxicologie, mais des sources VT affirment que l’officier Sicknick est décédé des suites d’une réaction après avoir été arrosé avec un puissant «spray anti-ours», répertorié comme une «arme dangereuse».

Il existe une vidéo montrant à la fois Khater et Tanios déployant un spray anti-ours contre l'officier Sicknick, mais cela montre également que les deux coordonnaient le déploiement d'armes chimiques avec des équipes hautement qualifiées qui recherchaient des membres du Congrès, des équipes qui auraient été en communication avec les membres de la Chambre du GOP.

Il s'agit d'une enquête distincte du FBI.
Nous avons également découvert, avec peu d’efforts, que le restaurant de Tanios, si vous pouvez l’appeler ainsi, est également un faux restaurant. C'est une couverture pour des activités illégales.

Les sources de VT disent que Khater et Tanios sont d’anciens agents de renseignement de Tsahal et sont citoyens israéliens. Nous apprenons également que le «restaurant» de Tanio n'est pas non plus un vrai restaurant, voici un avis sur Tripadvisor:

 

et de Yelp:


Chaque agent décent du Mossad apprend à garder sa couverture et à gagner de l'argent à ses côtés. Les journalistes hautement rémunérés du Mossad en sont certainement la preuve. Regardez Hannity et Carlson…

Julian Elie Khater, 32 ans, de Pennsylvanie et George Pierre Tanios, 39 ans de Morgantown, Virginie-Occidentale, ont été arrêtés dimanche et devraient comparaître devant un tribunal fédéral lundi.

«Donnez-moi cet ours-spray», aurait dit Khater à Tanios sur une vidéo enregistrée à la terrasse inférieure ouest du Capitole à 14 h 14, où Sicknick et d'autres officiers montaient la garde derrière des supports à vélos en métal, selon les documents d'arrestation.

Environ neuf minutes plus tard, après que Khater a déclaré avoir été touché par un spray anti-ours, Khater est vu sur une vidéo déchargeant une cartouche sur le visage de Sicknick et de deux autres agents, selon les documents d'arrestation.

Khater et Tanios sont inculpés de neuf chefs d'accusation, notamment d'avoir agressé trois agents avec une arme mortelle Ils sont également accusés de troubles civils et d'entrave à une procédure du Congrès. Les accusations sont passibles d'une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison.

Les procureurs ont déposé des accusations après que des informateurs aient contacté le FBI, qui aurait identifié Khater et Tanios à partir d'images de recherches publiées par le bureau à partir d'une vidéo de surveillance et de séquences de caméras corporelles portées par des officiers, selon la plainte. Les hommes ont grandi ensemble dans le New Jersey et que Khater avait travaillé au State College, en Pennsylvanie, et que Tanios possède un business à Morgantown.

Arrêté à l'aéroport de Newark en descendant d'un avion d'Israël dans une opération du FBI, quelque chose de censuré par les GMM.

Khater a été arrêté dimanche à Newark, New Jersey, signé par un juge d'instance le 6 mars. La famille de Khater n'a pas pu être jointe.

Des questions demeurent quant à savoir si quelqu'un sera tenu pénalement responsable de la mort de Sicknick. Les résultats de l'autopsie de Sicknick étaient toujours en attente lundi, selon une porte-parole de l'adjoint au maire de la sécurité publique de DC.

Sans cause de décès, son cas n'a pas été établi comme un homicide, bien que les documents d'accusation allèguent que la preuve d'une agression contre Sicknick est claire sur la vidéo.

Il s'agit, officiellement, de la plus longue autopsie jamais réalisée. Ce n’est pas une mort naturelle fortuite, alors c’est un homicide. À quoi joue-t-on ?  Les deux documents de mise en accusation et l’US Atternoy Rosen ont déclaré que Sicknick avait été assassiné il y a plusieurs semaines.

Un agent du FBI a allégué dans des documents d'accusation qu'une vidéo accessible au public a montré qu'après que Khater a demandé le spray anti-ours, Tanios a répondu: «Attends, attends, pas encore, pas encore… il est encore tôt. » L'agent a déclaré que l'échange avait montré que les deux hommes «travaillaient de concert et avaient un plan pour utiliser le spray toxique contre les forces de l'ordre».

L'agent a affirmé que les hommes «semblaient chronométrer le déploiement de substances chimiques pour coïncider avec les efforts d'autres émeutiers pour enlever de force les barrières des supports à vélos qui empêchaient les émeutiers de se rapprocher du bâtiment du Capitole», en utilisant leurs mains, des cordes et des sangles .

Les trois officiers ont été temporairement aveuglés et incapables de fonctionner pendant plus de 20 minutes, et Edwards a subi des cicatrices sous ses yeux pendant plusieurs semaines, ont indiqué des journaux.

Sicknick est décédé le 7 janvier dans un hôpital vers 21h30, un jour après que 139 policiers aient été agressés par une foule en colère de partisans de Trump brandissant des marteaux, des battes de baseball, des bâtons de hockey, des béquilles et des mâts. Au moins 800 personnes sont entrées dans le Capitole après un plus petit nombre d'entrées forcées, a témoigné la police. Les émeutiers cherchaient à empêcher le Congrès de confirmer la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle de novembre.

Le FBI se concentre sur la vidéo d'un officier de police du Capitole pulvérisé avec des produits chimiques

Faisant référence à Sicknick, un article de destitution adopté par la Chambre a accusé Trump d'incitation à l'insurrection, alléguant que les membres d'une foule auxquels il s'était adressé «avaient blessé et tué des membres des forces de l'ordre». Trump a été acquitté après que 57 sénateurs ont voté pour le condamner pour avoir incité à l'attaque, 10 de moins que la majorité des deux tiers nécessaire.

Le procureur général américain de l'époque, Jeffrey A. Rosen, a déclaré dans un communiqué peu de temps après que Sicknick était décédé des «blessures qu'il avait subies en défendant le Capitole américain», faisant écho à une déclaration de la police du Capitole.

Les enquêteurs ont déterminé qu'il n'était pas mort d'un traumatisme contondant, ont déclaré des personnes proches du dossier, s'exprimant sous couvert d'anonymat pour discuter d'une enquête en cours. Après plus de deux mois, aucun rapport d'autopsie ou de toxicologie n'a été rendu public.

Ce rapport, cependant, a été caché au public. Est-ce parce que chaque suspect arrêté peut être accusé de meurtre au premier degré, et pas simplement d'intrusion, selon un précédent juridique bien établi.

L'officier Brian D. Sicknick a été rappelé pour son «humanité partagée»

Le sénateur a décrit la mort de Sicknick comme un «crime» qui «exige toute l’attention de la police fédérale». Il a déclaré: «Lorsque des suprémacistes blancs ont attaqué la capitale de notre nation, ils ont tué l’un de nos officiers. Ils ont versé son sang, ils ont enlevé un fils à ses parents. Ils ont enlevé un frère à ses frères.”

Hannibal GENSERIC


1 commentaire:

  1. Toujours vouloir impliquer le Président Trump dans des actions illégales. Le FBI a déclaré ce Président totalement innocent des événements du Capitole. En outre le Président Trump voulait déployer 10'000 soldats pour protéger ce bâtiment, qui a refusé sinon Nancy Pelossi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.