mercredi 10 novembre 2021

Comment les Juifs ont discrédité la validité des procès pour crimes de guerre et enterré la véritable histoire de la Seconde Guerre mondiale

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi les Américains n'avaient pas simplement tué les criminels de guerre allemands, Ferencz a répondu : « … nous ne faisons pas cela. Nous allons leur donner un procès équitable ». Robert Kempner a déclaré que Nuremberg était « le plus grand séminaire d'histoire jamais organisé ». En réalité, les Allemands n'ont pas bénéficié de procès équitables, et les procès qu'ils ont reçus ont joué un rôle majeur dans l'établissement de l'histoire frauduleuse de l'Holocauste.

 

Les Juifs discréditent les procès alliés pour crimes de guerre

Le Tribunal militaire international (TMI) de Nuremberg, les 12 procès secondaires de Nuremberg (TNM) et de nombreux autres procès sont cités à plusieurs reprises comme preuves de l'histoire de l'Holocauste. Par exemple, le juge juif américain Norbert Ehrenfreund a écrit :

Les Allemands du 21 e  siècle savent ce qui s'est passé pendant l'ère nazie parce qu'ils l’apprennent à l'école, par le biais d'émissions de télévision et de diverses autres sources. Et cette information ne provenait pas de rumeurs ou de ouï-dire douteux. Ce n'était pas non plus une fabrication du peuple juif, comme le suggèrent certaines factions antisémites. La preuve de l'Holocauste était basée sur le dossier des preuves solides produites au procès [de Nuremberg]. [1]

Cet article documente certains des avocats, enquêteurs et témoins juifs dont les paroles et les actions prouvent que les procès pour crimes de guerre menés par les Alliés étaient des procédures à motivation politique qui n'ont pas réussi à produire des preuves crédibles du soi-disant Holocauste.

Parmi le personnel employé durant le procès de Nuremberg, 2400 étaient juifs

Toutes les nations alliées dans leur ensemble ne pouvaient pas fournir un nombre suffisant de personnels goyim/gentils expérimentés et qualifiés ? Beaucoup de Juifs employés dans ces procès étaient très inexpérimentés. Par exemple, Benjamin Ferencz sortait à peine de la faculté de droit mais, parmi tous les avocats des États-Unis, il a été affecté à certains des procès internationaux les plus importants de l'histoire.

Benjamin Ferencz

Benjamin Ferencz, un enquêteur juif américain sur les crimes de guerre, est né en Transylvanie et a grandi à New York avant d'obtenir son diplôme en droit de Harvard. Il fut chargé d'enquêter sur les camps de concentration de Buchenwald, Mauthausen et Dachau après la guerre. [2]

Ferencz déclare dans une interview qu'il n'avait pas une haute opinion des procès pour crimes de guerre de Dachau menés par l'armée américaine :

J'étais là pour la libération, en tant que sergent de la 3e armée, l'armée du général Patton, et ma tâche consistait à rassembler les archives du camp et les témoignages, qui sont devenus la base des poursuites… Mais les procès de Dachau étaient tout à fait méprisables. Il n'y avait rien qui ressemblait à l'état de droit. Plutôt des cours martiales.
Par exemple, on faisait venir 20 ou 30 personnes, on les alignait, chacun avec un numéro sur une carte attachée autour du cou. Le tribunal était composé de trois officiers. Aucun d'entre eux n'avait de formation juridique pour autant que je puisse le comprendre ; c'était une coïncidence extraordinaire s'ils 'avaient une telle formation. Un officier est désigné comme avocat de la défense, un autre comme procureur, et le plus âgé présidait.
Le procureur se levait et disait quelque chose comme ceci : Nous vous accusons tous d'être complices de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre et de mauvais traitements infligés aux prisonniers de guerre et autres brutalités dans le camp, entre 1942 et 1943, qu'avez-vous à dire pour vous défendre?
Chaque accusé disposait d'environ une minute pour exposer son cas, qui était généralement non coupable. Par exemple, un procès qui a duré deux minutes, a condamné  à mort 10 personnes. Ce n'était pas cela mon idée d'un processus judiciaire. Je veux dire, j'étais un jeune diplômé idéaliste en droit de Harvard.
[3]

Ferencz déclare en outre que personne, y compris lui-même, n'a protesté contre ces procédures lors des procès de Dachau. [4]  Ferencz a dit plus tard concernant les procès militaires à Dachau :

« Est-ce que je pensais que c'était injuste ? Pas vraiment. Ils étaient dans le camp ; ils ont vu ce qui s'est passé… Mais j'étais en quelque sorte dégoûté. » [5]

L'avocat de la défense lors du procès de Mauthausen et des procès ultérieurs de Dachau a insisté sur le fait que les aveux signés des accusés, utilisés par l'accusation pour condamner, avaient été arrachés aux accusés par la violence physique, la coercition et la tromperie. [6].  Benjamin Ferencz admet dans une interview qu'il a utilisé des menaces et des intimidations pour obtenir des aveux :

      Vous savez comment j'ai obtenu les déclarations des témoins ? J'allais dans un village où, disons, un pilote américain avait sauté en parachute et avait été battu à mort et j'allais aligner tout le monde contre le mur. Ensuite, je disais :  « Quiconque ment sera abattu sur le champ. Il ne m'est jamais venu à l'esprit que des déclarations prises sous la contrainte seraient invalides . [7]


Ferencz, qui jouit d'une réputation internationale en tant que défenseur de la paix mondiale, raconte en outre une histoire concernant son interrogatoire d'un colonel SS. Ferencz a expliqué qu'il avait sorti son pistolet pour l'intimider :

Que faites-vous quand il pense qu'il est toujours en charge? Je dois lui montrer que je suis responsable. Tout ce que j'ai à faire, c'est d'appuyer sur la gâchette et de la consigner  comme auf der Flucht erschossen [j’ai tiré car il essayait de fuir]… J'ai dit « vous êtes dans un uniforme sale monsieur, enlevez-le ! » Je l'ai déshabillé et j'ai jeté ses vêtements par la fenêtre. Il est resté là nu pendant une demi-heure, couvrant ses couilles avec ses mains, ne ressemblant pas du tout à l'officier SS qu'il était censé être. Puis j'ai dit « maintenant écoutez, vous et moi allons nous entendre maintenant. Je suis juif, j'adorerais te tuer et te marquer comme « auf der Flucht erschossen », mais je vais faire ce que tu ne ferais jamais. Tu vas t’asseoir et écrire exactement ce qui s'est passé : quand tu as entré dans le camp, qui était là, combien sont morts, pourquoi ils sont morts, tout le reste à ce sujet. Ou tu n'es pas obligé de faire ça – tu n'as aucune obligation – tu peux écrire une note de cinq lignes à ta femme, et j'essaierai de la remettre… » [Ferencz obtient la déclaration souhaitée et continue :] Je suis alors allé voir quelqu'un à l'extérieur et lui ai dit : « Major, j'ai cet affidavit, mais je ne vais pas l'utiliser—c'est une confession forcée. Je veux que vous y alliez, que vous soyez gentil avec lui et que vous la réécriviez. » La seconde confession me semblait bien, je lui ai dit de garder la seconde et de détruire la première. C'était ainsi.”.[8]

Le fait que Ferencz ait menacé et humilié son témoin et l'ait signalé à son officier supérieur indique qu'il opérait dans une culture où de telles méthodes illégales étaient acceptables. [9]  Tout diplômé en droit de Harvard sait qu'une telle preuve n'est pas admissible devant un tribunal légitime.

Benjamin Ferencz, procureur général : « J'ai vu une fois des DP [personnes déplacées] battre un SS puis l'attacher à la civière en acier d'un crématorium. Ils l'ont glissé dans le four, ont allumé le feu et l'ont ressorti. Battez-le à nouveau et remettez-le dedans jusqu'à ce qu'il soit brûlé vif. Je n'ai rien fait pour arrêter cela. Je suppose que j'aurais pu brandir mon arme ou tirer en l'air, mais je n'étais pas enclin à le faire.

Robert Kempner

Robert Kempner était le procureur en chef américain dans le procès des ministères à Nuremberg dans lequel 21 représentants du gouvernement allemand étaient accusés. Kempner était un juif allemand qui avait perdu son poste de conseiller juridique en chef du département de police prussien à cause des lois raciales nationales-socialistes. Il a été contraint d'émigrer d'abord en Italie puis aux États-Unis. Kempner était amer à propos de l'expérience et était impatient de poursuivre et de condamner les fonctionnaires allemands au service du gouvernement. [10]

Kempner a soudoyé le sous-secrétaire Friedrich Wilhelm Gaus, un haut responsable du ministère allemand des Affaires étrangères, pour qu'il témoigne pour l'accusation dans le procès des Ministères. La transcription de l'interrogatoire de Gaus par Kempner révèle que Kempner a persuadé Gaus d'échanger le rôle d'accusé contre celui de collaborateur de l'accusation. Gaus a été libéré de son isolement deux jours après son interrogatoire. Quelques jours plus tard, un journal allemand a rapporté une longue déclaration manuscrite de Gaus dans laquelle Gaus a avoué la culpabilité collective du service gouvernemental allemand. Kempner avait transmis l'accusation de Gaus au journal. [11]

De nombreuses personnes ont critiqué les méthodes d'interrogatoire musclées de Kempner. Dans le cas de Friedrich Gaus, par exemple, Kempner avait menacé de remettre Gaus aux Soviétiques à moins que Gaus ne soit disposé à coopérer. [12]  L'avocat américain Charles LaFollete a déclaré à propos de Kempner :

"Une méthode d'interrogatoire insensée et illégale était de notoriété publique à Nuremberg tout le temps où j'étais là-bas et certains ont protesté parmi ceux   qui anticipaient l'avènement d'un jour, tel que nous l'avons maintenant, où les Allemands tenteraient de faire des martyrs des criminels de droit commun jugés à Nuremberg. [13]

Kempner a également tenté de soudoyer le secrétaire d'État allemand Ernst von Weizsäcker lors du procès des ministères. Cependant, von Weizsäcker a courageusement refusé de coopérer. Richard von Weizsäcker, qui a aidé à défendre son père au procès, a écrit : « Au cours de la procédure, Kempner m'a dit un jour que même si notre défense était très bonne, elle souffrait d'une erreur : nous aurions dû le transformer, Kempner, en la défense de mon père. avocat." Richard von Weizsäcker a estimé que les paroles de Kempner n'étaient que du pur cynisme. [14]

Le Dr Arthur Butz conclut que

« Il existe d'excellentes raisons, d'après les archives publiques, de croire que Kempner a abusé du pouvoir qu'il avait devant les tribunaux militaires et a produit des « preuves » par des méthodes inappropriées impliquant des menaces et diverses formes de coercition. » [15]

Torture de témoins

Les Juifs ont souvent utilisé la torture pour aider à condamner les accusés allemands à Nuremberg et dans d'autres procès d'après-guerre. L'aveu de Rudolf Höss, l'ancien commandant d'Auschwitz, est un exemple emblématique du recours à la torture pour obtenir des preuves. Le témoignage de Höss à l'IMT était la preuve la plus importante présentée d'un programme d'extermination allemand. Höss a déclaré que plus de 2,5 millions de personnes avaient été exterminées dans les chambres à gaz d'Auschwitz et que 500 000 autres détenus y étaient morts d'autres causes. [16]  Aucun défenseur de l'histoire de l'Holocauste n'accepte aujourd'hui ces chiffres gonflés, et d'autres parties clés du témoignage de Höss à l'IMT sont largement reconnues comme fausses.

En 1983, le livre anti-nazi  Legions of  Death  de Rupert Butler a déclaré que le sergent juif. Bernard Clarke et d'autres officiers britanniques ont torturé Rudolf Höss pour qu'il fasse ses aveux. La torture de Höss était exceptionnellement brutale. Ni Bernard Clarke ni Rupert Butler ne trouvent quoi que ce soit de mal ou d'immoral dans la torture de Höss. Aucun d'eux ne semble comprendre l'importance de leurs révélations. Bernard Clarke et Rupert Butler prouvent que le témoignage de Höss à Nuremberg a été obtenu par la torture, et n'est donc pas une preuve crédible pour établir un programme de génocide allemand contre les Juifs européens. [17]

Bernard Clarke n'était pas le seul juif à torturer des Allemands pour obtenir des aveux. Tuviah Friedman, par exemple, était un juif polonais qui a survécu aux camps de concentration allemands. Friedman, de son propre aveu, a battu jusqu'à 20 prisonniers allemands par jour pour obtenir des aveux et éliminer les officiers SS. Friedman a déclaré que

« Cela m'a donné satisfaction. Je voulais voir s'ils pleureraient ou demanderaient grâce. » [18]

De nombreux enquêteurs dans les procès dirigés par les Alliés étaient des réfugiés juifs d'Allemagne qui détestaient les Allemands. Ces enquêteurs juifs ont donné libre cours à leur haine en traitant brutalement les Allemands pour leur extorquer des aveux. Un sténographe du tribunal de première instance de Dachau a quitté son emploi parce qu'il était indigné par ce qui se passait là-bas au nom de la justice. Il a ensuite témoigné devant un sous-comité du Sénat américain que les interrogateurs les plus brutaux avaient été trois Juifs nés en Allemagne. [19]

Le juge de Pennsylvanie Edward L. Van Roden : “ Nos enquêteurs mettaient une cagoule noire sur la tête de l'accusé, puis le frappaient au visage avec un tuyau en caoutchouc. De nombreux accusés allemands ont eu des dents cassées. Certains ont eu la mâchoire cassée. Tous les Allemands sauf deux, dans les 139 cas sur lesquels nous avons enquêté, avaient reçu des coups de pied dans les testicules jusqu’à leur destruction irréparable. Il s'agissait d'une procédure opératoire standard des enquêteurs américains. ”

En plus de torturer les prévenus pour qu'ils fassent des aveux, certains prévenus n'ont pas vécu assez longtemps pour voir le début de leurs procès. Par exemple, Richard Baer, le dernier commandant d'Auschwitz, a catégoriquement nié l'existence de chambres à gaz homicides lors de ses interrogatoires préliminaires au procès d'Auschwitz à Francfort. Baer est décédé en juin 1963 dans des circonstances mystérieuses alors qu'il était en détention provisoire. Une autopsie réalisée sur Baer à la faculté de médecine de l'université de Francfort-sur-le-Main a révélé que l'ingestion d'un poison inodore et non corrosif ne pouvait être exclue comme cause de décès.

Il est largement connu depuis l'enlèvement illégal d'  Adolf Eichmann  en Argentine que le Mossad israélien a d'immenses capacités grâce à la complicité des juifs argentins. Étant donné que le procureur général Fritz Bauer était un juif sioniste, ce qui aurait dû l'empêcher de diriger l'enquête préliminaire, il est fort possible que les forces de la communauté juive internationale aient pu assassiner Baer dans sa prison. Idéalement, le procès d'Auschwitz à Francfort, en Allemagne, a commencé presque immédiatement après la mort de Baer. Avec la mort de Baer, les procureurs du procès ont pu atteindre leur objectif principal : renforcer le mythe de la chambre à gaz et l'établir comme un fait historique inattaquable. [20]

Témoignages par de faux témoin

De faux témoins ont été utilisés dans la plupart des procès des Alliés pour crimes de guerre. Stephen F. Pinter a été procureur de l'armée américaine lors des procès américains d'Allemands à Dachau. Dans un affidavit de 1960, Pinter a déclaré que des "témoins notoirement parjurés" ont été utilisés pour inculper des Allemands de crimes faux et sans fondement. Pinter a déclaré,

« Malheureusement, à la suite de ces erreurs judiciaires, de nombreux innocents ont été condamnés et certains ont été exécutés. » [21]

Joseph Halow, un jeune sténographe judiciaire américain aux procès de Dachau en 1947, a décrit plus tard certains des faux témoins des procès de Dachau :

La majeure partie des témoins à charge dans les affaires des camps de concentration étaient ce qu'on a appelé les « témoins professionnels », et tous ceux qui travaillaient à Dachau les considéraient comme tels. Ils étaient  « Professionnels », puisqu'ils étaient payés pour chaque jour de témoignage. De plus, ils ont été logés et nourris gratuitement, à une époque où cela était difficile en Allemagne. Certains d'entre eux sont restés à Dachau pendant des mois, témoignant dans chacune des  affaires concentrationnaires. En d'autres termes, ces témoins gagnaient leur vie en témoignant pour l'accusation. Habituellement, il s'agissait d'anciens détenus des camps, et leur forte haine des Allemands aurait dû, à tout le moins, remettre en cause leur témoignage.[22]

Un exemple embarrassant de témoignages parjurés s'est produit lors des procès de Dachau. L'enquêteur juif américain Josef Kirschbaum a amené un ancien détenu d'un camp de concentration nommé Einstein devant le tribunal pour témoigner que l'accusé, Menzel, avait assassiné le frère d'Einstein. Menzel, cependant, a déjoué ce témoignage - il n'avait qu'à montrer le frère d'Einstein assis dans la salle d'audience écoutant l'histoire de son propre meurtre. Kirschbaum se tourna alors vers Einstein et s'exclama :

Comment pouvons-nous amener ce cochon à la potence, si vous êtes assez stupide pour amener votre frère à la cour ?[23]

Avocat Lynch Mobs :  l'enquêteur américain Joseph Kirschbaum  Comment pouvons-nous amener ce cochon à la potence, si vous êtes assez stupide pour amener votre frère au tribunal ?

L'utilisation de faux témoins a été reconnue par Johann Neuhäusler, qui était un combattant de la résistance ecclésiastique et fut interné dans deux camps de concentration allemands de 1941 à 1945. Neuhäusler a écrit que dans certains des procès dirigés par les Américains :

« de nombreux témoins, peut-être 90 %, étaient des témoins professionnels rémunérés avec des antécédents judiciaires allant du vol à l'homosexualité. » [24]

De faux témoignages de témoins oculaires juifs ont souvent été utilisés pour tenter de condamner des accusés innocents. Par exemple, John Demjanjuk, un citoyen américain naturalisé, a été accusé par des témoins oculaires d'être un garde meurtrier à Treblinka et surnommé Ivan le Terrible. Demjanjuk a été expulsé vers Israël, et un tribunal israélien l'a jugé et condamné principalement sur la base du témoignage oculaire de cinq survivants juifs de Treblinka. L'avocat de la défense de Demjanjuk a finalement découvert de nouvelles preuves prouvant que le KGB soviétique avait piégé Demjanjuk en falsifiant des documents pour montrer qu'il était un garde à Treblinka. La Cour suprême israélienne a jugé que les cinq témoignages juifs n'étaient pas crédibles et que Demjanjuk était innocent. [25]

Un autre exemple de faux témoignage juif de l'histoire de l'Holocauste s'est produit dans le cas de Frank Walus, qui était un ouvrier d'usine à la retraite de Chicago accusé d'avoir tué des Juifs dans sa Pologne natale pendant la guerre. Une accusation de Simon Wiesenthal selon laquelle Walus avait travaillé pour la Gestapo ; et il a incité le gouvernement américain à intenter une action en justice. Onze Juifs ont témoigné sous serment lors du procès que Walus avait assassiné des Juifs pendant la guerre. Après une bataille juridique coûteuse de quatre ans, Walus a finalement pu prouver qu'il avait passé les années de guerre en tant qu'adolescent à travailler dans des fermes allemandes. Un article de l'American Bar Association publié en 1981 concluait à propos du procès de Walus que “ … dans une atmosphère de haine et de dégoût confinant à l'hystérie, le gouvernement a persécuté un homme innocent. ” [26]

Certains documents utilisés pour condamner les Allemands montrent des ajouts évidents d'après-guerre , des chiffres inexacts et gonflés et des signatures inhabituelles sur des pages non incriminantes. D'autres documents ont été créés pour blâmer les Allemands pour les crimes des Alliés, y compris le massacre de Katyn. D'autres documents ont été scellés de manière inexplicable pendant 100 cents ans, y compris le  massacre d'Oradour-sur-Glane  .

Rôle des procureurs juifs dans les procès

Un Russe a demandé à Benjamin Ferencz pourquoi les Américains ne se contentaient pas de tuer les criminels de guerre allemands. Ferencz a répondu : « … nous ne faisons pas cela. Nous allons leur donner un procès équitable. » [27]  Robert Kempner a déclaré que le procès de Nuremberg et d'autres ont abouti à « le plus grand séminaire d'histoire jamais organisé ». [28]  En réalité, les Allemands n'ont pas bénéficié de procès équitables après la Seconde Guerre mondiale, et les procès qu'ils ont reçus ont joué un rôle majeur dans l'établissement de l'histoire frauduleuse de l'Holocauste.

Les Juifs ont joué un rôle crucial dans l'organisation de l'IMT à Nuremberg. Nahum Goldmann, un ancien président du Congrès juif mondial (WJC), a déclaré dans ses mémoires que le Tribunal de Nuremberg était le fruit de l'imagination des responsables du WJC. Goldmann a déclaré que ce n'est qu'après des efforts persistants des responsables du WJC que les dirigeants alliés ont été persuadés d'accepter l'idée du tribunal de Nuremberg. [29]  Le WJC a également joué un rôle important mais moins évident dans les procédures quotidiennes du procès. [30]

Deux officiers juifs de l'armée américaine ont également joué un rôle clé dans les procès de Nuremberg. Le lieutenant-colonel Murray Bernays, un éminent avocat de New York, a persuadé le secrétaire américain à la Guerre Henry Stimson et d'autres de traduire en justice les dirigeants allemands vaincus. [31] Le  colonel David Marcus, un fervent sioniste, était à la tête de la division des crimes de guerre du gouvernement américain de février 1946 à avril 1947. Marcus a été nommé à la tête de la division des crimes de guerre principalement afin de « reprendre la tâche gigantesque de sélectionner des centaines de personnes. des juges, des procureurs et des avocats » pour les procès du NMT de Nuremberg. [32]

Un passage  d'une lettre du 25 septembre 1945 du sénateur américain du Connecticut, Thomas J. Dodd, qui était procureur exécutif pour les États-Unis à Nuremberg.

Cette influence juive a amené les Alliés à accorder une attention particulière à l'extermination présumée de 6 millions de Juifs. Le procureur en chef des États-Unis, Robert H. Jackson, par exemple, a déclaré dans son discours d'ouverture au tribunal de Nuremberg :

“ Les crimes les plus sauvages et les plus nombreux planifiés et commis par les nazis étaient ceux contre les Juifs… C'est mon but de montrer un plan et un dessein auquel tous les nazis ont été fanatiquement commis, pour anéantir tout le peuple juif… Le but avoué était la destruction du peuple juif dans son ensemble… L'histoire n'enregistre pas un crime jamais perpétré contre autant de victimes ou un crime jamais commis avec une cruauté aussi calculée. ” [33]

Le procureur britannique Sir Hartley Shawcross a fait écho aux propos de Jackson dans son discours final devant l'IMT. Sur la base de l'influence juive, de nombreux autres procès liés à l'Holocauste ont eu lieu plus tard en Allemagne de l'Ouest, en Israël et aux États-Unis, y compris les procès très médiatisés à Jérusalem d'Adolf Eichmann et de John Demjanjuk. [34]

L'influence juive en Allemagne a abouti à ce qu'un accusé soit  présumé coupable  simplement pour avoir été dans un camp de concentration allemand pendant la guerre. Par exemple, après avoir été acquitté par la Cour suprême israélienne, John Demjanjuk a de nouveau été inculpé au motif qu'il avait été un gardien nommé Ivan Demjanjuk au camp de Sobibor en Pologne. Le 11 mai 2009, Demjanjuk a été expulsé de Cleveland pour être jugé en Allemagne. Demjanjuk a été reconnu coupable par un tribunal pénal allemand de complicité du meurtre de 27.900 personnes à Sobibor et condamné à cinq ans de prison. Aucune preuve n'a été présentée au procès de Demjanjuk le liant à des crimes spécifiques. Demjanjuk est décédé en Allemagne avant que son appel puisse être entendu par une cour d'appel allemande. [35]

Cette nouvelle ligne de pensée allemande est à couper le souffle dans son injustice. Il suppose à tort que certains camps de concentration allemands ont été utilisés dans le seul but d'exterminer les Juifs alors qu'en fait,  aucun camp n’a servi à cela. De plus, cette loi allemande déclare une personne coupable simplement parce qu'elle se trouve dans n'importe quel camp. Les gens peuvent être reconnus coupables d'un crime même si aucune preuve n'est présentée qu'ils ont commis un crime. Des groupes juifs tels que le Centre Simon Wiesenthal ont poursuivi et condamné d'autres gardes allemands âgés en vertu de cette ligne de pensée juridique allemande. [36]

Les nations alliées victorieuses elles-mêmes sont-elles désormais piégées dans les lois de « Nuremberg » ? Aujourd'hui, dans plus de 20  nations occidentales et « alliées », il est soit explicitement illégal de remettre en question l'Holocauste, soit indirectement rendu illégal en vertu de discours de « haine », de « discrimination raciale » et/ou contre les lois sur les « droits humains » toujours plus nombreux (et nouveaux).

Conclusion

L'IMT et plus tard les procès pour crimes de guerre dirigés par les Alliés étaient une parodie de justice organisée par des Juifs qui voulaient diaboliser et condamner les Allemands pour meurtre. Ces procès menés par les Alliés étaient des procédures à motivation politique qui accusaient à tort les Allemands de mener une politique de génocide contre les Juifs européens.

Alexandre Soljenitsyne  est devenu un opposant déclaré au marxisme… il a mis à nu la machine à tuer la plus horrible de l'histoire et a conclu que les Juifs étaient principalement responsables de la révolution bolchevique.

Notes :
[1]  Ehrenfreund, Norbert,  L'héritage de Nuremberg : Comment les procès pour crimes de guerre nazis ont changé le cours de l'histoire , New York : Palgrave MacMillan, 2007, p. 140.
[2]
 Stover, Eric, Peskin, Victor et Koenig, Alexa,  Hiding in Plain Sight : The Pursuit of War Criminals from Nuremberg to the War on Terror , Oakland, Californie : University of California Press, 2016, p. 32.
[3]  Stuart, Heikelina Verrijn et Simons, Marlise,  Le Procureur et le Juge , Amsterdam : Amsterdam University Press, 2009, p. 17.
[4]
 Idem .
[5]  Lowe, Keith,  The Fear and the Freedom : How the Second World War Changed Us , New York : St. Martin's Press, 2017, p. 198.
[6]  Jardim, Tomaz,  The Mauthausen Trial , Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 2012, p. 6.
[7]  Brzezinski, Matthew, « Giving Hitler Hell »,  The Washington Post Magazine , 24 juillet 2005, p. 26.
[8]  Jardim, Tomaz,  The Mauthausen Trial , Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 2012, pp. 82-83.
[9]  Idem ., p. 83.
[10]  Weizsäcker, Richard von,  De Weimar au mur : ma vie dans la politique allemande , New York : Broadway Books, 1997, pp. 92, 97.
[11]
 Ibid ., p. 97-98.
[12]  Maguire, Peter,  Law and War : International Law & American History , New York : Columbia University Press, 2010, p. 117.
[13]  Frei, Norbert,  Adenauer's Germany and the Past : The Politics of Amnesty and Integration , New York : Columbia University Press, 2002, p. 108.
[14]  Weizsäcker, Richard von,  De Weimar au mur : ma vie dans la politique allemande , New York : Broadway Books, 1997, pp. 98-99.
[15]
 Butz, Arthur R.,  The Hoax of the Twentieth Century : The Case against the Presumed Extermination of European  Jewry , Newport Beach, Californie : Institute of Historical Review, 1993, p. 169.
[16]  Taylor, Telford,  The Anatomy of the Nuremberg Trials : A Personal Memoir , New York : Alfred A. Knopf, 1992, p. 363.
[17]  Faurisson, Robert, « Comment les Britanniques ont obtenu les confessions de Rudolf Höss »,  The Journal of Historical Review , vol. 7, n° 4, hiver 1986-87, pp. 392-399.
[18]
 Stover, Eric, Peskin, Victor et Koenig, Alexa,  Hiding in Plain Sight : The Pursuit of War Criminals from Nuremberg to the War on Terror , Oakland, Californie : University of California Press, 2016, pp. 70- 71.
[19]  Halow, Joseph, « Innocent à Dachau : Le procès et la punition de Franz Kofler et al. »,  The Journal of Historical  Review , Vol. 9, n° 4, hiver 1989-1990, p. 459. Voir aussi Bower, Tom,  Blind Eye to Murder , Warner Books, 1997, pp. 304, 310, 313.
[20]  Staeglich, Wilhelm,  Auschwitz : A Judge Looks at the Evidence , Institute for Historical Review, 1990, pp. 238-239.
[21]  Déclaration sous serment et notariée de Stephen F. Pinter, 9 février 1960. Fac-similé dans Erich Kern, éd., Verheimlichte Dokumente, Munich : 1988, p. 429.
[22]
 Halow, Joseph,  Innocent at Dachau , Newport Beach, Californie : Institute for Historical Review, 1992, p. 61.
[23]  Idem , p. 312-313 ; voir aussi Utley, Freda,  The High Cost of Vengeance , Chicago : Henry Regnery Company, 1949, p. 195.
[24]  Frei, Norbert,  Adenauer's Germany and the Past : The Politics of Amnesty and Integration , New York : Columbia University Press, 2002, pp. 110-111.
[25]  Un excellent compte rendu du procès de John Demjanjuk est fourni dans Sheftel, Yoram,  Defending "Ivan the Terrible ":  The Conspiracy to Convict John Demjanjuk , Washington, DC, Regnery Publishing, Inc., 1996.
[26]  « The Nazi Who Never Was »,  The Washington Post , 10 mai 1981, pp. B5, B8.
[27]  Stuart, Heikelina Verrijn et Simons, Marlise,  Le Procureur et le Juge , Amsterdam : Amsterdam University Press, 2009, p. 16.
[28]
 Bazyler, Michael,  Holocaust, Genocide and the Law : A Quest for Justice in a Post-Holocauste World , New York : Oxford University Press, 2016, p. 106.
[29]  Goldmann, Nahum,  L'autobiographie de Nahum Goldmann : soixante ans de vie juive , New York : Holt, Rinehart et Winston, 1969, pp. 216-217.
[30]  Weber, Mark, « Les procès de Nuremberg et l'Holocauste »,  The Journal of Historical Review , vol. 12, n° 2, été 1992, p. 170.
[31]
 Conot, Robert E.,  Justice at Nuremberg , New York : Harper & Row, 1983, pp. 10-13.
[32]  Butz, Arthur R.,  The Hoax of the Twentieth Century : The Case against the Presumed Extermination of European  Jewry , Newport Beach, Californie : Institute of Historical Review, 1993, pp. 27-28.
[33]  Bureau du chef du conseil des États-Unis pour la poursuite de la criminalité de l'Axe, de  la conspiration et de l'agression nazies  (11 vols.), Washington, DC : gouvernement américain, 1946-1948. (La « série rouge ») / NC&A, Vol. 1, p. 134-135.
[34]  Weber, Mark, « Les procès de Nuremberg et l'Holocauste »,  The Journal of Historical Review , vol. 12, n° 2, été 1992, pp. 167-169.
[35]
 The Dallas Morning News , 7 mai 2013, p. 9A.
[36]  Idem .
Source : How Jews Discredited the Validity of the Allied War-Crimes Trials and Buried the Real Story of WWII

journalisme. 

Prisonniers d’Auschwitz libérés par l'Armée Rouge
  rescapés des chambres à gaz imaginaires
et dont PERSONNE n'a trouvé trace

-----------------------------------------------------------------

VOIR AUSSI :

Hannibal GENSÉRIC

 

9 commentaires:

  1. C'est les maîtres-chanteurs de Nuremberg !

    RépondreSupprimer
  2. L’ arnaque de l’ holocauste a permis aux alliés de diaboliser les Allemands et de passer sous silence les centaines de milliers de civils tués dans les bombardements et le fait que ceux ci ont coupé l’ arrivée de nourriture dans les camps . Quant on sait que Wall street a financé Hitler comme épouvantail pour que les juifs d’Europe émigrent en Palestine, une idée pas populaire dans la communauté juive á l’ époque . L’ arnaque de l’ holocauste a renforcé cette émigration en plus d’ être générateur de « réparations » monétaires sans fin …

    RépondreSupprimer
  3. Avec votre article vous faites le procès de Nuremberg à l'envers. Les services secret Polonais savaient les atrocités commises dans les camps nazis. Pour les alliés difficile d'intervenir aussi loin des bases de la R.A.F. Les troupes des puissances victorieuses dans la libération des camps nazis, virent les atrocités des Allemands sur les prisonniers. Aucun procès n'est parfait mais vouloir innocenter les bourreaux du 3è Reich c'est devenir les complices de ceux-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chambres à gaz sont aussi vraies que le procès et la pendaison de Bill Gates à Guentanamo, n’est-ce pas ?. Faites une recherche « chambre à gaz » sur ce blog et vous aurez des témoignages juifs sur le sujet.

      L’objet de cet article n’est pas de mettre en cause le principe des procès de Nuremberg, mais la malhonnêteté de ceux qui les ont menés sans aucun respect de leurs propres lois et procédures.

      Tout le monde sait qu’en cas de guerre, ceux qui sont défaits ont tous les torts, et que les vainqueurs sont des saints. Exemples récents : Irak, Libye…

      Supprimer
    2. Je répète que le journaliste Michael Baxter accrédité à Guantanamo est crédible. Gates n'est plus de ce monde. Je ne comprends pas votre acharnement à discréditer l'holocauste.

      Supprimer
    3. lolo coste est un canular de juifs qui nous fait bien rigoler

      Supprimer
    4. les vrais bourreaux de la ww2 sont des juifs churchill , roosevelt , staline....quand aux camps , c'étaient des constructions pour éviter aux juifs d’être les victimes de la propre guerre que les juifs avaient fomenté...le seul mot ARBEIT faisait penser aux juifs qu'il s'agissait d'extermination...car travailler est inconnu des juifs...les juifs c'est l'usure et la spéculation ....activités de parasites

      Supprimer
  4. avec les procès farce de nuremberg qui ont condamné les innocents allemands et redonné aux luifs leur pouvoir parasitaire né avec la révolution juive de 1789

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.