vendredi 15 juillet 2022

Où en sommes-nous ? Leonid Savin, expert russe en géopolitique, a répondu à nos questions sur l'avenir possible

Près de six mois se sont écoulés depuis le début de l'opération militaire spéciale russe en Ukraine et le scénario qui se présente à nous n'est pas celui auquel l'Occident s'attendait.

Les attentes caressées par les chancelleries occidentales ici, dans l'Empire du Bien, étaient de voir la Russie perdre son élan initial en peu de temps, pour finir dans une coulée de boue suite aux sanctions politiques et économiques et aux défaites militaires de plus en plus patentes, jusqu'à ce que les armées russes soient obligées de s'arrêter et de rentrer à Moscou la tête basse et la queue entre les jambes, vaincues et humiliées.

Il est difficile de comprendre ce qui passe par la tête de nombreux analystes occidentaux qui nient l'évidence ou, du moins, ne suspendent pas leur jugement en attendant des événements plus précis. Peut-être qu'un sens mal placé du patriotisme pousse certains à se ranger systématiquement du côté de ce qui est maintenant le mauvais côté depuis la chute du mur de Berlin et la dissolution de l'Union soviétique. En pensant aux autres, feu le journaliste allemand Udo Ulfkotte me vient aussi à l'esprit, aux nécessités de la vie quotidienne et à ces petits luxes indispensables qui rendent la vie si agréable à certains qu'ils en oublient qu'ils ne sont que des scribouillards dont on loue les services (ndlr: Sur Udo Ulfkotte, lire: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2017/01/15/une-grande-perte-pour-nos-libertes-udo-ulfkotte-est-mort.html ).

Malgré la quantité impressionnante de sanctions que l'Occident a imposées à la Russie de Poutine, malgré l'aide militaire, économique et en matière de renseignement apportée au régime de Kiev, le Donbass est désormais presque entièrement libéré et Moscou se prépare à libérer également Odessa et la Transnistrie. À moins d'un bouleversement inattendu sur le terrain en faveur de Kiev et de son président qui peut jouer du piano avec son propre pénis, la guerre se terminera probablement par une victoire russe et la réalisation des objectifs déclarés de Moscou.

Quels objectifs, à moyen et à long terme ?

savin.jpg

Leonid Savin, un expert russe en géopolitique, a répondu à nos questions sur l'avenir possible.

--------------------------------------------------------

Pourquoi la politique étrangère américaine stagne-t-elle depuis des décennies sur les voies habituelles que nous connaissons tous bien maintenant ?

La principale technique américaine est simple. En politique intérieure, elle se fonde sur la formule du triangle de fer (entreprises - lobbies - gouvernement) qui se reflète également dans la politique étrangère. Dans les relations internationales, en revanche, Washington utilise le principe de la carotte et du bâton, masqué par l'idée de hard power/soft power. Mais l'objectif est le même: contrôle des ressources à l'étranger, domination et hégémonie.

Est-il possible que la situation actuelle, y compris la guerre en Ukraine, soit due au caractère excessivement raisonnable de la Russie envers l'Occident dans le passé ?

C'est à cause de l'irresponsabilité et de la logique tordue de l'Occident. Même aux États-Unis, de nombreux scientifiques et personnalités politiques s'accordent à dire que la crise en Ukraine est le résultat de l'expansion de l'OTAN impulsée par les États-Unis. Nous constatons maintenant que de nombreuses initiatives de la part des gouvernements occidentaux, en particulier des États-Unis, ont eu lieu pour isoler et fragmenter la Russie. L'esprit de la guerre froide est encore dans leur tête. Mais l'époque de la guerre froide est révolue. La Russie n'attendra pas de voir comment l'Occident tente de la détruire.

La Maison Blanche, le Pentagone et le Département d'État suivent-ils la même ligne de conduite convenue, ou devons-nous nous attendre à une autre "fronde des généraux" comme cela s'est produit avec la Syrie ?

Il semble que la Maison Blanche et le Département d'Etat soient d'accord sur la Russie. Le Pentagone est plus prudent, mais suit les ordres de Biden et Blinken. Le ministère de la Défense a récemment annoncé qu'il allait fournir une aide supplémentaire à l'Ukraine. Globalement, nous voyons donc une stratégie unifiée contre la Russie.

La crise ukrainienne vise-t-elle également à neutraliser les aspirations de Berlin à une plus grande indépendance vis-à-vis de Londres et de Washington ? À votre avis, Berlin aurait-il pu chercher la protection de Moscou ces dernières années en poursuivant un programme sur le long terme ?

L'axe Moscou-Berlin-Paris est le pire cauchemar des atlantistes. En effet, le livre de Brooks Adams écrit à la fin du 19e siècle contient la thèse de la nécessité pour l'Amérique d'empêcher une future amitié entre la Chine, la Russie et l'Allemagne au profit de Washington. Les États-Unis craignent l'intégration continentale de l'Eurasie sous quelque forme que ce soit. C'est pourquoi ils utilisent la stratégie du "diviser pour régner". Jusqu'à présent, il n'y a aucun signe que Berlin s'engage dans une politique souveraine et indépendante. Certains ministres font simplement des pas de géant. Nous avons entendu que l'Allemagne ne fournira plus d'armes à l'Ukraine parce qu'elle doit maintenir la Bundeswehr dans un état normal de fonctionnement. C'est une bonne nouvelle, mais elle n'est pas suffisante. D'autre part, la leçon de la Russie sur l'approvisionnement et les prix du gaz aidera les politiciens allemands à bien réfléchir.

L'opération militaire spéciale en Ukraine se déroule-t-elle comme prévu ?

Oui, c'est le cas. Nous procédons étape par étape. Il n'y a pas de termes concrets, seulement des objectifs. Maintenant, la République populaire de Lugansk a été libérée. L'étape suivante sera la République populaire de Donetsk et d'autres régions d'Ukraine. Chaque jour, il y a moins de chances pour la dictature de Zelensky et plus de chances pour les prochaines revendications russes.

Kiev court-il le risque sérieux de se retrouver enclavé et de voir l'étendue de son territoire fortement réduite, même au profit de certains de ses "amis" à la frontière occidentale ?

Les "amis" de la frontière occidentale sont très intéressés par l'intégration de ces parties de l'Ukraine dans leur territoire le plus rapidement possible. Je pense que ce genre d'opportunité se présentera bientôt. Mais la côte revêt également une importance stratégique pour l'Ukraine. Les régions qui produisent la majeure partie du PIB de l'Ukraine (les secteurs industriels du sud-est) sont actuellement sous contrôle russe. Le port d'Odessa sera une bonne récompense après d'autres succès dans la région de Zaporozhie et la région de Nikolaev sous administration russe (très bientôt, espérons-le).

Pouvez-vous nous informer sur les laboratoires biologiques américains (malheureusement) notoires en Ukraine ?

Les dernières nouvelles concernaient le lien entre les citoyens russes disparus en Ukraine depuis 2014 et l'activité de ces laboratoires. Des enquêtes sont en cours.

Parlons économie : le système MIR rend-il la Russie indépendante de SWIFT et à l'abri de son éventuelle exclusion ?

En Russie, nous pouvons utiliser Mastercard et Visa ; il n'y a pas encore de problèmes. Le MIR est plus indépendant car c'est un produit national, mais il est limité à l'étranger. Aujourd'hui, les gouvernements russes négocient pour l'installer dans des pays amis.

À quoi ressemblera la nouvelle monnaie de réserve internationale, sera-t-elle exclusive ou coexistera-t-elle avec le dollar ?

Sur le marché boursier russe, nous constatons que le yuan est plus utile que le dollar américain. La Chine est en train de construire son propre système de transaction. En outre, Pékin et Moscou ont convenu d'organiser une autre monnaie mondiale pour éviter toute dépendance.

Le moment unipolaire américain est-il définitivement terminé ?

Oui, bien sûr. Mais comme pour tout changement global, nous aurons des turbulences pendant un certain temps encore.

Si vous le permettez, j'aimerais conclure par une question naïve : pourquoi les peuples occidentaux sont-ils encore si convaincus que leurs gouvernements sont "bons" ?

Les raisons sont peu nombreuses. Les gouvernements sont issus du peuple et le mythe de la démocratie reste fort. Les élites politiques disposent d'outils d'influence, de l'éducation aux médias en passant par l'appareil répressif. Enfin, ces dernières décennies, on a assisté à un sérieux déclin de la pensée politique indépendante, influencée par le consumérisme.

Source

1 commentaire:

  1. L'homme Occidental est majoritairement stupide, vivant pour les loisirs. La crise qui est là va réveiller ces moutons.

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.