jeudi 15 décembre 2022

Combien de temps la guerre d'Ukraine peut-elle durer ?

 
Théoriquement --- jusqu'à ce que la carte de crédit de l'empire américain soit refusée.
Quelle est la date d'expiration de l'aventure militaire ukrainienne des néocons ? Je ne sais pas. Je pense que la Russie l'emportera, mais pas avant qu'un fleuve Dniepr de sang slave n'inonde les champs de la mort de l'Ukraine et que les nations occidentales ne subissent les chocs à haute tension paralysants de l'austérité néolibérale.
Ce qui fermerait le spectacle d'horreur ukrainien du jour au lendemain est analogue au gars qui ferme les comptes de sa femme accro au shopping après qu'elle les ait presque conduits à la faillite du chapitre 7. Derrière le comptoir de vente Saks Fifth Avenue rempli de robes de créateurs, l'employé prétentieux délivre un message qui envoie la femme dans un état de choc catatonique : "Je suis désolé, mais votre carte de crédit a été refusée." L'Empire américain pourrait un jour entendre ces mots. Lorsque cela se produit, l'écran vidéo clignote, "Game Over". Pas seulement en Ukraine, mais partout ailleurs aussi.

L'Amérique dépense plus pour son armée que le total des dix pays qui suivent  (* Scientific American). Les États-Unis peuvent encore créer des billions de dollars numériques à partir de rien sans entrer dans une hyperinflation en chute libre. Cela permet aux chickenhawks américains de continuer à jouer à Napoléon longtemps après que d'autres auraient emballé leurs jouets et seraient rentrés chez eux. Les néoconservateurs ont traîné la débâcle en Afghanistan pendant plus de vingt ans.

Le porc-épic du Projet Ukraine a des piquants acérés. Les États-Unis et l'OTAN ont dépensé des milliards pour former leurs bataillons néonazis d'Azov et leur ont fourni un tas d'armes aussi haut que le mont Kilimandjaro. Vous n'aimez peut-être pas leur homme politique Stepan Bandera, mais il est difficile de nier qu'Azov est un dur à cuire. Zelensky peut également pousser des millions de civils à la conscription forcée dans un hachoir à viande muni de lames rotatives géantes. Cependant, ce n'est pas seulement l'armée ukrainienne que la Russie doit affronter.

Les satellites espions US-OTAN et les jouets de surveillance de haute technologie fournissent un soutien logistique aux forces de Zelensky. Lorsqu'un missile ukrainien frappe une cible russe, il est probable que le Pentagone a fourni les coordonnées. Allez SpaceX. Oui, Elon Musk a amélioré Twitter. Non, je ne fais pas confiance au gars qui veut insérer une puce cérébrale dans ma tête et qui est le leader « Tony Stark » du programme Skynet de Deep State.

Certains prétendent que l'armée américaine est composée de pissenlits obèses fonctionnellement analphabètes qui font un arrêt cardiaque après dix sauts avec écart. Je pense que c'est une grande partie de l'élastique  réalité. Cependant, même si cela était vrai à distance, ce n'est pas le grognement américain moyen sur le terrain en Ukraine. Ce sont les gars des opérations spéciales - Bérets verts, Navy SEALS et tenues similaires. Ces mecs lancent des crochets du gauches durs.

Le soleil s'est couché sur l'Empire britannique (ou peut-être a-t-il été absorbé par les États-Unis), mais beaucoup considèrent le SAS britannique comme la première force de combat d'élite. Assurément, ils sont de la partie. Un tueur entraîné qui peut citer Shakespeare est un type dangereux.

Des rapports crédibles indiquent que la Pologne a envoyé plus de 10.000 soldats en Ukraine. Le gouvernement polonais prévoit d'annexer une partie de l'Ukraine une fois le sock hop terminé. La Pologne a couru le même jeu en s'emparant du territoire allemand après la Première Guerre mondiale. Une décision qu'ils ont fini par regretter lorsque la Wehrmacht a traversé la frontière et s'est se vengée amèrement. La Pologne a déjà commencé à recevoir des envois « retour à l'expéditeur » de sacs mortuaires.

La Russie fait également face à Blackwater (aujourd'hui Constellis) et à des armées commerciales similaires. L'imprimerie en dollars américains a encore assez d'encre invisible pour couper des piles de chèques de paie de mercenaires. Beaucoup de ces « volontaires étrangers » ont appris leur métier dans les foyers d'Irak et d'Afghanistan.

Même si la Russie anéantit toute l'armée ukrainienne et ses conseillers et équipes de soutien US/OTAN, les néocons détiennent toujours une vilaine carte de la mort dans leur poche arrière. L'armée par procuration de l’État islamique (ISIS) de la CIA continue de mener une guerre sainte contre la Russie en Syrie. Pour une petite augmentation de salaire, je pense que beaucoup seraient ravis de déménager en Ukraine pour avoir la chance de mener le djihad sous le porche de l'ennemi. Il ne fait aucun doute que le club Great Reset apprécierait de voir ses mercenaires de l'ISIS jaillir de l'Ukraine vers les Balkans et vers l'Europe occidentale.

Zelensky a déclaré publiquement qu'il voulait transformer l'Ukraine en un « grand Israël ». (tel que rapporté dans The Jewish Telegraphic Agency). Compte tenu de son objectif déclaré, la logique veut que Tsahal et le Mossad lui fournissent une assistance secrète. Si un « grand Israël » surgit de l'Ukraine, ce voisinage sera aussi profitable aux Européens qu'il a profité aux Syriens et aux Palestiniens avec le « petit Israël ».

À la ténacité des États-Unis à tenir bon en Ukraine s'ajoute la haine pathologique des néoconservateurs (majoritairement juifs) envers la race slave. Péperper l'Holodomor 2.0 tout en saignant simultanément la Russie représente une grande victoire pour la loterie sioniste Rothschild. Pour eux, le sang d'un enfant est comme l'ambroisie du mont Olympe. Le conflit en Ukraine promet des morgues pleines d'enfants morts. Rappelez-vous : La virago néocon(ne) Madeleine Albright s'est vantée à la télévision de son rôle dans la mort de 500.000 enfants irakiens affamés.

De multiples entités infâmes ont enfermé leurs dents sur l'Ukraine, et il va être difficile de leur faire dire ahh. Bill Gates et ses copains de Monsanto (intégrés à Bayer) ont l'intention de s'emparer des richesses agricoles de l'Ukraine pour modifier génétiquement et contrôler davantage l'approvisionnement alimentaire mondial.  Les banquiers de la Réserve fédérale adorent la dette de guerre générée par le projet Ukraine. Le conflit en Ukraine fournit également un approvisionnement régulier de prostituées sous contrat aux réseaux de trafic sexuel de la mafia sioniste.

À ce stade, vous pourriez penser que je dis que la Russie est plus morte qu'un chat tigre paraplégique sur un circuit Indy 500. À peine. Les forces spéciales russes (Spetsnaz) comptent parmi les combattants les plus coriaces et les mieux entraînés au monde. Les rangs du groupe Wagner (une version hybride russe de Blackwater et de la garde prétorienne de Rome) contiennent des vétérans de la guerre syrienne qui ont envoyé des hordes de combattants de l'EI au paradis d'Allah. N'oubliez pas les commandos tchétchènes. Ces chats se déchaînent plus fort qu'Attila le Hun lors d'un concert de Guns and Roses.

Selon Deep State Google, l'armée russe compte un million d'actifs et deux millions de réservistes. Cela donne à la Russie un avantage en matière de main-d'œuvre. En temps de guerre, les chiffres comptent.

La Russie détient également un avantage en matière de ligne d'approvisionnement. Elle peut faire entrer des armes et des hommes en Ukraine aussi longtemps que dure le conflit. Les États-Unis sont compétents grâce à leurs vassaux européens pour les livraisons d'armes à l'Ukraine. Si les néoconservateurs américains continuent de démanteler les économies européennes, ils pourraient faire craquer l'UE. Quand suffisamment d'Européens se rendront compte que leur "allié" américain a transformé leurs nations en enfers dystopiques en faillite, le chant officiel du football européen pourrait devenir "Yankee go home!"

La Russie comprend les enjeux. Si l'OTAN gagne en Ukraine, le pillage Sion-bankster de la Russie qui s'ensuivra fera ressembler le pillage de Wall Street des années 1990 à une soupe populaire d'église. La victoire de l'OTAN signifie la mort nationale russe.

Ne sous-estimez jamais la détermination russe lorsqu'il s'agit de défendre la patrie. Le général Paulus (promu maréchal de camp par Hitler quelques heures avant de se rendre aux Soviétiques) a reçu une dure leçon sur le sujet pendant le siège de Stalingrad. Les forces de l'Armée rouge du général Joukov ont démontré la férocité de la vengeance russe alors qu'elles se frayaient un chemin au cœur de Berlin.

Si Zelensky et son cabinet devaient un jour faire face à la justice devant un tribunal militaire russe, je pense que plus que quelques aspirants d'Albert Pierrepoint se disputeraient la chance de tirer la corde. Je ne suis pas optimiste quant à ce scénario. Lorsque l'expérience ukrainienne explosera enfin, j'imagine que Zelensky et sa tribu seront exfiltrés vers les climats plus ensoleillés de Tel-Aviv et de Miami. Peut-être que les Ukrainiens se réveilleront avant que cela ne se produise et offriront au monde un moment d'image de téléphone portable "Mussolini la tête en bas".

Certains blâment la stratégie initiale du président Poutine consistant à « y aller doucement » pour la nature prolongée de ce conflit. Ils ont appelé à une invasion « choc et effroi », c'est-à-dire à faire exploser et à trier les pièces plus tard. Alors que rétrospectivement, cela semble être la décision militaire la plus pragmatique, Poutine voulait éviter de détruire les infrastructures ukrainiennes et le massacre de civils.

Poutine est un homme d'État doué, mais il il y a aussi du « gangster » en lui. Il n'est pas sorti de l'effondrement de l'Union soviétique comme l'un des hommes les plus riches de Russie en jouant au pâté en croûte. D'après ce que je comprends, il a fait de sérieux mouvements de Michael Corleone. Dans une scène brillante du film "Scarface", Tony Montana fait dérailler sa carrière de gangster en refusant de faire exploser une mère et ses deux enfants avec une voiture piégée. "Pas de femme, pas d'enfant." L'Ukraine a présenté à Poutine un choix analogue. Je ne peux pas le juger. Je laisse cela à l'histoire.

La Russie mène une guerre traditionnelle. Pour les néoconservateurs, s'ils gagnent, ils gagnent, et s'ils perdent, ils gagnent. Tant que le MIC réalise des bénéfices records, que les banquiers recouvrent la dette de guerre et qu'Israël reste l'hégémon du Moyen-Orient, les néoconservateurs attestent que c'est une bonne journée. Voir Irak.

Voir la stratégie de guerre de l'Empire anglo-sioniste américain avec un état d'esprit de la Seconde Guerre mondiale est un voyage mental désuet. L'époque où le général Patton courait sur l'Italie avec un objectif clair de victoire à suivre le chemin du T-Rex. Pour les néoconservateurs, un État-nation en ruine couvert de décombres et de cadavres est une victoire en soi.

Pour mieux comprendre le conflit ukrainien, il est utile d'étudier l'idéologie néoconservatrice. Le père spirituel du néoconservatisme était l'universitaire juif Leo Strauss. Il a remis le bâton du faux prophète à Irving Kristol qui l'a passé à son fils Bill. Le néoconservatisme est un étrange amalgame du capitalisme néolibéral de Milton Friedman, de la projection de puissance de l'Empire romain, du sionisme du parti Likoud et de la pire interprétation possible de la République de Platon.

Je pense qu'il est juste de classer le mouvement néoconservateur comme une organisation terroriste juive*. (* Je n'inclus pas les Juifs innocents là-dedans). Alors que de nombreux néoconservateurs éminents ne sont pas juifs (Dick Cheney, Donald Rumsfeld, Lindsey Graham, Mike Pompeo, etc.), je crois qu'à la base, le néoconservatisme est une construction talmudique. Divulgation complète - je n'ai jamais lu le Talmud. Ma connaissance vient de courts extraits pathologiques qui apparaissent en ligne. Je me rends compte que sortir un morceau de texte de son contexte peut en changer le sens, mais il semble y avoir une «psychologie talmudique» qui traverse les rangs supérieurs de la communauté juive organisée.

La banque internationale de l'esclavage pour dettes est née dans l'ancienne Babylone.* Par coïncidence, le Talmud a fait de même. Je propose que ces deux forces se soient entrelacées et aient évolué ensemble. L'itération moderne de ce mariage est le sionisme Rothschild. L'Ancien Testament interdit aux Juifs de s'engager dans l'usure. Selon la loi mosaïque, c'est un crime capital. (*Les Sumériens ont d'abord inventé la banque d'esclaves de la dette, mais ils ne l'ont pas exportée, ni n'ont impliqué les Juifs).

En le regardant à travers le prisme de la théorie de l'archétype jungien, le néoconservatisme est une branche de "La Synagogue* de Satan". ...

Pour le dossier théologique et la divulgation complète, je m'identifie comme un juif hébreu israélite (ou juif) qui suit le Tao. Mon Talmud est "Une introduction au bouddhisme zen" de DT Suzuki. Ma bible est la bible. ...

Ce qui fait des néoconservateurs une organisation terroriste si dangereuse, c'est que, contrairement au groupe terroriste typique, les néoconservateurs ont le soutien du Pentagone, de l'État profond du Mossad, du lobby sioniste, de la Réserve fédérale, de l'oligarchie et des multinationales. Cela leur a permis de faire un décompte des corps après le 11 septembre qui impressionnerait Staline. Pour ne rien arranger, les néoconservateurs sont à portée de main du football nucléaire.

En ce qui concerne l'analyse de la guerre en Ukraine, je ne prétends pas être un von Clausewitz. Pour une couverture play-by-play et bataille par bataille, je recommande l'ancien inspecteur des armes Scott Ritter et The Duran. Je pense aussi que Mike Whitney fournit des commentaires solides.

Ce que je propose, c'est une extrapolation de Thomas Paine basée sur la mauvaise conduite passée des néoconservateurs. Le sabotage de la catastrophe écologique de Nord Stream 2 prend tout son sens dans le contexte du 11 septembre. Les néoconservateurs ont détruit l'Irak, la Libye et la Syrie. Ils cassent des choses mais ne les remontent pas. Ils dépensent des milliards et tuent des millions. Ils se prolongent des guerres inutiles et, après une défaite militaire tactique, ils vont vers le prochain désastre. Branchez l'Ukraine dans l'équation des néoconservateurs et la conclusion probable est que cela aboutit à un putain de cluster de longue haleine. Pire, cela pourrait accélérer l'effondrement de la civilisation occidentale. Bravo à Oswald Spengler.

...

L'effondrement économique des États-Unis pourrait empêcher ce scénario. Ce n'est pas une perspective agréable pour ceux d'entre nous qui y résident, mais cela pourrait sauver la race humaine de l'extinction. Lorsque la presse à billets Ponzi s'arrête, la guerre d'Ukraine prend fin. Ils devront également fermer les quelque 1000 bases militaires américaines et rapatrier les troupes. Les néoconservateurs en auront besoin pour empêcher les détenus d'incendier l'asile d'aliénés américain. Bien sûr, les néoconservateurs pourraient être ceux qui finissent par recevoir un traitement thérapeutique spécial. Ce serait fou.

 • 13 décembre 2022

6 commentaires:

  1. Belle analyse avec un brin d'humour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Occident est tellement aveuglé par son vide interieur et son arrogance sur sa pretendue superiorité militaire (dépuis au moins la fin de la Deuxieme Guerre Mondiale) que meme les analystes et ecrivains les plus "eclairés" se permettent le luxe tout à fait irresponsable de faire de l'humour, en confirmant ainsi les susdits indices dementiels. Désolé de le dire, mais ce qui tot ou tard va nous arriver non seulement est tout à fait merité, mais probablement nous meriterions encore pire.
      Le fait qu'evidemment nous ne sommes pleinement conscient de notre état pitoyable non seulement ne justifie rien mais plutot il ne fait que souligner, voire, aggrave notre inique stupidité.

      Supprimer
  2. La Russie ne peut pas se permettre de perdre cette "guerre" , car ce n'est plus une opération spéciale , c'est bien une guerre.
    Aujourd'hui il n'y a aucun russe qui n'en soit pas conscient : il y va de la survie du pays .
    Poutine l'a annoncé : "un monde sans la Russie" JAMAIS .
    Ou les euronouilles reviennent à la raison , ou , le monde disparait car à un certain moment l'usage de l'arme nucléaire s'imposera .

    RépondreSupprimer
  3. Oui c'est très brillant. Pensez à Collatéral : quand Tom Cruise manque de munitions, il crève sur pied en effet.

    RépondreSupprimer
  4. Zelensky ne veut pas négocier,cette guerre est trop lucrative pour lui et les oligarques ukrainiens. si le conflit cesse ce sera fini les pluies de dollars et d'euros sur l'Ukraine.

    RépondreSupprimer
  5. En cette fin d’année 2022 le panorama d’un monde en partance...vers l’infini mais surtout son contraire : le fini, voire le très fini est comme chacun peut le constater en bonne voie. Certes, on ne voit pas encore très bien, surtout dans cet Occident mazouté qui vit maintenant dans un monde parallèle, ce que cela va donner. Pourtant tout semble très bien engagé, un système économico-industriel qui a décidé de copier un très célèbre naufrage qui a eu lieu dans l’Atlantique Nord en 1912, une campagne de « vaccination » que l’on peut largement requalifié en campagne d’ingénierie bio-synthétique bien saupoudrée d’eugénisme, vu que le type de produit inoculé n’ a rien à envier à des films de type « Alien, Rea-nimator, Prometheus, etc... » sans oublier le nouvel alphabet LGBTQ+...et au delà, si affinités, pédophilie en open bar, la guerre (pas encore mondiale, quoi que..) en Ukraine, et nous avons là une tambouille tout droit sorti du chaudron des bacchanales du temple de Tulsa Doom dans Conan le Barbare. Il faut quand même reconnaître que pour une civilisation que l’on qualifie de moderne, avancée, on peut légitimement penser que c’est le genre de modèle que beaucoup, ailleurs, là-bas, quelque part dans le cosmos, préfèrent ignorer. 2023 arrive, quand à 2024... nous verrons bien. Pour l’Occident-Mordor son projet de transformer l’humain en chimère bio-synthétique , sorte de robot biofontionnel , suffit à rendre le regard humide aux Schwab, Gates et autres déments de la cafetière. En face, BRICS and co, on veut bien aussi de l’humain « transformé » mais pas uniquement, on veut surtout être entre « parrains » à l’ancienne comme dans le roman de Mario Puzo, le monde des « Schwab » étant pour eux - ou certains d’entre eux - un peu trop loufoque, extravagant pour qu’ils y adhèrent complètement. Le chemin que prendra tout ceci dans un sens ou un autre est égal à zéro, la palme revenant à cet Occident qui après avoir été le fer de lance d’un développement technologique et sociétal colossal a décidé de retourner dans les ténèbres, des ténèbres « high tech » ce qui ne change rien, on comprend que l’autre camp prenne ses distances en voyant la transe hallucinatoire qui agite cet occident passablement ravagé. On sait quelque part que tout ceci se terminera assez mal, l’impuissance du grand nombre face aux desseins de la clique disparate de tocards-circus à la mentalité abyssale, moyen-âgeuse, tordue, pour la plupart corrompus, avilis, malades, provoquera la dislocation-désagrégation de ce monde. On peut raisonnablement penser que le seul avenir qui attend ce monde c’est celui effectivement du « reset » mais pas celui qu’en attend la bande des adorateurs du Pachacamac schwabien. Quelle allure cela va t-il prendre ?.... a vrai dire on s’en fout. Poutine a loupé le coche, mais il n’est pas le seul, la seule différence c’est qu’il aurait pu remettre les pendules à l’heure- avec fracas, certes- ceci aurait au moins été fait. Même dans la fin, ce monde est minable, nous aurons donc droit à une agonie bien larvée, bien crade, un cimetière de maudits et de zombies tombant comme des blattes, résultat d’une humanité fossilisée de l’intérieur...

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.