jeudi 1 décembre 2022

D’autres infos au sujet de l’arnaque crypto. « Il y a un pigeon qui naît chaque minute »

L’escroquerie crypto FTX continue de faire des vagues.

Yves Smith partage quelques remarques sur Sam Bankman-Fried (SBF), l’homme de paille de cette fraude :

Votre serviteur doit admettre que si SBF participe à la conférence du New York Times Dealbook le 30 comme prévu, cela indiquerait soit que son jugement est gravement altéré et qu’il ignore les conseils juridiques, soit qu’il a de bonnes raisons de croire que le risque qu’il soit poursuivi est extrêmement faible. Compte tenu de la nuée d’articles de presse qui sont d’une légèreté déconcertante envers cet arnaqueur en passant sous silence les faits gênants, comme l' »emprunt » de plus de 3 milliards de dollars par SBF qui semble s’être volatilisé (voir ci-dessous), il est permis de penser que les efforts du district sud de New York pour monter un dossier à charge ne sont pas sérieux.

Attention, l’affaire n’est pas terminée tant que la grosse dame n’a pas chanté. Ce qu’il a fallu contre la très branchée Elizabeth Holmes, c’est un reportage tenace du Wall Street Journal, qui a refusé de reculer face aux menaces brutales de l’avocat vedette David Boies (et malgré, ou peut-être parce que Rupert Murdoch avait investi 125 millions de dollars dans Theranos). Il y a beaucoup d’argent de la Silicon Valley dans le projet crypto-monnaie. Une exposition complète ou même partielle mais révélatrice de ce qui s’est passé à FTX et Alameda pourrait facilement jeter un doute justifié sur l’ensemble de l’écosystème.

Le New York Times et d’autres grands sites d’information couvrent les coupables de l’affaire FTX :

Un article sur les interconnexions entre la bourse de Bankman-Fried (FTX) et la société d’investissement qu’il contrôlait (Alameda) a minimisé l’illégalité flagrante de ses transactions avec les fonds des clients. Selon le Times, « le besoin d’Alameda de disposer de fonds pour gérer ses activités de négociation était l’une des principales raisons pour lesquelles M. Bankman-Fried a créé FTX en 2019. Mais la façon dont les deux entités ont été mises en place signifie que les problèmes d’une unité ont secoué l’autre lorsque les prix de la crypto ont commencé à chuter au printemps. »

Ce n’est pas du tout ce qui s’est passé. Lorsque les clients ont réclamé leur argent, Fried ne l’avait plus, car il l’avait utilisé et perdu, illégalement, pour ses propres transactions.

Et ce n’est pas tout. Pour moi, la partie la plus flagrante de l’histoire de FTX est l’utilisation de « jetons«  qui étaient essentiellement des sortes de tickets de réduction que l’on pouvait acheter pour négocier à de meilleures conditions :

Pour comprendre exactement ce qui s’est passé à FTX, il faut comprendre les jetons qu’ils ont lancés ou avec lesquels ils se sont associés. En 2019, FTX a lancé FTT, un jeton de l’écosystème Ethereum qui représentait une réduction des frais d’échange et offrait des réductions aux traders qui le détenaient. Il s’agit du même modèle que celui utilisé par Binance pour lancer son jeton en 2017. Les jetons seraient rachetés sur le marché avec une partie des bénéfices d’échange sur une base régulière, offrant un retour aux investisseurs.

Une énorme partie des jetons FTT était détenue dans le bilan de FTX en tant qu’actif.

Pensez à une épicerie qui offrirait un ticket de réduction à 10 $ pour ses clients réguliers. Le ticket leur donne 15% de réduction sur leur prochain achat de 100$. La vente totale de billets de réduction est limitée à 50 billets. Les personnes qui n’ont pas obtenu de billet en découvrent la valeur et commencent rapidement à les acheter pour 12,50 $.

Mais l’épicerie FTX n’a pas seulement imprimé les 50 tickets de réduction qu’elle avait prévu de vendre mais un total de 50.000 tickets de réduction. Elle affirme alors que les 49.950 billets multipliés par le prix du marché à 12,50 $ le billet représente 624.375 $ d’actifs soutenant l’entreprise. L’épicier s’adresse ensuite à une banque pour obtenir un prêt en argent réel de 500.000 dollars, en offrant ces actifs imprimés en garantie. L’argent qu’il obtient est ensuite utilisé pour financer son grand style de vie.

FTX a fait pire que ça :

Les jetons de l’écosystème Solana, que FTX a contribué à lancer, sont encore plus flagrants. La fuite du bilan de la société montre que FTX détenait d’importantes participations dans Serum, Maps et Oxy.

Il montre que les jetons Serum y sont inscrits comme un actif de 2,2 milliards de dollars. La capitalisation boursière disponible à l’époque était pourtant inférieure à 500 millions de dollars.

Nous n’en sommes pas sûrs, mais il semble probable que des prêts ont été contractés, garantis par les FTT et d’autres jetons mineurs.

Essentiellement, il semble que SBF ait créé sa propre monnaie à partir de ces jetons et qu’il ait ensuite contracté des prêts en dollars US contre cette monnaie auprès de quiconque voulait bien lui offrir.

Cette dernière phrase décrit l’essence du schéma de Ponzi crypto, y compris le bitcoin. Il est construit sur l’hypothèse que des choses sans valeur peuvent être converties en quelque chose de valeur. Eh bien, comme P.T. Barnum a pu le dire : « Il y a un pigeon qui naît chaque minute. » Les bitcoins et autres jetons deviennent des « actifs » parce qu’un jour ou l’autre, un pigeon paiera de l’argent réel pour les acquérir.

L’astuce Bankman-Fried ne peut fonctionner que lorsque les prêteurs ne se soucient pas vraiment de la garantie, car ils pensent que l’épicerie se porte bien :

Et pourquoi les prêteurs Crypto n’offriraient pas de prêts à FTX contre n’importe quelle garantie offerte ?

FTX était la bourse à la croissance la plus rapide de l’histoire de l’industrie. Il avait des investisseurs prestigieux. Son PDG dépensait de l’argent en publicité et en dons politiques. Il semblait assuré que FTX était assez rentable pour rembourser ses emprunts.

Les prêteurs étaient tous des pigeons.

Il y a aussi beaucoup de pigeons en Ukraine.

Jusqu’au 15 novembre, quatre jours après la faillite officielle de FTX, le site officiel https://aid-for-ukraine.io/ ressemblait encore à ceci :

Agrandir – Aidez l’Ukraine avec des cryptos, ne nous laissez pas seul face a l’ennemi

On y trouvait le logo FTX et une citation de son fondateur et PDG Sam Bankman-Fried :

Incroyablement excité mais humble de travailler avec le ministère de la transformation digitale d’Ukraine, Everstake et d’autres pour aider aux crypto-donations pour l’Ukraine – Agrandir

Le lendemain, le logo et la citation avaient disparu :

Mais l’Ukraine continue de participer à l’escroquerie crypto. Elle avait prévu d’intégrer Binance, l’arnaqueur international de crypto, dans son application officielle gouvernementale. Les crypto-escrocs locaux ont protesté contre ce projet :

L’Ukraine a mis en pause son projet d’intégration du service de paiement en crypto de Binance dans l’application officielle du gouvernement après les réactions de la communauté crypto de la nation en crise.

Cette intégration est maintenant en attente pour d’abord « clarifier quelques éléments« , selon un ministre du gouvernement.

L’indignation a été provoquée par les plans du gouvernement d’intégrer le service de la plus grande bourse du monde en volume, à un moment où Binance continue de faire des affaires avec la Russie, qui a envahi l’Ukraine en février. Les bourses de crypto-monnaies du pays ne veulent pas qu’une entreprise étrangère fournisse un service qu’elles peuvent rendre aussi bien. Elles ont montré leur mécontentement en bloquant les échanges du jeton BNB de Binance sur leurs plateformes.

Binance avait intégré son processus de reconnaissance du client (KYC) dans l’application mobile ukrainienne Diia à la fin du mois d’octobre, a rapporté le média d’information crypto local, Forklog. Diia permet aux Ukrainiens de faire des copies numériques de leurs documents délivrés par l’État et des services gouvernementaux en ligne.

L’utilisation du système de Binance permettrait aux Ukrainiens de s’inscrire plus rapidement sur la bourse de crypto-monnaies en utilisant leur profil Diia, a déclaré à Forklog, Kyrylo Khomyakov, directeur général de Binance en Ukraine.

L’arnaque qu’est Binance avait soudoyé quelqu’un pour devenir la  " bourse  " de crypto la plus facilement accessible en Ukraine. L’intégration de l’application aurait attiré de nouveaux clients ukrainiens dans le système de Binance. Les entités locales de l’escroquerie crypto ont protesté contre cela :

Les bourses Kuna, WhiteBit et le service de prêt crypto Trustee Plus ont déposé une pétition auprès du président ukrainien Volodymyr Zelensky pour lui demander de bloquer l’opération. Ils ont également gelé les échanges de BNB, le jeton de Binance, sur leurs plateformes.

« Toute l’attention est maintenant sur Binance, et les échanges locaux sont contrariés« , a déclaré un entrepreneur ukrainien en crypto qui a demandé à ne pas être nommé.

Alors que Kuna, WhiteBit et Trustee sont tous officiellement enregistrés en dehors de l’Ukraine, les fondateurs et les équipes sont ukrainiens, et tous trois étaient basés dans le pays avant de se relocaliser après l’invasion de l’Ukraine.

Alors qu’ils sont en sécurité hors du pays et qu’ils ont évité la conscription, les escrocs ukrainiens veulent continuer à se régaler des fonds de leurs compatriotes [1]. Aucune concurrence étrangère ne doit être autorisée pour cela.

Je trouve un peu étonnant que les employés du gouvernement ukrainien aient le temps de s’occuper de telles bêtises. Seraient-ils du côté des profiteurs de telles escroqueries ?


Par Moon of Alabama – Le 29 novembre 2022 

----------------------------------------------------------------------------------------

[1] Bye bye Kiev, bonjour la Côte d'Azur. Voici comment les élites corrompues d'Ukraine profitent des aides occidentales

VOIR AUSSI :

Arnaque crypto. Un journaliste de Black Coindesk est viré pour avoir noté que tout le staff à FTX était juif

-  Colossale arnaque. La chute de la FTX et de la "crypto-monnaie"

Hannibal Genséric

3 commentaires:

  1. Regardez Hannibal : https://www.zerohedge.com/markets/miami-nightclubs-are-starting-miss-rich-crypto-nerds

    RépondreSupprimer
  2. La perte pour 5 millions de pigeons est totale, sans compter les investisseurs institutionnels.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a un pigeons qui naît chaque minute..
    PT Barnum

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric. Les commentaires par des Anonymes pourraient provenir de trolls, ils sont donc susceptibles d'être supprimés en cas de doute.