mardi 5 avril 2022

Les "fake news" annoncent un mois d'avril cruel pour Kiev : ses troupes vont se faire hacher menu par les forces russes dans le Donbass

Un Moscou indigné a réclamé avec colère une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies lundi sur les allégations d'atrocités commises par les troupes russes dans les zones autour de Kiev au cours du mois dernier. À première vue, cette allégation est une fausse nouvelle, mais elle peut façonner des perceptions erronées au moment où elle est révélée comme de la désinformation.

 

Un rapport de Tass indique : Le ministère russe de la Défense a déclaré dimanche que les forces armées russes avaient quitté Bucha, situé dans la région de Kiev, le 30 mars, alors que « les preuves de crimes » n'apparaissaient que quatre jours plus tard, après que des agents des services de sécurité ukrainiens était arrivé dans la ville. Le ministère a souligné que le 31 mars, le maire de la ville, Anatoly Fedoruk, avait confirmé dans une allocution vidéo qu'il n'y avait pas de troupes russes à Bucha. Cependant, il n'a pas dit un mot sur les civils abattus dans la rue, les mains liées dans le dos.

Ce qui est encore plus surprenant, c'est que quelques minutes après les "dernières nouvelles", les dirigeants occidentaux - chefs d'État, ministres des Affaires étrangères, anciens politiciens - sont apparus avec des déclarations dûment préparées et uniquement basées sur les vidéos, des vidéos de quelques secondes et une série de photos , prêt à déverser des accusations. Aucun avis d'expert n'a été demandé, aucun travail médico-légal n'a été effectué, aucune possibilité n'a été donnée à l'accusé d'être entendu.

Le président français Emmanuel Macron a interrompu sa campagne électorale où il est dans une impasse avec Marine Le Pen pour sa réélection lors du scrutin de dimanche prochain pour qualifier les atrocités russes présumées de "crime de guerre". Il en a été de même pour le chancelier allemand Olaf Scholz, qui est lui aussi en grande difficulté alors que l'Allemagne affiche une inflation de +7,3 % en mars.

Il n'y a rien d'inhabituel à ce que des politiciens aux abois cherchent un bouc émissaire. Ces esprits intelligents que sont Macron et Scholz doivent maintenant se rendre compte que leurs politiques défectueuses mènent inexorablement à une gigantesque défaite stratégique par les mains de la Russie. Mais la grande question est : pourquoi un tel cinéma juste à ce stade ?

Ces fausses nouvelles ont fait surface alors même que la phase 2 de l'opération spéciale russe devrait commencer dans la semaine dans la région orientale du Donbass. Entre 60 et 80 000 soldats ukrainiens, considérés comme les meilleures unités des forces armées, ont été encerclés dans le Donbass.

La feinte russe a porté ses fruits en immobilisant les forces ukrainiennes à Kiev au cours du mois dernier. Au moment où la vérité a éclaté sur cette feinte russe autour de Kiev (même leurs « conseillers » occidentaux n’y ont vu que du feu), le mal était fait. L'énormité de la situation qui en résulte nécessite quelques explications.


La carte ci-dessus reproduite par Novosti (malheureusement, en langue russe) sur la situation exacte du terrain au 3 avril et le commentaire d'Ivan Andreev, un correspondant de guerre expérimenté qui a couvert les opérations russes en Syrie, donne la saillance du chaudron dans le Donbass où la crème de la crème des forces ukrainiennes comptant plusieurs divisions est piégée, isolée par des forces opposées de leur base logistique et d'autres forces amies.

Le chaudron est assez grand, marqué de rayures bleues et noires sur la carte dans la partie supérieure de la région du Donbass en direction de Kharkiv. L'énorme colonne russe qui s'est retirée de la région de Kiev il y a une semaine manœuvre en un grand arc vers ce chaudron contournant Tchernihiv au nord et les villes de Soumy et Kharkiv (près de la frontière russe au nord-est).

Les forces ukrainiennes sont bien armées et se sont fortement fortifiées mais sont incapables d'échapper au piège. Il n'est pas non plus possible pour Kiev d'envoyer des renforts car la campagne à l'ouest se compose de terres agricoles largement ouvertes (jusqu'au fleuve Dniepr). Les Russes ont la maîtrise aérienne et il est impossible de cacher les mouvements ennemis à leurs yeux vagabonds.

Les forces russes ont mis hors service tous les aéroports voisins et détruit systématiquement les réserves de pétrole ukrainiennes voisines tout au long de la phase 1 de l'opération. Comme je l'écrivais dans un blog précédent, il y a trois jours, les forces russes ont porté un coup dévastateur : Notamment, l'aérodrome militaire de Mirgorod dans le centre de la région de Poltava, une plaque tournante stratégiquement importante, a été mis hors service et plusieurs hélicoptères et avions de combat ukrainiens ont été retrouvés. dans ses parkings camouflés, ainsi que des dépôts de carburant et d'armes d'aviation ont été détruits.

De même, Kharkiv a été encerclée et "lors d'une frappe de haute précision avec les missiles opérationnels et tactiques Iskander sur le quartier général de la défense dans la ville jeudi, "plus de 100 nationalistes et mercenaires des pays occidentaux" ont été confirmés comme tués".

Néanmoins, on s'attend à ce que les forces ukrainiennes livrent un bon combat plutôt que de se rendre - bien qu'encerclées, sans couverture aérienne, et n'ayant aucune possibilité de faire pivoter les forces ou suffisamment de carburant pour s'engager dans une guerre de manœuvre et avec des munitions épuisées.

Certainement, une bataille majeure approche, la plus décisive de toute l'opération spéciale russe jusqu'à présent. Le hic, c'est que le chaudron inclut aussi de nombreuses colonies de population ethnique russe (y compris les détenteurs de passeports russes) et l'offensive sera un long travail patiemment exécuté pour éviter des pertes civiles ou la destruction d'infrastructures civiles.

C'est-à-dire que la phase 2 peut durer jusqu'à un mois environ pour être achevée. Ne vous y trompez pas, les Russes doivent gagner ici (ce qu'ils feront) car ils briseront également le dos des forces armées ukrainiennes. Malgré toutes les fanfaronnades de Zelensky, Kiev se rendra compte de l'énormité de la défaite et ses mentors occidentaux verront également l'écriture sur le mur.

Certes, un mois entier nous attend où la stratégie occidentale consistera à fabriquer sans cesse de fausses informations, d'intensifier la guerre de l'information. Même certaines opérations sous fausse bannière peuvent être organisées sous la supervision d'agents de renseignement occidentaux.

Dans le pire des cas, Kiev pourrait même jouer sa dernière carte : les armes chimiques. La Russie a publié des détails sur les endroits où l'Ukraine a conservé des stocks d'armes chimiques. Les États-Unis sont connus pour avoir fourni à titre d'aide militaire des équipements spéciaux (masques à gaz, vêtements de protection, etc.) pour faire face aux armes chimiques et donné une formation spéciale pour la protection collective.

L'empressement avec lequel Macron et Scholz ont consommé puis recraché les fausses nouvelles est le signe avant-coureur d'une nouvelle phase dans la guerre de la désinformation devant laquelle Goebbels paraît un débutant. En bref, il y a un réveil brutal à Paris et à Berlin que l'opération russe atteint avec succès les objectifs fixés.

"Avril", écrivait TS Eliot dans son chef-d'œuvre The Wasteland, "est le mois le plus cruel, élevant des lilas hors de la terre morte, mélangeant la mémoire et le désir, remuant les racines ternes avec la pluie printanière". Mais la sombre ironie de «l'avril» de cette année va être que la fécondité et le renouveau ici concerneront la régénération de la Russie dans un monde à la fois d'histoire et de mythes engendrés par des esprits occidentaux mis en quarantaine.

Par MK Bhadrakumar – Indian Punchline April 4, 2022

Source

Allemagne. «effondrement total» du pays si le pétrole et le gaz russes sont coupés

Les retombées économiques de l'invasion de l'Ukraine par la Russie continuent de se faire sentir dans toute l'Europe, bien qu'elles frappent certains pays bien plus que d'autres.

Cela est particulièrement vrai de l'Allemagne, qui dépend de Moscou pour la part du lion de son approvisionnement annuel en gaz naturel.

Les États-Unis et d'autres pays occidentaux ont imposé des sanctions sur l'achat de pétrole et de gaz russes, mais tous les pays européens ne souhaitent pas le faire aussi rapidement sans être assurés de pouvoir s'approvisionner ailleurs. Et avec le régime Biden si rapide à démanteler l'industrie pétrolière et gazière américaine, grâce aux demandes de gauchistes fous au sein du Parti démocrate, Berlin ne peut pas vraiment dépendre d'un approvisionnement régulier en provenance d'Amérique. Et il n'y a pas d'autre alternative viable facilement disponible.

Cela dit, les Allemands sont de plus en plus nerveux à l'idée de simplement abandonner le gaz russe, et pour cause : sans lui, l'économie du pays risque de s'effondrer complètement, selon le PDG de la multinationale allemande BASF SE, qui est le plus grand producteur mondial de produits chimiques.

Le PDG de la société, Martin Brudermuller, a averti que limiter ou interrompre les importations d'énergie en provenance de Russie mettrait probablement en doute la viabilité des petites et moyennes entreprises énergétiques à continuer à opérer dans le pays tout en plongeant l'Allemagne dans la crise économique la plus "catastrophique" depuis. la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le pays était en ruine à la suite d'une invasion alliée.

Brudermuller, qui a fait ses remarques au journal Frankfurter Allgemeine juste devant les responsables allemands, au milieu de la semaine dernière, a lancé un "avertissement précoce" aux industries ainsi qu'à la population allemande qu'il pourrait y avoir des pénuries de gaz naturel, comme le Kremlin semble attaché à la demande du président Vladimir Poutine que les «pays hostiles» règlent leurs paiements énergétiques en roubles, la monnaie russe, à la suite des sanctions occidentales

Alors qu'il a suggéré que "l'Allemagne pourrait être indépendante du gaz russe dans quatre à cinq ans", pour l'instant, a-t-il concédé, "les importations de GNL ne peuvent pas être augmentées assez rapidement pour remplacer tous les flux de gaz russes à court terme".

Entre-temps, Brudermuller a déclaré "qu'il ne suffit pas que nous baissions tous le chauffage de deux degrés maintenant", puisque "la Russie couvre 55% de la consommation allemande de gaz naturel". Il a expliqué avec force que si les flux de gaz de Moscou disparaissaient du jour au lendemain, "beaucoup de choses s'effondreraient ici" car "nous aurions des taux de chômage élevés et de nombreuses entreprises feraient faillite". Cela conduirait à des dommages irréversibles.

"Pour le dire franchement : cela pourrait plonger l'économie allemande dans sa pire crise depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et détruire notre prospérité", a poursuivi Brudermuller. « Pour de nombreuses petites et moyennes entreprises, en particulier, cela pourrait signifier la fin. On ne peut pas risquer ça !"

Voici la question posée par le journal, accompagnée de la réponse du PDG de BASF :

Et si, par exemple, la demande de Poutine de paiement en roubles conduisait à un arrêt immédiat de l'approvisionnement en gaz ?

« Un arrêt de livraison pendant une courte période ouvrirait peut-être les yeux de beaucoup – des deux côtés. Cela permettrait de comprendre l'ampleur des conséquences. Mais si nous n'obtenons plus de gaz russe pendant longtemps, alors nous avons vraiment un problème ici en Allemagne », a-t-il noté.

"Chez BASF, nous devrions réduire ou arrêter complètement la production sur notre plus grand site de Ludwigshafen si l'approvisionnement tombait de manière significative et permanente en dessous de 50 % de nos besoins maximum en gaz naturel. Le ministre Habeck a déjà activé le niveau d'alerte précoce du plan d'urgence gaz », a-t-il poursuivi.

Le Russe Poutine a brillamment joué son jeu, qu'on veuille l'admettre ou non, en calculant ce qu'il pouvait et ne pouvait pas faire en termes de relations avec l'Ukraine. Les sanctions contre son pays piqueront, mais il semble bien plus préparé à affronter la tempête économique que les pays qui tentent de le sanctionner.

Sources : FAZ.net   ZeroHedge.com 

Le taux de chômage en France est plus près de 23% que de 8%!

Brigitte Bouzonnie : Le candidat macron était invité ce matin 4 avril 2022 à la matinale de France Inter. L’ex-banquier a eu le toupet infernal de dire : “Le chômage n’est plus un thème de campagne à la différence de 2017, car je l’ai ramené à 8% (sic). Cette affirmation est un tissu de contre-vérités.

*Comment la courbe du chômage aurait-t-elle pu diminuer, avec une casse de notre code du travail intervenue en 2017 ? Casse permettant notamment aux patrons de licencier des salariés qualifiés en CDI du jour au lendemain, sans aucun contrôle administratif ? Le droit du licenciement français est devenu le droit du licenciement le moins protecteur de l’Union Européenne.

*Comment la courbe du chômage aurait elle pu diminuer, avec un premier confinement (17 mars 2020-10 mai 2020) générant hélas 1848 plans sociaux. Un million de chômeurs supplémentaires selon les chiffres de l’AFPA ?

N’en déplaisent à ses fausses allégations, Macron n’a jamais ramené le taux de chômage à 8%. Il a seulement viré des statistiques du chômage, les chômeurs ayant un petit boulot, soit les catégories B, C et D. Il n’a gardé que la catégorie A des chômeurs sans emploi. Il s’agit done d’une pure opération cosmétique, à laquelle l’INSEE, sous tutelle de Bercy, s’est prêtée honteusement. Tous les chiffres de l’INSEE sont truqués : nombre de sans abris, niveau de l’inflation, taux de chômage, nombre de pauvres, coût du loyer, etc…Ce n’est plus une référence fiable pour comprendre le social 2022.

Voilà pourquoi j’utilise les chiffres construits par le site ELUCID d’Olivier Berruyer, qui fabrique des chiffres honnêtes. Par exemple, le site ELUCID évalue à 23% le taux de chômage actuel. Et, malheureusement, ce chiffre est beaucoup plus dans les clous de la réalité que le taux mensonger de 8% invoqué par le sieur Macron !

Par Brigitte Bouzonnie.

 

 

 

 


6 commentaires:

  1. Les Allemands appliquent le plan Morgenthau sans aucun couteau sous la gorge : un vrai hara qui rire.
    Voyez Mike Adams aussi : https://www.naturalnews.com/2022-04-04-food-hyperinflation-begins-in-germany-riots-in-sri-lanka.html

    RépondreSupprimer
  2. les Forces du Bien vont triompher malgre les coups bas des "baveux" de service
    ..et grace a des gens integres qui informent
    merci Genseric 😉
    respect a la Sainte Russie liberatrice et a Poutine

    RépondreSupprimer
  3. Le 10 avril Macron sera t-il encore sur son trône? oui si le résultat de l'élection est géré par les machines à truquer Dominion. Un second tour avec marine le Pen comme en 2017. Si tel est le cas beaucoup de pays refuserons d'admettre ce jeu électoral.

    RépondreSupprimer
  4. "...pourquoi tressaillir avec des choses qui semblent si claires ?"

    RépondreSupprimer
  5. "...tu engendreras des rois sans en être un toi même"

    Salut à vous .

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.