vendredi 2 avril 2021

Comme COVID, l'antisémitisme ʺ asymptomatique '' peut passer inaperçu et se propager silencieusement s'il n'est pas ʺ traité '' de manière agressive

Les meilleurs «experts» actuels comparent maintenant certaines formes «silencieuses» d'antisémitisme au virus COVID - et insistent sur le fait que la société doit mettre en œuvre les mêmes mesures mondiales agressives et draconiennes pour l'éliminer une fois pour toutes.

Dr Jonathan Boyd, directeur du Britain’s Institute for Jewish Policy Research (JPR) (Autorisation)
Jonathan Boyd
 
En effet, le Dr Jonathan Boyd, directeur exécutif du JPR (Institute for Jewish Policy Research en G.B.), pense que l'antisémitisme est comme un virus qui mute et crée de nouvelles variantes à travers l'histoire. Il a  écrit, ce 31 mars 2021 :

Les données recueillies par JPR pour l'UE montrent que 60% des Juifs britanniques évitent de porter, de transporter ou d'afficher des objets qui pourraient les identifier comme juifs, du moins à l'occasion. En France, la proportion équivalente est de 82 pour cent.

L'antisémitisme est souvent comparé à un virus qui mute et crée de nouvelles variantes , changeant de forme et de puissance au fil du temps et dans l'espace. Il s'est inspiré des idées théologiques chrétiennes de la chrétienté médiévale et des découvertes pseudoscientifiques de l'Europe de la fin du XIXe et du début du XXe siècle .

Aujourd'hui, il prend racine dans le monde des droits fondamentaux, où les péchés cardinaux sont le nettoyage ethnique et l'apartheid , les deux accusations portées périodiquement contre Israël et, par association, contre les Juifs .

Et tout comme un virus, il infecte différentes personnes à des degrés divers . L'une des façons dont il fait l'objet de recherches courantes consiste à présenter aux répondants à l'enquête un ensemble de déclarations antisémites et à leur demander s'ils sont d'accord ou non avec elles . «Les Juifs deviennent riches aux dépens des autres.» Accord ou désaccord? «L'Holocauste est un mythe.» Accord ou désaccord?

Très peu de gens sont d'accord avec toutes les déclarations qui leur sont montrées, du moins en Grande-Bretagne. Présenté avec huit de ces déclarations dans notre étude la plus récente, 0,1 pour cent de la population - environ un sur mille - était d'accord avec chacun . Mais dans le même temps, 30% de la population - environ une personne sur trois - étaient d'accord avec au moins une , même s'ils n'étaient pas d'accord avec les autres.

Il y a donc relativement peu d'antisémites purs et durs, comme chez les personnes dont le test de dépistage du virus de l'antisémitisme est incontestablement positif et qui représentent potentiellement une menace mortelle pour les Juifs .

Mais en même temps, il y en a beaucoup qui pourraient être qualifiés d'antisémites asymptomatiques - des personnes dont les préjugés sont presque indétectables à moins d'être soigneusement testés , mais qui peuvent néanmoins servir de vecteurs pour infecter les autres.

La métaphore du virus est utile aujourd'hui. Nous avons beaucoup appris récemment sur la manière de lutter contre une pandémie. Nous avons vu des campagnes d'information publique pour sensibiliser à la menace. Nous avons vu des mesures préventives - des mesures que chacun doit prendre pour aider à réduire les risques pour lui-même et pour les autres. Nous avons vu des mesures punitives pour ceux qui enfreignent les règles. Nous avons vu des recherches – avec une mesure constante de l'ampleur du problème et des signes avant-coureurs lorsqu'il est sur le point de s'aggraver. Et nous avons vu des investissements massifs dans les antidotes, un effort mondial pour créer des vaccins.

S'attaquer au virus de l'antisémitisme, qui a de nombreuses variantes et mutants au fil du temps, nécessite une approche similaire. Éducation publique. Mesures préventives. Action punitive. Suivi et analyse statistiques. Investissement dans des antidotes sérieux.

En bref, une multiplicité d’initiatives, réunies dans le cadre d’une mission globale de lutte contre l’antisémitisme, qui reconnaît la complexité du phénomène qu’on cherche à résoudre.

Et pas seulement ici au Royaume-Uni, mais partout où l'antisémitisme fait son apparition .

C'est une tâche ardue qui, comme je l'ai dit, ne sera peut-être jamais pleinement réalisable . Mais j'ai été récemment optimiste lorsque j'ai présenté des preuves à une conférence des Nations Unies sur la question.

Je sais, je sais - l'ONU . Pas exactement une organisation avec une grande réputation parmi les Juifs. Mais cela semble  différent ici. Convoquée par l'ancien ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Moratinos, un ami bien connu d'Israël et du peuple juif, et impliquant les chefs de plusieurs agences internationales juives et générales, elle a marqué le début de ce qui ressemble à une tentative sérieuse et concertée de construire cette stratégie mondiale aux multiples facettes . Si cette approche peut fonctionner avec le coronavirus, peut-être, juste peut-être, elle peut également fonctionner avec l'antisémitisme."

Commentaires :

Peut être une image de une personne ou plus et texte qui dit ’LES PROPRIÉTAIRES DES BANQUES NATIONALES, LES VOLEURS DE L'HUMANITÉ QUI ONT VOLÊ L'HUMANITE AVEC L'ARNAQUE DES DETTES ETATIQUES ROTHSCHILD ROCKEFELLER KISSINGER SOROS GATES Finance, politique, médias, santé, alimentation... LES PARRAINS DE LA MAFIA MONDIALE DES JUIFS SIONISTES ET SATANIQUES, QUI VEULENT RÉDUIRE L'HUMANITÉ ET TUER LES CULTURES, LES DIFFÉRENCES POUR INSTAURER L'ESCLAVAGE DE L'HUMANITÉ. PIC.COLLAGE’
Généralisons les 1% de super riches dans chaque pays

Tant que les Juifs rejettent complètement l'idée que leur propre comportement a quelque chose à voir avec la création de l'antisémitisme, ils n'ont d'autre choix que de recourir à une censure de fer et à des moyens de dissuasion draconiens comme le goulag (ce qu'ils ont fait sous le régime bolchevique en Russie, 20 millions de morts) - ou même des condamnations à mort.

Il est cependant assez ironique que cet écrivain juif (J. Boyd) ait choisi de comparer l'antisémitisme à un virus - étant donné que les Juifs eux-mêmes ont souvent été comparés à des agents infectieux ou invasifs tels que des virus, des bactéries, le cancer - et même des termites.

Donc, apparemment, c'est une chose sur laquelle tout le monde peut s'entendre - les juifs et l'antisémitisme sont comme des «virus» - et c'est peut-être le début d'un terrain d'entente qui peut faire avancer la discussion dans une direction positive.

Nous savons que pratiquement tout ce que font les Juifs pour «combattre» l'antisémitisme finit par provoquer plus d'antisémitisme - il semblerait donc que si les Juifs veulent aider à réduire l'antisémitisme, ils devraient peut-être essayer d'ignorer la plupart des cas qui n'impliquent pas de violence physique réelle contre eux.

D'ailleurs, une vaste étude du gouvernement américain a montré que l'antisémitisme en ligne ne provoque pas de violence physique envers les juifs dans la vraie vie.

Il semblerait donc que la meilleure façon de gérer l'antisémitisme est peut-être de ne rien faire du tout : les Juifs devraient simplement l'ignorer et vaquer à leurs occupations normales et habituelles consistant à subvertir les nations goyim dans le but final de diriger le monde.

H. Genséric

 

"Il m'a semblé qu'une opinion aussi universelle que l'antisémitisme, ayant fleuri dans tous les lieux et dans tous les temps, avant l'ère chrétienne et après, à Alexandrie, à Rome et à Antioche, en Arabie et en Perse, dans l'Europe du Moyen Âge et dans l'Europe moderne, en un mot, dans toutes les parties du monde où il y a eu et où il y a des Juifs, il m'a semblé qu'une telle opinion ne pouvait être le résultat d'une fantaisie et d'un caprice perpétuel, et qu'il devait y avoir à son éclosion et à sa permanence des raisons profondes et sérieuses." Bernard Lazare, Paris, 25 avril 1894. pathibulaire

VOIR AUSSI :
-  ALERTE SANTÉ MENTALE : Une pandémie mortelle d'antisémitisme contamine l’Occident !
-  Comment les juifs de Harvard pillent la Russie
-  Dostoïevski et la "question juive"; Le Journal d'un écrivain, mars 1877
-  ESSENTIEL. Vérité de l'Holocauste: Six millions ? Chambres à gaz ? par Ernst Zundel et Joseph G. Burg
-  George Galloway explique la "militarisation" de l'antisémitisme
-  HOLOCAUSTE. Lettre du Dr juif français Roger Dommergue à Steven Speilberg
-  Introduction aux Protocoles des sages de Sion

  -  Journaliste israélien : Les pires meurtriers du XXe siècle étaient Juifs !
-  L’antisémitisme est tout à fait respectable
-  L’Histoire sans fin de l'antisémitisme
-  LECTURE ESSENTIELLE. La Controverse de Sion
-  Le rôle juif dans la révolution bolchevique
-  Pour comprendre le monde, lisez les Protocoles des Sages de Sion (1ère partie)
-  Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l'antisémitisme ?
-  Quelques mensonges évidents dans la Shoah - Par le professeur juif R.Dommergue
  -  Russie. Le "meurtre rituel juif" de la famille impériale russe

-  Russie. Le KGB juif
-  Russie. Les atrocités inimaginables commises par les Juifs bolcheviques contre les Gentils : des preuves irréfutables.

-  Soljenitsyne : Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux
-  Soljenitsyne : Les Protocoles se réalisent sous nos yeux
-  Tuez les Petits Blancs! Les "prestigieuses" universités américaines prêchent le génocide des Blancs
-  Un cours accéléré sur les vraies causes de l’« antisémitisme »
-  USA. Cours obligatoire de catéchisme pour les flics sur la religion de l’Holocauste

ANNEXE

La Déclaration de Jérusalem sur l’Antisémitisme

L’AFPS propose une traduction en français de la Déclaration de Jérusalem sur l’Antisémitisme (JDA), publiée ce jeudi 25 mars avec une liste de plus de 200 signataires universitaires du monde entier.

DÉFINITION

L’antisémitisme est une discrimination, un préjugé, une hostilité ou une violence à l’encontre des Juifs en tant que Juifs (ou des institutions juives en tant que juives).

LIGNES DIRECTRICES

A) Généralités
1. Il est raciste d’essentialiser (traiter un trait de caractère comme inhérent) ou de faire des généralisations négatives à grande échelle sur une population donnée. Ce qui est vrai du racisme en général est vrai de l’antisémitisme en particulier.

2. Ce qui est particulier dans l’antisémitisme classique est l’idée que les Juifs sont liés aux forces du mal. Cette idée est au cœur de nombreux fantasmes antijuifs, comme l’idée d’une conspiration juive dans laquelle « les Juifs » possèdent un pouvoir caché qu’ils utilisent pour promouvoir leur propre programme collectif aux dépens d’autres personnes. Ce lien entre les Juifs et le mal se poursuit dans le présent : dans le fantasme selon lequel « les Juifs » contrôlent les gouvernements d’une « main cachée », qu’ils possèdent les banques, contrôlent les médias, agissent comme « un État dans l’État » et sont responsables de la propagation de maladies (comme la Covid-19). Toutes ces caractéristiques peuvent être instrumentalisées par des causes politiques différentes (et même antagonistes).

3. L’antisémitisme peut se manifester par des mots, des images visuelles et des actes. Parmi les exemples de mots antisémites, on peut citer les déclarations selon lesquelles tous les Juifs sont riches, avares par nature ou antipatriotiques. Dans les caricatures antisémites, les Juifs sont souvent représentés comme grotesques, avec un gros nez et associés à la richesse. Exemples d’actes antisémites : agresser une personne parce qu’elle est juive, attaquer une synagogue, barbouiller des croix gammées sur des tombes juives ou refuser d’embaucher ou de promouvoir des personnes parce qu’elles sont juives.

4. L’antisémitisme peut être direct ou indirect, explicite ou codé. Par exemple, « Les Rothschild contrôlent le monde » est une déclaration codée sur le prétendu pouvoir des « Juifs » sur les banques et la finance internationale. De même, dépeindre Israël comme le mal absolu ou exagérer grossièrement son influence réelle peut être une manière codée de racialiser et de stigmatiser les Juifs. Dans de nombreux cas, l’identification d’un discours codé est une question de contexte et de jugement, en tenant compte de ces lignes directrices.

5. Nier ou minimiser l’Holocauste en prétendant que le génocide nazi délibéré des Juifs n’a pas eu lieu, ou qu’il n’y a pas eu de camps d’extermination ou de chambres à gaz, ou que le nombre de victimes n’était qu’une fraction du total réel, est antisémite.

B. Israël et Palestine : des exemples à première vue antisémites

6. Appliquer les symboles, images et stéréotypes négatifs de l’antisémitisme classique (voir lignes directrices 2 et 3) à l’État d’Israël.

7. Tenir les Juifs collectivement responsables de la conduite d’Israël ou traiter les Juifs, simplement parce qu’ils sont juifs, comme des agents d’Israël.

8. Demander à des personnes, parce qu’elles sont juives, de condamner publiquement Israël ou le sionisme (par exemple, lors d’une réunion politique).

9. Supposer que les Juifs non-israéliens, simplement parce qu’ils sont juifs, sont nécessairement plus loyaux envers Israël qu’envers leur propre pays.

10. Nier le droit des Juifs de l’Etat d’Israël à exister et à s’épanouir, collectivement et individuellement, en tant que Juifs, dans le respect du principe d’égalité.

C. Israël et Palestine : des exemples qui, à première vue, ne sont pas antisémites
(que l’on approuve ou non l’opinion ou l’action)

11. Soutenir la demande palestinienne de justice et d’octroi intégral de leurs droits politiques, nationaux, civils et humains, tels que définis par le droit international.

12. Critiquer ou s’opposer au sionisme en tant que forme de nationalisme, ou plaider pour une variété d’arrangements constitutionnels pour les Juifs et les Palestiniens dans la région située entre le Jourdain et la Méditerranée. Il n’est pas antisémite de soutenir des arrangements qui accordent une égalité totale à tous les habitants « entre le fleuve et la mer », que ce soit dans deux États, un État binational, un État démocratique unitaire, un État fédéral, ou sous toute autre forme.

13. Une critique d’Israël en tant qu’État, fondée sur des preuves. Cela inclut ses institutions et ses principes fondateurs. Cela inclut également ses politiques et ses pratiques, à l’intérieur et à l’extérieur, comme la conduite d’Israël en Cisjordanie et à Gaza, le rôle qu’Israël joue dans la région, ou toute autre manière dont, en tant qu’État, il influence les événements dans le monde. Il n’est pas antisémite de signaler une discrimination raciale systématique. En général, les mêmes normes de débat qui s’appliquent à d’autres États et à d’autres conflits d’autodétermination nationale s’appliquent dans le cas d’Israël et de la Palestine. Ainsi, même si c’est controversé, il n’est pas antisémite, en soi, de comparer Israël à d’autres cas historiques, y compris le colonialisme de peuplement ou l’apartheid.

14. Le boycott, le désinvestissement et les sanctions sont des formes courantes et non violentes de protestation politique contre les États. Dans le cas d’Israël, elles ne sont pas, en soi, antisémites.

15. Le discours politique n’a pas besoin d’être mesuré, proportionnel, tempéré ou raisonnable pour être protégé par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme ou l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme, et d’autres instruments des droits de l’homme. Une critique que certains peuvent considérer comme excessive ou litigieuse, ou comme reflétant un « double standard », n’est pas, en soi, antisémite. En général, la frontière entre un discours antisémite et un discours non antisémite est différente de la frontière entre un discours déraisonnable et un discours raisonnable.

Source  

 Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. "Il m'a semblé qu'une opinion aussi universelle que l'antisémitisme, ayant fleuri dans tous les lieux et dans tous les temps, avant l'ère chrétienne et après, à Alexandrie, à Rome et à Antioche, en Arabie et en Perse, dans l'Europe du Moyen Âge et dans l'Europe moderne,
    en un mot, dans toutes les parties du monde où il y a eu et où il y a des Juifs, il m'a semblé qu'une telle opinion ne pouvait être le résultat d'une fantaisie et d'un caprice perpétuel, et qu'il devait y avoir à son éclosion et à sa permanence des raisons profondes et sérieuses."
    Bernard Lazare, Paris, 25 avril 1894.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.