samedi 8 janvier 2022

La rébellion dirigée par les États-Unis au Kazakhstan pourrait bien renforcer la Russie

Début 2019, le think tank RAND, financé par le Pentagone, a publié un vaste plan d’attaques non militaires contre la Russie.
“Extending Russia : Competing from Advantageous Ground”
.
[Faire que la Russie s’éparpille ; Entrer en compétition là où nous avons l’avantage]
Ce rapport de 350 pages recommande certaines mesures à prendre par les États-Unis pour contenir la Russie.

Comme le dit son résumé :

Reconnaissant qu’un certain niveau de concurrence avec la Russie est inévitable, ce rapport cherche à définir les domaines dans lesquels les États-Unis peuvent le faire à leur avantage. Nous examinons une série de mesures non violentes qui pourraient exploiter les vulnérabilités et les anxiétés réelles de la Russie afin de mettre sous pression l’armée et l’économie russes ainsi que la position politique du régime à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les mesures que nous examinons n’ont pas pour objectif premier la défense ou la dissuasion, même si elles peuvent contribuer aux deux. Ces mesures sont plutôt conçues comme des éléments d’une campagne destinée à déséquilibrer l’adversaire, en amenant la Russie à se battre dans des domaines ou des régions où les États-Unis ont un avantage concurrentiel, et en amenant la Russie à aller trop loin sur le plan militaire ou économique ou en faisant perdre au régime son prestige et son influence au niveau national et/ou international.

RAND énumère des mesures économiques, géopolitiques, idéologiques et informationnelles ainsi que des mesures militaires que les États-Unis devraient prendre pour affaiblir la Russie.

Depuis la publication du rapport, les quatre premières des six « mesures géopolitiques » énumérées au chapitre 4 du rapport ont été mises en œuvre.

Les États-Unis ont livré des armes mortelles à l’Ukraine et ont augmenté leur soutien aux « rebelles » en Syrie. Ils ont tenté un changement de régime en Biélorussie et ont fomenté une guerre entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Les États-Unis appliquent actuellement la mesure 5, qui vise à « réduire l’influence de la Russie en Asie centrale ».

Le Kazakhstan, voisin méridional de la Russie, faisait partie de l’Union soviétique. C’est un pays enclavé, riche en minéraux, dont la superficie est trois fois supérieure à celle du Texas, mais qui compte moins de 20 millions d’habitants. Une grande partie de sa population est russe et la langue russe est couramment utilisée. Le pays est un maillon important de l’initiative stratégique « Nouvelle route de la soie » entre la Chine et l’Europe.

La nouvelle route de la soie – au Kazakhstan - RoadStars

Depuis la chute de l’Union soviétique, le pays est dirigé par des clans familiaux oligarchiques, au premier rang desquels les Nazarbaïev. Comme le note le Worldfactbook de la CIA :

Pouvoir exécutif

Chef de l’État : Président Kasym-Zhomart TOKAYEV (depuis le 20 mars 2019) ; note – Nursultan NAZARBAYEV, qui était président depuis le 24 avril 1990 (et au pouvoir depuis le 22 juin 1989 sous la période soviétique), a démissionné le 20 mars 2019 ; NAZARBAYEV a conservé le titre et les pouvoirs de « premier président » ; TOKAYEV a achevé le mandat de NAZARBAYEV, qui a été raccourci en raison de l’élection anticipée du 9 juin 2019, puis a continué à être président après sa victoire électorale.

Au cours de la dernière décennie, le Kazakhstan a connu plusieurs soulèvements (2011, 2016 et 2019). Ils ont été principalement causés par la répartition inégale des revenus tirés de ses minerais, notamment le pétrole et le gaz. Les oligarques de la capitale Astana / Nur-Sultan vivent bien tandis que les provinces qui produisent les minéraux, comme Mangistauskaya dans le sud-ouest, ont connu peu de développements.

Récemment, le prix du gaz de pétrole liquéfié (GPL), utilisé par de nombreuses voitures au Kazakhstan, a augmenté après la libéralisation du marché par le gouvernement. Cela a provoqué une nouvelle série de manifestations dans tout le pays :

La série de manifestations qui déchire le Kazakhstan depuis le 2 janvier a commencé dans la ville pétrolière de Zhanaozen, dans l’ouest du pays, ostensiblement déclenchée par la colère provoquée par une hausse soudaine du prix du carburant pour les voitures. Des rassemblements impromptus similaires se sont ensuite rapidement étendus aux villages voisins de la région de Mangystau, puis à de nombreux autres endroits de l’ouest, dans des villes comme Aktau, Atyrau et Aktobe. Le 4 janvier, les gens étaient descendus en nombre dans les rues à plusieurs centaines de kilomètres de là, dans les villes de Taraz, Shymkent et Kyzyl-Orda au sud, dans les villes d’Uralsk et de Kostanai au nord, ainsi qu’à Almaty et Nur-Sultan, la capitale, entre autres.

Peu de gens ont vu des scènes aussi enflammées que celles d’Almaty.

Les affrontements à Almaty se sont poursuivis toute la nuit du 5 janvier. Après avoir été dispersée par la police sur la place de la République, une partie de la foule s’est dirigée vers un autre lieu historique de la ville, la place Astana, où se trouvait le siège du gouvernement à l’époque soviétique, à environ deux kilomètres en aval.

S’il existe peu de moyens fiables d’évaluer l’ampleur des manifestations, une combinaison de rapports sur le terrain et de séquences vidéo semble indiquer que ces protestations pourraient être encore plus importantes que celles qui ont amené le pays à un arrêt quasi-total en 2016.

Si les griefs qui ont déclenché les premiers rassemblements à Zhanaozen concernaient les prix du carburant, les manifestations parfois tapageuses qui ont suivi semblent être de nature plus générale. Les chants « shal ket ! (« va-t’en le vieux ! »), généralement compris comme une référence à l’ancien président Nursultan Nazarbayev, qui continue d’exercer une influence considérable dans les coulisses, ont été entendus lors de nombreuses manifestations.

Les manifestations ont rapidement dégénéré, des bandes de manifestants armés prenant le contrôle de bâtiments gouvernementaux et y mettant le feu. Ils ont également tenté de prendre le contrôle de stations de radio et de télévision ainsi que de l’aéroport. On a tiré sur la police, qui n’est intervenue que mollement.

Les actions menées à Almaty, la plus grande ville du pays et ancienne capitale, ne sont certainement pas les réactions spontanées d’une foule de travailleurs pauvres, mais des actions contrôlées par des groupes de « rebelles » armés et bien entraînés. [1]

Peter Leonard @Peter__Leonard – 9:18 UTC – 6 Jan 2022

Kazakhstan : Détail très important et intriguant, avec de forts rappels du Kirghizistan en 2020. Des personnes pacifiques initient des rassemblements, mais des individus louches et violents se présentent pour semer le trouble, et on ne sait jamais très bien qui ils sont, ni d’où ils viennent /1 https://t.co/qYSlUUrMVx.

D’après un récit que j’ai entendu, une dynamique similaire s’est déroulée à Almaty mercredi matin. Un rassemblement relativement petit et modéré s’est formé sur la place de la République, en face de l’hôtel de ville. Tout à coup, des centaines d’hommes extrêmement agressifs sont apparus, menaçant tout et tous #Kazakhstan /2

Ils ont menacé et attaqué les journalistes qui se trouvaient à proximité, ordonnant à ceux qui prenaient des photos de les effacer. C’est clairement cette cohorte qui a été responsable d’une grande partie des destructions. Et c’est un mystère (pour moi) de savoir qui ils étaient /3

Nous avons vu des formations similaires lors des soulèvements fomentés par les États-Unis en Libye, en Syrie, en Ukraine et au Belarus [1].

NEXTA, le réseau médiatique polonais financé par les États-Unis pour les changements de régime, qui a dirigé l’année dernière la tentative ratée de révolution de couleur en Biélorussie, a annoncé les exigences des États-Unis :

NEXTA @nexta_tv – 13:52 UTC – 5 Jan 2022

Voici les demandes des manifestants au Kazakhstan

1.     Libération immédiate de tous les prisonniers politiques.

2.     Démission totale du président et du gouvernement

3.     Réformes politiques : Création d’un gouvernement provisoire de citoyens réputés et publics. Retrait de toutes les alliances avec la #Russie.

Une source plus fiable confirme ces propos :

Maxim A. Suchkov @m_suchkov – 14:43 UST – 5 janv. 2022

La liste des revendications des manifestants au Kazakhstan qui circule est intéressante, c’est le moins que l’on puisse dire.

Alors que la plupart des demandes se concentrent sur le renforcement du soutien social et économique et sur la lutte contre la corruption, les points 1, 7, 10, 13 et 16 exposent les racines de la protestation et qui en est le moteur.

#Le point 1 demande que le #Kazakhstan quitte l’Union économique eurasienne.

#Le point 7 demande la légalisation de la polygamie « pour certains groupes de la population » et l’interdiction du mariage avec des étrangers.

#Le n°10 exige l’indépendance de la région de Mangystau et que les revenus des compagnies pétrolières restent à Mangystau.

Attention : cette liste a beaucoup circulé sur Telegram – elle pourrait être fausse ou ne pas être représentative de ce que veulent les manifestants, mais il semble que les manifestants constituent un groupe diversifié comprenant des personnes réellement mécontentes, des manipulateurs politiques, des « révolutionnaires professionnels » (qui étaient en UKR et en BEL), etc.

Le gouvernement du Kazakhstan a depuis baissé les prix du GPL. Le 5 janvier, le président Tokayev a relevé le « premier président » Nazarbayev de son poste de président du Conseil de sécurité et a promis de sévir contre les manifestants armés.

Le Kazakhstan fait partie de l’Union économique eurasienne (UEE), dirigée par la Russie, ainsi que de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). Dans la matinée du 5 janvier, M. Tokayev a eu un entretien téléphonique avec les présidents de la Russie et du Belarus. Il a mobilisé des unités aéroportées des forces armées du Kazakhstan. Dans la soirée du 5 janvier, il a demandé le soutien de l’OTSC contre les « terroristes dirigés par des étrangers » qui combattent les forces de sécurité.

La Russie, le Belarus et d’autres membres de l’OTSC disposent de forces de réaction rapide réservées à de telles interventions. Elles vont maintenant être mobilisées pour reprendre le contrôle du gouvernement au Kazakhstan. Les forces russes de l’OTSC sont actuellement en route pour le Kazakhstan. Les troupes biélorusses et arméniennes suivront bientôt.

Ils sont promis à des moments difficiles :

Cᴀʟɪʙʀᴇ Oʙsᴄᴜʀᴀ @CalibreObscura – 19:50 UTC – 5 Jan. 2022

#Kazakhstan : Armes capturées dans le bâtiment du Comité de sécurité nationale (équivalent du FSB russe) par des manifestants à #Almaty : Au moins 2 projectiles PG-7V, possible pistolet Glock en boîte & (peut-être) plus dans de nombreuses caisses éparpillées, kit divers.

Capacité anti-blindage dans 48 heures…

Image

Au cours des dernières décennies, les États-Unis et leurs alliés ont été relativement discrets au sujet de la direction dictatoriale du Kazakhstan.

Mark Ames @MarkAmesExiled – 14:18 UTC – 5 Jan. 2022

Le groupe d’experts sur l’ex-Union soviétique de l’OTAN travaille déjà d’arrache-pied pour faire croire que les soulèvements au Kazakhstan sont en quelque sorte la faute de Poutine ou une mise en accusation de Poutine – mais notez à quel point notre complexe médias-ONG a été silencieux ces 20 dernières années en ce qui concerne les violations des droits de l’homme, la corruption et l' » autoritarisme  » du régime.

Chevron est le plus grand producteur de pétrole au Kazakhstan et l’ancien premier ministre britannique Tony Blair a déjà donné des conseils au président de l’époque, Nursultan Nazarbayev, sur la manière d’éviter un tollé après la mort de manifestants :

Dans une lettre adressée à Nursultan Nazarbayev, obtenue par le Telegraph, M. Blair a déclaré au président kazakh que la mort de 14 manifestants, « aussi tragique soit-elle, ne doit pas occulter les énormes progrès » accomplis par son pays.

M. Blair, qui est payé des millions de livres par an pour conseiller M. Nazarbayev, suggère ensuite des passages clés à insérer dans un discours que le président prononçait à l’université de Cambridge, pour défendre son action.

Les temps sont toutefois différents aujourd’hui, le Kazakhstan ayant continué à renforcer ses relations avec la Russie et la Chine.

La National Endowment for Democracy, émanation de la CIA, finance une vingtaine de programmes de changement de régime de la « société civile » au Kazakhstan à hauteur d’environ 50 000 dollars par an chacun. Les organisations impliquées semblent pour l’instant plutôt discrètes, mais elles sont un signe certain que les États-Unis jouent un rôle dans les coulisses. Le 16 décembre, l’ambassade des États-Unis au Kazakhstan annonçait les détails des manifestations à venir.

Il est probable que cette partie du programme « Éparpillement de la Russie » consacrée à l’Asie centrale a été mise en œuvre prématurément en réponse au récent ultimatum de la Russie concernant l’Ukraine et l’OTAN. Son seul objectif est de déséquilibrer les dirigeants russes à Moscou en détournant leur attention vers le sud.

Je pense toutefois que la Russie s’est préparée à de telles éventualités. Elles n’affecteront pas ses plans et ses exigences.

Ce qui est difficile à discerner, cependant, c’est ce qui se passe réellement dans les coulisses d’Astana/Nur-Sultan. Tokayev, qui était auparavant considéré comme une simple marionnette de Nazarbayev, l’a-t-il réellement remplacé ? Son contrôle sur les forces de sécurité est quelque peu remis en question :

Liveuamap @Liveuamap – 19:18 UTC – 5 Jan. 2022

Tokayev a limogé le chef de sa garde de sécurité Saken Isabekov. Le président a également démis de ses fonctions le chef adjoint du service de sécurité de l’État de la République du Kazakhstan.

Mais l’issue de tout ce jeu est assez prévisible :

Mark Ames @MarkAmesExiled – 14:31 UTC – 5 Jan. 2022

Il est fort probable, compte tenu de toutes les « révolutions » qui ont eu lieu dans l’ex-Union soviétique au cours des 20 dernières années, que les manifestations de rue au Kazakhstan soient instrumentalisées par un clan puissant pour remplacer l’oligarchie au pouvoir par une nouvelle oligarchie.

Les troupes de l’OTSC qui débarquent actuellement à Almaty mettront quelques jours à mettre fin à la rébellion. Mais l’issue ne fait aucun doute.

Moscou, et non Washington DC, aura le dernier mot sur l’identité du vainqueur.

Il est finalement possible que les résultats de toute cette affaire, comme les tentatives ratées de changement de régime des États-Unis en Biélorussie, n’affaiblissent pas la Russie mais la renforcent :

Dmitri Trenin @DmitriTrenin – 7:57 UTC – 6 Jan 2022

Le #Kazakhstan est un autre test, après le #Belarus, de la capacité de la Russie à aider à stabiliser ses alliés officiels sans s’aliéner leurs populations. En tant que première action de l’OTSC depuis sa création en 1999, c’est un test majeur pour le bloc. Beaucoup d’embûches potentielles, mais une réussite de Moscou peut devenir un atout majeur pour le pays. [2]

Moon of Alabama

Via le Saker Francophone

[1] Cela nous rappelle les les manifestations 'spontanées" en Tunisie en 2011, lors du fameux "Printemps Arabe". Des individus à l'aspect très peu tunisien (grands et souvent blonds, habillés en sportifs, armés et parlant un arabe bizarre) étaient souvent à la tête des manifs. Ce sont eux qui "menaient la danse" : quels bâtiments attaquer et brûler, quels postes et commissariats de police attaquer et piller, quelles banques et quels super marchés, etc... Il s'est avéré par la suite que, parmi eux, il y avait des Tchétchènes,  des Bosniens, et d'autres djihadistes Afghans ou Syriens, etc...Qui les a introduit en Tunisie, si ce n'est l'Amérique, qui, du temps de Ben Ali, était la seule puissance étrangère à pouvoir le faire sans demander l'autorisation à quiconque, car Ben Ali se croyait le protégé des USA. ?

[2] Le gouvernement russe a choisi de garder une longueur d’avance au lieu d’attendre la suite des évènements. Il s’agit d’une évolution de l’approche utilisée il y a un an et demi au Belarus, lorsque ’le président Vladimir Poutine s'est contenté d’avertir que les forces russes étaient prêtes à intervenir si la dégradation de la situation intérieure l’exigeait.

C’est la première fois que la Russie utilise une institution qu’elle contrôle pour poursuivre ses propres objectifs politiques. Il est clair que les forces de maintien de la paix de l’OTSC déployées au Kazakhstan seront principalement constituées de troupes russes.
Maintenant, quel que soit le vainqueur kazakh, il devrait agir en tenant compte de la présence militaire russe et ne pas négliger le partenaire de longue date qu’est la Russie.

À l’approche des pourparlers russo-américains sur les questions de sécurité, cette situation vient à point nommé pour rappeler que Moscou peut prendre des décisions militaires et politiques rapides et peu orthodoxes pour influencer les événements dans sa sphère d’influence.

Hannibal GENSERIC


 

1 commentaire:

  1. En somme, à chaque fois que la Russie piétine ou se fait doubler, elle avance ? Allons donc...
    https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/01/08/leffondrement-kazakh-et-la-revolte-de-nos-lecteurs-commentateurs/

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.