mardi 25 janvier 2022

L'équipement militaire américain n'aiderait pas les Ukrainiens et n'intimiderait pas Poutine.

Avec les forces russes massées aux frontières de l'Ukraine, la discussion politique à Washington s'est de plus en plus concentrée sur ce que les États-Unis peuvent faire pour aider leurs vassaux ukrainiens à défendre leur pays. Pas plus tard que cette semaine, l'administration Biden a approuvé les livraisons de missiles anti-aériens Stinger à Kiev, et la fourniture d'autres équipements militaires. Les Alliés, dont le Royaume-Uni, apportent également leur propre aide.

La justification de l'aide a varié. Certains ont fait valoir que l'assistance militaire américaine à l'Ukraine peut modifier le calcul de la Russie maintenant, dissuadant peut-être Moscou de lancer une attaque. D'autres affirment que l'aide à l'armée ukrainienne peut avoir un impact réel sur un éventuel combat avec les Russes, ce qui rend plus difficile pour le Kremlin de remporter la victoire et exclut certaines options militaires que la Russie pourrait envisager. Et il y a aussi des voix qui réclament des capacités supplémentaires simplement pour augmenter les coûts pour Moscou - c'est-à-dire pour tuer plus de soldats russes - afin de créer des problèmes politiques pour le président Vladimir Poutine chez lui, sans trop s'attendre à ce que l'Ukraine l'emporte.

Aucun de ces arguments n'est convaincant. Cela ne signifie pas que la coopération en matière de sécurité avec Kiev doit cesser. Cela signifie que l'assistance militaire n'est pas un levier efficace pour résoudre cette crise.

Depuis 2014, les États-Unis ont fourni plus de 2,5 milliards de dollars d'aide militaire à l'Ukraine, à la suite du rattachement de la Crimée à la mère Russie et de la révolte du Donbass. L'aide américaine à l'Ukraine a inclus la fourniture d'entraîneurs, de systèmes défensifs sélectionnés (tels que des radars anti-mortiers) et, plus récemment, de missiles antichars Javelin. Cette assistance visait principalement à améliorer l'efficacité ukrainienne dans le conflit relativement statique contre les forces séparatistes soutenues par la Russie dans le Donbass, qui sont principalement armées d'armes légères et de petit calibre, ainsi que d'artillerie et de blindés de l'ère soviétique.

Mais surtout, l'Ukraine n'a pas combattu les forces armées russes dans le Donbass. Oui, la Russie a armé, entraîné et dirigé les forces séparatistes. Mais même selon les propres estimations de Kiev, la grande majorité des forces rebelles sont composées de locaux, et non de soldats de l'armée russe régulière. En effet, les forces armées russes ne se sont engagées directement dans les combats qu'à deux reprises – en août-septembre 2014 et janvier-février 2015 – et avec des capacités limitées, et les deux épisodes se soient soldés par de cuisantes défaites ukrainiennes.

Moscou a cherché à conserver un voile de déni sur son implication dans le conflit, ce qui signifie que l'armée russe n'a jamais utilisé plus d'une infime partie de ses capacités contre les Ukrainiens. Moscou a appliqué juste assez de force pour faire le travail tout en évitant les interventions prolongées et manifestes. Une grande variété de capacités russes emblématiques - y compris son armée de l'air et ses missiles balistiques et de croisière - n'ont pas du tout été impliquées dans les combats, même si elles ont été démontrées à plusieurs reprises lors d'opérations de combat en Syrie.

La nature de l'accumulation russe rapportée suggère que la guerre élargie, si elle se produit, sera fondamentalement différente des sept dernières années d'impasse. La Russie a la capacité de mener une opération offensive conjointe à grande échelle impliquant des dizaines de milliers de personnes, des milliers de véhicules blindés et des centaines d'avions de combat. Cela commencerait probablement par des frappes aériennes et de missiles dévastatrices des forces terrestres, aériennes et navales, frappant profondément l'Ukraine pour attaquer les quartiers généraux, les aérodromes et les points logistiques. Les forces ukrainiennes commenceraient le conflit presque encerclées dès le début, avec des forces russes déployées le long de la frontière orientale, des forces navales et amphibies menaçant à partir de la mer Noire au sud, et le potentiel (de plus en plus réel) de déploiement de forces russes supplémentaires en Biélorussie et menaçant depuis le nord, où la frontière est à moins de 105 kilomètres de Kiev même.

Ce qu'espère la Russie en menaçant l'Ukraine

En bref, cette guerre ne ressemblera en rien au statu quo ante du conflit en Ukraine, et cela sape la première justification de l'aide américaine : dissuader la Russie. L'armée ukrainienne a été formée pour combattre le conflit dans le Donbass et représente donc peu de menace dissuasive pour la Russie ; la fourniture d'armes américaines ne peut rien y changer. Si Moscou est prêt à lancer une guerre majeure, envahissant un grand pays d'Europe avec une population de plus de 40 millions d'habitants, tout en absorbant une énorme punition économique venant de l'Occident, il est peu probable que Moscou soit dissuadé par l'aide militaire américaine qui sera  livrée dans les prochaines semaines. Les seuls systèmes d'armes qui pourraient vraisemblablement imposer des coûts susceptibles de changer le calcul de la Russie, comme les missiles sol-air et les avions de combat, sont ceux que les États-Unis seraient très peu susceptibles de fournir aux Ukrainiens. Et, quoi qu'il en soit, ils ne peuvent pas être achetés, livrés et rendus opérationnels - sans parler de la formation des opérateurs ukrainiens à leur utilisation - à temps pour avoir un impact sur cette crise. Les grands systèmes modernes nécessitent une formation approfondie et un soutien matériel.

Une fois que la dissuasion échoue et qu'une guerre commence, les forces armées ukrainiennes se retrouveront presque immédiatement dans des circonstances désespérées. L'Ukraine n'a pas assez de forces pour se défendre de manière crédible contre toutes les voies d'attaque potentielles, ce qui signifie qu'elle devrait choisir entre défendre un ensemble sélectionné de points forts fixes - céder le contrôle d'autres zones - ou manœuvrer pour engager des forces russes plus nombreuses.  La ligne de conflit dans le Donbass ne sera qu'un des nombreux fronts. Les fortifications ukrainiennes pourraient bien ressembler à une ligne Maginot des temps modernes : préparées pour une attaque frontale qui pourrait ne jamais venir et pourraient être contournées par les forces mobiles d'un adversaire avec des avions plus avancés et des forces terrestres plus mobiles.

La grande taille de l'Ukraine signifie que les forces terrestres qui y opèrent devront se déplacer pour couvrir de vastes zones de terrain rural. Des engagements mobiles profiteraient aux forces russes, qui sont bien mieux entraînées et équipées pour mener une guerre de manœuvre aérienne et terrestre coordonnée que leurs adversaires ukrainiens. L'armée russe a pratiqué à plusieurs reprises l'utilisation de frappes à longue portée et de tirs tactiques déclenchés par des drones ainsi que d'autres moyens de reconnaissance, à la fois dans l'entraînement et dans les opérations de combat en Syrie. Les avions de combat et les défenses aériennes stratégiques de la Russie offrent à Moscou beaucoup plus d'options pour contrôler l'air et frapper les forces ukrainiennes, et la plupart des pilotes russes ont une expérience récente du monde réel en Syrie. L'armée ukrainienne utilise également en grande partie des armes soviétiques héritées de l’URSS; Les forces russes connaissent parfaitement les limites de ces systèmes et savent quelles tactiques employer pour réduire davantage leur efficacité.

En bref, l'équilibre militaire entre la Russie et l'Ukraine est tellement déséquilibré en faveur de Moscou que toute aide que Washington pourrait fournir dans les semaines à venir serait largement hors de propos pour déterminer l'issue d'un conflit s'il devait éclater. Les avantages de la Russie en termes de capacité, d’opérabilité et de géographie se combinent pour poser des défis insurmontables aux forces ukrainiennes chargées de défendre leur pays. Le deuxième argument en faveur de l'aide – changer le cours de la guerre – ne tient donc pas la route.

Le troisième argument en faveur de l'aide est de fournir une assistance pour permettre à une insurrection ukrainienne d'imposer des coûts à une force d'occupation russe. Beaucoup ont à l'esprit l'analogie historique ici de l'aide américaine aux moudjahidines en Afghanistan après l'invasion soviétique en 1979. En effet, certains recommandent même de fournir les mêmes missiles anti-aériens Stinger lancés à l'épaule qui tourmentaient l'armée de l'air soviétique à l'époque.

Si la Russie tente une occupation à long terme de zones avec de nombreux Ukrainiens hostiles, ces formes de soutien pourraient, à la marge, compliquer les choses pour Moscou. Mais le soutien américain à une insurrection ukrainienne devrait être une question de dernier recours pendant un conflit prolongé, et non une pièce maîtresse de la politique avant même qu'elle n'ait commencé. Il est peu probable que la perspective d'une occupation légèrement plus coûteuse fasse une différence pour Moscou si elle en arrive à ce stade ; elle aura déjà absorbé des coûts beaucoup plus importants. Les planificateurs russes sont conscients que beaucoup de choses peuvent mal tourner dans une opération à grande échelle, en particulier une occupation. Si Poutine prend la décision d'occuper de grandes parties de l'Ukraine, ce ne sera pas parce qu'il pense que ce sera facile ou peu coûteux pour la Russie.

Nous devons également garder à l'esprit que les coûts d'une guerre qui dure jusqu'à une campagne d'insurrection en Ukraine seront supportés de manière disproportionnée par les Ukrainiens. À ce stade du conflit, des milliers – ou, plus probablement, des dizaines de milliers – d'Ukrainiens seront morts. Pour tous les succès qu'ils obtiendront contre les occupants russes, les insurgés ukrainiens devront payer cher ; l'expérience de l'opposition syrienne ou des insurgés tchétchènes n'est pas celle que les Américains devraient souhaiter à l'Ukraine.

En temps normal, les États-Unis ont de nombreuses bonnes raisons de fournir un soutien militaire à l'Ukraine. Mais ce ne sont pas des temps normaux. Désormais, l'assistance militaire sera au mieux marginale pour influer sur l'issue de la crise. Il pourrait être moralement justifié d'aider un partenaire américain menacé d'agression. Mais compte tenu de l'ampleur de la menace potentielle pour l'Ukraine et ses forces, la manière la plus efficace pour Washington d'aider est de travailler à la recherche d'une solution diplomatique.

Par Samuel Charap, politologue principal à la Rand Corporation, et
Scott Boston, analyste principal de la défense à la Rand Corp.
via
ForeignPolicy

2 commentaires:

  1. "Mais compte tenu de l'ampleur de la menace potentielle pour l'Ukraine et ses forces, la manière la plus efficace pour Washington d'aider est de travailler à la recherche d'une solution diplomatique".

    Conclusion absurde d'un long et ennuyeux (comme seul les Americains le savent faire)article. Comment est-il possible que l'Amerique puisse "aider" l'Ukraine qui a été corrompue et achetée par les Etats-Unis (Nuland, Mc Cain, etc.) avec le coup d'etat 2014 Maidan que l'Amerique elle-meme a orchestrée afin d'encercler la Russie? Ces Americains sont completement idiots s'ils croient que tout le monde soit idiot comme eux.

    RépondreSupprimer
  2. Pour Orlov plus marrant la Russie est invulnérable.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.