vendredi 14 janvier 2022

Cha cha cha à Cuba

Alors que l'OTSC surprend le monde en mettant déjà fin à son intervention clinique au Kazakhstan - vini, vidi, pacifi -, laissant pantois les "analystes" qui prévoyaient avec des trémolos dans la voix l'occupation du pays par l'abominable Poutine des neiges, Moscou et Washington ont engagé leur bras de fer sur l'Ukraine.
Tandis que les discussions s'engagent difficilement, l'ours sort de sa fourrure la menace d'un possible déploiement militaire à Cuba et au Venezuela si sa ligne rouge ukrainienne est franchie. Vous voulez jouer dans notre arrière-cour, nous allons jouer dans la vôtre.

Toute la problématique est, évidemment, l'entrée dans l'OTAN et/ou l'installation de bases US aux portes de la Russie. Nos chers plumitifs feignent de se perdre en conjectures sur le sexe des anges alors qu'un enfant de 8 ans serait capable de comprendre la situation : une grande puissance a toujours refusé, refuse et - tuons le suspense - refusera toujours de voir une grande puissance rivale dans son étranger proche.

1962 : la crise des missiles de Cuba | Lelivrescolaire.fr
1962 : la crise des missiles de Cuba

Le parallèle qui vient immédiatement à l'esprit, sauf dans les salles de rédaction apparemment, est la crise cubaine de 1962. Ce temps chaud de la Guerre froide consistait en l'installation de missiles russes sur la belle île caraïbe pour répondre, on l'oublie souvent, au déploiement de missiles américains en Turquie. La résolution de cette crise qui ébranla le monde n'est pas une victoire de Kennedy comme le voudrait la légende urbaine, mais un retrait mutuel (de Cuba et de Turquie), chacun s'abstenant de menacer directement le territoire de l'autre.

Bis repetita soixante ans plus tard, le Dniepr ayant juste remplacé le Bosphore...

Tandis que les discussions s'engagent difficilement, l'ours sort de sa fourrure la menace d'un possible déploiement militaire à Cuba et au Venezuela si sa ligne rouge ukrainienne est franchie. Vous voulez jouer dans notre arrière-cour, nous allons jouer dans la vôtre.

Rien que de très logique, mais pas du goût de l'empire qui, en bon adepte du deux-poids deux mesures, pique soudain une crise de nerfs et promet une "réponse décisive" (laquelle ?) en cas d'immixtion russe. Ne craignant visiblement pas la contradiction, Washington parle par ailleurs de "fanfaronnade". Les voies de tonton Sam sont impénétrables.

Toujours est-il que le Kremlin n'est pas du genre à parler pour ne rien dire et l'on sait qu'il y a déjà comme qui dirait de la friture sur les ondes du côté de Cuba, avec quelques mystérieuses antennes subrepticement apparues au milieu des cannes à sucre.

Et ce ne sont pas les Martiens d'el inolvidable Tito Rodríguez qui les ont installées...

Par  Chroniques du Grand Jeu

NOTES de H. Genséric
Le titre de cet article, à la manière de ceux d'OSS-117, aurait pu être :
- Visa pour Caracas
- Moche coup à Moscou

6 commentaires:

  1. Yep, une partie d'échecs commence, et les russes ont plusieurs atouts...

    RépondreSupprimer
  2. La belle vie des noirs pauvres à Cuba : https://www.youtube.com/watch?v=o1T4N1DMGGE

    RépondreSupprimer
  3. Tu as raison Nicolas mais en Palestine c'est bien pire encore et tout le monde regarde ailleurs.
    L'armée française n'a pas besoin de sortir du territoir français pour le protéger elle se retrouve quand même dans des pays lointains...d'où viendraient des terrosristes dont leur terre a été spollié ;)

    Occupons nous de cette pauvre France SVP

    RépondreSupprimer
  4. Biden va t-il comme Macron qui emmerde les Français, lui aussi prendre pour cible les Russes. Biden devrait faire un peu de lecture d'histoire. Pendant la révolte à Berlin Est, puis Budapest en 1956, et ensuite Prague en 1968, l'armée US resta l'arme au pied. Si la Russie va jusqu'à Kiev, l'OTAN ne bougera pas. Les nazis de l'Ukraine seront seuls face à l'armée rouge.

    RépondreSupprimer
  5. La solution au problème inquiétant de Joe Dementia et des troupes russes proches des frontières de l'Ukraine, est de transporter ces troupes russes à 10 000 km ? Comme Cuba et le Venezuela ?? Cela permettra à l'Ukraine de respirer facilement.

    RépondreSupprimer
  6. A lire et diffuser sur 666 et graphène Hannibal : http://xochipelli.fr/2022/01/au-sujet-du-666-du-carbone-du-graphene-et-de-la-bete/

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.