mardi 18 janvier 2022

Les vax COVID-19 sont-ils la "bombe ethno" qu'Israël a commencé à développer à la fin des années 1990 ?

Israël a été le premier pays à commencer à administrer des quatrièmes rappels au début de 2022. La Turquie a commencé à administrer des cinquièmes rappels au même moment. Mais il est de plus en plus évident que les habitants de ces pays pourraient être moins sensibles ou même immunisés contre les effets néfastes des piqûres [1]. En effet, nous constatons que les méchantes protéines de pointes des vax ARNm attaquent en priorité les blancs (Européens, Américains) , et qu'elles n'attaquent pas une seule population : les juifs ashkénazes. Est-ce un hasard ?

Qui sont les Israéliens ?

Le monde occidental qualifie le peuple d'Israël de « juif ». Les Juifs bibliques sont les descendants de la tribu de Juda, ce que le peuple d'Israël d'aujourd'hui n'est pas. Les Israéliens sont des Ashkénazes et des sionistes politiques. Nous les désignerons indifféremment par l'un de ces deux noms ou par la nationalité dans cet article. Vous ne devez pas chercher plus loin que la Torah, dans le tout premier livre, pour commencer à comprendre les Ashkénazes.

Genèse 10:3-5 (KJV Version du roi Jacques)
3 Et les fils de Gomer; Ashkenaz, et Riphath, et Togarmah.
4 Et les fils de Javan ; Elishah, et Tarsis, Kittim, et Dodanim.
5 Parmi celles-ci étaient les îles des Gentils divisées dans leurs terres ; chacun selon sa langue, selon sa famille, selon sa nation.

Les gentils sont bien sûr les non-juifs. Fait intéressant ou non, le passage précédent n'apparaît que dans la version King James de la Sainte Bible.[2] Il a été supprimé et/ou modifié dans toutes les versions ultérieures de la Bible. Beaucoup de gymnastique mentale a eu lieu à propos de ce verset pendant des décennies. Ce blogueur a failli être expulsé d'un cours d'histoire à l'université pour avoir écrit un article sur les Ashkénazes et les Ashkénazes qui contestaient le récit accepté.

Le Nouveau Testament est encore plus direct quant à savoir qui sont les Israéliens d'aujourd'hui.

Darby Bible :
Je connais ta tribulation, et ta pauvreté (mais tu es riche), et l'outrage de ceux qui se disent être Juifs; et ils ne le sont pas, mais ils sont la synagogue de Satan.

L'un des meilleurs livres que ce blogueur ait jamais lu sur le sujet est L'invention du peuple juif [3] par le professeur d'histoire de l'Université de Tel Aviv, le Dr Shlomo Sand. Le livre a bien sûr été largement dénoncé par les médias grand public bien que le Dr Sand soit le fils de survivants de l'Holocauste et professeur titulaire dans l'une des universités les plus prestigieuses d'Israël.

Le livre du Dr Sand, combiné avec le livre d'Arthur Koestler de 1976, The Thirteenth Tribe: The Khazar Empire and Its Heritage, laisse peu de doute sur le fait que les Ashkénazes sont des descendants d'Européens de l'Est et de Turcs.

Les rapports « ethno-bombe »

Le Sunday Times au Royaume-Uni a rapporté le 15 novembre 1998 qu'Israël développait une arme biologique qui tue les Arabes, mais qui est inoffensive pour les Ashkénazes. Le rapport, citant des sources de renseignement occidentales, indique que les scientifiques israéliens « essaient d'identifier des gènes distinctifs portés par les Arabes pour créer une bactérie ou un virus génétiquement modifié ». L'arme telle que décrite dans le rapport semble probablement très familière à ceux qui suivent ce blog.

L'intention est d'utiliser la capacité des virus et de certaines bactéries à modifier l'ADN à l'intérieur des cellules vivantes de leur hôte. Les scientifiques essaient de créer des micro-organismes mortels qui n'attaquent que ceux qui portent les gènes distinctifs.

Plusieurs médias américains ont tenté de "démystifier" l'histoire. Mais l'une de leurs sources utilisées pour démystifier l'histoire a peut-être fourni le meilleur indice quant à un lien entre l'ethno-bombe de 1998 et les injections de COVID-19 aujourd'hui. Le Dr Bill Richardson a été adjoint au secrétaire à la Défense à la fois dans les administrations de Reagan et H.W. Bush. Salon l'a interviewé pour démystifier l'histoire.

"Je pense que c'est un non-sens", a déclaré Richardson au journaliste Jeff Stein. Il a poursuivi avec cette citation d'antenne, en ce qui concerne le déploiement potentiel d'une ethno-bombe :

"Même si une ethno-bombe a été développée dans une boîte de Pétri, a dit Richardson, 'il y a un long saut entre avoir un mécanisme et avoir une viabilité environnementale, une arme, ou un vecteur, ou un moyen de dissémination", a-t-il dit.

Bien entendu, les « vaccins » Johnson & Johnson et AstraZeneca COVID-19 sont des vecteurs viraux. J&J, en particulier, utilise l'adénovirus 26 pour délivrer de l'ADN qui ordonne aux cellules de produire des protéines de pointe.

Origines sud-africaines des ethno-bombes de l’apartheid

Chaque rapport sur l'ethno-bombe israélienne visant à tuer des Arabes rapporte que les scientifiques israéliens utilisaient la recherche faite en Afrique du Sud comme base de référence. Les Européens qui dirigeaient l'Afrique du Sud ont tenté de développer, dans les années 1980, une arme biologique qui ne tue que les Noirs. Par exemple, UPI dit, à ce propos, ce qui suit :

En octobre, Foreign Report citait des sources sud-africaines anonymes affirmant que des scientifiques israéliens avaient utilisé la recherche sud-africaine dans le but de développer une « arme ethnique » contre les Arabes. Le chef d'une usine sud-africaine de guerre chimique et biologique, le Dr Daan Goosen, a déclaré que son équipe avait reçu l'ordre dans les années 1980 de développer une "arme de pigmentation" pour cibler uniquement les Noirs. Il a déclaré que l'équipe avait discuté de la propagation d'une maladie dans la bière, le maïs ou même dans les vaccins, mais n'avait jamais réussi à en développer une.

Le rapport continue en disant que des scientifiques israéliens ont découvert des traits génétiques spécifiques aux Arabes qu'ils pourraient exploiter avec des armes biologiques. "L'intention est d'utiliser la capacité des virus et de certaines bactéries à modifier l'ADN à l'intérieur des cellules vivantes de leur hôte", indique le rapport.

Le bon Dr. Lee Merritt, dans une récente émission avec l'avocat Reiner Fuellmich [4], a clarifié davantage ce qui précède. Elle a expliqué comment des scientifiques australiens ont utilisé la technologie des "contraceptifs immunogènes" pour réduire considérablement la population de souris.

Les rongeurs ont été capturés et injectés avec des "vaccins" auto-disséminés qui tuent les ovaires femelles. Les souris injectées ont été relâchées dans la nature et ont transmis les vaccins à d'autres souris par excrétion. Il en a stérilisé des milliers. Le Dr Merritt a déclaré que les vaccins à ADN de souris étaient construits exactement comme les vaccins J&J. Remarque - la vidéo est plus bas dans l'article, car elle est à nouveau mentionnée.

Projet Coast en Afrique du Sud

Le Dr Merritt a déclaré qu'il n'existait pas de "maladies infectieuses émergentes" jusqu'à ce qu'Ebola et le VIH "sortent de la jungle en Afrique". Project Coast était le nom du programme d'armes chimiques et biologiques susmentionné en Afrique du Sud. Le but était de rendre ces armes intraçables et indétectables. Elles tuaient, mutilaient et manipulaient lentement, il est donc plus difficile d'en déterminer la cause. Il a été rapporté que ces armes pouvaient non seulement stériliser et paralyser, mais aussi changer la personnalité des hommes noirs pour qu'ils soient plus dociles et empêcher les rébellions.

Le Dr Goosen susmentionné a dirigé le projet Coast. Les armes n'ont jamais été complètement développées parce que Project Coast a été dissous une fois que Nelson Mandela a pris le pouvoir en 1994. Mais le Dr Goosen a déclaré que « ces armes placées entre de mauvaises mains auraient pu tuer des millions de personnes ».

Voici une description par Wikipédia de  Project Coast. (Wikipédia étant soumis à la censure israélienne, il faut le lire avec méfiance)

Qui a développé les « vaccins » contre la COVID-19 ?

Albert Bourla travaille chez Pfizer depuis 1993. Il a été promu directeur de l'exploitation en janvier 2018, avant d'être nommé PDG plus tard dans l'année. Ainsi, il est à la tête de Pfizer depuis le début de la soi-disant pandémie.

Le juif Bourla parle fréquemment de son amour pour Israël et de la façon dont ses parents ont survécu à la Seconde Guerre mondiale. En fait, il a accepté le prix Theodor Herzl le 9 novembre 2021. Le prix est administré par l'Organisation Sioniste Mondiale et est décerné au sioniste le plus influent et le plus important au monde. Dans son discours d'acceptation, Bourla a comparé le 9 novembre 1938 (Kristallnacht, Nuit de cristal) au 9 novembre 2020 lorsque Pfizer a annoncé que leurs injections d'ARNm étaient efficaces contre le COVID-19. Les initiés comprendront, les autres prendront cela pour ce qu’ils veulent. Bourla n'a pas développé les injections d'ARNm de Pfizer. Mais il a trié sur le volet les gars qui l'ont fait.

Le Dr Mace Rothenberg, juif, a été promu directeur médical par le nouveau PDG Bourla en janvier 2019. Rothenberg a dirigé l'ensemble des efforts de développement des injections d'ARNm de Pfizer. Il a quitté son emploi chez Pfizer en janvier 2021, dès que les injections d'ARNm qu'il a développées ont été déployées contre la race humaine. Rothenberg est un sioniste. Le juif Mikael Dohlsten est directeur scientifique de la société et responsable de la recherche et du développement. Naturellement, il est aussi sioniste.

Tal Zaks – Moderna

Le Dr Tal Zaks a été nommé médecin-chef de Moderna en mars 2015. Il était l'homme en charge du développement des injections d'ARNm de Moderna. Zaks est né en Israël et a servi dans l'armée israélienne en tant que médecin et chauffeur d'ambulance. Il parle fréquemment de son héritage israélien, ne faisant aucun mystère quant à sa loyauté pour l’état raciste d’Israël.

Coïncidence ou non, Zaks a démissionné de son poste de directeur marketing de Moderna en février dernier, à peu près au même moment où Rothenberg a quitté Pfizer. Il est maintenant membre du conseil d'administration de la société pharmaceutique israélienne Teva.

Il y a aussi Facebook, YouTube et Google. Les trois plateformes sont les principales machines de propagande du COVID-19 et du « vaccin ». Ils appartiennent à Mark Zuckerberg, Sergey Brin et Larry Page. Tous sont sionistes.

Preuve irréfutable que Moderna a créé le SRAS-CoV-2

Nous n'utiliserions jamais ce terme à la légère, car cela pourrait détruire notre crédibilité. Mais il y a un rapport fascinant que ce blogueur tentera de résumer et d'expliquer en termes simples car il est hautement scientifique et pratiquement indiscutable.

Tout d'abord, nous devons rendre hommage à Prashant Pradhan du Département de médecine nucléaire de l'Institut postdoctoral Sanjay Gandhi des sciences médicales à Locknow, Utter Pradesh (Inde). Il a identifié des séquences d'acides aminés du génome / protéome du SRAS-CoV-2 dans son article de 2020, maintenant retiré, intitulé “Uncanny similarity of unique inserts in the 2019-nCoV spike protein to HIV-1 gp120 and Gag.” «Étrange similitude d'inserts uniques dans la protéine de pointe 2019-nCoV avec le VIH-1 gp120 et Gag». C'est une lecture captivante en soi.

Ensuite, nous rendons hommage au Dr. Ah Kahn Syed. Il est docteur en médecine et titulaire d'un doctorat. Le nom est un pseudonyme car son travail sur ce sujet est essentiellement celui d'un dénonciateur ; et il ne veut pas perdre ses positions. Son article a également initié ce blogueur à l'outil de recherche d'alignement local de base (Basic Local Alignment Search Tool (BLAST) administré par les National Institutes of Health. Il a fallu lire son article trois fois et traîner dans BLAST pendant 2-3 heures pour saisir la vérité scientifique présentée. Deux professeurs de biologie de deux universités américaines différentes ont également lu l'article du Dr Syed et on leur a demandé de le réfuter. Les deux ont déclaré que la recherche et l'analyse étaient solides comme le roc.

LIENS CONNEXES : Cour suprême : Pfizer, Moderna et al. peuvent posséder vos gènes une fois que vous avez reçu une injection de leur ARNm, ADN créé en laboratoire (27 avril 2021)

La "preuve irréfutable" si vous voulez est #CTCCTCGGCGGGCACGTAG (notez que nous avons ajouté le hashtag. Il ne fait pas partie de la séquence). C'est la séquence du génome de 19 nucléotides du SRAS-CoV-2. Les chances que ces séquences se produisent dans la nature sont inférieures à une sur un milliard. Il n'y avait pas de virus de ce type contenant cette séquence avant 2020. Chaque brevet de BLAST contenant cette séquence presque impossible appartient à Moderna, et tous sont antérieurs au SRAS-CoV-2.

Le Dr Michael Worobey est le directeur de l'écologie et de la biologie évolutive à l'Université de l'Arizona. Il a tenté de prouver que le SRAS-CoV-2 est un produit de la nature. "Dr. Syed » a répondu et a complètement démantelé les arguments du Dr Worobey en un seul tweet. Ce dernier a disparu et n'a pas répondu davantage.

En fait, le Dr Syed utilise fréquemment le hashtag #CTCCTCGGCGGGCACGTAG sur Twitter. Aucun «vérificateur de faits» ou médecin appartenant à une grande entreprise pharmaceutique ne veut y toucher. Ce sera formidable quand/si ces données font partie d'un procès fédéral soumis aux règles de preuve et de procédure. Lisez l'article complet et les commentaires du Dr Syed ici.

Mais pourquoi Israël empoisonnerait-il son propre peuple avec les injections ?

Deux des 13 premières histoires que nous avons écrites sur The COVID Blog en janvier 2021 concernaient Israël. Au moins quatre Israéliens sont morts et 13 autres ont développé la paralysie de Bell après des injections d'ARNm de Pfizer avant le 16 janvier de l'année dernière. Mais l'histoire la plus intéressante concernait le Comité d'Helsinki pour les droits de l'homme accusant Israël d'organiser des essais humains non autorisés dans le pays. Pfizer et le gouvernement israélien ont signé un accord qui permettait à Pfizer de collecter des données sur tous les Israéliens qui ont reçu les injections.

Fig. 1 

Le Dr Merritt a parlé des différences entre les récepteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2, (angiotensin-converting enzyme 2, ACE2), selon la race. Ce sont les récepteurs ACE2 auxquels les protéines de pointe dans les injections d'ARNm s'accrochent et commencent à faire des ravages dans le corps humain. Le Dr Merritt a fait référence à un article de juillet 2020 publié dans la revue à comité de lecture BMC Medicine [5]. Les scientifiques de la Cleveland Clinic ont étudié la spécificité raciale de la voie ACE2. L'étude a mesuré la régulation à la hausse des récepteurs ACE2 par race, ce qui signifie à quel point lesdits récepteurs sont actifs dans des groupes spécifiques de personnes.

Image 1

Les Européens blancs et les Américains (à l'exception des Finlandais) ont une régulation à la hausse de 54 % des récepteurs ACE2, la plus élevée de tous les humains. Ainsi, ils sont les plus sensibles aux réactions indésirables et aux décès après l'injection. Les Noirs américains et les Noirs africains ont une réglementation à la hausse de 39 %. Les Finlandais, ainsi que les Asiatiques de l'Est et du Sud et les Latinos, varient de 2 à 10% de réglementation à la hausse. Mais la partie la plus surprenante de l'étude - les Amish et les Ashkénazes ont ZÉRO pour cent de régulation à la hausse. Lisez l'étude complète ici et regardez le Dr Merritt en parler ci-dessous.

Il y a aussi l'étude de décembre 2020 publiée dans la revue Biochemistry and Biophysics Report. Elle a conclu que l'ACE2-K26R diminue l'attraction électrostatique des protéines de pointe. Ces récepteurs se trouvent le plus souvent dans les populations ashkénazes. Toutes les autres variantes d'ACE2 augmentent l'attraction électrostatique des protéines de pointe, les Sud-Asiatiques et les Européens ayant la plus forte attraction. Lire l'étude complète ici.

Qu'est-ce que tout cela signifie?

Le sionisme est une idéologie politique qui tente de justifier d'apartheid de l'État d'Israël. Beaucoup de gens se souviennent quand le sénateur Joe Biden a déclaré : « il n'est pas nécessaire d'être juif pour être sioniste. Je suis un sioniste » en 2008 après que Barack Obama l'ait choisi comme candidat à la vice-présidence.

Bien sûr, Biden est également là-haut avec Justin Trudeau (Canada), Jacinda Ardern (Nouvelle-Zélande) et Scott Morrison (Australie) en tant que principaux porte-paroles de Pfizer se faisant passer pour des leaders mondiaux.

Ce que nous savons avec certitude, c'est qu'Israël parle de cette ethno-bombe depuis les années 1990. Nous savons également que les Israéliens ont utilisé les recherches du projet Coast d'Afrique du Sud comme guide des armes spécifiques à la race. De plus, les protéines de pointe se comportent différemment chez les Ashkénazes ethniques et chez tout le monde sur la planète. Nous n'avons couvert qu'un seul décès israélien post-injection (lien ci-dessus) après les histoires de janvier 2021, malgré l'attention portée à ce qui s'y passe. Tirez-en la conclusion tout seul.

Ce blogueur s'attend à un méchant contrecoup [6] pour avoir écrit cet article, tout comme nous avons reçu les foudres des mormons, des partisans de Trump, des sionistes chrétiens et des groupes LGBT, pour avoir dit la vérité. Cela ui-ci est différent parce que les sionistes sont à 100% libres de parler aux États-Unis. Mais vous obtenez l'étiquette "antisémite" si vous osez jeter un œil critique sur Israël. Mais personne n'est autorisé à échapper à la vérité ici. Et soyons honnêtes - c'est la quintessence de l'ironie que le musée de l'Holocauste de l'Illinois demande maintenant aux gens de "montrer leurs papiers" avant d'entrer dans l'établissement.

Shulamit Aloni, membre de la Knesset israélienne depuis 30 ans, a dit la plus grande vérité sur le soi-disant antisémitisme dans une interview de 2002 avec Amy Goodman sur Democracy Now.

Nous savons que les vaccins sont la principale cause de coïncidences. Maintenant, nous voyons toutes ces coïncidences liées au développement et au déploiement des injections d'ARNm et d'ADN vecteur viral.

Les États-Unis ont déclassifié des documents de la NSA en 2004, révélant que tout l'incident du golfe du Tonkin qui a aggravé la guerre du Vietnam ne s'est pas vraiment produit comme l'histoire l'a dit. C'est 40 ans après que c'est arrivé. Nous devrons probablement attendre au moins aussi longtemps pour connaître toute la vérité sur les vaccins COVID-19.

Restez vigilant et protégez vos amis et vos proches.

Source : Are COVID-19 injections the “ethno-bomb” Israel began developing in the late 1990s?

January 17, 2022

TheCOVIDBlog.com

---------------------------------------------

“Il est temps d’admettre votre échec”: le Pr Ehud Qimron charge les autorités israéliennes

Malgré des années d’observations et de connaissances scientifiques, vous avez refusé d’admettre que les contaminations surviennent par vagues qui s’estompent d’elles-mêmes. Vous avez insisté pour attribuer chaque déclin de vague uniquement à vos mesures, et ainsi, grâce à des actions de propagande, vous avez pu revendiquer que “vous aviez vaincu la peste”, encore, encore et encore.
Il n’y a actuellement aucune urgence médicale, mais vous entretenez soigneusement cette illusion depuis deux ans maintenant à cause de votre soif de pouvoir, d’argent et de contrôle.

NOTES de H. Genséric

[1] Une autre possibilité consiste  à livrer des « vaccins » différents en fonction des populations cibles, comme on l’a vu :
Scandale en Slovénie : un code 1, 2 ou 3 figurent sur les flacons de vaccins à ARNm

Une nouvelle nous parvient de Slovénie qui, si elle est vérifiée, provoquera une réaction mondiale inimaginable.
Le samedi 20 novembre, l'infirmière en chef du Centre médical universitaire, Centre clinique de Ljubljana, qui s'occupe de l'administration des flacons de vaccins, a démissionné de son poste, s'est rendue devant les caméras de télévision et leur a amené des flacons de vaccins.
Selon votre rang social, on vous injecte un "vaccin" de type 1, 2 ou 3.
Si vous pensez que ce scandale est uniquement slovène, détrompez-vous et posez-vous la question :
pourquoi les grands de ce monde ne meurent pas du Covid et n'ont pas de ces innombrables séquelles invalidantes que l'on observe chez la plèbe ?

[2] Genèse 10:3-5

La Bible du Semeur :
Fils de Gomer: Ashkenaz[a], Riphat et Togarma.
Fils de Yavân: Elisha, Tarsis, Kittim et Dodanim[b]. Ce sont leurs descendants qui ont peuplé les îles et les régions côtières. Ils se sont répartis par pays selon la langue et par familles dans chaque peuple.

Louis Segond :
Les fils de Gomer: Aschkenaz, Riphat et Togarma.
Les fils de Javan: Élischa, Tarsis, Kittim et Dodanim.
C'est par eux qu'ont été peuplées les îles des nations selon leurs terres, selon la langue de chacun, selon leurs familles, selon leurs nations.

[3] Comment fut inventé le peuple juif
-  Aux origines moyenâgeuses du sionisme
-  L’Ancien Testament et le génocide
-  Antisionisme/antisémitisme : Shlomo Sand adresse une lettre ouverte à Macron, «inculte politique»

[4] Le plus grand procès de l’Histoire depuis Nuremberg se prépare avec beaucoup d’ardeur et d’arguments réels
-  De nouvelles interviews avec le Dr Lee Merritt, le Dr Chris Shaw et Reiner Fuellmich révèlent des informations étonnantes sur les crimes contre l'humanité liés aux vaccins
-  USA. Le Dr Peter McCullough révèle que Covid-19 et ses vaccins sont des armes biologiques. CDC : 50.000 Américains sont morts à cause des vaccins
-  CONFIRME: Un scientifique de haut niveau sur les vaccins déclare: `` Il est tout à fait possible que ce vaccin soit utilisé pour une dépopulation à grande échelle ''

[5] De nouvelles interviews avec le Dr Lee Merritt, le Dr Chris Shaw et Reiner Fuellmich révèlent des informations étonnantes sur les crimes contre l'humanité liés aux vaccins

[6] Un PDG de High Tech avertit que les vaccins COVID font partie d'une «conspiration juive» sadique pour exterminer des milliards de personnes. Il a été viré le jour même.

Hannibal GENSÉRIC

4 commentaires:

  1. Avec une injection ARNm l'espérance maximale de vie est de 10 ans. Avec le graphène et la mise en service de la 5G cette durée de vie est encore plus courte. Si les moutons restent endormis l'holocauste sera gigantesque. Il faut prendre des produits naturels pour éliminer tant soit peu cette chimie nocive. A part la peine de mort pour ces criminels, je ne vois pas d'autres châtiments.

    RépondreSupprimer
  2. Il me paraît très probable qu'Israël reçoit des lots de vaccin peu dangereux, et peut ainsi vacciner à tout de bras pour montrer le "bon exemple" aux nations goys.
    Il a été montré que les lots sont très variables dans leur dangerosité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout, il y aurait plus de 20 000 lots déjà injectés, et en gros 5 % concentreraient 100 % des morts. Quant au fait que la plupart des lots létaux semblent concentrés sur le début de 2021, cela peut s'expliquer par le fait qu'ils étaient prévus pour les personnes âgées, et que pour celles-ci il n'y avait pas de placebos. Il fallait les éliminer, et ça a été efficace (maison de retraite de Pithiviers : 37 morts dans les six semaines qui ont suivi l'injection).
      Quelques précisions sur les lots les plus toxiques sur cette page (outre howbad.info) : https://forbiddenknowledgetv.net/breaking-deadly-vax-lot-numbers-identified-still-in-circulation/

      Exemples :
      Lots Pfizer les plus toxiques pour les enfants : commencent par EW
      Lots Pfizer les plus toxiques pour les adultes : commencent par EN
      Lots Moderna les plus toxiques (tous âges) : finissent par 20A

      Supprimer
  3. Cela dit en passant, 1990 n’est qu’une date lancée au hasard, il faudrait plus chercher dans les premières bidouilles, après la ”découverte” de l’ADN ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.