mercredi 12 janvier 2022

Le président du parlement de l'UE, fervent propagandiste des vaxx Covid, vient d'en mourir

Le président du Parlement européen David Sassoli est décédé. Ce n'est que lundi que la nouvelle de son hospitalisation en Italie s'est répandue en raison de l'apparition d'une grave complication due à un dysfonctionnement du système immunitaire [1].
Lorsqu'à la mi-septembre il avait été hospitalisé pour une suspicion de pneumonie, j'avais souligné sur Gospa News et Veterans Today que cette complication pathologique était très fréquente parmi les effets indésirables suspectés après les vaccins auxquels le président du Parlement européen avait été injecté, étant l'un des premiers partisans de la propagande PRO-VAX ainsi que tout le Parti Démocrate dont il était membre.

EU Parliament chief David Sassoli pledges to return after medical 'tests' –  POLITICO

Sassoli, dans une vidéo dans laquelle il remerciait les médecins, avait alors expliqué que la pneumonie était causée par la bactérie Legionella qui, comme on le sait, affecte facilement surtout les personnes immunodéprimées [2]. Une plus grande attention au risque de légionellose dans la phase d'urgence COVID-19 est justifiée par le fait que le paquet Legionella/SARS-Cov-2 provoquerait une nouvelle aggravation de l'état de santé des patients déjà infectés par le SARS-CoV-2 et, par conséquent, potentiellement aussi de ceux qui ont reçu l'ARNm ou les sérums du gène vecteur adénoviral avec les « instructions » fonctionnelles pour inciter les cellules à produire la protéine Spike pour stimuler la production d'anticorps contre Covid-19 et la vaccination espérée.

Certains auteurs (Xing Q et al – Des précautions sont nécessaires pour les patients COVID-19 avec co-infection de pathogènes respiratoires communs – medRxiv) ont montré que 20% des patients COVID-19 avaient vraisemblablement contracté une co-infection à Legionella pneumophila ayant un titre d'anticorps spécifique anti- Legionella IgM positif. De même, donc, les personnes souffrant de troubles du système immunitaire – préexistants ou causés par des effets indésirables des vaccins – sont exposées aux conséquences les plus graves de cette bactérie, la pneumonie elle-même et ses séquelles après guérison. La légionellose, en fait, attaque les mêmes sites qui sont ciblés par Sars-Cov-2 et certains des symptômes sont compatibles.

Aujourd'hui, la confirmation d'un grave dysfonctionnement du système immunitaire du président du Parlement européen augmente encore les soupçons de l'époque, également basés sur les recherches publiées en octobre 2020 par deux universités chinoises qui soulignaient les risques d'immunopathologie pulmonaire dérivant de sérums génétiques expérimentaux basés sur l'ARN messager.

Les chercheurs asiatiques ont en effet souligné les mêmes inquiétudes concernant les réactions auto-immunes des tempêtes de cytokines T1 et T2 qui avaient conduit en 2012 leurs autres collègues à rejeter le précédent vaccin contre le SRAS de 2003 pour des problèmes similaires. La Dr Loretta Bolgan, biochimiste italienne et experte en pharmacologie, avait également tiré la sonnette d'alarme sur les dangers de la tempête de cytokines [3]

Cette réaction aurait pu être déclenchée par le dangereux phénomène ADE (Antibody-dependent Enhancement) dont nous avions déjà parlé précédemment.

La protéine S (Spike) du vaccin « ressemble » à celle du virus et c'est pourquoi elle peut avoir la même fonction biologique et pathologique. Par conséquent, lorsque les cellules sont affectées par la protéine vaccinale S, elles se comportent un peu comme des cellules infectées par le virus. La protéine S, en effet, en se liant aux récepteurs de la surface cellulaire (ACE2) peut altérer la fonction cellulaire entraînant diverses réactions pathologiques telles que la thrombose, la thrombocytopénie, l'hypo/hypertension, etc.

« Les médicaments et vaccins à base d'anticorps contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) sont accélérés grâce au développement préclinique et clinique. Les données de l'étude du SRAS-CoV et d'autres virus respiratoires suggèrent que les anticorps anti-SARS-CoV-2 pourraient exacerber le COVID-19 par le biais de l’ADE. Des études antérieures sur le virus respiratoire syncytial et le vaccin contre le virus de la dengue ont révélé des risques de sécurité clinique chez l'homme liés à l'ADE, entraînant l'échec des essais de vaccins ».

C'est ce qu'on peut lire dans le résumé de l'étude intitulée « Antibody-dependent upgrade and SARS-CoV-2 vaccines andtherapy » publiée le 9 septembre 2020 dans la revue médicale spécialisée Nature Microbiology par les chercheurs Wen Shi Lee, Adam K. Wheatley, Stephen J. Kent & Brandon J. DeKosky du Département de microbiologie et d'immunologie de l'Université de Melbourne à l'Institut Peter Doherty pour les infections et l'immunité, Victoria, Australie. Précisément là où le joueur de tennis Novak Dojkovic a été persécuté parce qu'il n'était pas vacciné !

Voici la conclusion des scientifiques australiens : « L'ADE a été observé dans le SRAS, le MERS et d'autres infections à virus respiratoires humains, notamment le VRS et la rougeole, ce qui suggère un risque réel d'ADE pour les vaccins SARS-CoV-2 et les interventions à base d'anticorps. Cependant, les données cliniques n'ont pas encore complètement établi le rôle de l'ADE dans la Pathologie humaine COVID-19. Les mesures visant à réduire les risques d'ADE liés aux immunothérapies comprennent l'induction ou l'administration de doses élevées d'anticorps neutralisants puissants, plutôt que des concentrations plus faibles d'anticorps non neutralisants qui seraient plus susceptibles de provoquer l'ADE ».

La recherche menée par des scientifiques de Melbourne en Australie – lien en bas de page

«À l'avenir, il sera crucial d'évaluer les ensembles de données animales et cliniques pour détecter les signes d'ADE, et d'équilibrer les risques de sécurité liés à l'ADE par rapport à l'efficacité de l'intervention si un ADE clinique est observé. Les études cliniques animales et humaines en cours fourniront des informations importantes sur les mécanismes de l'ADE dans le COVID-19. De telles preuves sont absolument nécessaires pour garantir la sécurité des produits dans les interventions médicales à grande échelle qui sont probablement nécessaires pour réduire le fardeau mondial du COVID-19 »

Les chercheurs de Melbourne ont conclu. D'autres recherches ont été publiées sur le sujet, mais les autorités sanitaires gouvernementales ont ignoré ces études alarmantes.

On espère que la mort du président du Parlement européen incitera les autorités sanitaires européennes à développer des investigations adaptées avec une pharmacovigilance active et surtout ces autopsies qui ont conduit le directeur de la division de pathologie de Cologne à confirmer le lien de causalité entre la mort et le vaccin pour 30% des décès vaccinés examinés.

Mais le porte-parole de Sassoli a déjà annoncé le rite funéraire imminent, suggérant ainsi qu'il n'y aura pas de tests d'autopsie pour établir un éventuel lien de causalité entre sa pathologie immunitaire et les vaccins reçus ces derniers mois.

....

L'annonce de sa mort s'accompagne de la communication du ministre de la Santé du Japon, qui vient d'être rapporté dans la section anglaise de Gospa News, qui s'est prononcé contre l'obligation de vaccins précisément en raison de leur faible efficacité et du nombre élevé d'effets indésirables, même la mort.

Source : EU President Died after Vaccines. Immune Disease Forecast by Chinese Study on mRNA Sera

Veterans Today
-------------------------------------------

Effets de la vaccination sur l’épidémie

IHU-MI - 11 janvier 2022

Le vaccin ne met pas à l’abri du portage du virus.

Pr Didier Raoult, Directeur de l’IHU Méditerranée Infection :

À Marseille, depuis un mois, il y a eu 12 morts du covid chez les moins de 65 ans dont la moitié avaient reçu au moins 2 doses vaccinales.

Le vaccin offre une protection qui est loin d’être totale. Ceux qui disent qu’elle est totale font de la propagande. C’est pas la réalité. La protection était de 50% jusqu’à omicron.

Avec omicron, il y a extrêmement peu de réanimation et pas de morts, d’après les premières études qui sont sorties. Donc, c’est difficile de protéger contre la mort si on ne meurt plus du tout.

Actuellement, le pourcentage de positifs est comparable chez les vaccinés et les non-vaccinés. Il est de 30% chez les gens qui se font tester chez nous.

La protection vis-à-vis de delta n’était pas exceptionnelle, mais vis-à-vis d’omicron, elle est encore moins bonne.

Les cas sont aussi symptomatiques chez les vaccinés que chez les non-vaccinés. Et la charge virale, c’est-à-dire le nombre de virus qu’ils portent est aussi importante qu’ils soient vaccinés ou non.

L’idée que quelqu’un qui est vacciné et positif est moins dangereux que quelqu’un qui n’est pas vacciné et pas positif relève du conte de fée.

C’était encore pire avec delta : c’est-à-dire que les gens qui étaient positifs et vaccinés avaient plus de virus que les positifs non-vaccinés.

Le vaccin ne met pas à l’abri du portage du virus.

Différence entre science et religion : Si vous n’êtes pas capable de voir qu’une théorie est fausse, c’est que vous êtes sortis de la science pour entrer en religion.

Pfizer n’a jamais donné ce qui se passait dans les quinze jours après la vaccination en terme de covid. Mais, dans les quinze premiers jours après la vaccination, il y a beaucoup de covid. C’est probablement dû aux anticorps facilitants. Si c’est vrai, ça veut dire que la vaccination a favorisé l’augmentation du nombre de covid.

C’est dans les pays où l’on na pas vacciné ou dans ceux où l’on a utilisé les vaccins inactivés (vaccins chinois Coronavac ou sinopharm) qu’il y a le moins de cas. Et ce, de manière extrêmement significative !

Les vaccins dont on dispose, à ARN ou ADN, ne justifient donc pas qu’on emmerde les non-vaccinés. Face à la réalité tangible et mesurable, il faut être capable de changer d’avis.

Dans ce pays, on déteste ceux qui savent. Ceux qui ne savent pas, on leur donne des médailles, des légions d’honneur, et peut-être même des primes à l’erreur.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

NOTES de H. Genséric

[1] Vaccinés à mort. Une étude alarmante confirme que les vaccinés seront confrontés à des blessures et des décès catastrophiques liés à la facilitation de l'infection par des anticorps
-  La facilitation de l’infection par des anticorps s'accélère chez les personnes entièrement vaccinées
-  ESSENTIEL. Immunité, vaccins, effets indésirables, traitements: l’analyse de Jean-Marc Sabatier

[2] L’inventeur du vaccin à ARNm : les vaccins COVID-19 peuvent rendre le virus plus dangereux
-  18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas vacciner contre le Covid

[3] Traitement pour calmer la tempête de cytokines : une découverte russe qui sauvera beaucoup de vies
-  Le représentant de Moderna admet que tout le monde fait partie d'une vaste expérience
-  ESSENTIEL. Immunité, vaccins, effets indésirables, traitements: l’analyse de Jean-Marc Sabatier
-  Un top pathologiste allemand. Les autopsies prouvent que les vaccins COVID provoquent la défaillance d'organes et la mort
-  Injection mortelle. L’effrayant récit d’un médecin urgentiste sur une maladie inhabituelle provoquée par le vaccin
-  La technologie de « neuromodulation » à base de graphène est RÉELLE: les biocircuits contrôlent le cerveau à l'aide de graphène et d'IA
-  Le bilan élevé des pertes causées par les vaccins à ARN messager appelle une réponse urgente. Par F. William Engdahl

Hannibal GENSÉRIC

 

 

6 commentaires:

  1. ouaf ouaf il ne nous lisait pas Hannibal !

    RépondreSupprimer
  2. ça fait du bien des bonnes nouvelles de temps en temps ...

    RépondreSupprimer
  3. Regardez comment on torture en France les enfants en attendant : https://www.instagram.com/p/CYmNQElN7_i/?fbclid=IwAR22GogaXVSRFhxznZhRGf_PFnm1IF1hyJIo5jOOB7ucTr2AVAxlZqQOl10

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quant les parents sacrifient leurs enfants sur l'autel de la Covid. Tout ces parents sont envoutés c'est pas possible autrement ...

      Supprimer
  4. Toutes et tous victimes d'une PNL ( Programmation Neuro linguistique ) planétaire.
    Tous ces parents ( potentiels meurtriers de leurs propres enfants )irresponsable ont oublié le Droit des enfants !!!

    Le Sénat, lui, estime qu'un enfant est majeur à 16 ans...

    Pauvre France !!!

    RépondreSupprimer
  5. LA RUSSIE DENONCE LA FAILLITE DES COLLOQUES AVEC L'OTAN ET, COMME ELLE AVAIT DEJA ET PLUSIEURS FOIS MIS EN GARDE, AJOUTE QU'ELLE UTILISERA DES MESURES MILITAIRES. IL FAUT ARRETER DE SE FAIRE ENVOUTER PAR CETTE MACABRE FARCE ET SE PREPARER AU PIRE.

    BREAKING NEWS - URGENT: RUSSIA DECLARES NATO TALKS "FAILURE" SAYS WILL USE MILITARY MEANS
    https://halturnerradioshow.com/index.php/en/news-page/world/breaking-news-urgent-russia-declares-nato-talks-failure-says-will-use-military-means

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.