dimanche 30 octobre 2022

L'OTAN en guerre contre la Russie

 
L'évènement militaire de ce 29 octobre 2022 est une nouvelle série d'attaques ukrano-atlantistes réalisées contre la base navale de Sébastopol en Crimée.
Je ne reviendrai pas ici sur la stratégie exponentielle d'équipement des pays occidentaux au profit des forces armées ukrainiennes mais bien ici sur la stratégie d'engagement des forces de l'OTAN sur le théâtre d'opérations russo-ukrainien et qui vient de franchir ce 29 octobre 2022 un nouveau cap avec une série d'attaques contre la base de la flotte russe de la Mer Noire, à Sébastopol.
Cette nuit une vague de drones aériens (entre 12 ou 16 selon les sources) a attaqué sans succès la base de la flotte de la Mer Noire, abattus par la défense antiaérienne de Sébastopol.

 


Plus tard, aux premières heures matinales, une seconde attaque a été lancée cette fois avec des drones marins dont certains ont réussi à traverser la défense russe pour toucher 2 bâtiments de surface : la frégate lance missiles de classe 11356R "Amiral Makarov, qui a été endommagée ainsi que le dragueur de mines "Ivan Golubets" qui escortait les exportations céréalières quittant Odessa. En outre une digue du port a été également touchée dans la baie voisine de Yuzhnaya.

Il s'avère dès à présent que cette attaque contre la base navale russe de Sébastopol a été non seulement faite avec l'assistance d'un soutien aérien électronique de l'OTAN, mais également avec des drones d'attaque marins britanniques très vraisemblablement pilotés à distance par des spécialistes de sa majesté le roi de la perfide Albion.

Attaque des drones marins britanniques 

Alors que les propagandistes pro-russes racontaient comme à leur habitude ridiculement contre productive que tous les drones avaient été abattus ou pire que les fumées qui s'élevaient sur la côte étaient celles de pneus  brulés pour un exercice des mobilisés, les propagandistes ukro-atlantistes tentaient de nous faire croire que la flotte de la Mer Noire n'existait plus pour apporter plus de crédit à une victoire médiatique certaine.

Ce qui est sûr, c'est que l'OTAN est ici l'acteur principal des attaques, tout comme lors de celle contre le croiseur Moskva le 13 avril dernier et qui devait provoquer son naufrage. 

1 / L'assistance aérienne électronique 

Les aéronefs de renseignement de l'OTAN reniflent le conflit depuis 2015, des drones d'observation stratégiques ou avions de guerre électronique, de plus en plus fréquents et en plus grand nombre, jusqu'à assurer une permanence quotidienne le long des frontières russes et de la ligne du front du Donbass pendant 8 ans. Le Pentagone a reconnu plusieurs fois que les informations collectées par ses ressources aériennes mais aussi satellitaires été transmises à l'Etat-Major ukrainien lorsqu'elles le concernaient.

Depuis février les aéronefs de l'OTAN qui, au dessus de l'Ukraine, ont passé le relais à une constellation de satellites militaires et privés, se sont repliés dans l'espace international de la Mer Noire ou ceux de pays de l'OTAN (Pologne, Roumanie, pays baltes etc)

Ainsi, au même moment que se déroulaient les attaques contre Sébastopol des aéronefs de l'OTAN étaient en mission dans le même secteur !


2 / L'armement spécialisé de l'OTAN

Concernant les drones marins qui ont atteint leurs cibles, ce ne sont pas des armes ukrainiennes comme l'étaient par exemple les missiles anti-navires "Neptune" qui ont frappé le "Moskva" en avril, mais des drones "high tech" de la Royal Navy.


A priori le type de drone utilisé est un modèle de drone "ultra" perfectionné de conception britannique et il 
est hautement improbable que le service et l'usage parfaitement maitrisés soient assuré par des opérateurs ukrainiens mais bien par des spécialistes de l'OTAN.

Comme pour les drones aériens, plusieurs drones marins semblent avoir été lancés vers leurs cibles certainement pour obtenir plus d'effet destructeur mais aussi saturer les systèmes de défense russe et réussir pour quelques uns d'entre eux à traverser leurs boucliers. 

De la co-belligérance à la belligérance 

Non loin de la Crimée se trouve la base d'Ochakov (dans l'embouchure du Boug Méridional à l'Ouest de Kherson) qui abrite le "73ème centre des opérations spéciales maritimes", qui avant février était encadré par environ 300 membres des SBS et SAS britanniques, officiellement "instructeurs". Cette base officieuse de l'OTAN a ouvert en 2017 et je doute fort que tous les SBS soient partis en février !

En réaction à cette nouvelle attaque contre Sébastopol, la Russie a décidé de suspendre sa participation à "l'accord sur les céréales" et a interpeller l'ONU au sujet de cette attaque d'aujourd'hui et celle contre les North Stream I et II de la Baltique qui portent sans conteste la signature de l'OTAN dans leur exécution et constituent donc de facto un "casus belli" contre la Russie.

L'OTAN participe directement depuis avril à des attaques "ukrainiennes" contre les ressources et les forces russes, avec une probabilité croissante devenue aujourd'hui certitude. Quelle sera la réponse de la Russie sachant qu'elle a été déjà promise en cas de ce type de scénario. 

Moscou se doit de réagir vite et fort car sinon les discours forts du Kremlin sur la défense forte du sanctuaire national se dégonfleront comme des ballons de baudruche invitant les ukro-atlantistes à pousser toujours plus loin dans l'inadmissible leurs attaques provocatrices. 

Le temps des "opérations spéciales" est bel est bien terminé, celui de la guerre doit commencer !

Hannibal Genséric

7 commentaires:

  1. Vous voudriez quoi ? L'embrasement total de la planète... Poutine n'est pas le gros bourrin que vous semblez espérer.
    Lisez donc l'article précédent, il vous aidera à comprendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu seras écouté quand tu ne seras pas anonyme. Autrement tu es du vent.... Nous entrons dans un monde nouveau qui commence par les révolutions dans de nombreux pays et la guerre puisqu'il est impossible de vaincre l'empire satanique des USA autrement que par la guerre et de toute façon cet empira satanique est en guerre contre la Terre entière comme l'a reconnu Mitterrand...

      Supprimer
    2. Vous avez raison; une fois je suis anonyme une fois j'ai le pseudo de mon compte google ..? D'une façon ou d'une autre je suis inconnu et n'ai nullement la prétention d'être écouté ni même d'être apprécié.

      Supprimer
    3. Voyez cette fois cela fonctionne...je suis vraiment une buse ! Mais vous content ?

      Supprimer
  2. PARTAGEZ S.V.P.
    Monde - Comment les Russes ont découvert que c'était le Royaume-Uni qui avait bombardé les pipelines Nord Stream World Hal Turner 30 octobre 2022

    https://halturnerradioshow.com/index.php/en/news-page/world/how-the-russians-found-out-it-was-the-uk-that-bombed-the-nord-stream-pipelines

    TURNER : Au cours des deux derniers jours, le ministère russe de la Défense a publiquement accusé le Royaume-Uni d’avoir fait sauter ses pipelines Nord Stream. Aucune preuve n'a été offerte.

    J'ai découvert ce qu'est réellement la preuve. . . . et c'est la raison pour laquelle Liz Truss n'est plus Premier ministre du Royaume-Uni. . .
    Ce contenu est réservé aux abonnés -
    Lorsque les pipelines Nord Stream entre la Russie et l'Allemagne ont explosé, la plupart des penseurs savaient que ce n'était pas un accident. Alors que l'Allemagne subit une pression politique intense de la part de ses citoyens pour reprendre l'achat de gaz naturel russe - interrompu après l'entrée de la Russie en Ukraine pour l’opération militaire spéciale - les Britanniques n'ont pas été satisfaits. Au Royaume-Uni, on pensait que l'Allemagne céderait à la pression des citoyens et conclurait son propre accord pour acheter du gaz russe. Les Britanniques et les Américains ne pouvaient pas permettre que cela se produise. Ainsi, un plan a été conçu pour empêcher l'Allemagne en faisant sauter les gazoducs Nord Stream. Mais qui aurait dû le faire ? Les Britanniques ont décidé de le faire. Les Américains hochèrent la tête d'un air approbateur.

    Lorsque les pipelines Nord Stream ont commencé à exploser, la société russe de gaz naturel GAZPROM a reçu des sonnettes d'alarme de capteurs dans le pipeline, indiquant que la pression avait chuté massivement et soudainement. GAZPROM apprend alors que les canalisations sont cassées.
    Exactement une minute après le déclenchement des alarmes GAZPROM, les données iCloud de l'iPhone de la Première ministre Liz Truss montrent qu'elle a utilisé son iPhone pour envoyer un message à Antony Blinken, secrétaire d'État américain. Le message disait : "C'est fait".
    Personne d'autre ne savait que les pipelines avaient explosé. GAZPROM savait qu'il y avait un problème, mais il ne savait pas quoi ni pourquoi. Liz Truss le savait. Parce que c'est le gouvernement britannique qui a mené l'attaque. Un acte de terrorisme d'État par le gouvernement britannique actuel, contre la Fédération de Russie.

    Réfléchissez un instant. Le gouvernement britannique est désormais une organisation terroriste internationale de facto. Sauf que lorsque les gouvernements font des choses comme ça à d'autres pays, ça ne s'appelle pas du "terrorisme" - ça s'appelle autre chose : un acte de guerre. Et c'est pourquoi Liz Truss n'est plus le Premier ministre britannique. Pas parce qu'elle a approuvé l'attaque. . . mais parce qu'il a écrit "C'est fait" via des messages texte non sécurisés sur son iPhone, auxquels les Russes ont pu accéder en utilisant des privilèges d'administrateur via iCloud. Et les Russes en ont déjà la preuve.
    Grâce à Liz Truss, les Britanniques sont pris en flagrant délit, après avoir commis le bombardement d'oléoducs qui ont coûté à la Russie environ 15 milliards de dollars entre les deux tracés du Nord Stream, à construire. Le gouvernement britannique l'a fait. Le gouvernement britannique est coupable. Le gouvernement américain savait que ce plan était en cours. Le gouvernement américain n'a rien fait pour arrêter le crime. Par conséquent, le gouvernement américain en général, et le secrétaire d'État Antony Blinken en particulier, sont, au moins, coupables du crime. Dans le pire des cas, le gouvernement américain et/ou le secrétaire d'État Antony Blinken sont coupables d'avoir aidé des conspirateurs au crime. Puisqu'il n'y aura pas de "justice" pour, ou par, ni les gouvernements britanniques ni américains (ils semblent se considérer au-dessus de la loi), la seule alternative que la Russie a est la guerre. On m'a dit que c'est en route.

    RépondreSupprimer
  3. "Qui sème le vent récolte la tempête" !!! à force de provoquer les Russes, on va finir par recevoir la monnaie de notre belligérance totalement injustifiée ! Les Russes se défendent contre le mondialisme incarné par l'abominable clique de Davos dont, hélas, notre gouvernement fantoche fait partie ! Pauvre France laquais des "Amerloques" (rime avec loques), je précise : des complices de Biden § co et non de tous les Américains - avec Mr. Truimp, cette horrible guerre n'aurait jamais eu lieu.! Amitiés à vous tous.

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.