jeudi 20 octobre 2022

Ukraine. Des attaques de drones ont coupé l’électricité

Début septembre, Gallup a réalisé un sondage en Ukraine :

Plus de six mois après le début d’une guerre que beaucoup dans le monde (y compris en Russie) pensaient que l’Ukraine perdrait rapidement, la plupart des Ukrainiens sont résolus à continuer à se battre.

Une nette majorité, 70 % de tous les Ukrainiens interrogés début septembre, disent que leur pays doit continuer à se battre jusqu’à ce qu’il gagne la guerre contre la Russie. Un peu plus d’un Ukrainien sur quatre (26 %) est favorable à des négociations pour mettre fin à la guerre le plus rapidement possible.

Ce chiffre de 70 % marque probablement un point culminant, car il a été réalisé à un moment où l’on promettait des succès aux Ukrainiens.

Depuis, la situation de l’Ukraine a empiré. Bien empiré.

Depuis la mi-septembre, la contre-offensive ukrainienne à l’est de Kharkov s’est arrêtée. Malgré de sérieuses pertes ukrainiennes, la contre-offensive dans la direction du sud de Kherson n’a pas beaucoup bougé non plus. Ces deux lignes de front sont désormais stables. Sur le front du Donbass, la position centrale ukrainienne à Bakhmut (Artyomovsk en russe) risque d’être prise.

La Russie a mobilisé quelque 220.000 réservistes et environ 70.000 volontaires. Ceux-ci sont actuellement en formation et d’ici le mois prochain, la plupart d’entre eux seront en mesure de rejoindre le combat. Ces dernières semaines, le temps est devenu pluvieux. Les chars et les camions ne peuvent plus se déplacer sur des champs ouverts sans risquer de s’embourber. Fin novembre/décembre, le gel s’installera. Le sol gèlera et la Russie pourra lancer de grandes attaques.

La Russie a également modifié le rythme de la guerre. Alors qu’elle s’était jusqu’à présent abstenue de frapper les infrastructures civiles, à l’exception des stations de transformation électrique desservant le réseau ferroviaire, elle a maintenant lancé des attaques contre les centrales thermiques et le réseau de distribution électrique longue distance de 330 kilovolts de l’Ukraine.

En Ukraine, comme en Russie, les centrales thermiques sont également utilisées comme sources de chauffage urbain. L’eau chaude est distribuée aux maisons par de grands réseaux de canalisations. Lorsque les centrales électriques sont hors service, les maisons des gens gèlent. Il n’y aura plus d’eau potable car les conduites congelées subiront de graves dommages.

Les attaques russes sont efficaces :

Des villes situées près des champs de bataille de la ligne de front aux gratte-ciels de la capitale, les Ukrainiens tentent d’économiser l’énergie, le président Volodymyr Zelensky ayant averti mardi que les attaques russes des huit derniers jours avaient détruit 30 % des centrales électriques ukrainiennes et provoqué des « pannes massives dans tout le pays« .
Les dernières frappes ont augmenté la probabilité d’un hiver misérable, les habitants devant se passer de services de base comme le chauffage et l’eau.

Dans son discours du soir, lundi, M. Zelensky a exhorté les Ukrainiens à réduire leur consommation d’électricité pendant les heures de pointe afin de " permettre à l’ensemble du pays de traverser cette période de manière plus stable" , et de nombreux habitants et entreprises ont fait leur part.
Dans sa déclaration de mardi, il n’a pas précisé quelles centrales électriques avaient subi des dégâts importants. Mardi, des explosions ont frappé un quartier de la rive orientale du fleuve Dnipro à Kiev, la capitale de l’Ukraine, selon le maire, ainsi que des villes du nord et du centre du pays.
L’attaque de Kiev a fait trois morts et provoqué des coupures d’électricité et d’eau dans certaines parties de la ville, selon des responsables. Elle est survenue le lendemain du jour où la Russie avait frappé la ville avec des drones kamikazes de fabrication iranienne, visant apparemment des installations électriques et de chauffage.
À Kiev, les lumières ont vacillé peu après 9 heures du matin et les habitants des quartiers est de la ville ont déclaré avoir entendu une explosion. Le maire, Vitaly Klitschko, a déclaré qu’un « objet d’infrastructure critique » avait été touché. Kyrylo Tymoshenko, un haut fonctionnaire du bureau de M. Zelensky, a déclaré qu’au moins trois frappes avaient touché un site énergétique, entraînant des « dégâts importants« , sans donner plus de détails.

L’URSS avait laissé à l’Ukraine un réseau électrique très décent et d’importantes capacités de production.

L’épine dorsale du réseau ukrainien est constituée de plus de 13 000 kilomètres de lignes de 330 kV et de 88 transformateurs de 330 kV qui relient les régions et permettent de déplacer les capacités. Il a pu acheminer suffisamment d’électricité jusqu’à la ligne de front orientale lorsque, en raison de la guerre, les centrales électriques de l’est ont été mises hors service.

Les attaques russes semblent avoir deux points de mire :

  1. Arrêter toutes les centrales thermiques (charbon, gaz) en Ukraine.
  2. Détruire les stations de commutation où sont connectées plus de deux lignes de 330k.

Cela réduira de moitié la capacité de production de l’Ukraine et déconnectera totalement certaines régions, notamment celles à l’est, de toute capacité de production.

Cela aura pour effet d’assombrir les villes de l’est de l’Ukraine, ce qui rendra la conduite de la guerre plus difficile pour les militaires ukrainiens. Cela rendra également plus difficile le soutien en matériel, en armes et en munitions d’atteindre les lignes de front. (Les régions qui ont été intégrées à la Russie reçoivent de l’électricité de la Russie).

Les attaques contre le réseau électrique ukrainien auront quelques effets externes. Ces dernières années, l’Ukraine fournissait un surplus d’électricité à certains de ses voisins. La Moldavie et la Hongrie étaient les deux plus gros acheteurs d’électricité ukrainienne. Alors que la Hongrie est connectée au réseau européen, la Moldavie ne l’est pas. Elle ne dispose en outre que d’une capacité de production de 350 mégawatts. En 2017, quelque 20 % de son énergie provenait d’Ukraine. Si l’une de ses propres centrales électriques tombe en panne ou a besoin d’être entretenue, elle connaîtra probablement elle aussi des coupures de courant.

La fête à Kiev s’est poursuivie pendant cette guerre. Elle va prendre fin. La misère de la guerre va maintenant s’abattre sur la capitale et sur les villes et villages de l’Ouest, en proie à un nationalisme forcené.

Les guerres ont un coût. Le mois dernier, la plupart des Ukrainiens ne l’avaient pas encore ressenti personnellement. Cela va maintenant changer.

Un sondage réalisé en Ukraine au printemps 2023 donnera probablement le résultat inverse de celui réalisé début septembre.

La Russie a commandé davantage de drones et de missiles à l’Iran. Elle n’a probablement pas encore décidé où elle les utilisera. Si l’Ukraine envisage une autre provocation, comme la récente attaque du pont de Kerch, elle ferait mieux de réfléchir aux conséquences.


Par Moon of Alabama – Le 18 octobre 2022

Via le Saker Francophone.

1 commentaire:

  1. Pendant ce temps, le Président Cassis, de la Suisse, pays neutre est en visite à Kiev. Sa nation abrite la clique criminelle du WEF à Davos, du nazi Klaus Schwab. Il vient donner les directives de cette mafia à Zelensky?

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.