dimanche 23 octobre 2022

Pourquoi y-a-t-il autant de noirs à la télévision américaine ?

À moins que vous n'ayez vécu sous un rocher ou que vous n'ayez jeté votre téléviseur par la fenêtre, vous avez probablement remarqué à quelle fréquence les Noirs sont montrés à la télévision et dans les films américains. Ce n'est pas comme au bon vieux temps où des acteurs noirs symboliques jouaient des rôles mineurs et sans conséquence. Les Noirs étaient rarement décrits comme des personnes importantes dans des rôles professionnels tels que médecins, avocats, administrateurs scolaires et scientifiques, car cela ne reflétait pas leur place réelle dans la société. De telles représentations auraient été considérées comme artificielles et irréalistes par la plupart des Américains car il y avait relativement peu de Noirs qui étaient médecins, avocats, administrateurs scolaires et scientifiques.

Les Noirs à la télévision et au cinéma étaient généralement décrits comme des arnaqueurs, des proxénètes et des criminels de rue de bas niveau. Ils étaient rarement décrits comme ayant fait des études collégiales, et les Noirs qui cherchaient à obtenir une éducation étaient souvent décrits comme fréquentant l'école du soir pour obtenir leur diplôme d'études secondaires. Ce n'était pas une représentation cruelle et «raciste» des Noirs, mais une représentation qui caractérisait avec précision ce à quoi ressemblaient beaucoup trop d'entre eux (et oui, il y avait des exceptions à l' époque, tout comme il y en a maintenant ).

Ces jours sont révolus. Aujourd'hui, presque toutes les publicités et presque tous les films présentent une personne noire dans un rôle principal. Cela se produit depuis au moins cinq ans. Au début, c'était graduel, mais il n'a pas fallu longtemps avant qu'il n'augmente au point que même les «normés» ont commencé à reconnaître un schéma évident de surreprésentation des Noirs ou des «personnes de couleur» à la télévision. Les étrangers qui regardent la télévision américaine pourraient être tentés de penser que les Noirs sont le groupe démographique américain dominant, alors qu'ils ne représentent qu'un peu plus de 12 % de la population totale. Même à 12%, c'est un chiffre dangereusement élevé si l'on considère la montée en flèche des crimes commis par les Noirs en Amérique. Ils ont réussi à rendre dangereux et presque invivables tous les grands États-Unis

Il n'est pas nécessaire d'être « énervé » ou « raciste » pour voir que l'ensemble des médias de notre pays se préoccupent de dépeindre les Noirs d'une manière que la grande majorité d'entre eux ne le sont pas. Comment? Les couples racialement mixtes (généralement un homme noir avec une femme blanche) sont constamment présentés comme la norme. Bien qu'il y ait eu une augmentation des mariages mixtes en Amérique, je doute que ce soit aussi courant que ce qui est décrit dans les publicités télévisées. Ils montrent même des hommes blancs avec des épouses noires, ce qui est encore plus rare.

L'image de ces couples mixtes véhiculés par les médias est toujours idéalisée et vierge. Ils vivent dans des maisons parfaites de style design, et l'image est presque toujours celle d'une famille riche ou au revenu supérieur à la moyenne avec de beaux enfants métissés. Bien que cela puisse parfois être le cas, j'ai rarement été témoin de ce genre de chose au cours de toutes mes années. Habituellement, la femme blanche, obèse et moche, se contente d'un homme noir parce qu'aucun homme blanc ne veut d'elle. Le Noir est le plus souvent un voyou ou un « rappeur » en herbe. Il est heureux d'être avec n'importe quelle femme blanche, même si elle est visuellement repoussante pour la plupart des hommes, et bien sûr, il ne sera plus là quand les bébés arriveront.

L'acteur noir à la télévision est toujours décrit comme plein d'esprit et parle bien. Souvent, c'est le mâle alpha. Il ou elle est toujours plus intelligent et plus perspicace que n'importe quel homme blanc dans la pièce. Les hommes blancs sont presque toujours dépeints comme faibles, socialement maladroits ou imbéciles. Ils doivent être constamment corrigés par les acteurs noirs et blancs dans toute publicité ou sitcom télévisée. C'est un thème si commun que seuls les plus partiaux nieraient sa vérité. Qu'il s'agisse du cool Denzel Washington, du multi-talentueux Jamie Foxx ou du sage Morgan Freeman, les Noirs sont meilleurs et plus intelligents que n'importe quel Blanc représenté à la télévision.

Pourtant, malgré les éloges constants donnés aux Noirs pour leurs «réalisations» et leur «culture» par des médias flatteurs, ils n'ont rien produit de valeur réelle dans le monde, du moins par rapport à ce que les Blancs ont produit au cours des siècles. ....

Ainsi, lorsque l'industrie américaine des médias et du divertissement place les Noirs sur des piédestaux aussi exaltés, cela révèle à quel point les choses sont devenues absurdes dans cette grande nation d'autrefois. Elle expose les fabrications complètes sous lesquelles nous vivons et auxquelles nous, en tant que Blancs, sommes censés croire sans poser de questions.

Quel est le but d'une telle surreprésentation des Noirs et des couples mixtes à la télévision et au cinéma ? Quel est l'objectif final ?

La promesse d'Hollywood de réparer les torts du passé

La présence croissante des Noirs et d'autres groupes minoritaires fait partie de la promesse d'Hollywood de rendre la télévision et les films moins blancs. Leur raisonnement est que les talents noirs ont été retenus, qu'ils n'ont pas été traités équitablement tout au long de l'histoire de l'industrie cinématographique, ils essaient donc maintenant de rectifier les torts du passé en donnant aux Noirs une plus grande présence dans toutes les formes de divertissement.

Pourtant, il y a d'autres raisons, celles qui ont un but plus sinistre derrière elles.

....

La surreprésentation de tant de Noirs à la télévision est censée démoraliser les Blancs. Son but est de nous faire  sentir moins que ce que nous sommes. Cela explique pourquoi les Noirs sont toujours décrits comme plus cool et plus intelligents que les Blancs. Même nos femmes blanches sont décrites comme plus intelligentes que les hommes blancs. Rien de tout cela n'est accidentel. ...

Qui est derrière tant de choses ?

La question se pose naturellement : qui est derrière tout cela et pourquoi ? Il ne fait aucun doute qu'une foule de Juifs d'élite et d'organisations juives sont les figures centrales derrière la plupart de ce qui se passe (avec de nombreux sycophantes blancs désireux de plaire à leurs maîtres juifs) - particulièrement plausible compte tenu du rôle très important, voire dominant, que les juifs jouent dans les médias qui sont bien sûr le principal pourvoyeur de ces messages. Cela ne veut pas dire que chaque Juif sans exception a pour objectif de déraciner les Blancs et d'en faire des minorités dans leur propre pays. Le Juif moyen, je suppose, n'a pas de tels objectifs et peut même ne pas penser en ces termes,

Pourtant, il existe une cabale riche et puissante de Juifs dans tout l'Occident qui a travaillé sans relâche pour détruire tous les vestiges de l'identité raciale blanche. Ce n'est pas tant la « suprématie blanche » qu'ils craignent (quelle qu'en soit la définition) mais la solidarité blanche organisée ; la crainte que les Blancs puissent s'unir au nom de leurs propres intérêts raciaux et culturels ; et surtout la peur que les Blancs découvrent les voies culturellement subversives des Juifs et trouvent le courage de leur donner le coup de pied final. C'est arrivé tellement de fois dans l'histoire qu'il est naïf d'imaginer que les Juifs perspicaces n'y pensent pas souvent [1]. Leurs propensions à l'hystérie, à l'excès et à une mentalité de victime [2] contribuent à maintenir beaucoup trop d'entre eux dans un état constant de paranoïa face à cette possibilité même.

On ne peut raisonnablement nier que les Juifs dirigent largement Hollywood, y compris les médias et un éventail de plateformes de médias sociaux qui garantissent la présence constante des Noirs à la télévision et au cinéma. D'innombrables noms pourraient être mentionnés pour confirmer une telle affirmation, notamment le milliardaire et méga-producteur d'origine israélienne, Arnon Milchan, Bob Iger (président/PDG de Walt Disney Company), David Geffen, Jeffrey Katzenberg et Steven Spielberg (co-fondateurs de Dreamworks SKG), Jason Blum (fondateur/PDG de Blumhouse Productions), Aaron Sorkin (éminent scénariste et producteur), David Herzog (président de Viacom), et la liste continue. Certains juifs en sont assez fiers, et ils n'ont pas peur de l'admettre. Jay Michaelson est l'une de ces personnes. Dans un article qu'il a écrit intitulé, "Les Oscars sont trop blancs - et c'est un problème juif" (The Jewish Daily Forward, 1er février 2016), il postule ce qui suit :

"Les Juifs contrôlent Hollywood." C'est l'un de ces tropes antisémites qui, nous le savons tous, contient un certain grain de vérité. "Contrôle", non - pas avec cette connotation inquiétante et complotiste. Mais « aidé à créer » ? "Peuplé de manière disproportionnée?" Bien sûr. Depuis la fondation de l'industrie cinématographique californienne (bien documentée dans des livres comme "An Empire of Their Own : How Jews Created Hollywood" de Neal Gabler) jusqu'à nos jours, les Juifs ont joué un rôle démesuré en tant que producteurs, agents, réalisateurs et scénaristes.

Ce n'est pas qu'un mythe. C'est pourquoi l'exclusion au moins aussi disproportionnée des personnes de couleur des Oscars – le phénomène hashtag #OscarsSoWhite – est un problème juif.

Mais c'est aussi une opportunité juive, car si les dirigeants juifs prenaient l'initiative d'aborder la crise de manière proactive, « l'éléphant juif dans la pièce » pourrait au contraire être une puissante force de changement. . . Si l'académie était une véritable académie au vrai sens du terme, elle pourrait reconnaître les effets actuels des injustices historiques - une partie de ce que nous appelons le privilège blanc - et prendre des mesures positives pour les corriger. Mais l'académie n'est pas une vraie académie, c'est un club. Plus précisément, c'est comme un club social privé des années 1950. Outre les lauréats des Oscars, les membres doivent être référés. Maintenant, cette situation est enfin en train de changer. La présidente de l'académie, Cheryl Boone Isaacs, est une femme de couleur. Et, en réponse à l'indignation récente, le conseil d'administration a pris des mesures importantes : abolir l'adhésion à vie et doubler l'adhésion des femmes et des minorités d'ici 2020.

Ces étapes sont précieuses, mais l'académie est le symptôme d'un problème plus vaste à l'échelle de l'industrie . . . C'est là que les dirigeants juifs pourraient jouer un rôle. Supposons que les célèbres rabbins de Los Angeles exhortent les cinéastes juifs à prendre l'initiative de diversifier l'industrie dans son ensemble, pas seulement l'académie en particulier. Supposons que ces personnes influentes s'engagent personnellement à recruter davantage, à soutenir et à former davantage de femmes et de personnes de couleur dans l'industrie cinématographique en général. Rien de tout cela ne nécessiterait des programmes gouvernementaux, des quotas ou une embauche fondée sur la race. Imaginez plutôt si les Spielberg et les Geffen de LA dotaient des bourses pour les étudiants issus de minorités travaillant dans le cinéma, des opportunités de stages dans leurs propres magasins et des efforts proactifs pour atteindre les personnes issues de communautés défavorisées. Et imaginez s'ils l'ont fait en tant que Juifs - généralement, dans le cas d'Hollywood, Juifs non pratiquants et non religieux, mais toujours membres de ce que le juge Felix Frankfurter appelait autrefois « la minorité la plus persécutée de l'histoire ». Si une alliance publique de cinéastes juifs américains prenait l'initiative personnelle de remédier à cette situation injuste, embarrassante et laide, ils pourraient faire une réelle différence.

Michaelson admet non seulement que les Juifs ont créé et «peuplé de manière disproportionnée» l'industrie cinématographique, mais il exhorte publiquement les magnats d'Hollywood à recruter et à embaucher encore plus de minorités pour des rôles principaux. Le résultat conduit inévitablement au déclassement des acteurs blancs à Hollywood - les Blancs, bien que sous-représentés, sont sensiblement absents des recommandations de Michaelson. Une telle discrimination flagrante ne serait pas tolérée dans le climat racialement correct d'aujourd'hui si ses sujets étaient noirs ou hispaniques, mais aucun sourcil n'est levé lorsque les sujets sont blancs.

Les raisons de la subversion culturelle juive restent les mêmes, qu'il s'agisse de la politique nationale d'immigration, de la promotion de la pornographie [3], des droits des homosexuels et des LGBTQ+, du mariage homosexuel ou de l'effacement lent et régulier des Blancs à la télévision, dans les publicités et au cinéma ... Les Juifs peuvent ne pas être d'accord au début avec ce point, mais si vous les pressez assez longtemps, beaucoup d'entre eux concéderont que la solidarité raciale blanche reste une peur constante pour eux.

Les Juifs perspicaces savent qu'ils ne peuvent pas gouverner lorsque les Blancs sont conscients de leur identité raciale et y sont fortement liés. Ils s'opposent à toute forme de nationalisme (autre que le leur) chez les Blancs parce qu'il produit la solidarité même qui les menace et qu'ils cherchent à détruire. Les Blancs unis et racialement conscients de leur héritage créent invariablement le type de société dans laquelle les Juifs restent des étrangers, et ils ne le savent que trop bien.

Pour que les Juifs réussissent dans nos sociétés, ils doivent rompre nos liens raciaux et créer des divisions et des conflits entre nous. Ils utilisent le diviser pour mieux régner pour déposséder notre peuple. Pourtant, la panique éclate parmi eux une fois que nous découvrons leur  jeu et que nous le faisons connaître aux autres. C'est pourquoi même les références publiques voilées sur les Juifs sont rapidement dénoncées par des groupes d'activistes juifs tels que l'ADL (par exemple, « cosmopolites sans racines », « internationalistes », ou même des références à l'activisme politique de George Soros).
Le grand public doit donc à tout prix se voir interdire d'apprendre quoi que ce soit de négatif sur les juifs de peur qu'ils ne commencent à relier les points. et voir par eux-mêmes.

------------------------------------------------------

La domination des faibles

La loi du plus faible s'exprime surtout avec le "politiquement correct", la reconnaissance du faible comme victime d'un fort, forcément coupable. Si je suis pauvre c'est la faute des riches, si j'habite un pays du Tiers-Monde, je suis un opprimé, si je suis une femme, je suis victime du machisme des hommes, etc. On en vient à réclamer des privilèges spéciaux pour les soi-disant "plus faibles", victimes du "racisme" et l’"antisémitisme", de la société, du capitalisme, etc. La pratique politique ou sociale réduit alors la liberté d'expression autoritairement (par la loi. Il est interdit de critiquer le nazisme juif tel qu’il est pratiqué en Palestine et en Ukraine) ou subrepticement (par l'auto-censure) : certaines religions ne peuvent plus être critiquées, uniquement parce qu'il s'agit de minorités qui possèdent le vrai pouvoir, les médias  et l’argent corrupteur. Un "effet cliquet" permet de passer d'accommodements raisonnables, destinés à satisfaire une minorité au nom de la "paix sociale", à des exigences toujours croissantes, permettant ainsi à la minorité d'imposer sa propre loi, un droit particulier issu de ses vues religieuses, sociales ou ethniques.

Selon une idéologie que l’écrivain Joseph Sobran qualifie de "victimologie officielle", certains groupes d’individus sont désignés comme Victimes d’État, on pourrait dire "Victimes en carte". Ces groupes, toujours plus nombreux, sont censés être, ou avoir été, les victimes d’autres groupes appelés Oppresseurs officiels. Le devoir de l’État est alors de déverser richesses, emplois, postes et privilèges innombrables sur la tête des Victimes aux dépens, bien entendu, des prétendus Oppresseurs. C’est une forme particulièrement grotesque de réparation ou de compensation puisque les "Oppresseurs" n’ont personnellement fait aucun tort à quiconque et que les "Victimes" n’ont jamais souffert de leur fait. Privilèges et pénalités sont distribués sous le seul prétexte que de groupes similaires pourraient avoir été des victimes ou des oppresseurs dans le passé – un passé parfois fort lointain. Par-dessus le marché, on n’a jamais fait mention d’une date à laquelle cesseraient ces "réparations", apparemment destinées à se perpétuer à jamais, ou du moins jusqu’à ce que la communauté des Victimes soit déclarée en tous points "égale" à celle des Oppresseurs. Comme c’est la "nouvelle classe dirigeante" qui devrait faire cette déclaration, alors qu’elle est installée dans un système de redistributions massives, tout en prélevant au passage de coquets pourcentages en "frais de dossier", on peut être sûr que le bulletin de victoire finale ne sera jamais publié. A ce jour, l’ensemble des Victimes officielles inclut (je tiens à rappeler qu’étant moi-même Juif je suis une Victime Officielle, et donc officiellement autorisé à dire ces choses) : les Noirs, les Juifs, les Asiatiques, les femmes, les jeunes, les vieillards, les "sans-abri", les homosexuels et – dernière catégorie – les "handicapés".
Ce qui permet d’identifier les Oppresseurs comme étant des Blancs mâles, d’âge moyen, hétérosexuels, chrétiens, non handicapés et ayant un logement.
(Murray Rothbard
, postface à l’édition française de L’éthique de la liberté)

 
NOTES de H. Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.