samedi 3 juillet 2021

Les Juifs et la victimisation compétitive

"Les Juifs ont découvert qu'en manipulant les événements à leur guise, ils pouvaient créer de la détresse, c'est-à-dire qu'ils apprenaient à mettre les gens sous pression, à les faire souffrir, à les rendre dans le besoin et à les faire craindre pour leur bien-être et même leur vie. Dans de telles conditions, les Juifs peuvent faire d'énormes gains de richesse, d'influence et de pouvoir. C’est vrai depuis des siècles, et c’est toujours le cas aujourd’hui."   Thomas Dalton et la "Question Juive"

Bien qu'ils soient le groupe le plus riche, le plus politiquement bien infiltré et le plus influent des pays occidentaux, les Juifs ont assidûment (et avec succès) cultivé l'idée qu'ils ont toujours été et restent un groupe de victimes cruellement persécuté, et qui mérite la profonde sympathie de tous. Le récit de l'« Holocauste » a, bien sûr, été au cœur de cette manœuvre de conquête. L'ensemble de l'ordre social et politique de l'Occident contemporain – basé sur les prétendues vertus de la diversité raciale et du multiculturalisme – a été érigé sur les fondements moraux de « l'Holocauste ». Les Blancs ne peuvent pas être reconnus comme un groupe ayant des intérêts à défendre ou à préserver à cause du « plus jamais ça ». …

 

De nombreuses études ont démontré le pouvoir qui peut revenir aux individus et aux groupes qui réussissent à cultiver leur statut de victimes et d'outsiders. Les psychologues sociaux ont qualifié la tendance à considérer son groupe comme ayant plus souffert qu'un autre groupe de « victimisation compétitive ». Alors que des groupes en conflit se sont livrés à une victimisation compétitive pendant des siècles, il s'agit en grande partie d'un phénomène moderne qui doit être compris dans le contexte de la culture contemporaine. Friedrich Nietzsche reste le premier et le meilleur théoricien de la victimisation compétitive, suggérant que les développements historiques de la culture occidentale, allant du christianisme aux Lumières, ont conduit à un renversement des valeurs où les anciennes notions de « la force fait le bien » ont été transformées. Aujourd'hui, notre réaction instinctive envers les groupes puissants est de supposer qu'ils sont immoraux et corrompus, tandis que les membres des groupes victimes sont supposés innocents et moralement supérieurs.

Les Juifs activistes sont parfaitement conscients du pouvoir de la victimisation compétitive dans la culture contemporaine, et une grande partie des recherches sur le sujet ont été menées en Israël. Une étude menée par Schnabel et ses collègues a révélé que les groupes sont motivés à s'engager dans la victimisation compétitive pour deux raisons : le besoin d'identité morale et le besoin de pouvoir social.

En ce qui concerne la première motivation, les gens associent généralement la victimisation à l'innocence. Par conséquent, si son endogroupe « gagne » le statut de victime, cela signifie qu'il est également perçu comme moral. En ce qui concerne la deuxième motivation, les gens considèrent généralement que les victimes ont droit à une indemnisation. Par conséquent, si son endogroupe « gagne » le statut de victime, cela signifie qu'il a droit à diverses ressources telles que des politiques pour le renforcer ou des budgets plus élevés. Les groupes luttent à la fois pour le pouvoir (budgets, influence, etc.) et pour l'identité morale (c'est-à-dire que les membres du groupe se considèrent généralement comme « les bons » et les membres hors de ce groupe comme « les méchants »). Cette lutte les pousse à devenir des victimes compétitives.[1]

Ces études, souvent articulées autour des difficultés qui se présentent à Israël par le statut de victime des Palestiniens, mettent en lumière les motivations psychologiques derrière les tentatives de faire reconnaître que son endogroupe a été soumis à plus d'injustice qu'un groupe social antagoniste. Les résultats montrent que le désir de pouvoir joue un rôle clé et que les expériences de victimisation (réelles, perçues ou fabriquées) ont des conséquences profondes sur les relations entre les groupes, et « en particulier dans les contextes où les ressources matérielles et sociales sont rares, les membres du groupe tenter d'affirmer que son propre groupe a été plus victime que l'autre. »[2]

Compte tenu des enjeux évolutifs du groupe impliqué, il n'est pas surprenant que le discours dans de nombreux pays soit souvent caractérisé par une victimisation compétitive - de différents groupes sociaux en compétition pour savoir qui souffre le plus. Young et Sullivan notent que la victimisation compétitive est un comportement adaptatif par lequel « les groupes peuvent atteindre unilatéralement une plus grande cohésion de groupe, justifier les violences commises dans le passé, réduire le sentiment de responsabilité pour les torts causés, augmenter le contrôle perçu en suscitant la culpabilité sociale de la part des exogroupes et obtenir le soutien de tiers. »[3]

Les avantages politiques et économiques (et donc biologiques) dérivés de la victimisation compétitive expliquent l'omniprésence des récits de victimes juives dans la culture occidentale contemporaine, et pourquoi l'historiographie juive regorge de récits exagérés de calamités historiques, de persécutions, d'exil, de déportations et de pogroms. Selon le récit juif standard, le pharaon biblique, Amalek et Haman de Perse ont tous tenté d'anéantir les Juifs, suivis d'une longue séquence d'ennemis, de massacres, de déportations, d'inquisitions et de pogroms. À travers ce prisme de victimisation juive larmoyant, « l'Holocauste » n'est que le dernier de cette série de victimisations récurrentes.

La victimisation compétitive est intégrée dans le tissu liturgique du judaïsme à travers des observances comme le jour de jeûne de Tisha B’Av (le dixième jour du mois hébreu d'Av, généralement à la mi-août) lorsque les Juifs réfléchissent à l'histoire du traumatisme juif du la destruction des Premier et Second Temples, aux expulsions médiévales, l'Inquisition espagnole, jusqu'à « l'Holocauste ». Une source  juive note comment « les références à l'Holocauste, aux nazis, à Hitler, à la Seconde Guerre mondiale, à l'Allemagne, etc. s'infiltrent dans la conversation parmi les Juifs, indépendamment de l'âge, de l'observance religieuse ou de l'affiliation politique » [a]. Les Juifs ashkénazes en particulier « continuent d'intérioriser et de porter le traumatisme de l'Holocauste d'une manière qui façonne notre façon de penser et de nous comporter en tant que Juifs en Amérique (et peut-être dans le reste du monde) ». Porter de tels sentiments tout en comprenant une élite ethnique dirigeante signifie que les Juifs ressentent souvent « à la fois le droit et le statut de victime », ce qui « peut devenir troublant et paradoxal ».

Jewish activist organizations protest enforcement of the southern border in the U.S. during Tisha B’Av in 2019
Des organisations militantes juives protestent
contre l'enforcement de la frontière sud
aux États-Unis pendant Ticha Be Av en 2019

Cette mentalité de victimisation juive est nourrie par des processus de socialisation qui enseignent aux Juifs « que la victimisation a des gains potentiels, et que l'agressivité peut être légitime et juste si une partie a souffert de son adversaire. »[4] En Israël, la socialisation axée sur la victimisation commence dès le plus jeune âge. Dès la maternelle, les enfants israéliens apprennent que les Israéliens souffrent plus que les Palestiniens, et qu'ils doivent se protéger et se battre pour leur existence même.[5] Des recherches ont montré que la présence de l'Holocauste dans les programmes scolaires, les produits culturels et le discours politique israéliens a augmenté, plutôt que diminué au fil des ans, et que les Israéliens sont de plus en plus préoccupés par l'Holocauste, s'y attardent constamment et craignent qu'il « n’arrive à nouveau ».[6] Une étude a d'ailleurs constaté que :

Les Israéliens juifs ont tendance à abriter une représentation de «victime perpétuelle» de leur histoire, en tant que groupe qui a subi des persécutions, des discriminations et des menaces d'anéantissement à travers les générations, culminant avec l'Holocauste. Aujourd'hui, la présence de l'Holocauste en Israël est omniprésente, et la plupart des Israéliens juifs reconnaissent l'Holocauste comme faisant partie de leur identité collective et ont intériorisé cette victimisation comme une caractéristique essentielle de leur identité israélienne. Ainsi, les Israéliens juifs sont élevés dans une culture qui met l'accent sur la continuité entre la souffrance passée et la souffrance présente [7].

Des études ont montré qu'une focalisation sur la victimisation d'un endogroupe (réelle ou perçue) réduit la sympathie envers l'adversaire prétendument responsable de cette victimisation, ainsi qu'envers des adversaires non apparentés.[8] Un groupe complètement préoccupé par sa propre souffrance peut développer un « égoïsme de victimisation » où les membres sont incapables de voir les choses du point de vue du groupe rival, ne peuvent ou ne veulent pas comprendre la souffrance du groupe rival et ne veulent pas accepter toute responsabilité pour les dommages infligés par leur propre groupe. [C’est ainsi que les « Arabes » et autres Palestiniens paient pour ce que les nazis ont prétendument fait subir aux juifs, alors que, durant l’occupation nazie de la Tunisie durant la deuxième guerre mondiale, les « Arabes » tunisiens s’étaient opposés à la déportation des juifs. Alors que, dans toute l’Europe sous occupation allemande, les juifs ont été déportés sans que les populations locales protestent. AUCUN juif tunisien n’a été déporté ].

Les chercheurs ont interrogé des Juifs israéliens sur leur mémoire du conflit avec les Arabes, depuis son origine jusqu'à nos jours, et ont découvert que « leur conscience est caractérisée par un sentiment de victimisation, une mentalité de siège, un patriotisme aveugle, la belligérance, l'autosatisfaction, la déshumanisation des Palestiniens et insensibilité à leurs souffrances. »[9] Ils ont trouvé un lien étroit entre cette mémoire collective et la mémoire des « persécutions passées des Juifs » et de l'Holocauste. C'est-à-dire que plus les Juifs israéliens ont intériorisé un récit de persécution juive historique, moins ils ont de sympathie pour les Palestiniens. C'est cette optique de victimisation qui a conduit le Premier ministre israélien Menachem Begin, à la veille de l'invasion du Liban par Israël en 1982, à déclarer « L'alternative à cela, c'est Treblinka. »

L'indifférence juive à nuire aux Blancs

Le mal fait aux intérêts du groupe blanc par l'activisme juif dans l'ère de l'après-Seconde Guerre mondiale a été énorme. Les Juifs ont utilisé leur domination sur les hauteurs dominantes des sociétés occidentales pour saboter efficacement la reproduction biologique et culturelle réussie des Blancs, qu'ils considèrent, sur la base de leur lecture ethnocentrique et amère de l'histoire, comme leurs principaux adversaires ethniques. Ce sabotage prend de nombreuses formes, notamment : le lobbying pour une immigration massive de non-Blancs dans les pays occidentaux ; l'enracinement du multiculturalisme et de la diversité comme piliers centraux et incontestables de la politique sociale ; l'hypersexualisation de la culture populaire et la défense de la non-conformité sexuelle et de genre ; la déplateforme et la censure de toute opinion dissidente ; et, dernièrement, la diffusion et l'intégration de la théorie critique de la race dans toutes les sections de la société, et la désignation de tout plaidoyer pro-blanc comme une forme de terrorisme. Le résultat net de ces politiques a été le déclin démographique et culturel rapide des Blancs dans les pays qu'ils ont fondés et dominés pendant des centaines (et parfois des milliers) d'années.

Toutes ces politiques, soutenues avec tant de zèle par les organisations militantes juives et renforcées par les secteurs de l'éducation et des médias dominés par les Juifs, ont leur base conceptuelle ultime dans les mouvements intellectuels juifs relatés par Kevin MacDonald dans Culture of Critique. Ces mouvements se préoccupaient de saper les préceptes et les pratiques évolutivement adaptatifs qui avaient historiquement dominé les sociétés occidentales, l'objectif implicite étant de rendre les Européens blancs des concurrents moins efficaces des Juifs pour l'accès aux ressources et le succès reproductif.

L'anthropologie boasienne, par exemple, a renversé les notions établies concernant l'importance des différences raciales et la nécessité de maintenir les restrictions d'immigration et d'inculquer une forte identité raciale aux enfants blancs (et une forte aversion pour le métissage) dans le cadre de leur socialisation.

Les idées de l'anthropologie boasienne ont été infusées (grâce aux efforts déterminés d'Ashley Montagu) dans la Déclaration de l'UNESCO sur la race de 1950 (qui a contribué à la décision de déségrégation de la Cour suprême des États-Unis en 1954 dans Brown v. Board of Education à Topeka).[10] Cette déclaration (et plus tard les déclarations de l'ONU basées sur elle) a été décrite par Robert Wald Sussman (The Myth of Race : The Troubling Persistence of an Unscientific Idea, Harvard University Press, 2014, 207), comme « le triomphe de l'anthropologie boasienne sur un monde -échelle historique. »[11] Cela est dû à son rôle de justification intellectuelle pour faire pression sur les États-Unis, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande pour qu'ils abandonnent leurs politiques favorisant leur souche raciale fondatrice et mettant fin aux restrictions raciales à l'immigration.

Reporting on the UNESCO Statement on Race in 1950
Rapport sur la Déclaration de l'UNESCO sur la race en 1950

L'assaut contre la famille à partir des années 1960 a été tout aussi préjudiciable aux intérêts blancs, dans le cadre d'un grand changement culturel de l'affirmation à la répudiation des valeurs héritées. Les liens familiaux, religieux et ethniques des Blancs étaient présentés comme un fardeau oppressant imposé par le passé, une manière dont les parents encombrent leur progéniture d'un héritage de normes dysfonctionnelles. Les intellectuels de l'école de Francfort ont insisté sur le fait que la structure familiale européenne traditionnelle était pathogène et un terreau "pour la production de « personnalités autoritaires » qui sont enclines à se soumettre aux autorités dominantes, même irrationnelles". Ce point de vue faisait écho à l'intellectuel juif post-freudien Wilhelm Reich, qui a insisté sur le fait que la famille autoritaire est d'une importance cruciale pour l'État autoritaire parce que la famille « devient l'usine dans laquelle la structure et l'idéologie de l'État sont façonnées ». La répression de la sexualité infantile était crutiale pour Reich. Selon lui, elle a créé des enfants dociles, craintifs de l'autorité, et en général anxieux et soumis. Reich a affirmé que le rôle de la morale sexuelle occidentale « répressive » traditionnelle était de « produire des sujets consentants qui, malgré la détresse et l'humiliation, sont adaptés à l'ordre autoritaire ». Herbert Marcuse a accepté, insistant sur le fait que « la libération de la sexualité et la création de structures démocratiques non hiérarchiques dans la famille, le lieu de travail et la société en général créeraient des personnalités résistantes au fascisme. »[13]

De telles idées ont motivé l'hypersexualisation juive [b] de la culture occidentale à partir des années 1960, ce qui a conduit à une révolution dans les mœurs sexuelles occidentales, la structure familiale et les pratiques d'éducation des enfants qui ont eu des conséquences désastreuses pour les intérêts du groupe blanc. Kevin MacDonald [c] note que : « Appliqué à la culture non-juive, le programme subversif de la psychanalyse aurait l'effet attendu d'avoir des enfants moins compétitifs ; à long terme, la culture goy serait de plus en plus caractérisée par une parentalité à faible investissement, et… il est prouvé que la révolution sexuelle qui a inaugurée, ou du moins grandement facilitée, par la psychanalyse a bien eu cet effet. »[14]

Tout en dénonçant la famille blanche traditionnelle comme proto-fasciste, les intellectuels de l'école de Francfort ont également défendu l'individualisme radical comme la quintessence de la santé psychologique des Blancs. L'individu « sain d'esprit » était présenté comme quelqu'un qui s'était libéré des normes pathogènes de la culture occidentale et avait réalisé son potentiel humain sans compter sur l'appartenance à des groupes collectivistes. Le théoricien juif de l'école de Francfort, Erich Fromm a soutenu, par exemple, dans son livre The Sane Society (1956) que : « La santé mentale est caractérisée par la capacité d'aimer et de créer, par l'émergence de liens incestueux avec le clan et le sol, par un sentiment de identité fondé sur l'expérience de soi en tant que sujet et agent de ses pouvoirs, par la saisie de la réalité à l'intérieur et à l'extérieur de nous-mêmes, c'est-à-dire par le développement de l'objectivité et de la raison. »[15] L'adhésion à l'individualisme radical par les Blancs , promu par des gens comme Fromm, était, sans surprise, propice (en inhibant l'antisémitisme) à la poursuite du judaïsme en tant que groupe cohérent.

Défense ethnique ou attaque ?

Les Juifs, dans la mesure où ils admettent leur implication dans ces mouvements intellectuels nuisibles et dans d'autres politiques sociales façonnées par eux, les présentent souvent comme une « défense » ethnique nécessaire contre l'antisémitisme. La réalisatrice juive Jill Soloway a affirmé, par exemple, que les Juifs d'Hollywood étaient « en train de recréer une culture pour nous défendre après l'Holocauste » [d]. Du point de vue des Blancs, cependant, cette « défense » est une attaque ethnique incroyablement agressive qui menace notre survie biologique à long terme. La recherche a montré que l'agressivité envers les exogroupes est plus susceptible d'être considérée comme légitime et juste si l'on pense que son endogroupe a souffert. Par exemple, les Canadiens juifs auxquels on a rappelé l'Holocauste ont accepté moins de culpabilité collective pour les actions nuisibles des Juifs envers les Palestiniens que ceux qui ne l'ont pas rappelé.[16]

Les individus qui s'identifient plus fortement à leur endogroupe s'engagent de plus en plus férocement dans la victimisation compétitive. Les Juifs étant un groupe extrêmement ethnocentrique, il n'est pas surprenant qu'ils soient particulièrement enclins à devenir des victimes compétitives. Ce comportement se renforce également en offrant des avantages psychologiques : des explications sûres sur qui est responsable des conflits intergroupes et des limites claires entre le bien et le mal.[17]

En outre:

Percevoir son propre groupe comme la principale victime du conflit peut réduire les sentiments de culpabilité qui surviennent lorsque les gens sont témoins de méfaits perpétrés par les membres de l'endogroupe. De la même manière, cela peut aider à rationaliser et légitimer les actes de vengeance contre des rivaux, en particulier dans la période post-conflit. Enfin, présenter son propre groupe comme la « vraie » victime du conflit peut également servir à des fins matérielles, car cela fait du groupe le digne bénéficiaire de la sympathie et de l'assistance.[e] Ainsi, encourager la perception de son propre groupe comme victime peut augmenter la possibilité de recevoir un soutien moral et pratique de la communauté internationale. Pour toutes ces raisons, il n'est pas étonnant que chacune des parties impliquées dans un conflit fasse de grands efforts pour se persuader elle-même, et persuader ses rivaux et les tiers, que sa souffrance a été la plus grande.

Un fort sentiment de victimisation collective (comme celui que possèdent les Juifs) est associé à une faible volonté de pardonner et à un désir accru de vengeance. La recherche montre que les personnes dont le statut de victime est accru expriment «un désir accru de vengeance plutôt que de simple évitement, et étaient en fait plus susceptibles de se comporter de manière vengeresse». De tels individus et groupes « ont tendance à considérer leur usage de la violence et de l'agression comme plus moral et justifié, tout en considérant l'usage de la violence de l'exogroupe comme injustifié et moralement répréhensible. »[18] [C’est ce que l’on constate depuis que les juifs existent et que leurs écrits religieux confirment. Ils ont le droit divin de violer, voler, massacrer les non juifs. Ces deniers sont, au mieux des esclaves à leur service, et au pire, des bêtes [f]

Les juifs activistes savent bien que les politiques qu'ils adoptent pour les sociétés occidentales nuisent aux intérêts collectifs des populations chrétiennes (c'est tout l'intérêt). Ainsi, alors que la mission déclarée de l'Australian Anti-Defamation Commission (ADC) est de faire de l'Australie un « meilleur endroit » en « promouvant la tolérance, la justice et le multiculturalisme », en ce qui concerne le conflit entre les Israéliens et les Palestiniens, cet engagement supposé pour « l'inclusion », la « diversité » et le « multiculturalisme » cèdent soudain la place à un réalisme biologique endurci. Le problème avec Israël qui adopte l'approche diversifiée et multiculturelle de l'édification de la nation préconisée avec tant de zèle par l'ADC pour l'Australie (et l'ensemble de l'Occident) est que la même politique serait un « code pour la destruction d'Israël. et son remplacement par un État majoritairement palestinien. ».  L'ADC insiste sur le fait qu'« il est naïf et dangereux de croire qu'une telle situation ne se produira pas si Israël est pris en charge par une population palestinienne croissante ».

Cette hypocrisie absolue [g] (et cette méchanceté à peine dissimulée) est la norme dans toute la gamme des organisations militantes juives en Occident. Tout en promouvant le pluralisme et la diversité et en encourageant la dissolution de l'identification raciale et ethnique des Blancs, les Juifs s'efforcent de maintenir précisément le type de solidarité de groupe intense qu'ils dénoncent comme immorale chez les Blancs. Ils ont initié et dirigé des mouvements qui discréditent les fondements traditionnels de la société occidentale : le patriotisme, la base chrétienne de la moralité, l'homogénéité sociale et la retenue sexuelle. En même temps, au sein de leurs propres communautés et en Israël, ils ont soutenu les institutions mêmes qu'ils attaquent dans les sociétés occidentales.

Victimisation compétitive par la construction de la culture

Dans leur quête pour vaincre leurs adversaires ethniques (c'est-à-dire les Blancs), les Juifs de la diaspora ont investi une énorme énergie dans la victimisation compétitive. L'historien juif Peter Novick a décrit comment la culture actuelle de « l'Holocauste » a émergé dans le cadre de la réponse juive collective au procès Eichmann en 1961-1962, à la guerre des Six Jours au Moyen-Orient en 1967 et, en particulier, au Yom Guerre du Kippour en 1973. Alors que les fondations ont été posées à Nuremberg en 1946, c'est avec ces événements ultérieurs, et les angoisses qu'ils ont engendrées parmi les Juifs du monde entier, qu'« il a émergé dans la culture américaine une chose distincte appelée 'l'Holocauste' - un événement à part entière », et avec lui un terme qui est entré dans la langue anglaise comme une description de toutes sortes d'horreurs. À partir de ce moment, note-t-il, « l'Holocauste » est devenu « de plus en plus central dans le discours public américain, en particulier, bien sûr, parmi les Juifs, mais aussi dans la culture en général » et a depuis « atteint un statut transcendant en tant que porteur de vérités éternelles ou leçons qui pourraient être tirées de sa contemplation. »[19] [h]

Dans tout l'Occident, les mémoriaux et musées de l'« Holocauste » qui prolifèrent sont généreusement financés par les contribuables américains et européens, et l'étude de « l'Holocauste » dans les écoles est rendue obligatoire par la loi dans de nombreuses juridictions. En plus de servir à désarmer moralement les Blancs, la culture de « l'Holocauste » est un élément clé des efforts juifs pour empêcher les mariages mixtes dans la diaspora. Eric Goldstein, par exemple, note comment « les Juifs discutent, lisent et commémorent l'Holocauste avec zèle comme moyen de garder vivant leur sens de la différence par rapport aux non-Juifs. »[20] « L'Holocauste » est devenu, selon les mots de Nicholas Kollerstrom, "un ersatz de substitut à une véritable connaissance métaphysique", avec Auschwitz servant désormais de centre spirituel d'une nouvelle religion et de lieu de pèlerinage émerveillé pour des millions d'Européens pénitents.[i]  Le récit a également déclenché un flux d'argent sans fin de l'Allemagne vers Israël et pour indemniser plus de survivants de l'« Holocauste » qu'il n'y a jamais eu de Juifs dans les pays sous contrôle allemand.[21]

Novick a souligné que l'omniprésence et la prééminence métaphysique de l'Holocauste dans la culture occidentale n'est pas un phénomène spontané mais le résultat d'efforts hautement ciblés et bien financés d'organisations juives et de Juifs individuels ayant accès aux principaux médias :

Nous ne sommes pas seulement « les gens du livre », mais les gens du film hollywoodien et de la mini-série télévisée, de l'article de magazine et de la chronique de journal, de la bande dessinée et du symposium universitaire. Lorsqu'un niveau élevé d'inquiétude à l'égard de l'Holocauste s'est répandu dans la communauté juive américaine, c'était, étant donné le rôle important que les Juifs jouent dans les médias américains et les élites influentes, non seulement naturel, mais pratiquement inévitable qu'il se propagerait dans toute la culture en général.[22]

Établir et maintenir le récit de la victimisation juive prééminente est extrêmement important pour les cadres des activistes et propagandistes juifs de la « diversité » dans tout l'Occident, étant donné le statut de l'Holocauste comme fondement moral et rhétorique du programme de remplacement des Blancs d'aujourd'hui. L'invocation de ce récit est utilisée par réflexe pour étouffer l'opposition aux stratégies de la diaspora juive d'immigration de masse non-blanche et de multiculturalisme.

Supprimer les contre-récits

Le revers de cette invocation constante de l'Holocauste comme témoignage d'une victimisation juive inégalée sont les efforts visant à supprimer toute discussion sur le rôle peu recommandable des Juifs dans la révolution bolchevique et le communisme [j]. C'est parce que la libre discussion du rôle juif dans les crimes communistes sape les prétentions juives à l'autorité morale fondées sur leur statut autoproclamé de victimes prééminentes de l'histoire. Pour l'universitaire juif Daniel Goldhagen, par exemple, toute affirmation selon laquelle les Juifs étaient responsables de la révolution bolchevique et de ses prédations est moralement répréhensible parce que « si vous associez les Juifs au communisme, ou pire, considérez le communisme comme une invention et une arme juives, à chaque fois le thème , sans parler de la menace, du communisme, du marxisme, de la révolution ou de l'Union soviétique surgit, il évoque, renforce, voire approfondit la réflexion préjudiciable aux Juifs et l'animosité contre les Juifs dans son pays. Pour cela, il est impératif que le sujet reste tabou et la discussion à ce sujet soit supprimée - quel que soit le nombre d'historiens (juifs et non juifs) qui confirment le rôle décisif joué par les Juifs en fournissant la base idéologique, ainsi que l'établissement, la gouvernance et l'administration des anciennes dictatures communistes du Centre et du L'Europe de l'Est.

La victimisation compétitive juive explique le fait que, depuis 1945, plus de 150 longs métrages ont été réalisés par Hollywood sur « l'Holocauste » tandis que le nombre de films qui ont été réalisés sur le génocide de millions d'Européens de l'Est peut être compté sur les doigts d’une main - et aucun n’a été produit par Hollywood. Les intellectuels juifs qui sont prêts à admettre l'évidence - que les Juifs ont joué un rôle important (et probablement décisif) dans la révolution bolchevique et ses conséquences sanglantes - rationalisent cela en affirmant que cette implication était une réponse compréhensible à "l'antisémitisme" et aux "pogroms" tsaristes.
 Andrew Joyce a exploré comment les historiens et militants juifs ont systématiquement déformé et militarisé l'histoire des « pogroms » dans l'ancien empire russe.

S'appuyant sans critique sur ce faux récit, les historiens de l'establishment attribuent généralement les pogroms à des manifestations irrationnelles de haine contre les Juifs, à la malveillance tsariste, à la jalousie pathologique et à la barbarie primitive de la foule russe, et à la « diffamation sanglante ». Les véritables causes sous-jacentes des soulèvements paysans contre les Juifs, telles que la monopolisation juive d'industries entières (y compris la vente d'alcool aux paysans à crédit), les prêts usuraires d'argent par les prédateurs juifs, et l'agitation politique radicale, sont complètement ignorées, bien que les autorités tsaristes aient à plusieurs reprises exprimé leur inquiétude à propos de comment « les Juifs exploitaient les habitants ruraux ignorants et peu sophistiqués, les réduisant à un servage juif ».[24] Les initiatives visant à déplacer les Juifs vers des niches économiques moins dommageables pour la société, en élargissant les possibilités d'éducation et en enrôlant des Juifs dans l'armée, ont été inefficaces pour modifier cette situation. Dans cet esprit, l'anarchiste révolutionnaire Mikhaïl Bakounine a conclu que les juifs étaient « une secte exploiteuse, un peuple suceur de sang, un parasite unique et dévorant étroitement et intimement organisé… transcendant toutes les différences d'opinion politique. » [25]

Plutôt que de considérer les militants communistes juifs comme des agents volontaires d'une oppression et d'un meurtre de masse à motivation ethnique, les intellectuels juifs, comme les auteurs du livre Revolutionary Yiddishland [k] Alain Brossat et Sylvie Klingberg, tentent de les dépeindre comme de nobles victimes qui ont tragiquement « lié leur destin à la grand récit de l'émancipation de la classe ouvrière, de la fraternité entre les peuples, de l'égalitarisme socialiste », et que le militantisme des communistes juifs « a toujours été messianique, optimiste, orienté vers le Bien - une différence fondamentale et irréductible de celui des fascistes avec lesquels certains ont été tenté de le comparer, sous prétexte qu'un « idéal militant » équivaut à n'importe quel autre. »[26] En d'autres termes, des millions de personnes peuvent être mortes à cause des actions de militants communistes juifs, mais leur cœur était pur. Kevin MacDonald note comment l'implication juive dans le bolchevisme « est peut-être l'exemple le plus flagrant de particularisme moral juif de toute l'histoire. Les conséquences horribles du bolchevisme pour des millions de citoyens soviétiques non juifs ne semblent pas avoir été un problème pour les juifs de gauche – un modèle qui se poursuit dans le présent. » [27]

Victimisation concurrentielle juive au nom des non-Blancs

Les militants juifs non seulement s'engagent dans une victimisation compétitive au nom de leur groupe (tout en supprimant tous les contre-récits), mais se livrent à une victimisation compétitive au nom d'autres groupes non blancs (sauf, bien sûr, pour les Palestiniens et d'autres groupes opposés à Israël) . Ceci est clairement motivé par le désir de nuire aux intérêts blancs. En fondant et en promouvant des mouvements intellectuels comme la Critical Race Theory, en finançant l'activisme anti-Blanc et en déployant des récits médiatiques anti-Blancs, les Juifs attisent les griefs des non-Blancs et mettent physiquement les Blancs en danger.

Un exemple instructif de Juifs s'engageant dans une compétition de victimisation au nom de non-Blancs concerne les Aborigènes d'Australie. Les activistes intellectuels juifs Tony Barta et Colin Tatz, par exemple, sont à l'origine de « l'accusation de génocide » contre les Australiens blancs, et ont largement réussi à faire en sorte que « le génocide soit désormais dans le vocabulaire de la politique australienne ». Barta insiste sur le fait que « tous les Blancs d'Australie » sont impliqués dans une « relation de génocide » avec les Aborigènes, même s'ils (ou leurs ancêtres) n'avaient pas une telle intention, n'avaient eu que des interactions bienveillantes avec les Aborigènes, ou aucun contact avec les Aborigènes. Lorsque les gouvernements coloniaux, puis étatiques et fédéraux ont mis en œuvre des politiques conçues pour protéger les peuples autochtones, le « génocide » était, pour Barta, toujours « inhérent à la nature même de la société ». Il préconise que ce soit le "credo enseigné à chaque génération d'écoliers - la reconnaissance clé de l'Australie en tant que nation fondée sur le génocide".[28]

….

Conclusion

La « victimisation compétitive » est un cadre intellectuel utile pour conceptualiser un élément clé de l'activisme ethnique juif et peut être considérée comme un aspect important du judaïsme en tant que stratégie d'évolution de groupe. Cette stratégie est multiple : promouvoir les Juifs comme les premières victimes du monde (malgré leur statut de classe dirigeante ethnique dans les sociétés occidentales) ; supprimer agressivement tous les récits qui remettent en cause ce statut (en particulier ceux qui représentent avec précision les Juifs comme des agresseurs) ; et, enfin, s'engager dans une compétition de victimisation au nom de groupes non blancs contre les Blancs, tout en cherchant simultanément à dénier à ces derniers toute identité collective positive. Cette stratégie à plusieurs niveaux conduit finalement au même objectif primordial : priver les Blancs de l'autorité morale, de la confiance, du pouvoir politique, des ressources économiques et des opportunités de reproduction. Alors que de nombreux Juifs considèrent cela comme une défense ethnique nécessaire, du point de vue des Blancs, il s'agit d'une attaque agressive (et qui s'intensifie) qui menace notre survie à long terme en tant que peuple.

Par Brenton Sanderson,

Auteur de Battle Lines: Essays on Western Culture, Jewish Influence and Anti-Semitism, disponible ici et ici.

Source : Jews and Competitive Victimhood ; Unz Review

Brenton Sanderson • June 29, 2021

NOTES de H. Genséric

[a] Selon Wikipédia, la loi de Godwin est une règle empirique énoncée en 1990 par Mike Godwin, d'abord relative au réseau Usenet, puis étendue à l'Internet :
 « Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. »

[b] L'industrie juive du porno : "activisme antifasciste" et terrorisme culturel (partie 1/2)
-  L'industrie juive du porno : "activisme antifasciste" et terrorisme culturel (Partie 2/2)
-  La vie sexuelle secrète des Juifs, par Lasha Darkmoon
-  L'Union des prédateurs sexuels

[c] Le lien ethnique juif des manigances financières de Bill Browder
-   Sur le parasite sioniste. "L’Amérique d’abord" exige la fin de la trahison "Israël d'abord"
-   Les JewBu : crypto-juifs dans le bouddhisme américain
-   Joe Biden vante le rôle «immense» des juifs dans les médias et dans la vie culturelle américains
-   USA. "Times of Israel" célèbre le rôle des Juifs dans le mouvement des LGBT

[d] BOMBE : Le témoignage choquant de Britney Spears confirme qu'elle est vraiment une esclave de l'industrie du spectacle
-  Marilyn Monroe et "ses juifs" de Hollywood
-  Une ex-mannequin est internée pour ses révélations sur la pédophilie et les sacrifices d'enfants pratiqués par les Illuminatis
-  Corey Feldman voulait dénoncer les pédophiles d'Hollywood. Prison et lavage de cerveau
-  Brad Pitt: L’Élite pédophile d’Hollywood contrôle l’Amérique
-  Hollywood Babylone postmoderne
-  Photos de James Gunn à une soirée pédophile d'Hollywood
-  Explosif: Liste des pédophiles hollywoodiens qui ont abusé de Corey Feldman
-  Elijah Wood dénonce les réseaux pédophiles organisés à Hollywood

[d] Philip Giraldi : les groupes juifs manipulent le message
-   La Shoah: pompe à finances pour Israël, religion d'Etat en France,
-   Comment Israël siphonne le fric du peuple américain et comment le lobby juif manipule la «démocratie» américaine à grande échelle.
-   La "conspiration des banquiers juifs"
-   Les gens "très peu sympas" du Forum Économique Mondial

[f] Le Talmud révélé. Voici comment les juifs doivent traiter les Goyim
-   LE TALMUD révélé. Une littérature de la haine raciste. 1. Introduction La Torah et le Talmud
-   LE TALMUD révélé. 2. La haine raciste envers les non-juifs et envers Jésus et Marie
-   LE TALMUD révélé. 3è partie. Les non-juifs ne sont pas humains, génocides, racisme, pédophilie, zoophilie,...
-   Des magnats juifs «antiracistes» financent des gangs racistes qui attaquent des Arabes en Israël

[g] -   Hypocrisie, ton nom est Sion, par Philip Giraldi

[h] ESSENTIEL. Vérité de l'Holocauste: Six millions ? Chambres à gaz ? par Ernst Zundel et Joseph G. Burg
-   HOLOCAUSTE. Lettre du Dr juif français Roger Dommergue à Steven Speilberg
-   Journaliste israélien : Les pires meurtriers du XXe siècle étaient Juifs !
-   La bataille d'Auschwitz par Israël Shamir
-   La croyance en «l'Holocauste» s'effrite dans le monde
-   LA RELIGION DE L’HOLOCAUSTE : LA SHOAH OU LE CHAÎNON MANQUANT DE LA TORAH
-   Liste des personnes persécutées pour avoir contesté les données de l'Holocauste
-   Philip Giraldi: La pompe à fric de l'holocauste continuera à rapporter encore et encore
-   Quelques mensonges évidents dans la Shoah - Par le professeur R.Dommergue
-   USA. Cours obligatoire de catéchisme pour les flics sur la religion de l’Holocauste
-   USA. Un directeur d’école secondaire congédié pour avoir dit qu’il «ne peut pas dire que l’Holocauste est un événement factuel et historique»

[i] HOLOCANULAR. Le chiffre des « 6 millions de Juifs tués » est apparu plusieurs décennies avant Hitler
-    HOLOCANULAR. Les minces parois internes du Crématorium à Auschwitz : Un petit détail aux conséquences profondes
-   HoloCanular. Le Yad Vashem affirme que ces juifs vivants et donnant des conférences sur "l'Holocauste", ont été assassinés par les nazis
-   La bataille d'Auschwitz (partie 1) par Israël Shamir
-   La bataille d'Auschwitz (2è partie) Par Israël Shamir
-   Allô, au secours, Madame Shoah
-   Les témoignages oculaires de la Shoah sont contradictoires, changeants et évasifs
-   Une autre fabrication de l'Holocauste

[j] Dostoïevski et la "question juive"; Le Journal d'un écrivain, mars 1877
-   Comment les juifs de Harvard pillent la Russie
-   En 1994, les juifs Chabad ont comploté pour exterminer les Slaves ( partie 2)
-   Journaliste israélien : Les pires meurtriers du XXe siècle étaient Juifs !
-   La Clé du Mystère (Partie 4). LE COMMUNISME, MOYEN DE CONQUÊTE JUIVE
-   La tentative ratée des Juifs de s'emparer de la Russie au XVe siècle
-   L'antisémitisme  en Union soviétique
-   Le musée du peuple juif de Tel-Aviv célèbre comme des héros les meurtriers, les espions et les criminels
-   
Le rôle juif dans la révolution bolchevique
-   Les Juifs de Staline
-   Les juifs russes considèrent les goyim comme leur propriété
-   Liste des juifs communistes
-   Russie. Le "meurtre rituel juif" de la famille impériale russe
-   Russie. Le KGB juif
-   Russie. Les atrocités inimaginables commises par les Juifs bolcheviques contre les Gentils : des preuves irréfutables.
-   Soljenitsyne : Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux
-   Soljenitsyne condamne l'influence juive sur le peuple russe
-   Suprémacisme juif: les révélations de 1976 résonnent aujourd'hui
-   Une critique du « Yiddishland révolutionnaire: Une histoire du radicalisme juif ». Partie 1 de 3.
-   Une Russie brutalisée par le sionisme.
-   Vladimir Poutine : « 80 à 85% des bolcheviques au pouvoir en URSS étaient juifs. »

[k] Une critique du « Yiddishland révolutionnaire: Une histoire du radicalisme juif ». Partie 1 de 3.

-   Une critique du « Yiddishland révolutionnaire: Une histoire du radicalisme juif ». Partie 2 de 3.

-   Une critique du « Yiddishland révolutionnaire: Une histoire du radicalisme juif ». Partie 3 de 3.

Hannibal GENSÉRIC

 

4 commentaires:

  1. Le machia'h ou messie, ou Oint que tous les juifs attendent incessamment ne peut être qu'un des leurs vivant actuellement en tant que Super RABBI connaissant la torah, les Mischnas, le Talmud, la Barayta, la Halakha sur le bout des doigts. Il doit vivre actuellemnt descendre du Roi David, et présenter de multiples preuves dans un ordre très ordonné, et satisfaire aux questions d'Israël et de son Peuple, pour 99,99 % de Juifs dont 99,99 de Sionistes c'est cela, et pour la portion congrue de moins de 1%, les Messianistes, ce pourrait-être Jésus, c'est ce qu'a rêvé le Rav Itzhak Kadouri, un des 400 plus grand Rav de notre génération, Jésus lui aurait parlé, et averti à ce que les Juifs doivent s'attendre en matière de sauvetage du Peuple Juif non Sioniste, il a demandé que cela pourrait être révélé un an après sa mort, par une enveloppe à ouvrir


    https://www.facebook.com/watch/?v=1819761164963774

    https://www.youtube.com/watch?v=ocGOOrhvuVA

    https://www.dailymotion.com/video/x1u2c1y

    la meilleure des chose pour essayer de sauver son âme pendant qu'il en est encore temps (du vivant de chaque individu dépend), il serait bon et judicieux de faire acte de contrition et repentance au D.ieu Miséricordieux des Hébreux Ténébreux et Tendancieux, car les temps sont venus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Youssef Hindi parle de sacrifices d'une autres façon mais le résultat est le même !
      https://youtu.be/kdwsZ063R44?t=1780

      Supprimer
  2. Toutes ces explications justes ne doivent absolument pas justifier la passivité des occidentaux face aux abus et crimes de ceux que vous avez si justement décrit.

    RépondreSupprimer
  3. “Pour savoir qui te gouverne, il suffit de trouver qui tu n’es pas autorisé à critiquer”
    Voltaire

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.