mardi 13 juillet 2021

Biden s'aplatit devant Israël, prouvant qu'Israël gouverne l'Amérique

Si l'on se limitait à regarder ou à lire les médias grand public américains, l'histoire de la façon dont le président Joe Biden s'est mis à genoux pour honorer deux Israéliens en visite n'aurait jamais fait surface. Heureusement, l'histoire a fait des vagues considérables dans les médias israéliens et alternatifs, mais pas assez pour convaincre les rédacteurs sans visage des CBS News et d'ailleurs de les suivre.

L'incident à genoux aurait eu lieu alors que Biden rencontrait à la Maison Blanche le "futur président à la retraite" israélien, Reuven Rivlin. Rivlin faisait quelque chose comme son tour de victoire, ayant vraisemblablement terminé son mandat sans être accusé de corruption, ce qui exceptionnel, sachant que  la plupart des  dirigeants juifs sont traditionnellement connus pour leur corruption.

Joe Biden s'incline devant "la force majeure" :
« S'agenouiller devant les Israéliens
est la dernière indication sur qui règne à Washington
"

En fait, la bonne nouvelle concernant la corruption israélienne est que le récent ex-Premier ministre Benjamin Netanyahou, qui est poursuivi depuis des années par des accusations de corruption, ne peut plus revendiquer l'immunité et devra peut-être maintenant payer la note et aller en prison avec son épouse Sara. La pensée que Netanyahou serait en prison m'apporte des larmes de joie, non seulement parce qu'il est malhonnête et voleur, mais aussi parce qu'il faisait partie d'un réseau d'espionnage israélien qui a volé aux États-Unis des déclencheurs nucléaires pour construire des bombes, et qui n'a cessé d'opérer contre les États-Unis à l'époque où il y vivait dans les années 1970-80. Mais c'est une autre histoire pour un autre jour.

Rivlin était en ville pour dire au revoir mais aussi pour discuter de l'Iran. Le point de vue israélien sur l'Iran est que les Iraniens ont un programme secret d'armes nucléaires, donc tout type d'accord avec eux leur permettrait d'y travailler clandestinement. Israël pense que permettre aux États-Unis de réintégrer le Plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015 soulagerait l'Iran et garantirait pratiquement que la République islamique se retrouverait avec une arme nucléaire, ce qui menacerait toute la région, plus particulièrement Israël et les Saoudiens. Cette ligne est, bien sûr, reprise par les nombreux amis d'Israël aux États-Unis.

L'autre point de vue, soutenu à la fois par les Nations Unies et la communauté du renseignement américain, est que c'est Israël plutôt que l'Iran qui possède un arsenal nucléaire secret qui n'est soumis à aucune inspection ou loi internationale. Tout le monde, sauf Israël, pense que l'Iran, pour sa part, a renoncé depuis longtemps à un programme exploratoire qui aurait pu vraisemblablement conduire à une arme. La seule soi-disant preuve contestant ce point de vue consiste en des informations sur un ordinateur portable "découvert par hasard" par certains opposants au gouvernement iranien et qui avait été précédemment fabriqué par les services de renseignement israéliens et placé de manière à être trouvé et exposé.

Biden, de manière tout à fait prévisible, a assuré au président israélien que son engagement personnel envers l'État juif était « à toute épreuve ». Il ne fait aucun doute que Rivlin, pour sa part, a transmis le point de vue israélien concernant l'Iran à Biden lors de leur réunion, bien qu'il n'y ait eu aucun document ultérieur décrivant en détail cet aspect de leur discussion. Le communiqué de presse de la Maison Blanche a décrit leur interaction comme suit : Le président Biden a exprimé son soutien indéfectible à la sécurité d'Israël et son engagement à approfondir la coopération entre les deux pays dans tous les domaines. Les dirigeants ont discuté des nombreux défis auxquels la région est confrontée, y compris la menace posée par l'Iran. Le président a souligné que sous son administration, l'Iran n'obtiendra jamais l'arme nucléaire. Il a également assuré au président Rivlin que les États-Unis restaient déterminés à contrer les activités malveillantes de l'Iran et son soutien aux mandataires terroristes, qui ont des conséquences déstabilisatrices pour la région.

Devant qui un président des États-Unis s'incline-t-il? - L'agenouillement  du président Biden a représenté beaucoup pour moi, une mère de neuf enfants  - Communauté & Famille 

En réalité, bien sûr, ce sont Israël et les États-Unis qui sont armés de l'arme nucléaire et qui soutiennent des mandataires terroristes islamistes au Moyen-Orient, mais nous n’allons pas insister sur cet aspect bien connu de tous. Rivlin avait avec lui son chef de cabinet de 45 ans, une Israélienne orthodoxe haredi nommée Rivka Ravitz, qui a eu douze enfants. De nombreux Juifs orthodoxes croient apparemment que procréer jusqu'à sa capacité maximale est une exigence qui vient directement de Yahweh. "Sleepy Joe" a répondu avec quelque chose comme de la joie au rapport de la progéniture « treize à la douzaine » et il était tellement excité qu'il s'est agenouillé pour honorer la dame et, vraisemblablement, son patron Rivlin. Et pour aggraver les choses, un photographe qui accompagnait l'entourage israélien était dans la pièce avec le trio rayonnant et a pu prendre une photo de Joe sur un genou plié, bien qu'il ait également été affirmé qu'il aurait pu se mettre sur les deux genoux, ce qui pose la question de savoir comment il a réussi à se relever à son âge. Les agents des services secrets sont-ils obligés de soulever les présidents agenouillés ?

L'adoubement du chevalier - La seigneurie de la Forge du Loup
Nous avons donc ici le président des États-Unis à genoux devant deux anciens responsables du gouvernement israélien.

Ça s’annonce mal, n'est-ce pas ? Mais cela pourrait être une métaphore de ce que l'ensemble du gouvernement et de l'establishment des États-Unis choisissent de faire en ce qui concerne Israël. Dommage qu'il n'y ait pas d'enregistrement de ce que Honest Joe disait alors qu'il s’agenouillait. Était-ce le marmonnement inarticulé habituel ou quelque chose reconnaissant le pouvoir et la majesté de ses visiteurs ? Comme indiqué ci-dessus, le sioniste avoué Joe aurait déclaré avant ou peut-être après sa prosternation que l'engagement envers Israël était « à toute épreuve », ce qui pourrait être la devise officieuse du Congrès des États-Unis.

Je sais que Joe Biden et presque tous les autres acteurs politiques de Washington ne partageraient pas mon point de vue sur les relations israélo-américaines, qui, pour le dire succinctement, se résument comme suit : la relation des États-Unis avec Israël est une responsabilité stratégique qui a été un facteur majeur dans l'implication des États-Unis dans des guerres évitables qui ont coûté beaucoup d'argent et ont causé de terribles dommages aux intérêts réels, tout en entraînant également la mort de centaines de milliers de civils et de soldats américains. En plus de cela, les États-Unis donnent inexplicablement à Israël, une nation riche, des milliards de dollars chaque année et un soutien politique non critique qui a contribué à la position internationale en forte baisse de l'Amérique. Enfin, bien que le lobby juif qui a provoqué tout cela par la corruption du Congrès et des médias comprenne aussi un sous-ensemble sioniste de chrétiens enragés, l'argent et l'accès à un véritable pouvoir politique proviennent presque tous de groupes juifs américains et d'individus riches qui sont coupables de double loyauté, ou en fait une loyauté exclusive envers Israël. Ils devraient tous être enregistrés comme « agents étrangers » pour indiquer clairement où se situe leur allégeance.

Biden est, bien sûr, un gars drôle qui veut prétendre être un fervent catholique tout en soutenant l'avortement comme forme de contrôle des naissances. Il semble également vouloir être président des États-Unis tout en donnant des garanties de loyauté « à toute épreuve » à un pays étranger. Compte tenu de cela, son agenouillement devant les responsables israéliens dans le bureau ovale est approprié dans ces circonstances , car cela reflète qui est réellement le patron. Biden, comme Nancy Pelosi et les autres chenilles rampantes qui composent le Congrès américain, s'en remet par réflexe et automatiquement à Israël et à la puissante communauté juive à la fois sur la politique étrangère et sur de nombreuses questions intérieures. Si l'on ne peut accepter cette simple vérité, il deviendra impossible de comprendre ce qui se joue réellement.

A part une poignée de libéraux, qui au Congrès, se plaint qu’Israël utilise facilement et même illégalement des armes américaines fournies pour tuer des Gazaouis ? Que devons-nous faire pour avoir un président qui donne la priorité aux Américains, puisque ni Donald Trump ni Joe Biden ne semblent prêts à le faire ? C'est un fait inévitable que sur tant de ces questions, le gouvernement fédéral américain et même de nombreux gouvernements locaux ont été dominés par les intérêts d'Israël. La seule question est « Que peut-on faire pour changer cette dynamique ? » C'est le problème sous-jacent, mais le changement pourrait bien survenir si et quand plus d'Américains commenceraient à réaliser à quel point leur président et leur système de gouvernement ont été corrompus et leurs impôts volés par Israël !

Kneeling before Israelis is latest indication of who rules in Washington

• July 13, 2021

---------------------------------------------------------------------

Le Président Biélorusse Loukachenko : « les Juifs ont mis le monde à genoux »

Le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, a déclaré que les Juifs avaient mis le monde « à genoux » devant eux.

Le dirigeant s’exprimait samedi à l’occasion de la fête de l’indépendance de la Biélorussie, qui marque la libération par les forces soviétiques de la capitale Minsk des mains des nazis en 1944.

« Les Juifs ont réussi à mettre le monde entier à genoux devant eux et personne n’osera élever la voix et nier l’Holocauste », a déclaré Loukachenko, dont les propos ont été rapportés par le radiodiffuseur public israélien Kan.

Faisant référence aux actions de l’Allemagne nazie durant l’occupation du territoire d’Europe de l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale, Loukachenko a déclaré qu’il y avait eu un « Holocauste du peuple biélorusse ».

« Nous sommes si tolérants, si bons, nous ne voulions offenser personne et nous en sommes donc venus à être insultés », a-t-il déclaré, selon Ynet.
6 juillet 2021

Hannibal GENSERIC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.