dimanche 11 juillet 2021

DANS QUELLE LANGUE DIEU A-T-IL ÉCRIT LES DIX COMMANDEMENTS?

Dans tous ses écrits et publications, le Dr. Ashraf Ezzat ne dit jamais que l’histoire de la bible est une invention, mais prouve juste que la localisation GÉOGRAPHIQUE de cette histoire n’est pas la bonne. Et qu’il ne faut pas chercher en Égypte ou en Palestine des traces de  l’Exode ou du Palais de Salomon mais dans le Sud de l’Arabie Saoudite, et plus précisément au Yémen.
Ces écrits sont réunis, en français, dans ce PDF N° 3 de 47 pages
 TRADUCTION DE LA BIBLE & ESCROQUERIE HISTORIQUE et dans sa dernière version de juin 2017. Dès que j’aurai traduit sa dernière vidéo « Joseph d’Arabie » je la rajouterais avec sa toute dernière publication, ci-dessous, au PDF initial.

Les Dix Commandements - Film (1958) 

Dans quelle langue Dieu a-t-il écrit les 10 commandements ?

Dr. Ashraf EZZAT | le 31 août 2017 | URL de l’article source en anglais  https://ashraf62.wordpress.com/2017/08/31/in-what-language-did-god-write-the-ten-commandments/

Traduit par Jo Busta Lally le 1er septembre 2017

« Les Dix Commandements auraient dû être écrits en langue égyptienne ancienne, mais ce ne fut pas le cas. Alors, où est le chaînon manquant ? « 

Le dieu des Israélites a-t-il délivré les soi-disant Dix Commandements à Moïse par voie orale ou sous forme écrite ? La Bible dit clairement dans plusieurs endroits qu’il a effectivement écrit les Dix Commandements lui-même (avec son propre doigt). Le verset le plus clair à cet égard se trouve dans (Ex 31:18).

Ce qui était si spécial à propos de ces dix commandements, en particulier, c’est  qu’ils préconisaient l’éthique commune, l’homme ancien avait déjà connu et apprécié – y compris l’idée d’un Dieu suprême – par l’évolution sociale et non par la révélation divine ?

Ironiquement, l’homme dieu a choisi de porter ses lois qui abhorraient fortement l’acte de tuer et de voler, alors qu’il était déjà un tueur et plus tard un seigneur de guerre qui a ordonné le meurtre de tant de personnes innocentes après avoir volé leur terre natale. Cela permet de se demander si ces commandements ont un mandat moral qui aurait empêché les enfants d’Israël de commettre les crimes de guerre qu’ils ont commis au nom de l’invasion ou de l’occupation de leur soi-disant «Terre promise».

De plus, la plupart des cultures anciennes avaient des codes d’éthique plus ou moins semblables aux dix commandements hébraïques et, étonnamment, d’autres cultures les avaient remplacées. L’Égypte antique avait longtemps respecté 42 commandements moraux – connus sous le nom de lois de Ma’at, écrit au moins 2000 ans avant l’époque de Moïse. Ma’at est le principe égyptien de la vérité, de la droiture et de l’ordre. Par rapport aux lois morales égyptiennes, les Dix Commandements semblent un peu trop peu et trop tard.

Plus important encore, quelle était la langue que le dieu des Israélites utilisait pendant qu’il dictait ses tables de la Loi et pendant ses longues conversations avec Moïse ? Le dieu des Israélites a-t-il utilisé le chinois, le grec ou l’ancien hébreu, comme le croit le consensus des érudits bibliques ?

Quel était le but que le dieu des israélites voulait atteindre en inscrivant directement ses commandements sur la pierre, plutôt que de les articuler verbalement à Moïse, comme il le fit, du reste, avec la Torah ? Si ces tablettes étaient si divines et si sages, comment Moïse a-t-il eu le courage – quelle que soit la raison d’être – de les briser en morceaux à la minute où il est descendu de la montagne où il a longuement discuté avec son dieu ? Ou peut-être que Moïse a-t-il détruit ces tablettes saintes parce que la gestion de la colère (une valeur recommandée par les anciens sages) n’était en quelque sorte pas incluse dans ces Dix Commandements ?

Le rendu des Dix Commandements sous une forme écrite semble étrange, étant donné que, au moment de l’histoire de l’Exode d’Égypte, aucun esclave israélite n’était alphabétisé en hébreu ancien ou dans une autre langue ancienne.

Aussi, pourquoi le dieu des Israélites a-t-il insisté pour écrire ses commandements pour une mafia analphabète, agressive et ingrate d’Israélites ?

En fait, l’alphabet paléo-hébreu n’a pas évolué avant 1000 ante JC – environ trois siècles après le temps de Moïse et de ses 10 commandements. La structure de l’alphabet est relativement semblable à l’hébreu ancien, qui était sur le point de se produire vers 1000 av. J.-C., mais les symboles n’étaient pas en hébreu, ils proviennent d’un ensemble de symboles pictogrammes antérieurs à l’écriture sud-arabique / yéménite ancienne.

Alors, quel était le but de délivrer des commandements de Dieu inscrits sur des tablettes de pierre quand personne ne pouvait les lire, y compris Moïse qui aurait été élevé et éduqué selon la tradition et la langue égyptiennes ?

Si Moïse a été (comme le dit l’idée fausse ou le mythe) élevé comme un égyptien de haut rang, il était probablement alphabétisé en égyptien antique.

Les Hébreux n’avaient pas pu lire ou écrire leurs propres hiéroglyphes, parce que c’était une compétence étroitement gardée qui exigeait des années de formation et était le domaine exclusif d’une classe de scribes sélective, habituellement pratiqué par l’élite de familles égyptiennes.

Bien qu’aucune preuve archéologique n’a jamais été retrouvée pour attester d’un tel événement d’exode ou d’asservissement en Égypte, mais, si l’histoire de Moïse s’est passée dans l’ancienne Égypte, alors les Dix Commandements ainsi que le reste des Tables de la Loi, devraient avoir a été écrit dans une langue égyptienne antique. Mais ce n’était pas le cas selon le consensus scolaire. Alors, où est le lien manquant ?

Quand Moïse n’était pas en Égypte avant l’Exode, il était avec les Madianites et non les Hébreux. Le fait que Moïse, après avoir fui l’Égypte, ait pu facilement communiquer / converser avec les Madianites signifie que les gens de l’Égypte ancienne et du Madian parlaient la même langue, mais historiquement cela n’est pas vrai non plus.

Un consensus (erroné) parmi les historiens considère le Madian comme une tribu arabe / confédération de tribus qui habitait dans la partie nord-occidentale de l’Arabie antique. Mais les historiens ne se sont pas trompés car ils ont identifié les Madianites en tant que tribu arabe, mais seulement lorsqu’ils les ont localisés au nord de la péninsule arabique (près de l’Égypte). Alors que selon la tradition arabe antique et les enregistrements, le site original de Midian était depuis longtemps dans la partie ouest-sud de la péninsule arabique et plus précisément dans l’ancien Yémen. La montagne de Jethro / Shu-ayb (le beau-père Midianite de Moïse) reste au Yémen comme le pic le plus important de toute la péninsule arabique.

Si les Madianites étaient des tribus arabes anciennes, ils devaient avoir parlé une sorte de langue / dialecte arabe antique.

Est-ce que Moïse a parlé la langue de l’Égypte antique ou de l’arabe ancien ? Très peu probable. Alors, comment cet anachronisme pourrait-il être expliqué ?

De plus, Dieu a-t-il parlé à Moïse en langue égyptienne antique ou en ancien arabe ? (Et s’il vous plaît épargnez-moi les voix condescendantes qui prétendront que Moïse et son dieu ont conversé dans un dialecte divin surnaturel, parce que même les autorités rabbiniques les plus fondamentalistes n’ont jamais été aussi loin).

Les 10 Commandements (The Ten Commandments)

Si, au moment prétendu de l’histoire de l’Exode, aucun alphabet / langue écrite n’avait encore évolué dans l’ancien Proche-Orient – sauf l’Égyptien, le Sumérien et l’Ancien Arabe / Yéménite, alors quelle était la langue la plus probable que le dieu des israélites avait utilisé pour graver ses (soi-disant) Dix Commandements ? Bien sûr, le sumérien et l’égyptien semblaient très improbables.

Cela nous laisserait une seule possibilité ; Les Dix Commandements doivent avoir été écrits dans l’Ancien Yéménite [1].

Fait intéressant, pas très loin du Yémen, l’Église orthodoxe et le sacerdoce de l’Éthiopie moderne sont persuadés que leur terre a toujours gardé l’Arche de l’Alliance, quelque chose que le monde entier a longtemps jugé perdu et irrémédiable.

Mais cette conclusion changerait considérablement la géographie de l’histoire de l’Exode, de l’Égypte ancienne à l’Arabie antique et au Yémen. Bien que cela puisse sembler bien lointain pour beaucoup, l’Arabie antique et le Yémen sont en réalité les anciens berceaux des Israélites (primordiaux) qui habitaient là à l’origine et d’où leurs histoires et leurs légendes ont évolué, y compris celles de l’Exode.

La vraie question est que la doctrine de l’Église catholique romaine ou ce qu’on appelle le Nouveau Testament reposait à l’origine sur une véritable culture et son folklore arabe. On l’appelle par erreur l’Ancien Testament ou la Bible hébraïque – soit une terminologie totalement grecque (chez les Arabes et les Éthiopiens, on parle seulement de la Torah)

▼▼▼

For further reading and references :

The Bible unearthed” by Israel Finkelstein & Neil Silberman

Deconstructing the walls of Jericho” by Prof. Ze’ev Herzog

Bible came from Arabia” By prof. Kamal Salibi

Egypt knew no Pharaohs nor Israelites” by Dr. Ashraf Ezzat

~~~~~~~~

Dans sa vidéo (en lien) entièrement retranscrite en français par Résistance71 et uniquement sur ce blog, le Dr. Ashraf Ezzat argumente que l’esclavage n’était nullement une pratique fréquente en Égypte antique  https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/06/07/lesclavage-netait-pas-une-pratique-frequente-en-egypte-dr-ashraf-ezzat/

Dans ce dernier billet complété par mes soins sur une traduction de R71  L’histoire de Joseph coule le Titanic du Dr. A. Ezzat on comprend que la mystification et la falsification durent depuis au moins 2600 ans ; Au moins…

Et que pour l’empire anglo-américain-christo-sioniste  ce n’est pas prêt de changer si nous ne nous levons pas pour dire STOP ! ÇA SUFFIT !

Le Yeti

NOTES de H. Genséric

[1] L'alphabet sudarabique (ou alphabet arabe méridional) est un ancien alphabet. Existant entre le Xe siècle av. J.-C. et le VIIIe siècle de notre ère, il était utilisé pour écrire les langues sudarabiques anciennes, notamment au Yémen et en Érythrée. Il s'agit d'un abjad, car il ne note que les sons consonantiques. L'alphasyllabaire guèze en est dérivé.

Image illustrative de l’article Alphabet sudarabique
Stèle votive avec inscription en sabéen
adressée au dieu lunaire Almaqah (Yémen, vers 700 av. J.-C.).

 L'alphabet sudarabique est un abjad : ses graphèmes ne servent à noter que les consonnes, les voyelles n'étant pas indiquées. Il est généralement écrit de droite à gauche, mais parfois également de gauche à droite ; dans ce cas, les caractères sont retournés par rapport à la verticale.
L'alphabet sudarabique utilise un ensemble de 29 graphèmes. Leur forme ressemble à celle des lettres de l'alphabet phénicien (les deux écritures ont une origine similaire). Elles sont toutefois nettement plus géométriques.
L'alphabet sudarabique fut principalement employé dans les royaumes sabéen et minéen, sur la côte sud de la péninsule Arabique, à peu près à l'emplacement de l'actuel Yémen. Il servait à l'écriture des langues sudarabiques anciennes comme le sabéen, le qatabanique (en), le hadramaoutique (en), le minéen (en), le himyaritique (en) et le proto-guèze au royaume de D'mt (dans les actuelles Érythrée, Éthiopie).
L'alphabet atteint sa forme classique vers le VI
e siècle av. J.-C. et son emploi perdure jusqu'au VIe siècle, y compris pour des inscriptions en vieil arabe du Nord (en) dans une variante de cet alphabet. Il est ensuite remplacé par l'Alphabet arabe. En Éthiopie et en Érythrée, il évolue pour donner l'alphasyllabaire guèze, qui sert aujourd'hui à écrire l'amharique, le tigrigna et le tigré ainsi que d'autres langues éthiosémitiques, couchitiques et nilo-sahariennes.

L'alphabet sudarabique fut ajouté au standard Unicode en octobre 2009, avec la publication de la version 5.2..

VOIR AUSSI :

Hannibal GENSÉRIC

 

4 commentaires:

  1. trouvé en Egypte comme la stèle de Moïse et bien d'autres choses: http://monnaie.chez-alice.fr/oushebti.html

    http://monnaie.chez-alice.fr/egypte-fils.html

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu la chance de suivre Zecharia Sitchin durant quelques années. Les dix commandements ne furent jamais écrits par Dieu ! Ce sont les sumériens qui dressèrent une liste afin d'en faire accepter chaque clause au peuple juif avant de les accompagner sur une nouvelle terre. Les preuves sont sur les tablettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, comme pour l'épopée de Gigamesh qui devient Noe.

      Les Instructions de Shuruppak sont un texte de la littérature sapientiale mésopotamienne, rédigé en sumérien, contenant une liste de conseils de sagesses.
      Ce texte se présente comme un enseignement de Shuruppak, fils d'Ubara-tutu, à son fils Ziusudra. Ces personnages sont connus par d'autres textes sumériens : dans la Liste royale sumérienne, texte historiographique débutant par une liste de souverains légendaires du pays de Sumer, Ubara-tutu et Ziusudra sont présentés comme des rois de la ville de Shuruppak, les derniers à avoir régné avant le Déluge. Ziusudra est par ailleurs le « Noé » du récit sumérien du Déluge (le Genèse d'Eridu).
      Les Instructions de Shuruppak font partie des plus anciennes œuvres littéraires connues, puisque les plus anciennes versions retrouvées sont rédigées sur des tablettes fragmentaires exhumées à Abu Salabikh et Adab et datant de 2500 av. J.-C. environ. Elles ont en outre fait l'objet de copies plus tardives, notamment du début du IIe millénaire av. J. C., dont la quantité atteste de leur popularité.
      Le texte se rapproche des Dix Commandements du premier testament biblique avec entre autres des allusions au respect filial (lignes 255-260), au vol (lignes 28-31), au viol (lignes 61-62) et au meurtre (lignes 252-253). De plus, il indique comment bien gérer et organiser un royaume, en fournissant des instructions sur les esclaves (lignes 28-31, 49,154-164, 193-201) et sur l’organisation sociale. L’appel au fils est récurrent, rappelant les textes de proverbes bibliques.

      Supprimer
  3. Humm... Les Dix Commandements ont été écrits en Volapuk ?
    D'ailleurs, n'étant pas juif, je n'ai qu'un commandement que j'essaie de suivre religieusement... qui est...
    "NE FAIS PAS DE MAL"

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.