jeudi 22 juillet 2021

Covid-Arnaque. Bill Gates a financé la création d'un "passeport vaccinal" des années avant la pseudo pandémie

La Fondation Bill et Melinda Gates a financé une étude qui vise à enregistrer les antécédents de vaccination d'un patient en injectant un colorant sous sa peau.
L’étude a été publiée dans Science Translational Medicine le 18 décembre 2019.
Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont trouvé un moyen d'enregistrer les antécédents de vaccination d'un patient. Il s'agissait d'injecter un colorant contenant des données sous la peau en même temps que l'administration d'un vaccin.

Coronavirus vaccine race: First US candidate approved for ...
Les données seraient injectées en même temps que le vaccin,
et pourraient ensuite être scannées et lues
par un type particulier de smartphone
.

Dans un communiqué de presse publié en 2019 par le MIT, les investisseurs ont suggéré que la méthode d'injection visait principalement à aider les pays en développement où les dossiers médicaux traditionnels sont rares ou n'existent pas.
Comme l'indique le communiqué de presse, les gens vont littéralement se faire injecter un passeport vaccinal. La pseudo pandémie de 19-Covid a peut-être révélé le véritable objectif du colorant spécialisé, alors que le vaccin commence à devenir obligatoire dans le monde entier, avec des  pays commençant maintenant à mettre en œuvre les passeports vaccinaux.
Avant la pandémie de Covid, les campagnes de vaccination dans les pays en développement étaient souvent rendues difficiles en raison de l'impossibilité de conserver les dossiers médicaux. Par conséquent, il est difficile de déterminer qui a besoin d'un vaccin particulier.
Kevin McHugh, ancien postdoctorant du MIT et co-auteur principal de l'étude, a déclaré à l'époque : « Dans les régions où les cartes de vaccination papier sont souvent perdues ou n'existent pas du tout, et où les bases de données électroniques sont inconnues, cette technologie pourrait permettre la détection anonyme et rapide des antécédents de vaccination des patients pour s'assurer que chaque enfant est vacciné. »
Les chercheurs du MIT ont cherché à créer une méthode de vaccination pour enregistrer les informations d'une manière qui ne nécessite pas une base de données centralisée ou une autre infrastructure. Souvent, les vaccins comme ceux contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), nécessitent plusieurs doses à espacer à intervalles réguliers. Cependant, sans dossiers précis et fiables, certains enfants peuvent ne pas recevoir toutes les doses.
Ana Jaklenec, chercheuse au MIT, a déclaré dans le communiqué de presse 2019 : “ Pour être protégé contre la plupart des agents pathogènes, il faut plusieurs vaccinations. Dans certaines régions du monde en développement, cela peut être très difficile à faire, car il y a un manque de données sur qui a été vacciné et s'il a besoin de vaccins supplémentaires ou non."
Pour créer un carnet de vaccination décentralisé, les chercheurs ont développé un nouveau type de marqueurs à base de cuivre (Nanocristaux) qui émettent une lumière légèrement sous-infrarouge lisible par un certain type de smartphone. Les points mesurent environ quatre nanomètres de diamètre et sont contenus dans de minuscules sphères biocompatibles de 20 microns de longueur. L'encapsulation permet au colorant de rester en place sous la peau après l'injection.
Les chercheurs ont conçu le colorant pour être délivré par un patch micro-aiguille plutôt qu'une seringue et une aiguille traditionnelles. Les patchs utilisés dans cette étude ont été fabriqués à partir d'un mélange de sucre soluble et d'un polymère appelé PVA, ainsi que du colorant à points quantiques et du vaccin.
Lorsqu'elles sont appliquées sur la peau, les micro-aiguilles, qui mesurent 1,5 millimètre de long, se dissolvent partiellement, libérant leur charge utile en environ deux minutes.
En chargeant sélectivement des microparticules dans des micro-aiguilles, le patch délivre un motif sur la peau invisible à l'œil nu mais pouvant être détecté et scanné par un smartphone dont le filtre infrarouge a été retiré.
Les chercheurs ont déclaré que des tests sur la peau du corps ont montré que le colorant peut émettre de la lumière jusqu'à cinq ans. La méthode a également été testée sur des rats, en utilisant des patchs à micro-aiguilles qui ont livré les marqueurs avec un vaccin contre la polio. Les chercheurs ont découvert que ces souris généraient une réponse immunitaire similaire à la réponse des rats ayant reçu un vaccin antipoliomyélitique traditionnel.
Jaklenec a déclaré: "Cette étude a confirmé que l'incorporation du vaccin avec le colorant dans les patchs micro-aiguilles n'affectait pas l'efficacité du vaccin ou notre capacité à détecter le colorant."
À l'époque, les chercheurs prévoyaient d'augmenter la quantité de données pouvant être encodées dans un seul modèle, leur permettant d'inclure des informations telles que la date d'administration du vaccin et le numéro de lot du vaccin. Ils ont dit que les marqueurs sont sûrs à utiliser de cette manière car ils sont encapsulés dans un polymère biocompatible.
Mark Prasunitz, président du génie chimique et biomoléculaire à Georgia Tech, qui n'était pas impliqué dans la recherche, a déclaré à l'époque : “ le stockage, l'accès et le contrôle des dossiers médicaux est un sujet important avec de nombreuses approches possibles.
"Cette étude présente une nouvelle approche où le dossier médical est stocké et contrôlé par le patient dans la peau du patient d'une manière peu invasive et élégante."
Les investisseurs de l'étude sont répertoriés au bas de l'étude et comprennent la Fondation Bill et Melinda Gates et Koch Institute Support (noyau) et une subvention de l'Institut national du cancer.
Considérant que ces études ont été menées des années avant la fausse pandémie Covid-19, avant qu'un passeport vaccinal ne soit envisagé, il convient de se demander si tel était le plan depuis le début. De plus, comment sait-on que cette technologie n'a pas déjà été mise en œuvre ?
Source : Bill Gates Funded the Creation of a “Vaccine Passport” Years Before the Covid Pandemic


Paralysie, arrêt cardiaque, mort : effets indésirables des vaccins Covid-19 subis par des nourrissons aussi jeunes que deux ans

Ils vont venir chercher les enfants. En G.B., Le Comité mixte sur la vaccination et l’immunisation (JCVI) a émis un avis au ministère de la Santé et des Affaires sociales de Sajid Javid, déclarant que les enfants handicapés devraient se voir proposer un vaccin contre le Covid-19, malgré le fait que les données du monde réel montrent que des enfants aussi jeunes que deux mois aux États-Unis ont souffert de paralysie, d'arrêt cardiaque et de mort après avoir reçu l'un des vaccins expérimentaux.
Le JCVI a déclaré dans un communiqué publié le 19 juillet 2021 que « les enfants âgés de 12 à 15 ans atteints de neuro-handicaps sévères, de trisomie 21, d'immunosuppression et de troubles d'apprentissage multiples ou sévères, devraient se voir proposer le vaccin Pfizer / BioNTech Covid.
C'est la vraie raison pour laquelle les personnes ayant des troubles d'apprentissage avaient un risque de décès 3,7 fois plus élevé impliquant Covid-19. Sauf que ce n'est pas le Covid-19 qui les a tués, c'est l'ordonnance DNR qui leur a été faite en maison de retraite dès les premiers signes de maladie, le refus de traitement médical, le retrait des médicaments existants, le surdosage de midazolam et de morphine, et le manque de nourriture et d'eau menant à la famine et à la déshydratation. C'est ce qui les a vraiment tués.
Maintenant, le JCVI a recommandé qu'ils soient à nouveau jetés aux loups ; cela est évident d'après les effets indésirables signalés dus vaccin Covid-19 aux États-Unis. effets indésirables dont souffrent les enfants dès l'âge de deux mois.

Le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) , la version américaine du programme de carte jaune du Royaume-Uni, a reçu des centaines de milliers de rapports de réactions indésirables aux vaccins Covid-19.
L'un d'eux a été relatif à une fillette d'un an après avoir reçu le vaccin à ARNm Pfizer.
Le bambin d'un an a reçu une dose unique de Pfizer le 19 janvier 2021, malgré le fait que ce vaccin n'ait pas été autorisé pour une utilisation chez les enfants de cet âge.
Le rapport, qui a été rédigé par un médecin et peut être trouvé sous VAERS ID 1012508,, indique que l'enfant d'un an était en bonne forme physique avant de recevoir le vaccin et n'avait aucun problème auparavant. Cependant, un jour plus tard, le tout-petit a développé une douleur post-auriculaire qui a ensuite évolué vers une paralysie de Bell complète du côté  gauche - une maladie pour laquelle il n'existe aucun remède connu et qui provoque une faiblesse et une paralysie des muscles faciaux d'un côté du visage.
Au moment du constat, le 7 février 2021, le médecin a déclaré que le bambin n'avait pas récupéré.
Une autre réaction indésirable signalée à VAERIA a été subie par un bébé garçon de deux mois et était à nouveau due au vaccin Pfizer.
Le rapport, trouvé sous VAERS ID 1015467, a été rédigé par un médecin et indique que le bébé a reçu une dose du vaccin Pfizer le 2 février 2021. Le médecin déclare qu'il est "inconnu s'il a été inscrit à l'essai clinique" .
Un peu plus d'une heure après avoir reçu le vaccin, le bébé de deux mois est retourné à la clinique et était moite, avait la peau froide et souffrait de douleurs thoraciques. Malheureusement, le bébé a ensuite subi un arrêt cardiaque.
Le médecin qui a établi le rapport déclare que le bébé a été stabilisé et transféré pour un traitement médical supplémentaire, mais qu'il ne connaissait pas l'issue de l'événement et qu'aucune tentative de suivi n'était possible.
Un autre effet indésirable signalé à VAERS a été subi par un garçon d'un an, cette fois en raison du vaccin à ARNm Moderna.
Le nourrisson a reçu la piquouse Moderna le 8 avril 2021, selon le rapport trouvé sous VAERS ID 1261766.

Deux jours plus tard, le 10 avril, la température corporelle du nourrisson a augmenté et il a eu eu une crise.
Le bébé d'un an est malheureusement décédé.

Hannibal Genséric

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.