lundi 19 juillet 2021

Covid. Infection antérieure = 100 % d’immunisation

L'une des choses les plus étranges au cours des derniers mois sur la planète Terre a été la volonté incessante de vacciner toutes les personnes, quel que soit leur risque individuel face au virus et qu'elles aient ou non déjà eu la maladie.

 

Il était bien connu bien avant l'arrivée de Covid que les personnes qui ont eu une infection sont généralement au moins aussi bien protégées que celles qui se font vacciner.

Le but de la vaccination est, après tout, d'imiter l'infection afin de stimuler l'immunité. Si vous avez eu la rougeole, vous n'avez pas besoin de vous faire vacciner contre la rougeole. Si vous avez eu l'hépatite A, vous n'avez pas besoin de prendre le vaccin contre l'hépatite A. Si vous avez eu la varicelle, vous n'avez pas besoin de prendre le vaccin contre la varicelle. Pourtant, si vous avez eu le covid, vous devriez toujours prendre le vaccin contre le covid. Étrange.

L'obsession de vacciner tout le monde est particulièrement étrange dans une situation où l'accès aux vaccins est limité et l'objectif affiché est d'atteindre l'immunité collective le plus rapidement possible, car perdre du temps à vacciner des personnes qui ont déjà eu l'infection retardera inévitablement le temps qu'il faut pour une population pour atteindre l'immunité collective.

Pourtant, de nombreuses personnes qui devraient mieux savoir ont été heureuses de jouer avec le mantra «tout le monde doit être vacciné», malgré le fait qu'il va à l'encontre de l'objectif déclaré des gouvernements et des agences de santé publique. De nombreux médecins ont eu la covid en 2020, mais ils étaient plus qu'heureux de se tenir en première ligne et de se faire vacciner fin 2020 et début 2021, même s'ils savaient (ou auraient dû savoir) qu'ils étaient presque certainement déjà protégés au maximum du virus, et que la prise du vaccin entraînerait inévitablement un retard dans la vaccination de ceux qui n'avaient pas encore eu l'infection.

Il y a quelques mois, j'ai écrit à propos d'une étude, publiée dans The Lancet en avril, qui montrait une diminution de 93% du risque de réinfection chez les personnes qui avaient déjà eu le covid. Cela rendrait l'infection antérieure équivalente aux vaccins les plus efficaces, en termes de capacité à protéger contre le covid (ce qui est conforme à ce que l’on pourrait  attendre).

Pour ceux qui ne sont toujours pas convaincus qu'une infection antérieure est au moins équivalente à une vaccination, une étude très intéressante a récemment été publiée sur MedRxiv. Il s'agissait d'une étude de groupe rétrospective portant sur les 52.238 employés de la Cleveland Clinic, qui ont été suivis du 16 décembre 2020 (date à laquelle la Cleveland Clinic a commencé à vacciner son personnel) jusqu'au 15 mai 2021. L'objectif de l'étude était de comparer les taux relatifs d'infection entre quatre groupes de salariés : ceux qui avaient eu covid et ont été vaccinés, ceux qui avaient eu covid mais pas encore été vaccinés, ceux qui n'avaient pas eu covid mais avaient été vaccinés, et ceux qui n'avaient ni eu covid ni vaccin.

Un test PCR a été utilisé pour diagnostiquer le covid dans l'étude. La Cleveland Clinic n'a effectué aucun dépistage du personnel asymptomatique pendant la période d'étude, de sorte que des tests ont été effectués dans presque tous les cas lorsque les participants ont développé des symptômes évocateurs de covid. En d'autres termes, la méthode utilisée pour diagnostiquer le covid dans cette étude était équivalente à la méthode utilisée dans la plupart des autres études, ainsi qu'à la méthode utilisée dans le monde réel.

Alors, quels ont été les résultats ?

Il y a eu 2.139 nouvelles infections à covid parmi les 52.238 participants. En d'autres termes, 4,1% des participants à l'étude ont développé le covid au cours de la période de cinq mois. 99,3% de ces infections concernaient des participants qui n'avaient ni covid qui n’avaient pas été vaccinés. Les 0,7% restants faisaient partie des participants qui n'avaient pas eu de covid mais avaient été vaccinés.

2.579 participants avaient déjà eu le covid au début de l'étude. Pas un seul d'entre eux n'a développé de nouveau le covid au cours de la période de cinq mois. Cela comprend à la fois les 1.229 infectés qui ont été vaccinés et les 1.359 qui ne l'ont pas été. Cela signifie qu'une infection antérieure était associée à une réduction de 100 % du risque relatif d'infection ; que la personne ayant été vaccinée ou non. La vaccination n'apportait aucun bénéfice supplémentaire à ceux qui avaient déjà eu le covid.

Que pouvons-nous conclure?

Une infection antérieure est très efficace pour se protéger contre le covid. Il n'est donc pas nécessaire que les personnes ayant déjà eu le covid se fassent vacciner. Lorsque les gouvernements vaccinent des personnes qui ont déjà eu le covid, ils gaspillent l'argent des contribuables et exposent les gens à des risques d'effets secondaires sans raison valable.

Source : Cleveland Clinic Study: Prior Infection = 100% Immunization
Par
Sebastian Rushworth MD
July 18, 2021

VOIR AUSSI :
-  GB, Israël, Malte, USA. Les vaccins Covid-19 ne fonctionnent PAS, et les autorités le savent parce que les données le montrent
-  L' inventeur de vaccin Covid ARNm déclare: "plus on vaccine, plus il y a de malades"". Les statistiques israéliennes le confirment
-  Données officielles : DEUX FOIS plus de personnes sont décédées à cause des vaccins Covid-19 en 6 mois que de personnes décédées de Covid-19 en 15 mois

EXEMPLAIRE. le pass sanitaire  n'a vécu que 3 semaines.
Il vient d'être suite à la révolte des Moscovites

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. REAL NEGATIVE VACCINE REACTION STORIES:
    https://www.c19vaxreactions.com/real-testimonials.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.