dimanche 29 novembre 2020

La tentative ratée des Juifs de s'emparer de la Russie au XVe siècle

À la fin du XVe siècle, un petit groupe de juifs révolutionnaires a cherché à s'emparer de la Russie. Ceci est devenu connu comme «l'hérésie du judaïsant». Ce mouvement approche la Russie du Nord-Ouest, de Novgorod, puisque cette ville était une oligarchie, cherchant à s'éloigner de Moscou et d'une partie de la ligue hanséatique. Ces Juifs utiliseraient certains d'entre eux comme leviers contre la Russie dans son ensemble. Le résultat fut le rejet des infiltrés juifs par l'action rapide des saints. Joseph, l'abbé de Volokolamsk et l'archevêque Gennadius de Novgorod. Ce qui en a surpris beaucoup, c'est la facilité avec laquelle il était facile de pénétrer si rapidement dans cette ville orthodoxe. Le juif révolutionnaire est né à cette époque.

Préambule de H. Genséric

Dans l’article qui suit, le Dr M. R. Johnson omet de rappeler que l’une des principales raison de la haine des juifs pour les Russes vient de ce que ce sont ces derniers qui ont été la cause principale de la disparition du royaume khazar de confession juive. La vengeance des juifs, lors de la révolution bolchevique et la prise du pouvoir communiste par la maffia  khazare, sera sanguinaire et terrible [a].

Rappel historique. Au cours du neuvième siècle, les Khazars s’opposent aux Rhus - Slaves de l’Est à l’époque byzantine - qui, après avoir tenté en vain de prendre Constantinople en 860, ravagent une partie de leurs possessions. Les Khazars conservent cependant leur indépendance et leur foi judaïque sur un territoire réduit, jusqu’à ce que les redoutables hordes mongoles le détruisent au milieu du XIIIe siècle. Il semble que les Khazars soient retournés alors à leurs habitudes premières de pillage et de nomadisme. Ils disparaîtront en tant que peuple en se fondant dans les populations locales, sous le nom de juifs ashkénazes. Les rares sources à ce sujet mentionnent plusieurs établissements khazars à la fin du Moyen-âge en Crimée, en Ukraine, en Hongrie, en Pologne et en Lituanie.

De fait, à l’aube des temps modernes, c’est en Russie et en Pologne, notamment, que l’on trouvera les plus importantes de ces communautés juives.

Peu d’écrits nous sont parvenus sur l’histoire des Khazars. Quelques chroniqueurs arabes et byzantins qui traversèrent le Caucase décrivent d’une manière fragmentaire les us et coutumes du royaume khazar avant sa conversion au judaïsme, qui eut lieu vers l’an 740.

La source la plus complète est l’échange de correspondances entre le roi khazar Joseph et Hasdai Ibn Shaprut, ministre juif du calife de Cordoue, rédigées entre 954 et 961, soit plus de deux cents ans après la conversion des Khazars au judaïsme.  
H. Genséric

Novgorod médiéval était une république oligarchique. C'était une partie importante et fabuleusement riche de la Ligue hanséatique. Moscou a cherché à lier cette république plus près d'elle-même et d'une vision d'un empire orthodoxe russe unifié. L'oligarchie rejette toutes les idées de bien commun ou d'abnégation de soi par nature, elle a donc vu la montée de Moscou comme une menace. L'élite de Novgorod cherchait un allié en Lituanie. Martha Boretsky, propriétaire d'esclaves et femme la plus puissante d'Europe de l'Est à l'époque, dirigeait le parti anti-Moscou et cherchait à entrer dans une confédération lâche avec la Pologne et de certaines parties de la Lituanie orthodoxe. Dès l’échec des négociations, le chef du parti Judaizer (Judaïsants), Shariya Zhidovinov, vraisemblablement karaïte [5] et kabbaliste.

La propagation de l'influence juive dans le monde et la domination de la communauté juive est un fait à plusieurs reprises noté dans l'histoire [1]. Du roi perse Artaxerxès influencé par les juifs en passant par Esther ou plus tard [2], leur influence sur le califat de Cordoue [3], le pouvoir juif est un fait de la politique mondiale et une partie essentielle de l'histoire russe. L'émergence de ce prédicateur juif a été facilitée par plusieurs facteurs. Pendant la Reconquista, les Espagnols ont évincé les Sarrasins [4] des Pyrénées pour mettre fin à l'influence juive en Espagne. Les Romains ont expulsé les Juifs et les ont forcés à adopter le catholicisme [1]. Le centre de la vie religieuse et politique des Juifs s'est déplacé vers la Pologne-Lituanie. La Pologne était le centre du judaïsme. Casmir III a conquis la Galice et une partie de Volyn et a essayé de coloniser ces terres, leur apportant les avantages des marchands juifs. Diluant la population russe avec des éléments étrangers, ils devaient donc être plus fortement liés à la Pologne.

L'apparition de  Shariya à Novgorod en 1471 a précédé la phase finale de la Reconquête en Espagne et l'exode massif des Juifs d’Espagne [6] ainsi que la publication des lois anti-juives en Lituanie. Il est possible que ces facteurs aient forcé la communauté juive à chercher une nouvelle base. Elle est venu avec l'entourage du prince Michael Olelkovich de Kiev qui a également cherché la richesse de Novgorod pour lui-même.

Shariya n'était pas seule. Son groupe comprenait Moses Hanusch et Joseph Shmoylov Skorova. La propagande juive réussit parmi certaines factions de la haute élite. Habituellement, les historiens de ce domaine, terrifiés à l'idée d'être qualifiés d'«antisémites», disent à peine plus qu'ils furent «opposés à la corruption de l'Église».

Ces infiltrés juifs ont organisé des structures cellulaires de cinq hommes chacune, cherchant à corrompre et convertir d'abord l'élite de l'église. Il n'y a eu aucune tentative de convertir les classes inférieures. Les premiers et les plus influents adeptes de Shariya étaient deux prêtres, Denis et Alexei. Alexei a reçu le nom d'Abraham et sa femme est devenue Sarah.

Saint Gennady était le métropolite de Novgorod et a reçu l’information d'une tentative organisée par les Juifs européens de prendre la Russie. Il a convoqué un synode en 1488 qui a condamné ce mouvement et Joseph de Volokolamsk a écrit son Illuminateur en partie en réponse à ce nouveau développement. Ces courants idéologiques, dont le sionisme, ont été condamnés par un synode à Novgorod en 1490. Le roi de France Charles VIII expulsa les Juifs en 1493. Le grand rabbin d'Arles, Shamora, avait vu cette politique se développer plusieurs années plus tôt. Les troubles grandirent en France urbaine contre les Juifs et il demanda conseil à ses frères de Constantinople dans une lettre du 13 janvier 1489. Le grand rabbin de Constantinople était Yusef, qui répondit à Shamora en novembre de cette année. Sa réponse se lit en partie:

Bien-aimés frères Moïse! Nous avons reçu votre plainte décrivant la misère et la souffrance qui vous tourmentent. Ils nous causent autant de chagrin que vous-même. Si le roi vous exhorte à être baptisé, alors faites-le, en gardant la loi sacrée de Moïse dans vos cœurs. 1 S'ils menacent de nous enlever nos biens, rappelez-vous que nos marchands emporteront bientôt tout ce qui appartient aux chrétiens. Menacent-ils votre vie? Bientôt, nos cuisiniers, pharmaciens et médecins prendront les leurs. Ils détruisent vos synagogues? Bientôt, nous posséderons leurs églises et nous détruirons les temples des goyim. Nous le ferons en assurant notre entrée dans les professions telles que la médecine, le droit et la fonction publique et dominerons bientôt nos persécuteurs actuels. Nous serons vengés. Soyez patient, cette méthode nous mènera au sommet du pouvoir (Traduit du russe, Lettre de Yusuf, 21 novembre 1489). 2. Les fausses conversions permettront aux Juifs d'entrer dans toutes les professions et de là, dominer les goyim (c’est-à-dire le «bétail»). C'est une preuve solide de notre société secrète au sein de la chrétienté qui est vouée à sa destruction. Le révolutionnaire juif serait désormais obsédé par le déguisement de son identité. Ils changeraient de nom, d'apparence et même de religion pour pénétrer la société d'accueil.

Ce n'est qu'au XXe siècle, lorsque les Juifs ont eu suffisamment confiance en eux-mêmes et qu’ils ont constaté la naïveté et la faiblesse des goyim, qu’ils se mirent à gouverner ouvertement.

La technologie et la «science» faisaient partie de leur programme pour la création d'un «homme nouveau». L'astrologie et l'alchimie gnostique combinaient la théorie scientifique et la révolution sociale. Cette approche a convaincu les prêtres ci-dessus de se considérer comme l'avant-garde d'une «Nouvelle Russie» qu'ils dirigeront. Tous les mouvements révolutionnaires des temps modernes avaient ce caractère.

Ils étaient extérieurement assez humbles et affables. Ils étaient assez pieux pour le spectacle public et en ont impressionné beaucoup. Alexei avait désormais accès au crédit, à l'argent et à une idéologie qui le placèrent rapidement en bonne position avec de nombreux proches d'Ivan III (grand-prince de Vladimir et de Moscou de 1462 à 1505). Il s'est répandu à Novgorod parce qu'il justifiait l'esclavage, la division du monde entre l'élite et le «bétail», et promettait un pouvoir énorme grâce au crédit, à l'argent et à la technologie.

Fedor Kuritsyn était un haut fonctionnaire du gouvernement qui parlait allemand, polonais, hongrois et grec. Il est devenu le leader incontesté des Judaïsants Russes. Vers 1500, ce groupe comptait un peu plus de 1000 adhérents dans plusieurs villes russes. Ivan III voyait la Shariya comme un moyen d'infiltrer la Lituanie. Sa fille, Elena, a soutenu les Juifs et son fils, Dmitri, a été proclamé héritier.

Le pouvoir séduisant et mystérieux promis par les Judaïsants était irrésistible. La Kabbale était attrayante car elle offrait non seulement une voie vers l'argent et le pouvoir, mais aussi une justification pour cela plus tard. Les kabbalistes convainquent progressivement les étudiants qu'une initiation complète à cette science secrète n'est possible que s'ils renoncent au Christ.

Les XIVe et XVe siècles en Occident ont été marqués par un enthousiasme particulier pour cette «science» qui, finalement, revenait à l'alchimie. Les «livres secrets» d'Aristote ont été colportés par les Judaïsants pour donner à leur agenda un air respectable et «gentil» (i.e. non juif). Même dans le monde antique, les «néoplatoniciens» n'avaient rien à voir avec Platon, mais utilisaient son nom pour justifier leurs arts magiques. Platon n'avait aucune utilité pour cette idéologie et les textes réels du néoplatonisme (en particulier celui de Plotin, leur écrivain le plus connu) ne connaissaient pas un tel programme.

Dionysos, l'un de leurs premiers «convertis», s'est fait dire qu'il pouvait rester chrétien et continuer à pratiquer ces arts. Leur conscience (ainsi que leur statut social) avait besoin d'être rassurés. Cette première génération de convertis était zélée pour apparaître aussi chrétienne que possible et ainsi, s'est développée une association entre cette hérésie et une «piété chrétienne».

Le Talmud était une réaction directe au Christ. Il a nié et remplacé l'Ancien Testament et a déclaré que les prophètes étaient en enfer en raison de leur condamnation d'Israël. La race a remplacé la piété. Toutes les nations/races autres que les Juifs ont été déclarées animaux impurs [7]. Les rabbins (mais aucune Écriture) étaient la seule autorité. Inutile de dire que cela n'a pas été dit aux pécheurs russes qui voyaient la justification de leur style de vie dans l'idée juive. Cela leur serait révélé lentement mais sûrement à temps. Heureusement, l'église et la couronne, travaillant ensemble, ont détruit cette hérésie.

Les talmudistes et les karaïtes ont été séduits par le mythe gnostique et ont convaincu beaucoup qu'en «apprenant les secrets de la nature», un pouvoir illimité pouvait être le leur. Les monarques de toute l'Europe gardaient la sorcellerie et les astrologues à portée de main. Le célèbre historien Karamzin écrit:

La science juive de la Kabbale était captivante pour les esprits ignorants et curieux au XVe siècle, une époque où beaucoup des hommes les plus savants regardaient à nouveau tous les grands mystères de l'esprit humain. Les kabbalistes se vantaient que d'anciennes légendes leur venaient de Moïse, beaucoup prétendaient même qu’Adam reçut le livre de Dieu. C'était la principale source de la sagesse de Salomon. Avec lui, ils peuvent connaître tous les secrets de la nature, interpréter les rêves, prédire l'avenir, commander les esprits et, bientôt, gouverner le monde. Ils ont réduit les paroles de l'Ancien Testament à des allégories intelligentes. . . Il n'est pas étonnant que ces suggestions aient produit un effet dramatique dans l'esprit des Juifs faibles et rusés, et une fois les avoir maîtrisées, leur ont assuré que le Messie n'est pas encore apparu dans le monde. [8]

En Pologne et en Lituanie, où les fanatiques papaux persécutaient furieusement les orthodoxes, les Juifs étaient une caste privilégiée. Ils étaient considérés comme des hommes libres, soumis uniquement au roi polonais et au grand-duc de Lituanie, ils étaient dispensés du service militaire, n'obéissaient pas aux lois locales et n'étaient jugés que par leur organisation Kahal. Parmi les privilèges des Juifs figurait le droit d'imposer des taxes aux églises orthodoxes. Les oligarques polonais, afin de maintenir le monarque faible, ont enlevé la capacité de la couronne de taxer les marchands prospères juifs dans les villes. En faisant venir des Juifs dépendants de leur bonne volonté, le monarque a été exclu de cette source de revenus.

Le contexte est la grande cause des princes de Moscou, la collecte/union de toutes les terres russes en un seul État. Le point faible de cette unité panrusse était toujours Novgorod, connu pour son élite rebelle. Les oligarques de Novgorod considéraient Moscou comme une menace pour leurs ambitions. Dans une large mesure, cette expérience dans la Kabbale était une autre tentative de justifier leur sécession de Moscou et de se forger ainsi une identité distincte. Bien sûr, ce n'était qu'une expérience oligarchique.

Plus encore, le mouvement Judaïzer a utilisé les formes les plus basses de la luxure pour attirer les gens vers leur cause [9]. Toutes les sources contemporaines relient ce mouvement à la sodomie (qui peut signifier fornication, adultère et homosexualité), ce qui suggère fortement que leurs adhérents auraient pu être des homosexuels qui avaient maintenant une excuse pour leur perversion et leur pathologie. Cela est évoqué dans la condamnation du métropolite déchu Zosima de Novgorod au synode de 1490.

L'arme idéologique de cette élite a été fournie par  Shariya. Saint Gennadius se plaignit de l'ignorance de nombreux clergés russes, et qui étaient des cibles faciles. L'analyse typique de ce mouvement dit que les Juifs étaient simplement une autre manifestation du «rationalisme occidental» qui rejetait la liturgie, les sacrements et le monde spirituel. En d'autres termes, ils étaient nominalistes et matérialistes, bien qu'il n'y ait pas de véritable langage pour communiquer de telles vues à l'époque.

De plus, l'opinion typique est qu'ils ont remplacé l'Ancien Testament par le Nouveau. C'est faux. Ils ont pris des aspects de l'Ancien Testament et les ont mélangés avec des livres de magie et d'alchimie. L'intérêt de la Bible de saint Gennadius était d'utiliser les sources les plus fiables pour montrer ce qui est l'Écriture réelle et ce qui est manipulé. La Bible orthodoxe est difficile; elle promet peu mais promet de la douleur dans la vie terrestre. Le texte des révolutionnaires promet le pouvoir. Ce dernier nécessite de la manipulation et fait appel au sous-rationnel. La première doit être strictement gardé car son message est souvent difficile à assimiler et à accepter.

Dans l'Église universelle, l'un des anathèmes lu à haute voix pendant les offices du dimanche de l'orthodoxie se lit comme suit:

Le prêtre Alexandre et Dionysos, Ivan «le loup» Kuritsyne, Feognost, le moine Joseph Kunkin et tous les adeptes du mouvement Judaïzer, ainsi que tous leurs sympathisants et enseignants, vous tous qui avez méprisé l'église à travers cette hérésie, tous ceux qui ont conduit, à travers les abominables et damnés Juifs, nombreux par la foi et la sécurité de l'église, anathème.

Leurs adeptes des temps modernes dans l'église disent que ce n'était qu'un conseil local, donc cela «ne compte pas» pour nous. Puisque l'anathème se réfère à ceux qui sympathisent avec ce mouvement sont également anathème, c'est encore une autre preuve que la plupart des orthodoxes modernistes sont hors de l'église. La plupart des anathèmes lus ce dimanche-là proviennent des conseils locaux, donc cette excuse s'est avérée aussi faible qu'ils le sont. Cela inclurait également la plupart des patriarches du 20e siècle (en Russie et ailleurs) qui ont cherché à gagner la faveur des juifs. En 2005, le patriarche déchu Alexei II a décerné au rabbin Schneier l'Ordre de Saint-Daniel de Moscou. Puisque, selon le Talmud, cette médaille serait un objet maudit, le rabbin l’a certainement détruite immédiatement détruite.

Les Strigolniki et les Judaïsants étaient des organisations similaires et proches des Bogomils. Ils ont pris le pouvoir en séduisant les classes supérieures et en utilisant le sexe et les promesses de pouvoir pour les mettre au pas. Les travaux ascétiques pourraient être supprimés et leurs appétits satisfaits. Tout pouvoir dont ils disposent peut être justifié en soi et il n'y a pas de Dieu Père oppressif auquel faire un rapport. Le véritable attrait, à part cela, était qu'ils pouvaient se faire passer pour des «progressistes» par rapport à leurs conationaux  «ignorants». C'était une combinaison efficace de forces qui caractérisait encore aujourd'hui tous les groupes révolutionnaires.

Les judaïsants dans la vieille Russie montrent qu'il y avait une tentative sérieuse de prendre la Russie pour l'idée juive et kabbalistique au début de l'ère moderne. Cela a été considéré par le monarque russe comme une invasion et une subversion sévère de l'idée russe. Ils ont pu utiliser les péchés charnels du clergé pour s'implanter dans l'ouest de la Russie. De plus, il y avait un lien clair entre cette hérésie et les républiques marchandes de la ligue hanséatique. Elle est également liée à la «sodomie», à la fois dans le sens de l'homosexualité et dans le sens de l'usure (c'est-à-dire que l'infertile est considéré comme fertile).

La réaction contre ce mouvement a défini la politique de l'Église russe pour les siècles à venir et pourrait même donner un aperçu de l'esprit révolutionnaire à travers l'histoire européenne. Tous les mouvements révolutionnaires et radicaux étaient juifs en Europe à partir de ce moment-là, il incombe donc à l'historien de prendre au sérieux ce mouvement manifestement judaïque. Politiquement, cela a donné à Moscou une idée claire que Novgorod devait être fermement lié à Moscou, sinon il deviendrait une source d'invasion à l'avenir. Enfin, il a montré que les capitalistes de l'ouest que la Russie était son principal ennemi. Plus les choses changent. . . .


1. Ce n'est pas une référence au Pentateuque, mais au Talmud comme son interprétation faisant autorité. Il est vrai que Shariya était une Karaïte, mais ce n'était que pour rendre la pénétration d'autant plus facile. Les éléments dominants de la communauté juive polonaise étaient solidement talmudiques.

2.  Une copie de cette lettre a été trouvée pour la première fois dans les bibliothèques monastiques de Salamanque et se trouve maintenant dans les archives de Tolède dans le cadre de la section des antiquités de l'Etat espagnol. Un autre exemplaire a été trouvé en Provence.

Source : The Failed Jewish Attempt to Take over Russia in the 15th Century
Par Dr. Matthew Raphael Johnson Nov 26, 2020
Russia Insider

NOTES de H. Genséric

[a] Russie. Le "meurtre rituel juif" de la famille impériale russe
-   Poutine : « 80 à 85% des bolcheviques au pouvoir en URSS étaient juifs. »
-   Les Juifs de Staline
-   Russie. Le KGB juif
-   Journaliste israélien : Les pires meurtriers du XXe siècle étaient Juifs !
-   Soljenitsyne condamne l'influence juive sur le peuple russe
-   Soljenitsyne : Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux

-   Comment les juifs de Harvard pillent la Russie
-   Les juifs russes considèrent les goyim comme leur propriété
-    Une Russie brutalisée par le sionisme.

[1] La première indication historique de la connexion entre les Juifs, l'argent et le pouvoir semble provenir de Cicéron, vers 59 avant JC. Son discours Pro Flacco offre la défense d'un propréteur romain en Asie du nom de L. V. Flaccus qui a été accusé de détournement de cargaisons juives d'or destinées à Jérusalem. (Rappelons que Rome a conquis la Judée à peine quatre ans auparavant.) Cicéron commence par une déclaration révélatrice:

    Vous savez à quel point c'est une grande foule, comment ils collent les uns aux autres, à quel point ils sont influents dans les assemblées informelles. Je vais donc parler à voix basse pour que seuls les jurés puissent entendre; car ceux qui ne veulent pas qui les inciteraient contre moi et contre tout homme respectable.

Une deuxième allusion précoce à la richesse juive vient de l'empereur Claude dans son troisième édit de 41 après JC. Abordant les troubles civils à Alexandrie, Claudius distingue les Juifs, qui vivent «dans une ville qui n'est pas la leur». «Ils possèdent une abondance de toutes les bonnes choses» mais abusent de leur richesse en continuant de s'opposer aux autorités locales et en semant la discorde générale. Dans un sens, écrit Claudius, les Juifs pourraient être blâmés «d'avoir fomenté fléau général qui infeste le monde entier».

Puis en l’an 100 après JC, nous avons la critique bien connue de Tacite, dans ses Histoires. Au milieu d'une discussion sur «la race des hommes haineux envers les dieux» - il parle d’un peuple qui est «vil et abominable», ainsi que «dépravé» - il remarque que les Juifs de la diaspora, «les pires racailles de tous les peuples», ont travaillé sans relâche pour envoyer "tribut et contributions à Jérusalem, augmentant ainsi la richesse des Juifs". Il est clair que cette richesse a été utilisée à des fins pernicieuses.

Vers l'an 220, Cassius Dio a écrit son histoire romaine dans laquelle il décrit les deuxième et troisième soulèvements juifs, respectivement en 115 et 132 après JC. De ce dernier événement, Dio explique que «Partout, les Juifs montraient des signes d'hostilité envers les Romains». Et ils ont évidemment pu utiliser leurs richesses pour soudoyer d’autres afin qu’ils leur viennent en aide: «ainsi, de nombreuses nations les rejoignaient par empressement à gagner de l’argent». Il est clair qu'il a fallu des richesses considérables pour payer «de nombreuses nations» pour les acheter afin de combattre à leurs côtés. Et il est évident que les Juifs ont réussi à en attirer une multitude d'autres: «la terre entière, pourrait-on presque dire, était en train de s'agiter».

Bien qu'ils perdraient dans ces soulèvements, les Juifs ont réussi à se regrouper et à réaffirmer leur pouvoir - un pouvoir devenu légendaire en 300 après JC . C'est à cette époque que Justin l'historien a écrit son long traité Historiarum Philippicarum. Le livre 36 traite de l'origine ignoble du peuple juif et explique la croissance et la cohésion de cette tribu singulière. Leur théologie pragmatique a fusionné la religion avec la politique d'une manière qui s'est avérée très réussie; en conséquence, "il est presque incroyable de voir à quel point ils sont devenus puissants."

Puissants, en effet. Vers 420, le poète romain Rutilius Namatianus pouvait écrire, dans son De redito suo, sur la capacité des Juifs, malgré leur défaite formelle par les Romains, à continuer d'exercer une influence dominante: “Ce sont leurs propres conquérants qu'une race conquise maintient "

-    Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l'antisémitisme ?

-    Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs. Introduction

-    Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs (suite et fin)

[2] Pourim, La fête juive qui célèbre joyeusement le massacre massif des Perses

[3] La vie culturelle très active de Cordoue fut une source d'inspiration et d'imitation dans les domaines de l'architecture des synagogues, de la poésie et de la médecine. Des savants  juifs de l'étranger furent invités à Cordoue pour créer une académie indépendante dans la ville, et des linguistes et des grammairiens furent employés comme secrétaires des princes tout en explorant de nouvelles formes poétiques. Hasdai Ibn Shaprut n'était pas le premier Juif du Moyen Âge à jouer un rôle important dans la vie publique, mettant à profit sa fonction politique pour développer la culture juive. Plusieurs figures juives émergèrent aussi de l'obscurité à la même époque en Irak. Mais il fut le premier à jouer un rôle aussi essentiel dans le lancement d'un mouvement culturel connu jusqu'à ce jour dans l'histoire juive.

En dépit de sa renommée, Cordoue ne fut pas l'unique centre de la culture andalouse et de la créativité juive. D'autres centres tout aussi féconds de civilisation islamique, imitant délibérément la capitale, surgirent aussi à Séville, Grenade, Malaga, et Lucena après le démembrement du califat.

Comme leurs contemporains musulmans, les Juifs étudiaient  une variété de sujets, incluant l'astronomie, l'astrologie, la géométrie, l'optique, la rhétorique, la calligraphie, la philologie, la métrique, la médecine, la philosophie et l'arabe. Il était aussi essentiel d'achever des études rigoureuses de la tradition hébraïque, incluant la Bible et le Midrach, l'étude de la langue hébraïque et celle du Talmud. L'accent particulier mis sur les arts et les langues étrangères reflétait les mœurs culturelles mauresques dominantes, en vertu desquelles un homme était jugé selon ses aptitudes littéraires tout autant que sur ses qualités sociales.

[4]   Sarrasins ou Sarrazins est l'un des noms donnés durant l'époque médiévale en Europe aux peuples de confession musulmane. On les appelle aussi « Arabes », « Mahométans », « Ismaélites » ou « Agarènes ». D'autres termes sont employés également comme « Maures », qui renvoient aux Arabes et aux Berbères de l’Afrique du Nord après la conquête musulmane. Le terme de « Sarrasin » est déjà employé dans La Chanson de Roland (1080 de notre ère), texte dans lequel il s'applique aussi aux Basques. Les mots « islam » et « musulmans » n'existaient pas en Occident médiéval. En français, « musulman » est mentionné pour la première fois en 1551 ; « islam » en 1697. Avant ces dates, on employait pour désigner la religion musulmane « loi de Mahomet » ou « loi des Sarrasins.

[5] Le karaïsme est un courant du judaïsme scripturaliste, car fondé sur la seule Miqra, c'est-à-dire la Bible hébraïque et le refus de la Loi orale. Il est donc en opposition au judaïsme rabbinique. Ses adhérents sont appelés les juifs karaïtes.

[6] La conspiration des Illuminati date de l'expulsion des Marranes d'Espagne
-   Quel a été le rôle de l'Inquisition espagnole ?

[7] LE TALMUD révélé. 2. La haine raciste envers les non-juifs et envers Jésus et Marie
Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?
20 EXTRAITS CHOQUANTS DU TALMUD ( livre saint des sionistes)

[8] Le Messie juif en Angleterre, par Israël Shamir

Messianisme, sionisme et impérialisme

Le Messie juif est arrivé, par Israël Shamir

[9] Dans Pédophilie "snuff porno": Ils tuent des enfants pour leur plaisir sexuel :

Près de 90% des pages pornographiques sur Internet dans le monde sont produites aux États-Unis pour être distribuées dans d’autres pays, de sorte que les États-Unis peuvent être considérés comme le premier empire mondial du sexe commercial.

Les grands acteurs du marché de la distribution de porno sont désormais les grandes entreprises et, en fin de compte, les cadres fabuleusement riches et sans visage qui les contrôlent. Il s'agit de sociétés listées dans Fortune 500 telles que AOL Time-Warner, AT&T et General Motors. Par le biais de leurs filiales de câble et de satellite, ils ont distribué et continuent de distribuer de grandes quantités de matériel pornographique dans le monde entier.

Le nombre de sites Web pornographiques appartenant à des Juifs américains est bien sûr un secret bien gardé - c'est une statistique politiquement incorrecte que Wikipédia est peu susceptible de fournir - mais il est de notoriété publique que les Juifs dominent l'industrie du porno (voir aussi ici et ici) [3]. En effet, il est de notoriété publique que six entreprises appartenant à des Juifs détiennent 96% des médias mondiaux et que les Big Média et les Big Porno sont des préoccupations imbriquées et se chevauchent.

  -La mafia juive, c’est «la vraie mafia»
  -
Pédophilie en haut lieu: la connexion juive
  -
Pourquoi les Juifs ont-ils créé et développé l'industrie du porno aux USA ?
  -
Qui gouverne le "Web Sombre" de la pornographie et pourquoi ?
  -
Pornographie et contrôle politique
  -PédoGate : le réseau pédophile mondial
  -
Israël est le centre mondial de la traite des esclaves blanches (goyim)
  -
Corey Feldman voulait dénoncer les pédophiles d'Hollywood. Prison et lavage de cerveau

VOIR AUSSI :

-   Document le plus controversé de l'histoire d'Internet: L'histoire cachée de la mafia khazare incroyablement perverse

-  
Pour un rabbin israélien, les non-juifs doivent servir les juifs

Hannibal GENSÉRIC

4 commentaires:

  1. Benjamin.H.Freedman a écrit un livre sur les kazhars. "l'histoire occultée des Juifs kazhars".

    RépondreSupprimer
  2. Le juge américain Robert Steele a dit: le Mossad a crée un monde sale. Chantage par le sexe grâce à Epstein. Si Biden arrive à la Maison Blanche il n'y aura plus de suivi sur les enquêtes c'est probable. Déjà en France tout est à l'arrêt pénalement.

    RépondreSupprimer
  3. les juifs dominent et gouvernent le monde... planète... exception quelques états tels que..

    RépondreSupprimer
  4. partout ou il y a du christianisme comme religion ça appartient aux juifs puisque c est eux qui ont inventé l histoire de jésus pour neutraliser les romains ! aimes tes ennemis ! et manges tes morts avec l eucharistie !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.