jeudi 12 novembre 2020

Vaccins - La plus ancienne arnaque

En 1988, Eustace Mullins a dénoncé l'arnaque aux vaccins.
Pfizer et BioNTech annoncent des données d'essai de vaccin COVID-19 de phase 3 extrêmement positives; Une production de 1,3 milliard de doses en 2021 est prévue. Le PDG de Pfizer a vendu 5,6 millions de dollars d'actions le jour de l'annonce du vaccin.
Non seulement les fabricants de médicaments réalisent d'énormes profits en vendant des vaccins, mais ils continuent de profiter sans cesse des maladies qu'ils provoquent.
Si les vaccins n'étaient pas nocifs pour la santé, pourquoi les sociétés pharmaceutiques sont-elles exonéré de responsabilité?
Cette poule a pondu des œufs d'or depuis plus d'un siècle, à un prix indescriptible en souffrance humaine.

Maintenant, ils veulent faire des vaccinations - pas une mais des injections régulières – une condition de participation à la société et une condition de liberté.

mullins-cover.jpg

«La pratique de la médecine n'est peut-être pas la plus ancienne profession du monde, mais elle est souvent perçue comme opérant à peu près sur les mêmes principes. » Eustache Mullins

Extraits de Meurtre par injection (Excerpts from Murder by Injection 1988) d’Eustace Mullins

Par (henrymakow.com)
--------------------------------------

Malgré le grand pouvoir des dirigeants cachés, j'ai découvert qu'un seul groupe a le pouvoir de prononcer des condamnations (de maladie) à perpétuité ou des condamnations à mort pour n'importe quel individu : les médecins.

J'ai découvert que les médecins, malgré leur grande puissance, étaient eux-mêmes soumis à des contrôles très stricts sur tous les aspects de leur vie professionnelle. Ces contrôles, étonnamment, ne sont exercés ni par l’État ni par une agence fédérale, bien que presque tous les autres aspects de la vie américaine soient maintenant sous le contrôle absolu de la bureaucratie. Les médecins ont leur propre autocratie, une association professionnelle privée, l'American Medical Association. Ce groupe, dont le siège est à Chicago, Illinois, avait progressivement renforcé son pouvoir jusqu'à ce qu'il prenne le contrôle total des facultés de médecine et de l'accréditation des médecins.
----------------
Depuis sa création [en 1847], l'American Medical Association (AMA) a eu un objectif principal, atteindre et défendre un monopole total de la pratique de la médecine aux États-Unis. Dès ses débuts, l'AMA a fait de l'allopathie la base de sa pratique. L'allopathie est un type de médecine dont les praticiens ont reçu une formation dans une école académique de médecine reconnue et qui dépendait fortement des procédures chirurgicales et de l'utilisation de médicaments.-

1679-eustace-mullins.jpg
Eustace Mullins 1923-1910

La pratique de la vaccination va directement à l'encontre de la découverte par les experts médicaux holistiques modernes que le corps possède une défense immunitaire naturelle contre la maladie. L'Église de la Médecine Moderne prétend que nous ne pouvons être exonérés du risque d'infection que par l'eau bénite de la vaccination, en injectant dans notre corps un corps étranger infectieux, qui effectuera alors un miracle médical et conférera une immunité à vie, d'où le terme «immunisation». La plus grande hérésie qu'un médecin puisse commettre est d'exprimer publiquement n’importe quel doute sur cela. Mais l’hérésie la plus profondément ancrée dans la pratique médicale moderne est sans aucun doute celle des nombreux programmes de vaccination. Ce sont également les opérations les plus rentables du Monopoly Médical. Pourtant, un médecin, le Dr Henry R. Bybee, de Norfolk, en Virginie, a déclaré publiquement: «Mon opinion honnête est que le vaccin est la principale cause de maladies et de souffrances, le vaccin est pire que tout ce que je pourrais citer. Je crois que des maladies comme le cancer, la syphilis, les boutons de fièvre et de nombreuses autres maladies sont les résultats directs de la vaccination. Pourtant, dans l'État de Virginie et dans de nombreux autres États, les parents sont obligés de soumettre leurs enfants à cette procédure alors que le corps médical ne reçoit pas seulement son salaire pour ce service, mais crée aussi, du même coup, de formidables patients prospectifs pour l’avenir. » (p.79) -

Aucune description de photo disponible.

Un autre praticien, le Dr WB Clarke de l’Indiana constate que «le cancer était pratiquement inconnu jusqu’à ce que la vaccination obligatoire avec le vaccin contre la variole de la vache ait commencé à être introduite. J'ai dû faire face à au moins deux cents cas de cancer et je n’ai jamais vu de cancer chez une personne non vaccinée. " (p.81)

Un autre médecin bien connu, le Dr J. M. Peebles de San Francisco, a écrit un livre sur les vaccins, dans lequel il dit:
"
La pratique de la vaccination, poussée à toutes les occasions par le corps médical grâce à une connivence politique rendue obligatoire par l’État, est devenue non seulement la principale menace et le plus grand danger pour la santé de la génération montante, mais également le couronnement de l’atteinte aux libertés personnelles du citoyen américain. La vaccination obligatoire, empoisonnant les courants cramoisis du système humain avec de la lymphe extraite brutalement sous l'étrange engouement qu'elle empêcherait la variole, était l'une des taches les plus sombres qui ont défiguré le siècle dernier. "

Le Dr Peebles se réfère au fait que le vaccin contre la variole de la vache était l'une des «inventions ou découvertes les plus importantes de l'ère des Lumières». Cependant, comme je l'ai souligné dans The Curse of Canaan : "l'’ère des Lumières n'était que le dernier programme du Culte de Baal et de ses rituels de sacrifice d'enfants, qui, sous une forme ou une autre, est avec nous depuis environ cinq mille ans. En raison de cet objectif, le Monopoly Médical est également connu sous le nom de «Société pour les enfants paralysés». (P.81-82)-----

md-dance.jpg
Arnaque COVID perpétrée par le corps médical

Cependant, le péril d'une seule législature d'État déjouant leur conspiration criminelle a poussé le syndicat Rockefeller à se concentrer sur la mise au point d'un instrument pour contrôler chaque législature d'État des États-Unis. Cet objectif a été atteint en créant le Conseil des gouvernements des États à Chicago. Ses ukases sont régulièrement délivrés à chaque législateur d'État, et son contrôle totalitaire est tel qu'aucune législature n'a jamais manqué de suivre ses diktats.

Edward Jenner (1796-1839) "découvrit" que le vaccin contre la variole de la vache était censé inoculer des personnes contre le fléau de la variole du XVIIIe siècle. En fait, la variole était déjà sur le déclin et certaines autorités estiment qu'elle aurait disparu vers la fin du siècle, en raison d'un certain nombre de facteurs contributifs. Après que l'utilisation du vaccin contre la variole de la vache se soit répandue en Angleterre, une épidémie de variole a éclaté qui a tué 22.081 personnes. Les épidémies de variole s'aggravaient chaque année durant lesquelles le vaccin était utilisé. En 1872, 44.480 personnes en ont été tuées. L'Angleterre a finalement interdit le vaccin en 1948, malgré le fait qu'il s'agissait de l'une des «contributions» les plus largement annoncées que ce pays avait apportées à la médecine moderne. Cette action est intervenue après de nombreuses années de vaccination obligatoire, période pendant laquelle ceux qui refusaient de se soumettre à ses dangers ont été rapidement mis en prison. (p. 83) ----

La poliomyélite a augmenté de 700% dans les États où la vaccination est obligatoire. L'écrivain très cité sur les problèmes médicaux, Morris Beale, qui pendant des années a édité sa publication informative, Capsule News Digest, de Capitol Hill, a offert une récompense permanente pendant les années 1954 à 1960 de 30000 $, qu'il paierait à quiconque pourrait prouver que le vaccin antipoliomyélitique n’était ni un tueur ni une fraude. Il n'y avait AUCUN preneurs.

Les historiens de la médecine sont finalement arrivés à la conclusion réticente que la grande «épidémie» de grippe de 1918 était uniquement attribuable à l'utilisation généralisée des vaccins. C'était la première guerre où la vaccination était obligatoire pour tous les militaires. Le Boston Herald a rapporté que quarante-sept soldats avaient été tués par vaccination en un mois. En conséquence, les hôpitaux militaires ont été remplis, non pas de blessés au combat, mais de victimes du vaccin. L'épidémie a été appelée "la grippe espagnole", une appellation délibérément trompeuse, qui visait à dissimuler son origine. Cette épidémie de grippe a fait vingt millions de victimes; ceux qui ont survécu sont ceux qui ont refusé le vaccin. Ces dernières années, les épidémies annuelles récurrentes de grippe sont appelées «grippe russe». Pour une raison quelconque, les Russes ne protestent jamais, peut-être parce que les Rockefeller se rendent régulièrement à Moscou pour définir la ligne du parti.

Les dangers de la vaccination étaient déjà connus. Le magazine Plain Talk note que "pendant la guerre franco-prussienne, chaque soldat allemand a été vacciné. Le résultat a été que 53.288 hommes par ailleurs en bonne santé ont développé la variole. Le taux de mortalité était élevé."

Dans ce qui est maintenant connu comme «le grand massacre de la grippe porcine», le président des États-Unis, Gerald Ford, a été enrôlé pour persuader le public de se soumettre à une campagne nationale de vaccination. La force motrice derrière le programme était un bénéfice exceptionnel de 135 millions de dollars pour les principaux fabricants de médicaments. Ils avaient un vaccin contre la «grippe porcine» que les éleveurs de porcs suspects avaient refusé de toucher, craignant qu'il n'efface leur cheptel. Les fabricants avaient seulement essayé d'obtenir 80 millions de dollars des éleveurs de porcs; qui rechignaient devant cette vente, ils se sont tournés vers l'autre marché, les humains. L'impulsion du vaccin national contre la grippe porcine est venue directement du Disease Control Center (DCC) d'Atlanta, en Géorgie. Peut-être par coïncidence, Jimmy Carter, membre de la Commission trilatérale [1], planifiait alors sa campagne présidentielle en Géorgie. Le président sortant, Gerald Ford, avait tous les avantages d'une bureaucratie massive pour l'aider dans sa campagne électorale, tandis que l'inefficace et peu connu Jimmy Carter n'offrait aucune menace sérieuse lors de l'élection.

Soudain, d'Atlanta, est sorti le plan du Center of Disease Control pour une campagne nationale de vaccination contre la «grippe porcine». Le fait qu'il n'y ait pas eu un seul cas connu de cette grippe aux États-Unis n'a pas dissuadé le Monopoly Médical de quitter son programme. Les éleveurs de porcs avaient été choqués par les démonstrations du vaccin sur quelques porcs, qui s'étaient effondrés et étaient morts. On peut imaginer les conférences anxieuses au siège des grandes firmes pharmaceutiques, jusqu'à ce qu'un jeune homme brillant remarque: "Eh bien, si les éleveurs de porcs ne l'injectent pas dans leurs animaux, notre seul autre marché est de l'injecter aux gens."

La campagne contre la grippe porcine parrainée par Ford a failli mourir prématurément, lorsqu'un fonctionnaire consciencieux, le Dr Anthony Morris, anciennement de HEW puis actif en tant que directeur du Bureau des virus à la Food and Ding Administration, a déclaré qu’aucun vaccin authentique contre la grippe porcine n’existait, pour la simple raison qu’il n’y avait jamais eu de cas de grippe porcine sur lequel on pouvait le tester. Le Dr Morris a ensuite rendu public sa déclaration selon laquelle «à aucun moment les vaccins contre la grippe porcine n'ont été efficaces». Il a été immédiatement viré, mais le mal était fait. (84-85)

Source : Vaccines - The Oldest Scam

NOTES de H. Genséric
[1]
Mondialisme. Commission Trilatérale, Sir Keir Starmer, Jeffrey Epstein

Voir aussi :
-  Covid : le « grand remplacement » de la grippe ?
-  Coronavirus en perspective: la grippe espagnole (1918) a tué 60 millions de personnes
-  Covid-Arnaque. L'HISTOIRE de la grippe. UNE HISTOIRE IMPORTANTE POUR EN PARLER AUTOUR DE VOUS
-  Une épidémie tous les 100 ans : 1320, 1520, 1620, 1720, 1820, 1920, 2020

Hannibal GENSÉRIC

 

1 commentaire:

  1. Est-il démontré que des gens apparemment en bonne santé mais n'ayant quasi-forcément pas le même patrimoine génétique, le même passé médical et vaccinal, la même activité physique hebdomadaire, la même composition sanguine, la même alimentation, le même ..., la même ..., etc...., réagiront exactement de la même façon face à une agression d'un des nombreux variants mutants plus ou moins virulent ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.