lundi 30 novembre 2020

Maradona : le dieu fragile du Sud Global

Une déité du football jouée non-stop sur le terrain mondial, une vie sauvage de hauts vertigineux et de bas démoniaques à jamais dans l’œil du public.

Sa vie était un pop opéra planétaire permanent pour les générations. De la Somalie au Bangladesh, tout le monde connaît les grandes lignes de son histoire : el pibe de Villa Fiorito, une banlieue pauvre de Buenos Aires (« Je suis un habitant des bidonvilles »), qui a élevé le football au rang de pur art.

Être le roi du terrain est une chose. Jouer non-stop sur le terrain mondial est un jeu complètement différent. Des multitudes de personnes ont instinctivement saisi ce qu’il était – comme s’il émettait toujours un bourdonnement magique dans une fréquence plus élevée, au-delà de l’empire des sens.

Les Italiens, qui connaissent une chose ou deux du génie esthétique, le comparent au Caravage : une divinité païenne sauvage, humaine – trop humaine -, qui vit dans la lumière et les ombres, au plus mal encore et encore, pendant que pratiquement toute sa vie se déroule en public : le ballet vertigineux de tous les démons intérieurs explosant, les scandales familiaux, les divorces, les rivières d’alcool, le dopage, l’évasion fiscale, l’Himalaya de la poudre colombienne déferlant, d’innombrables signes de mort au milieu d’une joie perpétuelle.

Il personnifiait le croisement incessant des Sommets Olympiques avec « The Harder They Fall » : un festival de contradictions sauvages en marche – dribble – au-delà du bien et du mal. Pour emprunter, latéralement, à T.S. Eliot, il était comme une rivière, « a strong brown god – maussade, indomptable et intraitable ».

Feu le grand Eduardo Galeano l’a décrit comme une divinité païenne, tout comme l’un d’entre nous : « arrogant, coureur de jupons, faible… Nous sommes tous comme ça ! » El Pibe était le dieu sale ultime : « un pécheur, irresponsable, présomptueux, un ivrogne ». Il ne pouvait « jamais retourner à la multitude anonyme d’où il venait ».

Il a peut-être hypnotisé le monde entier avec le maillot de la Celeste argentine, mais son chef-d’œuvre a certainement été joué en temps réel au Napoli FC – la quintessence du club ouvrier italien. Instinctivement, une fois de plus, il s’est aligné sur les outsiders, les méprisés, le banquet des mendiants, et comme un David né, il a tué les Goliath du nord – Juventus, Milan, Inter.

Il n’a jamais cessé de se considérer comme un enfant du quartier. Et cela a forgé sa politique – son instinct toujours tourné vers la justice. Il était toujours du côté progressiste de l’histoire – un tatouage du Che sur son bras droit, un tatouage de Fidel sur sa jambe gauche.

Maradona montre son tatouage de Fidel à Fidel.

El Comandante Fidel était comme un père de substitution. (Une autre indication du ciel : Ils sont morts à la même date, le 25 novemebre, à quatre ans d’intervalle). Il a embrassé Hugo Chavez, Evo Morales et Lula. Et il se considérait comme « un Palestinien ». Anti-empire – jusqu’au bout.

Maradona fiel con los líderes de la izquierda; fallece el mismo día que Fidel  Castro - Diario Deportivo Más

Par la justice poétique, la Main de Dieu devait s’entrelacer, dans le même match, avec le but le plus spectaculaire de l’histoire. « De quelle planète viens-tu ? » s’est écrié le légendaire narrateur d’origine uruguayenne sur une radio argentine. Le dieu sale lui-même a reconnu plus tard qu’il s’agissait d’une contre-attaque en une-deux contre les Britanniques pour les Malouines.

 Juan Manuel Karg on Twitter: "Vladimir Putin. Evo Morales. Fidel Castro.  Lula da Silva. Hugo Chávez. Cristina Fernández de Kirchner. Néstor  Kirchner. Diego Armando Maradona y parte de las figuras públicas con

Dans « 10,6 secondes », dont l’action se déroule en ce fatidique 22 juin 1986 à l’Aztec Stadium de Mexico, l’écrivain argentin Hernan Casciari se livre à une étonnante mise à jour « d’El Aleph », de ce Bouddha en costume gris Jorge Luis Borges. La légende est ainsi gravée dans la pierre et résonne dans l’éternité :

« Le joueur savait qu’il faisait quarante-quatre pas et douze touches de balle, toutes avec son pied gauche. Il sait que l’action durera 10,6 secondes. Ensuite, il pense qu’il est temps de dire au monde entier qui il est, qui il était et qui il sera jusqu’à la fin des temps ».

Maradona le «Che» du sport, «fils» de Fidel et «soldat» de Maduro | Sports  | Le Soleil - Québec


Pepe Escobar

Article original en anglais : Maradona: The Fragile God of the Global South
Traduit par Réseau International

La source originale de cet article est Asia Times

Copyright © Pepe Escobar, Asia Times, 2020

Diego Maradona, Palestinien de cœur

« Dans mon cœur, je suis palestinien » : comment Maradona est pleuré au Moyen-Orient. La légende du football a joué des matchs et a entraîné des équipes arabes et a été un partisan inconditionnel de la cause palestinienne.

maradona-2

Le Moyen-Orient est en deuil et les hommages affluent pour la légende du football argentin Diego Maradona, fervent défenseur de la cause palestinienne, dont le décès a été annoncé mercredi.
Considéré comme l'un des plus grands joueurs de football, cet homme de 60 ans est mort d'une crise cardiaque chez lui à Tigre, en Argentine, alors qu'il se remettait d'une récente opération du cerveau visant à retirer un caillot de sang.
L'ancienne star de Barcelone, Naples et Boca Juniors avait 91 sélections et 34 buts à son actif, avant de se retirer du football de compétition à l'âge de 37 ans en 1997.
Son but international le plus célèbre sera connu sous le nom de "Main de Dieu", après qu'il ait marqué contre l'Angleterre en frappant le ballon de la main lors de la Coupe du monde 1986 au Mexique.

Un supporter sans réserve de la Palestine

Maradona a été salué comme un socialiste de gauche anti-impérialiste qui a soutenu les mouvements progressistes et qui a soutenu sans réserve la Palestine.

Il s'est précédemment décrit comme « le fan numéro un du peuple palestinien » et en 2014, lors de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza assiégée qui a tué plus de 2 200 Palestiniens, il a qualifié le bombardement de « honteux » tout en exprimant son indignation face aux attaques.

Lors d'une réunion à Moscou en 2018, Maradona a rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas et lui a dit les mots célèbres tout en l'embrassant : « Dans mon cœur, je suis palestinien. »

capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-07-09
https://twitter.com/MiddleEastEye/status/1331893672007200769?...

En 2015, Maradona aurait été en négociation avec la Fédération palestinienne de football pour entraîner l'équipe nationale palestinienne pendant la Coupe d'Asie de l'AFC.

capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-10-27

https://twitter.com/theIMEU/status/1331682273033396225?...

capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-12-56
capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-14-00
capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-15-07
capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-16-05
capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-17-02
capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-17-52
capture-d-ecran-2020-11-26-a-23-18-38

 Par Yasmina Allouche

2 commentaires:

  1. la mafia du foot n'a pas siffle la grande triche de maradona le plus grand vol de la coupe du monde effectivement cela fait parler de lui le plus grand tricheur du footeux mafieux
    une main pour un but la regle dit c'est carton rouge et expulsion du terrain c'est la plus grosse faute d'un footeux malhonete des joueurs comme lui il y a des centaines des maldes et tares de footeux ily a des millions qui brulent et cassent apres un match perdu au fait j'aiete footeux aussi mais je jouais pour le plaisire de jouer comme un enfant cela n'existe plus aujourd'hui on joue pour de l'argent et la fifa joue aussi pour de l'argent demander a cet escrot de platini .......

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.