mercredi 18 novembre 2020

SYRAK. Les Américains renforcent massivement DAECH. Des combats à grande échelle éclatent

L'Est de la Syrie et l'Ouest de l'Irak sont devenus l'épicentre d'une nouvelle guerre d'ISIS/Daech, une guerre où les États-Unis, l'Arabie saoudite, la Turquie et Israël ont massé une force de 30.000 hommes, pour la plupart américains. Cette force combinée opère sur 8 installations d'entraînement nouvellement construites qui ont mis sur le terrain 5.000 combattants de l’État islamique réarmés.
En réponse, des milices iraniennes et irakiennes et des forces aérospatiales russes nouvellement déployées, sont maintenant stationnées dans la province de Deir Ezzor en Syrie, et opèrent contre cette nouvelle force israélienne, américaine, turque et saoudienne.
Cette nouvelle capacité de l'EI/ISIS/Daech, cette renaissance, est l'idée originale de Donald Trump et de sa stratégie «à nous le pétrole», pour reconstruire le califat de l’État islamique autour d'un noyau de conseillers israéliens, financé par le vol des pétroles syrien et irakien.


Hasaka, SANA- L'occupation américaine a continué de voler et de piller les ressources syriennes alors que 120 camions citernes  chargés de pétrole volé ont quitté la Syrie en direction des territoires irakiens par le passage illégitime d'al-Walid.

Les camions citernes américano-daéchiens volent le pétrole syrien
pour le vendre en Turquie en passant par l'Irak occupé par les Américains


Des sources locales ont déclaré au journaliste de SANA à Qamishli qu '"un convoi d'occupation américain de 70 camions citernes  chargés de pétrole volé a quitté les territoires syriens par la route de la gare de Hamza Beik à la frontière avec l'Irak."
Les sources ont ajouté qu'un autre convoi composé de 50 camions citernes pétroliers appartenant à l'occupation américaine est sorti de la ville de Rmelan et qu'ils étaient chargés de pétrole volé dans les champs pétrolifères occupés par les États-Unis en Syrie, se dirigeant vers l'Irak via le passage illégitime d'al-Walid.
Les forces d'occupation américaines en collusion avec les milices kurdes contrôlent la plupart des champs pétrolifères de la région syrienne d'al-Jazeera dans le but de les piller. En effet, au cours des derniers mois, des milliers de camions chargés d'armes et de matériel militaire et logistique sont entrés dans les environs des puits de pétrole.

Le président des chefs d'état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Baqeri, a déclaré que la coopération en matière de défense entre l'Iran et l'Irak voisins améliorera la sécurité dans le pays arabe face aux efforts des États-Unis pour raviver les terroristes dans la région.
Il a fait ces remarques en marge d'une réunion avec le ministre irakien de la Défense, le lieutenant-général Joumâa Anad Saadoun Khattab, dimanche à Téhéran.

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)
Le 15 novembre 2020, le président des chefs d'état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Baqeri (à gauche) rencontre le ministre irakien de la Défense, le lieutenant-général Joumâa Anad Saadoun Khattab, à Téhéran

S'adressant aux journalistes, Baqeri a évoqué les relations étroites et les points communs historiques entre l'Iran et l'Irak, affirmant que les forces armées des deux pays entretenaient des liens et des intérêts à long terme.
Le ministre irakien de la Défense, ainsi que les commandants de la marine, de l'armée de l'air et de la défense aérienne, ont discuté avec des responsables iraniens des moyens de renforcer la défense et la coopération militaire, a-t-il déclaré.
Ils ont également visité une exposition des industries de défense iraniennes et organiseraient des réunions avec leurs homologues iraniens.
«Le but de cette réunion est de développer et d'approfondir la sécurité à la fois en Iran et en Irak, mais bien sûr, l'Irak a fait face à plusieurs conspirations ces dernières années», a-t-il déclaré.
«Et maintenant, alors que les Américains cherchent à redéployer des terroristes dans la région, cette coopération améliorera la sécurité de l'Irak.»
Les deux pays ont préparé un document sur la coopération en matière de défense, qui sera signé dans un proche avenir, a déclaré Baqeri, ajoutant que le ministère iranien de la Défense a fourni à l'Irak l'équipement dont il avait besoin dans le cadre des accords précédents.
Il a également souligné que des préparatifs avaient été faits pour renforcer la coopération éducative, opérationnelle et consultative entre les forces armées des deux pays.
En 2014, lorsque Daech a lancé sa campagne de terreur en Irak, des conseillers militaires iraniens se sont précipités au secours des forces armées irakiennes à la demande de Bagdad, les aidant à inverser les acquis de Daech et finalement à libérer toute leur patrie du groupe terroriste Takfiri parrainé par les États-Unis, Israël, l'Arabie et la Turquie.
Le commandant anti-terroriste iranien, le général Qassem Soleimani, qui a joué un rôle clé dans l'élimination de Daech dans la région, a été assassiné lors d'une frappe de drone américain à son arrivée à l'aéroport international de Bagdad le 3 janvier à l'invitation du gouvernement irakien.

"La coopération Iran-Irak garantit la stabilité régionale"

Dimanche également, le chef de la défense irakienne s'est entretenu avec le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne (SNSC) Ali Shamkhani sur les développements bilatéraux, régionaux et internationaux.

Le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne (SNSC) Ali Shamkhani (CR) rencontre le ministre irakien de la Défense, le lieutenant général Juma Anad Saadoun Khattab, à Téhéran, le 15 novembre 2020

Lors de la réunion, Shamkhani a évoqué la coopération en matière de défense et de sécurité entre l'Iran et l'Iraq dans leur lutte contre le terrorisme parrainée par les États-Unis et leurs alliés dans la région, ainsi que le soutien indéfectible de la République islamique à la libération des villes irakiennes de l'occupation de Daech.
«Cette coopération garantit la stabilité et la sécurité de la région et devrait être approfondie à des niveaux stratégiques», a-t-il déclaré.
L'un des objectifs des États-Unis en Asie occidentale est de créer des divisions et des conflits entre les États de la région, a souligné Shamkhani, soulignant la nécessité pour les pays de la région de faire preuve de vigilance contre «le sinistre complot».
Il a également souligné l’importance de préserver la sécurité le long des frontières communes, mettant en garde: "La République islamique d’Iran s’attaquera de manière décisive à tout élément d’insécurité qui entend perturber la population des deux pays et leur paix."
Shamkhani a en outre salué la décision du parlement irakien d'expulser les troupes américaines d'Irak.
Khattab, pour sa part, a salué le soutien et l'assistance de Téhéran à son pays dans la répression du terrorisme et a mis l'accent sur l'expansion des relations bilatérales, en particulier dans les secteurs militaire et sécuritaire.
Aucun pays tiers ne peut affecter les relations entre l'Iran et l'Irak, a-t-il déclaré, notant que l'expérience des deux voisins dans la lutte contre Daech a montré que toute crise peut être surmontée grâce à une coopération conjointe.

L'Iran met en garde contre une `` réponse écrasante '' si Trump cible un site nucléaire

Le président sortant aurait examiné les options militaires contre Téhéran et ses alliés
L'Iran est depuis longtemps la bête noire de Donald Trump. Photographie: Mandel Ngan / AFP / Getty Images
L'Iran a mis en garde contre une réponse forte si
Donald Trump  allait de l'avant avec son projet d'utiliser le crépuscule de sa présidence pour lancer une frappe contre l'Iran ou ses alliés dans la région.
Il a été rapporté que Trump avait examiné la semaine dernière des options pour frapper le principal site nucléaire iranien, mais qu'il avait été dissuadé de prendre des mesures après que ses conseillers ont averti que cela pourrait conduire à un conflit plus large au Moyen-Orient. Le rapport a été fourni à quatre responsables américains par le New York Times.
Le porte-parole du gouvernement iranien Ali Rabiei a mis en garde contre une telle attaque. «Toute action contre la nation iranienne serait certainement confrontée à une réponse écrasante», a-t-il déclaré dans des remarques diffusées sur un site Web du gouvernement.
Trump est frustré que sa politique de sanctions maximales n'ait pas forcé l'Iran à retourner à la table des négociations et n'a pas exclu d'autres actions militaires contre les forces de substitution iraniennes au Moyen-Orient avant son premier mandat se terminant en janvier.
Il n'a pas encore concédé sa défaite à Joe Biden, mais semble être à la recherche d'un héritage de politique étrangère, y compris le retrait supplémentaire des troupes américaines d'Afghanistan et d'Irak.
Selon le rapport du New York Times , des responsables américains ont déclaré à Trump la semaine dernière que des inspecteurs d'un organisme de surveillance nucléaire de l'ONU avaient rapporté mercredi que le stock de matières nucléaires de l'Iran avait considérablement augmenté et que l'Iran avait interdit leur accès à un autre site où il existe des preuves.

Source : Secret War: Massive Secret US Force Building ISIS in Syria and Iraq as Largescale Fighting Breaks Out

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.