lundi 23 novembre 2020

Rencontre trilatérale entre le Roi d’Arabie Saoudite, le Premier ministre israélien et le Secrétaire d’État US à Neom

La rencontre semi-secrète du 22 novembre 2020 entre le Roi Mohamed Ben Salmane d’Arabie Saoudite, le Premier ministre israélien Benyamin Netayahu et le Secrétaire d’État US Mike Pompéi dans la future méga-cité de Neom (Nord-Ouest de l’Arabie) n’a pas aboutit à une décision finale mais vise à transmettre un message à peine codé en direction de l’Iran et accessoirement au clan derrière le candidat désigné comme président  US, Joe Biden.
Lors de cette rencontre, Netanyahou réclamera la part du lion dans la nouvelle méga-cité, qui, historiquement, sera construite sur le berceau initial du judaïsme, dans lequel se situe le véritable mont Sinaï, en dehors de la péninsule du même nom.

Cette rencontre trilatérale à laquelle ont assisté les chefs des services de renseignements des trois parties (en dépit du silence US) visait plus à coordonner les efforts en vue de s’adapter à l’évolution dramatique de la lutte acharnée au sein de l’Empire qu’à discuter des modalités d’une « normalisation » formelle et superficielle entre l’Arabie Saoudite et Israël.

Le déplacement de Netanyahou en Arabie Saoudite vise donc des enjeux bien plus importante qu’une « normalisation » acquise avec le nouveau pôle de puissance arabe mais à une relation directe avec une reconfiguration des forces engagées dans une lutte à mort au sommet de l’Empire avec toutes les conséquences possible sur le plan géopolitique mondial.

Source : Strategika 51

-------------------------------------------------------

Le berceau arabe de Sion

Aujourd'hui, Israël profite de l'islam de différentes manières. Premièrement, il peut utiliser l’islam pour désamorcer la seule menace réelle à laquelle il est confronté au Moyen-Orient: le nationalisme arabe. Les États laïques arabes, tels que ceux de Nasser, Saddam, Ben Ali, Moubarak, Kadhafi ou al-Assad, ont été ou sont les ennemis les plus dangereux de l’État d’Israël, tandis que l’islam politique est de facto l’allié d’Israël pour affaiblir ou détruire ces États. Cela a commencé avec les Frères musulmans en Égypte. Plus récemment, Israël a soutenu financièrement, militairement et même médicalement les terroristes islamistes qui ont plongé la Syrie dans le chaos. En Europe également, «l’islam est le balai d’Israël», déclare le rabbin français David Touitou.

Quand Yahweh résidait dans un volcan arabe

«Yahweh est venu du Sinaï» (Deutéronome 33: 2; Psaumes 68:18). C'est dans le Sinaï que Moïse rencontre Yahweh pour la première fois; C’est de retour dans le Sinaï que Moïse a conduit le peuple de Yahweh d’Égypte; et c’est du Sinaï que, deux ans plus tard, à nouveau sur l’ordre de Yahweh, Moïse part avec eux pour conquérir un morceau du Croissant fertile.
Mais où est le Sinaï, avec son mont Horeb? Exodus le place sans équivoque dans le pays de Madian. Après avoir fui «en territoire madianite», Moïse est hébergé par «un prêtre de Madian avec sept filles» (2: 15-16). Il «accepta de rester avec l'homme qui lui donna sa fille Zipporah en mariage» (2:21). Le beau-père de Moïse s'appelle Réuel dans Exode 2:18, mais Jéthro dans Nombres 3: 1, "Hobab fils de Réuel le Madianite" dans Nombres 10:29 et "Hobab le Kenite" dans Juges 1:16. Nous l'appellerons Jethro, son nom le plus populaire. Sa fille Zipporah a donné à Moïse deux fils: Gershom (2:22) et Eliézer (18: 4). C’est en faisant paître les troupeaux de son beau-père que Moïse se trouve près du mont Horeb, «de l’autre côté du désert» (3: 1), où il entend Yahvé l'appeler. Par implication, le Sinaï est en Madian.
Et où est Madian? Les auteurs grecs la placent à l’unanimité dans le nord-ouest de l’Arabie, sur la côte Est du golfe d’Aqaba. Même l'apôtre Paul, qui a passé trois ans en Arabie, savait que «le Sinaï est une montagne en Arabie» (Galates 4:25).
Ce n'est pas avant le 4ème siècle que le Sinaï biblique a été mal placé dans la péninsule égyptienne, probablement pour des raisons géopolitiques (l'Égypte était sous le contrôle de l'Empire romain, contrairement à l'Arabie, sous influence perse). Mais placer le Sinaï biblique à l’ouest du golfe d’Aqaba n’a aucun sens, cette région ayant toujours appartenu à l’Égypte (l’archéologie l’a confirmé). Pourquoi les Israélites s'y seraient-ils installés après avoir été poursuivis par l'armée égyptienne? Il en va de même pour la précédente fuite de Moïse d’Égypte en tant que meurtrier recherché. Peu importe que ces histoires soient vraies ou non: le fait est que leurs auteurs n'auraient pas pu placer le Sinaï et le mont Horeb sur le territoire égyptien.
Où, alors, les Israélites ont-ils traversé la mer Rouge? Ils ne l’ont probablement pas fait: la «Mer Rouge» biblique est une erreur de traduction provenant de la Septante grecque. En hébreu, ces eaux sont simplement appelées Yam Suph (23 fois), ce qui signifie «mer de roseaux» et suggère un corps d'eau douce et peu profonde, que Yahweh a simplement «asséché» devant les Israélites, selon Josué 2:10. . Ce pourrait être n'importe où, dans ce pays d'oueds éphémères.
L'emplacement précis du mont Horeb ou du mont Sinaï (les deux noms sont utilisés de manière interchangeable) peut être déduit des phénomènes observés par les Israélites:
    «Il y avait des éclats de tonnerre et des éclairs, un nuage dense sur la montagne et un son de trompette très fort; et dans le camp tout le peuple trembla. Alors Moïse conduisit le peuple hors du camp pour rencontrer Dieu; et ils prirent position au pied de la montagne. Le mont Sinaï était entièrement recouvert de fumée, car Yahweh y était descendu sous forme de feu. La fumée montait comme une fumée de fournaise et toute la montagne tremblait violemment. Plus fort et plus fort ont grandi les trompettes. Moïse parla et Dieu lui répondit dans le tonnerre » (Exode 19: 16-19).
Si le mont Horeb tremble comme un volcan, gronde comme un volcan, fume comme un volcan et crache du feu comme un volcan, il devrait s'agir d'un volcan. La région de Midian (ou Madian), dans le nord-ouest de l'Arabie, se trouve être une région volcanique, contrairement au Sinaï égyptien. L'activité volcanique y était encore signalée au Moyen Âge. [1] Jabal Maqla, qui fait partie de la chaîne de montagnes Jabal al-Lawz dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite, est un candidat probable. Son sommet, atteignant presque 2600 mètres, se compose de roches métamorphiques d'origine volcanique.
L’explorateur Charles Beke fut l’un des premiers spécialistes modernes à souligner que le mont Sinaï devait être un volcan (mont Sinaï, a volcano, 1873) et à le placer en Arabie (Sinaï en Arabie et à Midian, 1878). De nouveaux arguments ont été ajoutés en 1910 par l’orientaliste et explorateur tchèque Alois Musil, qui, à son tour, a inspiré d’autres chercheurs et savants [2]. La candidature de Jabal al-Lawz a bénéficié du soutien d'un nombre croissant d’érudits, dont Hershel Shanks, rédacteur en chef de la Biblical Archaeology Review, et Frank Moore Cross, professeur d'hébreu à Harvard. Ce qui était à l'origine un débat érudit confidentiel a commencé à être popularisé dans les années 1990, dans des livres d'aventuriers tels que Larry Williams [3] ou Howard Blum [4], et dans des films documentaires tels que «à la recherche du Mt Sinai»“Searching for the real Mt Sinai,” ou « Recherche du Mt. Sinaï-la montagne de feu ”). “Search for Mt. Sinai-Mountain of Fire”).
Deux nouveaux livres ont paru récemment, l'un d'un évangéliste chrétien, Joël Richardson (mont Sinaï en Arabie (Mount Sinai in Arabia)), et l'autre d'un rabbin juif, Alexander Hool (À la recherche du Sinaï (Searching for Sinai)). Et en 2018, la Doubting Thomas Research Foundation a lancé deux sites Web, SinaiInArabia.com et jabalmaqla.com,, dédiés à la présentation des preuves complètes sur Sinaï arabique. Elle a produit le meilleur documentaire à ce jour, "Trouver la montagne de Moïse: le vrai mont Sinaï en Arabie saoudite".
Jusqu'à présent, le clan royal Saoud, bien conscient de posséder le vrai Sinaï et les vestiges archéologiques qui l'entourent, a interdit son accès aux aventuriers et aux archéologues étrangers. Mais cela pourrait bientôt devenir un problème dans la guerre des lieux saints au Moyen-Orient. Au cours de leur occupation du Sinaï égyptien entre 1967 et 1982, les Israéliens s’y étaient livrés à des fouilles archéologiques intenses mais infructueuses; l'alternative arabe pour la montagne de Dieu ne peut pas les laisser indifférents. Un énorme pouvoir symbolique est en jeu. Comme tout est biblique, la question a de profondes implications géopolitiques aux yeux des seigneurs de Sion. Sans parler des perspectives financières. L’introduction de Joel Richardson dans son mont Sinaï, en Arabie, ressemble beaucoup à une brochure touristique destiné aux fidèles de Yahweh dans le monde entier:
    "C’est là-même que Dieu « est descendu ». […] C'est une montagne qui est littéralement imprégnée d'histoire divine. […] Visiter Jebel al-Lawz […] a été l'expérience la plus émouvante et édifiante de toute ma vie. […] Le temps est mûr. Au sein de la souveraineté de Dieu, je suis pleinement convaincu que le moment est venu où Djebel al-Lawz sera enfin pleinement ouvert non seulement aux archéologues, mais au monde entier ".
La popularisation croissante du Sinaï arabe ne peut être sans lien avec le projet NEOM annoncé en octobre 2017 par le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman: une mégapole et une zone économique high-tech ultra-connectées, une méga cité  et une zone économique transnationales (couvrant 26.500 km2, soit la taille du Massachusetts), ce qui correspond approximativement à l’ancienne région de Madian. En opérant sous un régime juridique spécifique, adapté au style de vie occidental et à l'abri du droit islamique, NEOM ciblera également le tourisme de luxe. Richardson espère que Jebel al-Lawz fera partie de l'attraction:
    "Si les plans actuels se poursuivent, le Royaume saoudien s'ouvrira bientôt au tourisme pour la première fois de son histoire. La main souveraine de Dieu est-elle à l'œuvre? […] Dans l'atmosphère actuelle d'incrédulité croissante, le même Dieu qui est descendu sur la montagne avant que des multitudes ne lui ordonnent de sortir maintenant des ombres relatives pour être émerveillé par une multitude encore plus grande. "[5]
Israël, dont la ville d’Eilat sera à quelques kilomètres de là et qui dispose d’un accès direct par bateau, est un acteur majeur - quoique discret - du mégaprojet. Un journaliste du Jerusalem Post affirme avoir vu
     "Une correspondance entre diplomates arabes et hommes d'affaires israéliens confirmant que des discussions sont en cours sur la coopération économique et qu'un certain nombre de sociétés israéliennes vendent déjà des outils de cybersécurité au gouvernement saoudien."
Ce joint-venture, commente le journaliste israélien, est "un coup dur pour le boycott de l’État juif par la Ligue arabe depuis plusieurs décennies". En effet, la légendaire inimitié israélo-saoudienne se transforme rapidement en une alliance déclarée pour le contrôle du Moyen-Orient aux dépens de l'Iran. MBS est peut-être en train d’annuler 70 ans de boycott saoudien d’Israël, affirmant que «les Juifs ont le droit de posséder leur propre terre».
Ce qui a déclenché cette histoire d'amour, c'est le philtre d'amour n ° 11/9. Cette opération sophistiquée sous faux drapeau orchestrée par les néocons crypto-sionistes avait intégré un mécanisme pour faire chanter l'Arabie saoudite (ou, disons, forcer les Saoud à purger leurs éléments anti-israéliens): outre Oussama ben Laden, 15 des 19 présumés les pirates de l'air étaient des Saoudiens. C’était un message en soi, et David Wurmser l’a martelé avec un article du Weekly Standard du 29 octobre 2001 intitulé: «Le lien avec l’Arabie saoudite: Oussama ben Laden est bien plus proche de la famille royale saoudienne que vous ne le pensez». Beaucoup de livres et d’articles ont été écrits avec la même ligne de conduite. [6] La pression s'est accrue lorsque le New York Times, le 26 juillet 2003, a révélé qu'une section de 28 pages détaillant la possible implication de certains responsables saoudiens avait été censurée dans le rapport de la Commission du 11 septembre. Le sénateur Bob Graham, beau-frère de la propriétaire de Washington Post, Katharine Graham (née Meyer), est l'un des hommes clés de cette opération de chantage. Il a publié son livre [7] et des interviews, notamment sur Democracy Now. Pour tous ceux qui savent que Ben Laden n’a rien à voir avec le 11 septembre, il devrait être évident que les 28 pages «censurées» du rapport de la Commission du 11 septembre sont un simulacre, comme le reste, faisant partie intégrante du faux drapeau, afin de faire chanter l'Arabie saoudite et la forcer dans une nouvelle politique favorable à Israël.
C'était efficace, à en juger par le bon travail que les Saoudiens ont accompli pour Israël au cours de la dernière décennie, en dirigeant leurs djihadistes contre la Libye et la Syrie. "Israël travaille avec l'Arabie saoudite sur le plan de frappe de l'Iran", selon le Times of Israel du 17 novembre 2013. La guerre des Saoud au Yémen dirigée contre le mouvement Houthi Ansarullah, principalement chiite et israélophobe ("Mort à Israël" et  "La malédiction sur les Juifs", dit leur slogan), est une autre preuve de leur volonté de servir Sion. Le 26 octobre 2017, Mohammad bin Salman a déclaré que sa guerre contre le Yémen visait à empêcher la création d'un autre Hezbollah au Moyen-Orient. L’Iran s’inquiète à juste titre de cette nouvelle alliance, comme vous pouvez le constater lors du débat de 2017 dans Press TV.
Certains pensent que l'alliance secrète israélo-saoudienne remonte en réalité à la fondation même de l'Arabie saoudite. Au moins, on peut argumenter sans se tromper  que la création de l'Arabie saoudite par la Grande-Bretagne au début du XXe siècle s'inscrivait dans l'agenda sioniste (lire «Comment le sionisme a-t-il contribué à créer le Royaume d'Arabie saoudite»). Selon Sheikh Imran Hosein, les deux États étant constitués et entretenus par les mêmes forces anglo-sionistes , sont voués à disparaître ensemble. Mais le plan sioniste est de remplir la promesse de Yahweh à Abraham (que les Juifs considèrent généralement comme une promesse faite aux Juifs): "Je donne à votre descendance cette terre, du fleuve d'Égypte au grand fleuve, l'Euphrate" (Genèse 15:18 -21). Ce qui, bien entendu, signifie que le nord de l’Arabie doit un jour tomber sous le contrôle israélien. C’est ce que signifie réellement le projet NEOM. Les signes d'un agenda caché du «Grand Israël» sont omniprésents, y compris dans des titres tels que le titre d’Haaretz : «Avant l'Islam: quand l'Arabie saoudite était un royaume juif», qui est un parfait exemple de la propension des Israéliens à utiliser des découvertes archéologiques insignifiantes ou frauduleuses pour soutenir leurs hubris impériaux.
Greater Israel, “from the Nile to the Euphrates”
Selon certaines rumeurs, Mouhammad ibn Saoud (1710-1765), fondateur de la dynastie Saoud, et son partenaire, Mouhammad ibn Abd-al-Wahhab (1703-1792), fondateur du wahhabisme, étaient des Juifs de souche ancienne . Les mémoires d'un espion britannique nommé Hempher, révélé en 1888 par l'amiral ottoman Ayyub Sabri Pasha, affirment qu'Abd-al-Wahab appartenait à une famille de juifs Dönmeh et que sa réforme était secrètement soutenue par les Britanniques dans le cadre d'une stratégie visant à fomenter la division au sein de l’islam et déstabiliser la domination ottomane. Cette source est prise au sérieux dans un rapport du renseignement militaire irakien daté de 2002 et intitulé «L’émergence du wahhabisme et ses racines historiques», traduit par le Département de la défense américain. Le rapport irakien mentionne également d'autres sources arabes affirmant qu'ibn Saoud était issu d'un marchand juif de Bassorah. Ces affirmations ont beaucoup d'écho dans le monde islamique. Il est particulièrement courant chez les chiites iraniens de considérer que «le wahhabisme a ses racines dans le judaïsme», comme l'a récemment déclaré un haut général iranien [8]. Les wahhabites semblent en effet être aussi assoiffés de sang que le démon qui a parlé à Moïse, Josué et Élie, ce qui est bien illustré par leur fureur contre Baal, la Némésis biblique de Yahweh, dont l'ancien temple à Palmyre a été détruit par l'État islamique en 2015.
Bien que les origines crypto-juives du wahhabisme et / ou de la dynastie Saoud semblent difficiles à authentifier, elles ne sont pas invraisemblables. Il existait des communautés juives puissantes en Arabie depuis des temps très anciens. À l'époque du prophète Mahomet, écrit Gordon Newby dans Une histoire des juifs d'Arabie, «les juifs étaient présents dans tous les domaines de la société arabe. Il y avait des marchands juifs, des bédouins juifs, des fermiers juifs, des poètes juifs et des guerriers juifs. Les juifs vivent dans des châteaux et dans des tentes. Ils parlaient arabe aussi bien que l'hébreu et l'araméen»[9]. Ils portaient des noms arabes et leur organisation tribale n'était pas différente de celle des autres Arabes. Beaucoup se sont convertis à l'islam au cours des siècles, mais certains ont peut-être maintenu une judéité secrète. La communauté juive la plus puissante à laquelle Mohammed devait faire face était celle de Khaybar, à cent kilomètres au nord de Médine. Au 12ème siècle, il y avait encore 50.000 Juifs dans cette région, selon le voyageur juif Benjamin de Tolède. Ils «allaient au pillage et à la capture du butin dans des pays lointains avec les Arabes, leurs voisins et leurs alliés» [10]. En 1875, Charles Montagu Doughty découvrit qu'ils étaient devenus «extérieurement des musulmans, mais en secret, ils sont restés  de cruels juifs , ne permettant à aucun étranger d'entrer parmi eux. »[11]
Itzhak Ben-Zvi postule une forme de crypto-judaïsme pour expliquer la simultanéité du déclin de la communauté juive du nord de l'Arabie et de la montée des wahhabites [12]. Autrement dit, pour lui, les wahhabites ne sont autres que des crypto-juifs.
La question des origines juives des Saouds fait partie de la question plus vaste des liens entre le judaïsme, l'islam et l'Arabie. Dans la suite de cet article, je présenterai les preuves écrasantes de l'origine arabe des Israélites, puis les preuves tout aussi accablantes de l'origine juive de l'islam et le modèle de Moïse de sa conquête de la Syrie. En reliant ces deux images, nous aurons une perspective plus large sur le courant culturel profond qui s’étend depuis le désert d’Arabie depuis l’époque de Moïse.
Tout d’abord, revenons à l’histoire de Moïse. Comme je l'ai dit dans un article précédent, le consensus général des savants est que la première compilation du Tanakh date de la période exilique. Mais l'histoire de l'Exode lui-même est beaucoup plus ancienne et, hormis les miracles et les révélations, elle a l'aspect de la plausibilité historique. Le nom «Israélites» doit cependant être anachronique, car le royaume nommé Israël existait bien avant sa conversion au Yahwisme par les Judéens. La Bible indique que les «Israélites» ont été appelés «Hébreux» par les Égyptiens (14 fois dans l'Exode) et par les Philistins (8 fois en 1Samuel), terme également employé avec le sens vulgaire de «bandits» ou «voleurs» dans Esaïe 1:23 et Osée 6: 9 [13] Ce nom peut être identique à celui d'Habirus mentionné dans les tablettes d'Amarna découvertes en Égypte moyenne, envoyées de Canaan au cours du deuxième millénaire avant notre ère pour implorer l'aide rapide du Pharaon contre les tribus nomades d'Habirus [14] . La foule de migrants de Moïse n’était probablement pas la première vague d’Habirus à convoiter Canaan, et certainement pas la dernière.
Canaan était une région prospère, contrairement aux terres plus pauvres de sa frange méridionale. Ses habitants, que la Bible décrit comme des idolâtres détestables, étaient membres d'une civilisation à la pointe de la technologie et de la culture, organisée dans des cités, produisant du blé, du vin, de l'huile et d'autres produits de valeur en grande quantité. Selon le rapport des chefs de tribus envoyés par Moïse en reconnaissance, «du lait et du miel coulent à flots. […] En même temps, ses habitants sont un peuple puissant; les villes sont fortifiées et très grandes »(Nombres 13: 27-28).
Il est communément admis que le paradigme biblique de la relation entre Juifs et Arabes est résumé dans l'histoire de la Genèse des demi-frères Isaac et Ismaël. Mais en réalité, un récit plus révélateur est fourni par l’histoire de l’Exode, qui raconte l’interaction des Israélites avec les Madianites, un peuple semi-nomade connu pour ses compétences avancées en matière de domestication des chameaux et pour sa vaste activité commerciale. [15]
Comme dans un palimpseste, le récit présentant Moïse comme le véritable découvreur de Yahweh semble être écrit à partir d’une histoire plus ancienne présentant Yahweh comme un dieu madianite adopté par Moïse par l’intermédiaire de son beau-père, qui serait un «prêtre» ( Cohen). L'Exode laisse entendre que le mont Horeb était déjà connu comme «terre sacrée» (3: 5) lorsque Moïse s'en est approché. Et la Bible insiste tellement sur le fait qu'épouser une femme non israélite amène à adopter ses dieux pour que nous puissions l'appliquer à Moïse, d'autant plus que c'est la femme madianite de Moïse qui, «prenant un silex, […] a coupé le prépuce de son fils » afin d'apaiser la colère de Yahweh envers son mari (Exode 4: 24-26).
Dans Exode 18, après avoir conduit son peuple d'Égypte et établi son camp dans le désert madianite, «Moïse est allé à la rencontre de son beau-père, s'est incliné devant lui et l'a embrassé». Jéthro, le beau-père de Moïse, offrit à Dieu un holocauste et des sacrifices. Aaron et tous les anciens d'Israël vinrent participer à ce repas avec le beau-père de Moïse, en présence de Dieu. 18: 7-12). Ici, c'est Jéthro qui agit en tant que prêtre de Yahweh, alors que Moïse et Aaron ne sont que des invités à la cérémonie. Peu de temps après, quand Moïse se sent accablé par la tâche de gouverner seul un grand nombre de personnes, c'est Jéthro qui, toujours avec l'autorité d'un prêtre de Yahweh, lui conseille d'instituer les Juges; "Moïse suivit les conseils de son beau-père et fit ce qu'il disait" (18: 19-25). Moïse a alors besoin de son beau-père pour le guider vers Canaan, en lui disant: «Vous savez où nous pouvons camper dans le désert et vous serez donc nos yeux. Si vous venez avec nous, nous partagerons avec vous les bénédictions que Yahweh nous donne »(Nombres 10: 31-32). De Juges 1:16, nous comprenons que le beau-père de Moïse a accepté et a "marché avec les fils de Juda".
La somme de toutes ces histoires suggère que le culte de Yahweh a été créé par les Madianites. Cette hypothèse a été formulée pour la première fois en allemand par Friedrich Wilhelm Ghillany en 1863 [16], puis en anglais par Karl Budde en 1899 [17]. La théorie a reçu un large soutien et est présentée de manière convaincante par le chercheur suisse Thomas Römer [18]. Cela n'implique pas nécessairement que les Hébreux ont seulement adopté Yahweh sous la conduite de Moïse: lorsque Yahweh a ordonné à Moïse de dire à son peuple en Égypte, "Yahweh, le dieu de vos ancêtres, m'est apparu" (3:16), cela implique plutôt qu'il parle aux Madianites. La situation est historiquement plausible, car on sait que les tribus nomades ont émigré dans les pâturages des districts frontaliers d'Égypte, d'où elles pourraient être mises à contribution pour les grandes opérations de construction. [19]
L'innovation la plus importante de Moïse dans le culte madianite consistait, semble-t-il, à assurer la mobilité de Yahweh, grâce à l'Arche et au Tabernacle, une luxueuse tente plaquée or (utilisant l'or volé aux Égyptiens), dont les spécifications détaillées sont données dans Exode, chapitres 25 à 31. Désormais, c'est dans cette tente que Moïse - croyez-le ou non - parlerait à Yahweh «face à face, comme un homme parle à son ami» (33:11). Cette délocalisation de Yahweh peut être considérée comme la première étape d'un long processus qui transformera finalement Yahweh, une divinité vivant sur un volcan, en le «Dieu du ciel et de la terre» omniprésent.
Pourtant, Yahweh resterait longtemps attaché au cratère volcanique d'où il émergeait pour la première fois dans ce monde. Il avait guidé les Israélites depuis l'Égypte, «le jour dans une colonne de nuages pour leur montrer le chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer» (13:21), comme par une vision de lui-même en tant que volcan. À la veille de la migration du Sinaï à Canaan, il existe une vague notion selon laquelle il ne quitterait pas vraiment sa montagne, mais «enverrait un ange» pour guider Moïse (Exode 23:20). [20] Des siècles après l’exode, le prophète Élie marche 40 jours en pèlerinage sur «la montagne de Dieu, à Horeb», où, après un ouragan, un tremblement de terre et une éruption de feu, il a reçu la parole de Dieu (1Rois 19). Yahweh continue à s'appeler El Shaddai, ce qui signifie peut-être «le dieu de la montagne» (Genèse 17: 1, Exode 6: 2–3). [21] Son addiction à «l'odeur agréable» de la chair carbonisée, appelée holocauste (Genèse 8:21), peut être attribuée à ses gènes volcaniques. Et il garde définitivement un caractère volcanique: il est «un feu consumant» (Deutéronome 4:24), attendu dans des visions prophétiques à «briller comme une fournaise» et «à incendier» tous les malfaiteurs (Malachie 3:19). .
........................

«L'islam a sauvé la communauté juive

C'est une revendication impopulaire et inconfortable dans le monde moderne. Mais c'est une vérité historique. L'argument pour cela est double. Premièrement, en 570 de notre ère, lorsque le prophète Mahomet est né, les juifs et le judaïsme étaient sur le chemin de l'oubli. Deuxièmement, la venue de l'islam les a sauvés, leur ouvrant un nouveau contexte dans lequel ils ont non seulement survécu mais aussi prospéré, jetant les bases de la prospérité culturelle juive ultérieure - y compris dans la chrétienté - tout au long de la période médiévale jusqu'au monde moderne. […] Si l'islam ne s'était pas manifesté, les Juifs occidentaux auraient fini par disparaître et les Juifs orientaux seraient devenus juste un autre culte oriental [41].

Aujourd'hui, Israël profite de l'islam de différentes manières. Premièrement, il peut utiliser l’islam pour désamorcer la seule menace réelle à laquelle il est confronté au Moyen-Orient: le nationalisme arabe. Les États laïques arabes, tels que ceux de Nasser, Saddam, Kadhafi ou al-Assad, sont les ennemis les plus dangereux de l’État d’Israël, tandis que l’islam politique est de facto l’allié d’Israël pour affaiblir ou détruire ces États. Cela a commencé avec les Frères musulmans en Égypte. Plus récemment, Israël a soutenu financièrement, militairement et même médicalement les djihadistes qui ont plongé la Syrie dans le chaos. En Europe également, «l’islam est le balai d’Israël», déclare le rabbin français David Touitou.
Source : The Arabian Cradle of Zion
Moses, Muhammad, and Wahhabo-Zionism
Laurent Guyénot • July 8, 2019

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.