vendredi 27 novembre 2020

Trump - Evo : même combat ? Pour Trump, les jeux sont loin d'être faits

Il est de ces ironies de l'Histoire...
Alors qu'il ne fallait sans doute pas chercher Washington bien loin derrière le vrai-faux putsch bolivien de l'année dernière et que Trump s'en était ouvertement félicité, le Donald se retrouve presque dans la même situation douze mois plus tard !
Les circonstances sont certes différentes, et symbolisent d'ailleurs à merveille les traditions culturelles, certains diront les clichés sur les deux parties de l'Amérique : coup de force militaire au Sud, coup de force médiatico-institutionnel au Nord. Aux pressions de la rue et menaces de l'appareil sécuritaire de l'une font écho les fraudes et la coercition médiatique de l'autre.

 

Et pourtant... Dans les deux cas, émerge confusément un sentiment identique, une sorte de gêne hésitante, de trouble perplexe. Pour le comprendre, il est nécessaire de relire ce que nous écrivions il y a un an sur la Bolivie...

... théâtre d'un coup d’État qui fleure bon la CIA. Les ressemblances avec le Maïdan ukrainien sont d'ailleurs assez frappantes : un président quelque peu naïf, une opposition violente, liée à Washington, des pontes de la police et de l'armée qui trahissent leur gouvernement et retournent leur veste, une chasse aux sorcières qui débute...

Un coup d’État, donc ? Oui mais... Ce blog se doit avant tout d'être objectif et il faut reconnaître que l'ami Evo n'est pas non plus blanc comme neige. Personne n'a bien compris pourquoi le comptage des voix a soudain été arrêté pour finalement désigner Morales gagnant alors qu'il n'était qu'en ballotage favorable [démenti depuis, ndlr]. Certaines vidéos montrent que ses partisans n'avaient rien à envier non plus à l'opposition sur le plan de la violence. Plus généralement, on peut difficilement contester que la Bolivie, y compris parmi sa propre base électorale, était lasse d'un président qui s'accrochait de plus en plus au pouvoir.

C'est lui-même qui, en 2009, avait inscrit dans la Constitution la limitation à deux mandats présidentiels. Pourtant, il se présentait là pour la quatrième fois ! Il avait déjà fait un tour de passe-passe en obtenant de la justice que son premier mandat (2006-2010) ne soit pas pris en compte. Puis, en 2016, il a perdu le référendum l'autorisant à se représenter mais une nouvelle et commode décision de justice a purement et simplement annulé le résultat du vote ! Dans un remake digne de l'euronouillerie, le tribunal a considéré que briguer une fonction est un droit de l'homme supérieur à la Constitution ou au résultat d'un référendum. Bref, vous l'aurez compris, Evo a quand même donné le bâton pour se faire battre et le MAS a perdu les masses...

De fait, les chiffres sont sans appel : le mois dernier, Luis Arce a fait dix points de plus que Morales il y a un an. Coup de force ou non, Evo avait clairement perdu une partie de sa base électorale et un curieux parallèle peut être dressé avec le Donald.

Sans présager de la lutte juridique engagée (voir par exemple cette audience qui se penche sur le féérique pic de votes en Pennsylvanie ayant donné 570 000 voix à Biden contre 3 200 à son adversaire), il n'en est pas moins vrai que le président en exercice a perdu une partie du socle qui faisait sa force il y a quatre ans, notamment parmi les "déplorables" et les conservateurs.

Les mineurs de charbon avaient massivement voté pour lui en 2016. Aujourd'hui, le principal syndicat de la profession lui demande d'« accepter le résultat des urnes et de partir » sans faire d'histoires. Comme un symbole du relatif affaissement trumpien dans la Rust Belt qui l'avait massivement porté au pouvoir contre Hillary.

Le Texas, État traditionnellement Républicain, n'a fait l'objet d'aucune plainte et le résultat de l'élection peut y être considéré comme régulier et définitif. Or, Trump a la plus faible avance pour un candidat Républicain depuis 40 ans*. Un signe qui ne trompe pas...

* Exception faite de 1992 et 1996 où l'irruption sur la scène nationale du candidat indépendant Ross Perrot avait affecté le traditionnel mano a mano entre les deux grands partis.

Publication de qualité, que nous citons de temps à autres pour ses pertinents articles égratignant la politique étrangère impériale, The American Conservative n'est pas connu pour son soutien aux Démocrates, c'est le moins qu'on puisse dire. Pourtant, le journal n'est pas tendre avec le Donald ; le professionnalisme de son équipe juridique est étrillé tandis qu'un éditorial appelle ni plus ni moins les conservateurs à se débarrasser de lui !

 

Quel que soit le résultat de la bataille légale, et il faut préciser que celle-ci n'est pas encore perdue pour Trump, le souffle qui l'a porté au pouvoir il y a quatre ans est partiellement retombé. La légitimité est chose importante en Histoire ; dans les périodes troubles et contestées, elle apporte souvent, à tort ou à raison, le petit plus qui permet d'emporter la décision. Quand elle est remise en cause, qui plus est par son propre camp, les obstacles deviennent soudain beaucoup plus difficiles à surmonter, même quand on est dans son bon droit...

Source :  Chroniques du Grand Jeu

Les jeux sont loin d’être faits, rien ne va plus

Douze citations de l’avocate Sidney Powell
qui montrent pourquoi les avocats de Trump
sont absolument convaincus qu’il remportera les élections

Nous sommes sur le point d’assister à la bataille judiciaire la plus lourde de l’histoire des États-Unis. Oui, le résultat déterminera qui, de Donald Trump ou de Joe Biden, remportera la présidence, mais plus important encore, l’intégrité des élections américaines est sur le point d’être jugée.

Littéralement, c’est le moment où nous déterminons s’il y aura des élections justes aux États-Unis dans un avenir prévisible.

Si la fraude peut être prouvée, des machines à voter extrêmement coûteuses devront être détruites dans tout le pays et la façon dont nous organisons nos élections devra être complètement revue. Mais si la fraude n’est pas prouvée, nos élections continueront de se dérouler de la même manière et personne n’osera plus jamais les défier.

Donc, dire que les enjeux sont très élevés est un euphémisme.

Bien entendu, à court terme, les implications de cette bataille judiciaire pour notre pays seront énormes. Si Biden remporte la présidence, des dizaines de millions de conservateurs perdront complètement confiance dans le système et nombre d’entre eux ne voteront plus jamais.

Mais si Trump remporte la présidence, des dizaines de millions de libéraux perdront complètement confiance dans le système et nous assisterons à des troubles civils dans les rues à une échelle que nous n’avons jamais vue auparavant.

Prenez un moment et imaginez combien il y aura de fureur à gauche si l’élection est inversée maintenant. Lorsque Biden a gagné, ils ont célébré sauvagement dans les rues, mais si Trump se retrouve à la Maison Blanche pour un deuxième mandat, ils seront comme des petits enfants extrêmement coléreux qui viennent de se faire enlever leur nouveau jouet préféré.

À ce stade, la plupart à gauche supposent qu’ils ont l’élection dans la poche et qu’il n’y a aucun moyen que Trump puisse gagner.

Mais chaque jour qui passe, de plus en plus de preuves de fraude électorale continuent d’apparaître.

Nous savons que des personnes décédées ont voté, nous savons que des personnes qui ont quitté les principaux États en balance ont malgré tout voté à ces élections, et nous savons que des bulletins de vote par correspondance ont été volés et envoyés.

Il y a aussi des déclaration sous serment de témoins qui ont vu des bulletins de vote amenés dans les bureaux de vote par une porte dérobée et d’autres  témoins qui ont vu les mêmes bulletins de vote comptés à plusieurs reprises.

Mais la clé de toute cette bataille judiciaire va se résumer aux machines à voter.

En particulier, le cœur de l’affaire pour prouver la fraude va impliquer des machines et des logiciels fournis par une société canadienne appelée Dominion Voting Systems.

Aujourd’hui, les machines et les logiciels fournis par Dominion Voting Systems sont utilisés dans 28 états différents.

Selon leur site Web officiel, les États critiques de la Pennsylvanie, du Michigan, du Wisconsin, de la Géorgie, de l’Arizona et du Nevada sont tous des clients.

L’avocat de Trump, Sidney Powell, a déclaré qu’elle avait découvert des preuves indiquant qu’un algorithme informatique avait été utilisé pour retourner les votes de Trump à Biden, et que cela avait complètement changé le résultat de l’élection.

C’est une allégation très, très sérieuse, et aucun avocat expérimenté ne la ferait à la légère. Sidney Powell a mis toute sa réputation en jeu dans cette bataille, elle a l’expérience de mener d’énormes batailles et de les gagner. Ce qui suit vient de John Nolte :

Sidney Powell ne rigole pas. Elle a été procureure fédérale pendant dix ans et a acquis une réputation nationale d’avocate qui attaque en piqué, elle a convaincu le général à la retraite Michael Flynn de retirer ses plaidoyers de culpabilité et a réussi à faire pression sur le ministère de la Justice pour qu’il abandonne ses accusations. Elle était une présence fidèle et régulière dans la dénonciation du canular de collusion avec la Russie, et à mon avis, tout ce qu’elle avait prédit s’est produit.

Mais bien sûr, c’est de loin la plus grande bataille à laquelle Powell ait jamais été confrontée.

Soit elle gagnera et deviendra une légende, soit elle perdra et sa réputation sera complètement ruinée.

Les enjeux ne pourraient pas être beaucoup plus élevés pour elle personnellement, mais elle semble assez confiante quant à la victoire.

En fait, voici douze citations de Powell qui montrent pourquoi elle est si convaincue que Trump se retrouvera à la Maison Blanche pour un second mandat …

# 1 Powell : «Il y a eu un effort massif et coordonné pour nous voler cette élection, à nous, peuple des États-Unis d’Amérique, pour délégitimer et détruire les votes pour Donald Trump, en fabriquant des votes pour Joe Biden.»

# 2 Powell : « Tout d’abord, je ne dis jamais rien que je ne puisse prouver … et le président Trump a gagné non seulement par des centaines de milliers de voix, mais par des millions de votes qui ont été déplacés par ce logiciel spécialement conçu à cet effet. Nous avons témoigné sous serment des raisons pour lesquelles le logiciel a été conçu. Il a été conçu pour truquer les élections. »

# 3 Powell : «Ils ont également utilisé un algorithme pour calculer les votes dont ils auraient besoin pour inverser [le résultat], et ils ont utilisé des ordinateurs pour retourner ces votes de… Trump à Biden.»

# 4 Powell : « Ils avaient les algorithmes. Ils avaient les bulletins de vote papier en attente d’être insérés au besoin. Et notamment, les votes du président Trump dans les États bleus [démocrates] ont énormément augmenté. C’est alors qu’ils ont dû arrêter le décompte des voix. Ils ont dû aller remplacer les votes pour Trump par des votes pour Biden. »

# 5 Powell : « Ils peuvent regarder le vote en temps réel. Ils peuvent exécuter un algorithme informatique au besoin pour inverser les votes, les retirer ou les modifier pour faire gagner un candidat … C’est une fraude électorale criminelle massive, en gros dans au moins 29 États … Il est évident que l’algorithme et les statistiques que nos experts surveillent sont des lots entiers de votes et le moment où les votes ont basculé. Cela va épater tout le monde dans ce pays lorsque nous pourrons tout rassembler et expliquer cela avec les témoins assermentés et les experts qui se sont manifestés. »

# 6 Powell : «Même leur propre manuel explique comment les votes peuvent être effacés. Ils peuvent placer – comme un glisser-déposer – les votes de Trump dans un dossier séparé, puis le supprimer. »

# 7 Powell : «En fait, nous avons des calculs du Michigan et de Pennsylvanie, je pense que, tout à coup, des centaines de milliers de votes avec un ratio de 67% pour Biden, 23% pour Trump ont été téléchargés plusieurs fois dans le système. »

# 8 Powell : « Ils l’ont fait exprès, c’était calculé, ils l’ont déjà fait. Nous avons des preuves de 2016 en Californie, nous avons tellement de preuves que j’ai l’impression qu’elles arrivent par un tuyau d’incendie. »

# 9 Powell : « C’est absolument effronté de voir comment les gens ont acheté le système et pourquoi ils l’ont acheté. »

# 10 Powell : « En fait, chaque État qui a acheté le logiciel Dominion, à coup sûr, devrait faire l’objet d’une enquête criminelle ou au moins une enquête sérieuse des fédéraux – au sujet des agents des États qui ont acheté le logiciel. Nous avons même des preuves de certains pots-de-vin, essentiellement. »

# 11 Powell : « … informés que des sommes d’argent substantielles ont été données aux membres de la famille des fonctionnaires qui ont acheté ce logiciel. »

# 12 Powell : « Nous nous préparons à annuler les résultats des élections dans plusieurs États. »

Nous savons déjà qu’il y a eu des «problèmes» avec les machines à voter de Dominion dans certaines régions, et nous savons également qu’il y a eu un «téléchargement d’urgence» sur leurs machines à voter la nuit précédant les élections…

Alors que la source du «pépin» fait toujours l’objet d’une enquête, une superviseure du scrutin d’État, Marcia Ridley, a d’abord déclaré à POLITICO le 3 novembre que Dominion, qui prépare les registres de vote pour les comtés avant les élections, «a mis en ligne quelque chose hier soir, ce qui n’est pas normal, et cela a causé un problème. Cet incident signalé a empêché le personnel de programmer les cartes à puce des électeurs pour les machines à voter. C’est quelque chose qu’ils ne font jamais. Je ne les ai jamais vus mettre à jour quoi que ce soit la veille des élections. »

Le simple fait qu’il y ait eu un patch d’urgence la veille des élections ne prouve rien, mais cela semble suspect.

Et il est également rapporté que le chef de la sécurité des systèmes de vote de Dominion, Eric Coomer, a affirmé qu’il s’était personnellement assuré que Trump n’allait pas gagner les élections …

Dans une interview époustouflante menée par Michelle Malkin, Joe Oltmann, fondateur de FEC (Faith Education Commerce United), révèle comment il a infiltré les Antifas et comment, lors d’une conversation avec des membres des Antifas, il a découvert que «Eric de Dominion» aurait fait partie de la discussion pendant le semaine du 27 septembre 2020.

Oltmann a expliqué que «Eric» disait aux membres des Antifa qu’ils devaient «maintenir la pression». Lorsqu’un des interlocuteurs a demandé : « Qui est Eric ? » quelqu’un a répondu : «Eric, c’est le gars de Dominion.» Oltmann a déclaré qu’au fur et à mesure que la conversation se poursuivait, quelqu’un a demandé : «Que ferons-nous si Fucking Trump gagne ?» Oltmann a paraphrasé la réponse d’Eric (le gars de Dominion) : « Ne vous inquiétez pas pour les élections, Trump ne gagnera pas. Je m’en suis foutrement assuré ! »

En fin de compte, nous verrons ce qui peut être prouvé devant les tribunaux et ce qui ne peut pas être prouvé.

Apparemment, de grands événements légaux sont sur le point de se produire, et je ne parierais pas contre Sidney Powell.

Si Powell peut y parvenir, ce sera la victoire juridique la plus choquante de l’histoire de la politique américaine, et cela bouleversera complètement notre pays.

Par Michael Snyder −Le 16 novembre 2020 − Source End of the American Dream

 


1 commentaire:

  1. Il faudrait interdire toutes ces machines électroniques pour les votations. L'histoire du vol des données remonte à la machine Enigma durant la Seconde guerre mondiale. Les Anglais réussirent à percer les codes des nazis ce qui permit aux alliés un pas décisif dans la victoire. Dernièrement un scandale vient d'éclater en Suisse avec Crypto une machine à coder les messages. Ainsi la Suisse nation neutre a fait de l'espionnage au travers de cet appareil grâce à une porte dérobée dans plus de 130 pays. Pour le Maghreb, le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, puis la Libye ainsi que l'Egypte. En France comment expliquer que pour l'élection de 2017, Asselineau UPR fait 0,9% Dupont-Aignan 4,9% ce qui ne lui permet pas d'obtenir le remboursement de ses frais. Il semble même probable que pour le second tour, le tandem Marine le Pen Dupont Aignan, pouvait gagner cette élection. Comme par miracle un illustre inconnu devient le Président de la République, non pas de la France. Il faudrait faire un audit sur les résultats de cette farce. Aux Etats-Unis des sondages bidons alors que les assemblées de Trump étaient pleines, celles de Biden vides. La démocratie pour subsister doit certifier les votes et non pas laisser des appareils manipulables enregistrer des comptes tronqués. Il faut remettre l'humain aux commandes, supprimer des votes par courrier postal. Une voix, une personne avec identité dans un bureau et signature sur un registre. Sinon supprimer les élections et confier le destin du pays à un Conseil des sages.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.