lundi 9 juillet 2018

PédoGate : le réseau pédophile mondial

Les scandales liés à la pédophilie continuent d'émerger dans le monde entier, année après année, alors que les médias d'entreprise et les organismes d'application de la loi ne traitent pas l'exploitation sexuelle des mineurs comme un problème systémique mondial.

Alors que le nombre de scandales de maltraitance d'enfants impliquant les riches et les puissants ne cesse de croître, il devient impossible de cacher que ces cas de maltraitance et d'exploitation sexuelle des enfants sont organisés à l'échelle mondiale et souvent dirigés par les mêmes personnes qui influencent grandement la société et la politique.
L'industrie du divertissement, les centres politiques puissants et même la religion organisée se sont révélés être des centres majeurs où cet horrible abus a été rendu possible et largement accepté parmi les "élites" et autres individus puissants qui dominent ces institutions.
HOLLYWOOD ET L'INDUSTRIE DU DIVERTISSEMENT
⇒L'anneau pédophile mondial exposé - Pedogate
(G) Lady Gaga et Marina Abramovic (de  'Spirit Cooking')
assistent à une soirée-bénéfice au "Devil's Heaven"
où les invités "font semblant" d'être cannibales
(D) Lady Gaga pose avec une "amie" lors du même événement.
Pourquoi un jeune enfant non supervisé assistait-il à cet horrible événement ?
Il y a deux ans, le célèbre acteur Elijah Wood, qui a commencé sa carrière d'enfant star à Hollywood, a fait des vagues lorsqu'il a appelé les "vipères" de l'industrie du cinéma qui "s'attaquaient" aux jeunes enfants lors d'une interview avec le Sunday Times.
Les affirmations de Wood font écho à celles de nombreuses autres anciennes stars de l'enfance, dont Corey Feldman [1] qui a dit à ABC News que " le problème numéro un à Hollywood a été et sera toujours la pédophilie ".
Une autre ex-enfant acteur, Allison Arngrim, qui a joué dans la série télévisée emblématique "La petite maison dans la Prairie", a également soutenu ces affirmations, en disant qu'"il y a des parents qui vont pratiquement prostituer leurs enfants dans l'espoir qu'ils peuvent gagner de l'argent et aller de l'avant".
C'est un piège horrible dans lequel les enfants sont enfermés. D'autres parents d'enfants acteurs gardent le silence par peur, même après avoir découvert que leur enfant a été victime d'abus sexuel. Fox News a rapporté qu'un membre d'un groupe bien connu, qui a choisi de rester incognito, a découvert que son enfant était victime d'une autre figure de l'industrie du divertissement, qui était de 30 ans son aîné.
Il ne fait aucun doute qu'il se passe quelque chose de sombre dans l'industrie du divertissement aux États-Unis.
Un exemple évident est la façon dont l'industrie de la musique a commercialisé ouvertement des chansons, des vidéos et des paroles sexualisées avec des enfants tout en utilisant des vedettes de la musique pop, comme Miley Cyrus, pour sexualiser les enfants et même les bébés.
Dans le clip de sa chanson "BB Talk", Cyrus, qui a également commencé sa carrière d'enfant star, chante "f**k me" en onesie.
Plus tard, elle pose de façon provocante dans un berceau, avec un biberon et en portant une couche-culotte et un bonnet de bébé. Est-ce la décision personnelle de Cyrus de l'inclure dans sa vidéo ou un choix fait au nom d'une industrie malade cherchant à normaliser leur comportement en popularisant de telles images ? Rihanna et Katy Perry sont d'autres stars de la pop dont les vidéos et les chansons sont souvent commercialisées directement auprès des enfants malgré leurs connotations sexuelles. Considérant que de nombreux psychologues ont constaté que "les vidéos musicales socialisent les jeunes en leur communiquant des idées sur le comportement attendu, les relations et les rôles masculins et féminins", cela suggère que ce marketing de masse du sexe auprès des enfants ainsi que le marketing de vidéos musicales qui combinent l'imagerie de l'enfance avec la luxure est indicatif de l'obsession de la pédophilie dans l'industrie du divertissement et est destiné à normaliser une telle dépravation.
WASHINGTON DC
La pédophilie est également monnaie courante au sein de l'élite politique américaine, les scandales se succédant au cours des dernières décennies. Invariablement, de nombreux camouflages ont suivi pour empêcher l'exposition des riches et puissants de l'Amérique.
Le plus célèbre d'entre eux, surnommé "Franklin cover-up", fut sans doute le plus grand scandale pédophile de l'histoire des États-Unis et impliqua même la Maison Blanche. Vidéo
Deux membres du parti républicain et des lobbyistes de Washington DC, Craig Spence et Lawrence E. King Jr. ont été accusés de gérer un réseau sexuel homosexuel impliquant des garçons âgés de 15 ans et moins. Spence, qui était incroyablement influent à l'époque, a organisé au moins quatre visites de minuit à la Maison Blanche dans les années 1980 où il était accompagné de jeunes garçons qu'il a faussement identifiés comme étant ses enfants.
Lorsque la nouvelle du scandale a éclaté, Spence a été "suicidé" et plusieurs de ses partenaires d'affaires ont été emprisonnés pour leur implication. Cependant, les liens de Spence avec la Maison Blanche de Reagan ou d'autres politiciens américains de haut niveau n'ont pas fait l'objet d'une enquête et les tentatives d'enquête ont été interrompues. Puis, dans les années 1990, les escapades sexuelles de Bill Clinton sont devenues bien connues et ont presque mené à sa mise en accusation pour parjure.
LE VATICAN
Le scandale le plus connu de tous les abus envers les enfants concerne probablement l'Église catholique romaine, qui se poursuit depuis une bonne partie des cent dernières années et peut-être même bien avant. Cependant, ce n'est qu'à partir des années 1980 que les abus sexuels sur des mineurs par des prêtres catholiques ont commencé à recevoir une couverture médiatique importante. Au cours des décennies qui ont suivi, le nombre d'allégations n'a fait qu'augmenter. De 2001 à 2010, le Saint-Siège, l'organe directeur central de l'Église, a examiné les allégations d'abus sexuels impliquant plus de 3.000 prêtres.
Bien que certaines études aient affirmé que le taux d'abus par les prêtres a diminué au cours des vingt dernières années depuis qu'il est devenu un scandale international, il est indéniable qu'il s'agit d'un problème systémique qui sévit dans l'ensemble de l'organisation, ce qui le rend particulièrement difficile à éradiquer. Ce qui n’aide pas non plus à éradiquer le phénomène, c’est que l'église a souvent ordonné à ses évêques et prêtres de couvrir activement les allégations d'abus sexuels tout en disciplinant relativement peu de prêtres compte tenu de l'énormité des accusations.

Un document datant des années 1960, mis au jour en 2003, montre que le Vatican ordonne explicitement aux évêques catholiques du monde entier de couvrir les cas d'abus sexuels [1], menaçant ceux qui ont parlé des abus systémiques d'excommunication de l'église. Peu de choses ont changé puisque le Vatican, plus tôt cette année, a dit à ses clercs que le signalement d'abus d'enfants par les prêtres n'est "pas nécessairement" leur devoir. En outre, on a récemment découvert que, depuis 1950, le Vatican a versé près de 4 milliards de dollars, dont la plupart provenaient des dîmes des fidèles catholiques, pour acheter le silence des maltraités afin de protéger la réputation de l'église [Voir : Le Vatican paie tranquillement 4 milliards de dollars aux victimes pour étouffer ses abus sexuels sur des enfants].


Conclusion
Malheureusement, il y a beaucoup, beaucoup plus d'exemples. Par exemple, la persistance de la pédophilie parmi les riches et les puissants en Angleterre, y compris les membres de la famille royale, est bien documentée, de même que les dissimulations et les mystérieuses preuves de "disparition" qui impliquent des politiciens britanniques de haut rang et même d'anciens premiers ministres dans les abus sexuels sur mineur(e)s. Beaucoup de ceux qui se prononcent contre la pédophilie d'élite ont été qualifiés de "fous" ou de "théoriciens de la conspiration" jusqu'à ce qu'ils aient eu raison, comme dans le cas célèbre de la personnalité de BBC TV, le pédophile Jimmy Savile. En raison de leurs liens influents, ces personnes puissantes ont été en mesure de faire taire leurs victimes et de couvrir leurs crimes odieux avec peu de conséquences. Pourtant, avec de moins en moins de gens qui croient aux mensonges des décennies passées et avec de nouvelles preuves de pédophilie généralisée qui émergent tout le temps, seront-ils capables de continuer leur charade plus longtemps ?
Source :
NOTES

[1] Pédophilie: l'archevêque australien Philip Wilson en prison

L'archevêque d'Adélaïde, Philip Wilson, plus haut dirigeant catholique jamais reconnu coupable d'avoir dissimulé des agressions sexuelles sur des enfants a été condamné (juin 2018) à  12 mois de prison ferme pour avoir couvert des agressions sexuelles sur des enfants, commis par des prêtres australiens depuis des lustres, afin, dit-il de «protéger l'Église et son image».
Le juge australien Robert Stone l'a condamné à purger une peine d'au moins six mois de prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.
Des experts croient que la condamnation de monseigneur Wilson ouvrira la porte à des accusations contre plusieurs autres religieux australiens. L'ancien grand argentier du Vatican, le cardinal australien George Pell, se trouve actuellement devant la justice de son pays, lui aussi dans une affaire de pédophilie.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC

4 commentaires:

  1. Merci beaucoup pour participer a l'exposition d'un scandale odieux et insupportable.

    Mary.

    RépondreSupprimer
  2. Tout cela doit servir pour tenir les politiciens et militair sous controle du Deep State, pas étonnant que des mesures sont toujours pris de façon contraire a la nescesité !

    RépondreSupprimer
  3. A tous mes "amis" de Facebook, :Arretez de ne pas vouloir constater la perversion sans fin qui nous menace ! Toujours rien a signaler , a part vos selfies ?

    RépondreSupprimer
  4. Le monde est dirigé par de grand et gros débiles, il faudrait une révolution mondiale autant rêver.

    RépondreSupprimer