jeudi 5 juillet 2018

Moscou divulgue une liste de ses armes les plus puissantes


Les six plus puissantes armes russes ont été récemment mises au point par l'industrie militaire russe afin de garantir la sécurité du pays, selon un haut responsable.
La Russie dispose de six armes auxquelles l'Occident n'a rien à opposer, a déclaré le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov dans une interview accordée à la revue Voyenno-promichleni kourier.
Selon l'interlocuteur de la revue, les armes russes les plus puissantes sont le missile Sarmat, le chasseur PAK FA (Su-57), le char T-14 sur la plateforme d'Armata, le système de missiles sol-air S-500, le système de lutte antisatellite Nudol ainsi que le système de lutte radioélectronique Tirada-2S.

Le vice-Premier ministre a ajouté que l'armée russe s'équipait déjà de ces armes et qu'il était prévu de l'en doter complètement d'ici 2027.
Le Président russe a présenté le 1er mars lors de son message annuel à l'Assemblée fédérale russe les nouveaux types d'armes mis en service dans l'armée russe, qui a été dotée de 80 missiles balistiques intercontinentaux, 102 missiles balistiques stratégiques mer-sol et de trois sous-marins Boreï. Vladimir Poutine a également dévoilé les détails du nouveau système russe Sarmat, capable de neutraliser les systèmes de défense antiaérienne.
Certaines des nouvelles armes, qui devraient entrer en service en Russie entre 2018 et 2027, surpassent les systèmes d'armes existants et même futurs utilisés par d'autres nations, y compris les pays membres de l'OTAN, a déclaré Borisov en énumérant six armes russes à la pointe de la technologie.
L’ICBM Sarmat
Le nouveau missile balistique intercontinental lourd de Russie (ICBM) Sarmat est l'une des armes les plus avancées et sans doute les plus largement discutées de par le monde. Vanté pour avoir une longue portée, le Sarmat devrait être en mesure de transporter des charges utiles massives à travers le pôle Nord ou le pôle Sud pour les délivrer n'importe où sur la planète. Certains médias occidentaux l'ont déjà qualifiée d'«arme de la fin du monde», avertissant qu'elle pourrait facilement pénétrer les défenses antimissiles américaines.
Le missile subit déjà des tests. [vidéo] Le ministère russe de la Défense a déclaré que ses performances avaient été confirmées lors des phases d'avant-vol et de début de vol. En mai, Poutine a révélé que le Sarmat devrait être déployé en 2020.
Le Sarmat est conçu pour transporter une ogive de planeur hypersonique, baptisée 'Avangard' (Advance Guard), qui a déjà provoqué la panique des agences de renseignement américaines. Le planeur peut voler dans l'atmosphère à des vitesses supérieures à Mach 20 et peut supporter une chaleur pouvant atteindre 2.000 ° C (3,632 ° F) générée par le frottement de l'air.
L’avion de combat furtif de 5ème génération
Les missiles balistiques intercontinentaux nucléaires sont loin d'être le seul ajout à l'arsenal de la Russie, car l'armée russe devrait obtenir des armes plus conventionnelles, qui ne sont pas moins impressionnantes. L'une d'entre elles est un chasseur furtif Su-57 de cinquième génération. À la fin de Juin, l'armée russe a signé le premier contrat pour recevoir 12 de ces avions. Ces jets d'avant-garde seront livrés aux forces armées l'année prochaine.
Le Su-57, dont le système avionique permet des calculs autonomes sur le champ de bataille pour aider le pilote, devrait éventuellement remplacer les chasseurs Su-27, emblématiques mais vieillissants. L'avion bénéficie de technologies à faible visibilité, d'une utilisation généralisée de matériaux composites et d'un radar amélioré. L'armement principal du Su-57 est caché dans les baies d'armes internes afin de réduire le profil radar de la machine, mais il peut également transporter des munitions supplémentaires sur des pylônes externes sous les ailes.
Les avions devraient également être équipés de nouveaux moteurs spécialement conçus pour les avions de cinquième génération. Selon le magazine Military Watch, les jets russes ont un avantage considérable sur le F-35 en ce qui concerne la vitesse, l'altitude, les capteurs, le port de missiles, la portée d'engagement et la maniabilité.
Le tank T-14 Armata
Sur le terrain, l'armée russe aura bientôt aussi quelque chose qui peut marquer un coup de maître. Les troupes russes devraient recevoir jusqu'à 100 chars de combat basés sur le T-14 Armata d'ici 2020. Ces machines de guerre auront une tourelle entièrement automatisée et sans pilote équipée d'un canon de 125 mm capable de frapper ses cibles sur une distance de sept kilomètres. Son canon a cadence de tir de  de combat de 12 rounds par minute.
L'équipage du char est solidement placé dans une cellule d'équipage blindée multicouche spéciale, ce qui devrait permettre de garder les militaires en vie dans les cas les plus critiques, y compris la détonation du chargement de munitions dans certaines circonstances. La vue extérieure sera assurée par des caméras HD. À l'avenir, le tank peut être équipé d'un drone.
Le système de défense aérienne S-500
L'épine dorsale de l'architecture russe de défense aérienne à longue portée, le système de défense antiaérien S-400 Triumf, pourrait également être remplacée par une arme encore meilleure dans un avenir pas si lointain.
An S-400 Triumf battery. © Aleksey Malgavko
Le S-400 Triumf est l'un des systèmes antiaériens russes les plus avancés, conçu pour engager des cibles aérodynamiques jusqu'à 400 km et des missiles balistiques jusqu'à 60 km. Le lanceur peut utiliser au moins quatre types de missiles intercepteurs, adaptés à différentes cibles. Une division S-400 peut engager jusqu'à 36 cibles simultanément.
Il a déjà été recherché avec impatience par d'autres nations qui veulent l’acquérir, car il est disponible pour l'exportation. La prolifération des S-400 à travers le monde a rendu Washington extrêmement préoccupé par les capacités croissantes d'anti-accès et de déni de zone (A2 / AD) des nations souveraines et même des alliés de l'OTAN. Certains législateurs ont même soutenu que l'intégration de la technologie russe par les alliés américains pourrait compromettre les «secrets technologiques» des États-Unis. L'Inde et la Turquie, alliées des États-Unis, ont décidé d'acheter ces systèmes.
Cependant, maintenant, Almaz-Antey, le producteur du système S-400, développe un système encore plus avancé, le nom de code S-500 «Prometheus».
Selon certains rapports, le nouveau système pourrait atteindre des cibles éloignées de 480 kilomètres et pourrait réussir à intercepter des missiles hypersoniques, ainsi qu'à abattre des avions de combat F-22 et des avions F-35. La S-500 est actuellement à un stade de développement avancé et pourrait être déployée vers 2020.
Le bouclier de défense antimissile 'Nudol'
Confrontée à un système de défense antimissile mondial en pleine expansion aux États-Unis, la Russie a également décidé d'améliorer son bouclier antimissile, en particulier ceux utilisés pour protéger sa capitale, Moscou. Le nouveau système de intercepteur de missiles ABM a été nommé Nudol. Cependant, on sait peu de choses sur ses caractéristiques exactes jusqu'à présent. Vidéo
Selon  TASS, le nouveau bouclier antimissile serait capable de défendre les territoires russes contre une frappe nucléaire à têtes multiples et d'intercepter tous les ICBM modernes équipés de systèmes spécifiquement conçus pour pénétrer la défense antimissile. Selon certains rapports, les nouveaux missiles d'interception sont même capables d'abattre des satellites.
Le brouilleur de satellites Tirada-2s
Dernier point, mais non le moindre, le dispositif de guerre électronique de pointe de la Russie, baptisé Tirada-2s. Bien que cela ne semble pas impressionnant par rapport aux missiles «apocalyptiques» ou aux chasseurs furtifs de cinquième génération, ce nouvel équipement pourrait s'avérer crucial dans tout conflit moderne, car il peut en fait bloquer ... les satellites.
Ces technologies, qui rendent les satellites inutilisables, rendent difficile pour un ennemi potentiel de contourner le brouillage et le laisse de facto sans outils de communication modernes. En fin de compte, il peut modifier considérablement l'équilibre dans les activités de combat modernes, qui se caractérisent de plus en plus par des changements rapides d'environnement et des exigences élevées d'adaptabilité des troupes, dans lesquelles la communication joue un rôle essentiel.
Sources diverses dont VT
Hannibal GENSERIC 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire