mardi 31 juillet 2018

L'Iran possède le détroit d'Ormuz et menace de le fermer


Voici qui est succinct et simple : les zones navigables du détroit d'Ormuz où plus de 35% des pétroliers dans le monde passent (Arabie saoudite, Irak, Koweït), sont des eaux territoriales de la République Islamique d'Iran.
Voulez-vous le relire? Il dira exactement de la même manière. L'Iran peut fermer son détroit chaque fois qu'il le veut. Le résultat?, L’Arabie et les États-Unis l’ont dans le cul !
L'Iran pourrait-il vraiment fermer le détroit d'Ormuz?
Le président iranien a averti les États-Unis qu'il pourrait fermer le détroit d'Ormuz après que Washington ait menacé d'arrêter les exportations pétrolières iraniennes. Mais est-ce que Téhéran pourrait vraiment bloquer le point d'étranglement le plus critique pour le commerce mondial du pétrole?
La dernière menace de Donald Trump - l'arrêt des exportations pétrolières iraniennes - a rencontré le défi de Téhéran.
Le président iranien, Hassan Rouhani, a menacé d'ordonner la fermeture du détroit d'Ormuz, une voie navigable majeure dans le golfe Persique, ce qui provoquerait une perturbation importante des expéditions de pétrole et provoquerait une hausse massive du prix du pétrole.
Washington avait initialement prévu de fermer à l'Iran les marchés pétroliers mondiaux après que Trump ait déchiré l'accord signé par son pays en 2015 qui limitait les ambitions nucléaires de l'Iran, et Trump a exigé que tous les autres pays cessent d'acheter du brut iranien à partir du mois de novembre. Vidéo
Mais dimanche, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a dévoilé la ligne plus dure de Washington, dans laquelle il a mis en garde contre des sanctions financières supplémentaires contre Téhéran. Mais dans une égale mesure, les États-Unis ont déclaré qu'ils lèveraient les nouvelles sanctions si l'Iran mettait fin à son programme de missiles balistiques et à ses interventions dans les conflits régionaux.
Dans son discours, Pompeo a cherché le soutien international pour une "campagne de pression" économique sur Téhéran, mais jusqu'à présent, la seule réaction a été une colère de l'Iran.
"L'Amérique devrait savoir que la paix avec l'Iran est la mère de toute paix, et la guerre avec l'Iran est la mère de toutes les guerres", a déclaré Rouhani ce week-end.
Plus de 85% des exportations de pétrole brut transitant par le détroit d'Ormuz vont en Asie.
Un tiers du pétrole marchand transite par Ormuz
Le détroit d'Ormuz se situe entre le golfe Persique et le golfe d'Oman, fournissant le seul passage maritime pour le pétrole brut de nombreux grands producteurs de pétrole - dont le Koweït, Bahreïn, l'Iran, l'Irak et les EAU - vers l'océan Indien.
Résultat de recherche d'images pour "détroit d'ormuz"
Résultat de recherche d'images pour "détroit d'ormuz" 
À seulement 34 kilomètres (21 milles) de largeur à son point le plus étroit, la voie de navigation n'a que 3 kilomètres de large dans les deux sens.
Avec les cinq premiers exportateurs de l'OPEP à l'intérieur du Golfe, le volume de pétrole traversant le détroit a constamment augmenté chaque année, ce qui souligne son statut de principale voie commerciale maritime pour l'or noir.
Environ un tiers du pétrole d'origine marine traverse le détroit. Selon l'Energy Information Administration (EIA) des États-Unis, en 2016, environ 18,5 millions de barils de pétrole brut ont été envoyés à travers la voie navigable, une augmentation de 9 pour cent par rapport à l'année précédente
Le détroit est également la route pour presque tout le gaz naturel liquéfié (GNL) du principal exportateur, le Qatar.
Tant que l'économie mondiale restera si fortement tributaire de l'offre de pétrole, même une fermeture partielle ou à court terme entraînerait probablement une augmentation spectaculaire des prix du pétrole et répandrait la peur et la contagion sur les marchés financiers mondiaux.
Le Koweït, le Qatar, Bahreïn, l'Irak et les EAU verront leurs livraisons de pétrole stoppées, tandis que l'Arabie saoudite sera contrainte d'exporter via ses ports de la mer Rouge.
Le détroit pourrait-il être fermé?
La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, signée en décembre 1982, définit les «eaux territoriales» à un maximum de 12 milles marins au-delà du littoral de chaque pays.
Les navires entrants étant contraints d'emprunter les routes du Nord et de l'Est pour accéder au golfe Persique, ils traverseraient les eaux iraniennes, ce qui signifierait que le pays pourrait en théorie plaider en faveur d'une restriction du trafic entrant.
Cependant, l'Iran et les États-Unis pourraient interpréter la convention de l'ONU différemment et, crucialement, pendant que le gouvernement de l'Iran a signé l'accord de 1982, leur parlement ne l'a jamais réellement approuvé.
En plus de ces complications, en fermant la voie navigable, l'Iran nuirait non seulement à ses voisins exportateurs et aux pays qui importent du pétrole de la région du Golfe: il causerait aussi à lui-même des dommages économiques considérables, car cette nation dépend aussi fortement du droit du passage libre à travers le détroit.
Et tandis que l'avertissement de l'Iran a déconcerté certains politiciens, le détroit est au cœur des tensions régionales depuis des décennies, et ce n'est pas la première fois que Téhéran fait de telles menaces.
Source : Legal Opinion: Iran Owns the Straits of Hormuz…and “Our Asses” as Well

Menaces américaines
Comme il a été rapporté par l'Australian Broadcasting Corporation avec une référence spéciale à une source anonyme dans le gouvernement australien, les États-Unis pourraient bientôt lancer des frappes contre les installations nucléaires en Iran. Dans le même temps, les militaires australiens et britanniques peuvent être convoqués par le Pentagone pour soutenir l'agression en fournissant une aide à la destruction de cibles spécifiques. Cependant, on pense qu'ils ne seront pas obligés de déployer des forces terrestres pour une invasion militaire directe. Cependant, il convient de noter que le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull, a annoncé que cette information n'était pas une raison de croire que les États-Unis se préparaient à une confrontation militaire avec l'Iran.
Tout récemment, le président iranien Hassan Rouhani a averti Washington qu'il ne devrait pas jouer avec le feu, ou qu'il pourrait regretter ses décisions. En réponse, le président américain Donald Trump a riposté en menaçant que si Téhéran continue avec des menaces, il fera face à des conséquences sans précédent.
 Dialogue avec l'Iran: Trump sincère ?


S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre italien Giuseppe Conte ce lundi 30 juillet, Trump a affirmé qu’il « rencontrerait certainement » les Iraniens sans « aucune condition préalable ».
Quelques heures après les déclarations de Trump, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, est apparu sur la chaîne CNBC afin de fixer certaines conditions : selon lui, si les Iraniens prouvaient un changement fondamental dans leurs politiques internes et externes, les USA accepteraient de conclure un accord nucléaire et de dialoguer avec l’Iran.
Comment peut-on expliquer ces contradictions ?
Dans un rapport, le site d’information Al-Monitor exprime un sérieux doute quant à la faisabilité d’un dialogue américano-iranien, vu le bilan de Washington au cours de ces derniers mois.
« Le fait que Donald Trump se montre intéressé par une rencontre sans conditions préalables avec les autorités iraniennes contraste clairement avec le message que son gouvernement ne cesse de transmettre, un gouvernement qui a mis les autres pays sous pression afin qu’ils réduisent à zéro leurs importations du brut iranien d’ici le 4 novembre », écrit Al-Monitor.
À ce sujet, Al-Monitor a aussi demandé l’avis du chef de l’« Iran Project », affilié à l’ONG « International Crisis Group », basée à Washington.
Et c’est en ces termes que l’analyste de l’« Iran Project » a formulé sa réponse :
« Pourquoi les Iraniens devraient-ils négocier avec un gouvernement souffrant de paradoxes dans ses prises de position ? Est-ce les douze conditions de Mike Pompeo ou la proposition du dialogue sans préalable de Donald Trump qu’ils devraient accepter ? »
D’après l’analyste, aucun responsable iranien ne pourrait négocier à l’heure actuelle avec les États-Unis, alors que l’épée de Damoclès des Américains plane au-dessus du pays ; et il importe peu que le président Trump voie « la mère de tous les accords » dans l’éventuel nouvel accord qu’il souhaiterait conclure avec les Iraniens.
L’analyste de l’« International Crisis Group » fait allusion aux « menaces et insultes » de Trump contre l’Iran, concluant que le président américain n’est pas en odeur de sainteté auprès de l’opinion publique iranienne.

VOIR AUSSI :
L’alliance USA/Israël/Arabie est la preuve que le nazisme a triomphé 


Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire