vendredi 27 juillet 2018

SYRAK. où en est Daech au 27 juillet 2018


En Syrie, l'armée élimine plus de 600 Daéchiens au Sud. 
En Irak, Daech redevient menaçant, requinqué par ses sponsors habituels (Occident, Israël, Arabie).


Dans le cadre du massacre le plus sanglant perpétré par Daech en Syrie,, plus de 150 terroristes islamistes de Daech ont lancé une attaque contre la province et la ville de Suweida, tuant plus de 220 fermiers (hommes, femmes et enfants) et membres de l’armée syrienne et des Forces de défense nationale. Mais « le coup le plus dur a été porté contre la Russie et Damas, qui invitent tous les réfugiés se trouvant dans les pays voisins à revenir », a affirmé un preneur de décisions dans la capitale syrienne.
Daech a tiré avantage du périmètre de sécurité établi par les USA autour de leur base militaire à al-Tanf, qui empêche les forces armées syriennes et irakiennes d’y pénétrer pour poursuivre Daech au besoin. Les mercenaires islamistes de Daech ont profité des mesures prises par les USA et sont passés par le secteur pour se rendre au nord, où se trouve le gros de leurs forces. En outre, Daech savait que les USA ne sont pas prêts à enrayer sa puissance et sa présence en Syrie (au nord-est dans la province d’Hassaké) et a tiré parti de cette décision.
Riposte syrienne
Selon SouthFront, l'Etat islamique est sur le point de s'effondrer complètement dans le sud de la Syrie.
Au cours des derniers jours, l'Armée arabe syrienne (AAS), dirigée par la 4e division blindée et les forces tigres, a libéré plus de 30 villages et colonies du groupe terroriste dans la zone située à l'ouest de la ville de Daraa.
 
Les troupes gouvernementales ont libéré les villes de Saham al-Jawlan, Tasil, Hayt et Adwan, les villages d'Al-Jumou et de Maziraa ainsi que de nombreux points voisins. Ensuite, elles ont également avancé dans la direction d'Al-Shajara, qui est l'un des rares points forts de Daech.
Une source de la 4ème division blindée a déclaré à SouthFront que plus de 600 membres de Daech ont été éliminés par la AAS, soutenue par les forces aérospatiales russes, depuis le début de l'opération dans la poche détenue par l'EI (DAECH).
75 membres de l'Etat islamique ont été tués lors des récents affrontements entre l'AAS et l'Etat islamique dans l'est d'al-Suwayda, selon le gouverneur de la province Ameur al-Ashi. Il a ajouté que de nombreux civils sont toujours portés disparus suite à l'attaque à grande échelle de l'Etat islamique. Selon les données mises à jour, le nombre de victimes civiles à la suite de l'incident du 25 juillet est passé à 215.
Hayyat Tahrir Ahrar al-Sham, Jabhat Tahrir Suriya, Suqour al-Sham et Faylaq al-Sham ont convenu de mettre en place un quartier général opérationnel conjoint pour préparer une attaque contre les positions des forces gouvernementales dans la zone de désescalade d'Idlib, a déclaré le Centre russe de réconciliation entre les parties belligérantes en Syrie.
Selon le Centre, l'attaque pourrait être menée «simultanément dans plusieurs directions - les montagnes du nord de Lattaquié, la vallée d'Al-Ghab à la frontière des provinces de Hama et Idlib et les zones à l'ouest d'Alep».

Selon des sources syriennes, jusqu'à 6.000 membres de groupes terroristes islamistes pourraient être impliqués dans l'attaque prévue. La partie russe attend également de nouvelles provocations impliquant du chlore et d'autres substances toxiques en cas de nouveaux affrontements entre la AAS et les militants.

Le 26 juillet, Aldar Khalil, coprésident de l'organe exécutif du Mouvement pour une société démocratique (TEV-DEM), a déclaré à la télévision kurde Rudaw que les forces kurdes du nord-est de la Syrie étaient prêtes à participer à toute opération militaire de la AAS dans la province d'Idlib si cela les rapproche de la reprise de la zone kurde d'Afrin occupée par les forces dirigées par la Turquie.

TEV-DEM est une coalition de plusieurs partis kurdes dans le nord-est de la Syrie, y compris le célèbre Parti de l'Union démocratique (PYD). Ensemble, ces partis dirigent le Conseil démocratique syrien (SDC), qui est l'aile politique des Forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis.
La déclaration de Khalil est une autre indication des tentatives de la SDC d'améliorer les relations avec le gouvernement Assad, qui se sont compliquées à cause des tensions entre Damas et la coalition menée par les États-Unis.
Daech à la hausse à nouveau en Irak
Donald Trump a peut-être été un peu vite pour se féliciter d'avoir vaincu Daech, alors que le groupe se reformait et était de nouveau en Irak.
Selon yournewswire.com, un certain nombre de journalistes et de commentateurs respectés en Irak parlent de la façon dont le groupe État islamique (Daech) est loin d'être détruit - ils disent que les terroristes se regroupent et se multiplient.
Après environ trois ans de contrôle de l’État islamique contrôlant près d'un tiers du pays, le Premier ministre Haider al-Abadi a déclaré la victoire en décembre 2017 contre le groupe terroriste, tout en déclarant que la guerre était finie. Les analystes, à l'époque, ont averti que de nombreux extrémistes étaient simplement restés dans la clandestinité ou s'étaient dispersés, et qu'ils reviendraient. Ces avertissements n'ont pas été pris au sérieux, mais ces dernières semaines, les journalistes occidentaux en Irak rapportent un retour alarmant des terroristes islamistes sunnites sur le champ de bataille.
Selon le Washington Post, la bataille s'est déplacée vers une zone centrale de l'Irak avec l'Daech adoptant maintenant des tactiques plus néfastes, voire théâtrales, laissant de nombreux civils dire que la déclaration de victoire de premier ministre irakien était prématurée.
"Au cours des deux derniers mois, des douzaines de personnes, y compris des représentants du gouvernement local, des chefs tribaux et des chefs de village, ont été enlevés et tués ou rançonnés par des combattants revendiquant une affiliation avec l'Etat islamique". "Les infrastructures électriques et les oléoducs ont explosé. Des hommes armés déguisés en forces de sécurité et équipés de faux postes de contrôle ont détourné des camions et volé des voyageurs, rendant l'autoroute principale de Bagdad-Kirkouk dangereuse pendant plusieurs semaines. "
C'est un compte horrible de l'Irak aujourd'hui, avec Daech s'adaptant à de nouveaux environnements, en utilisant de plus en plus de personnes locales pour aider à leur travail odieux.
 "Il était inévitable que l'Etat islamique tente un retour après sa défaite écrasante", a déclaré Hisham al-Hashimi, un expert irakien du contre-terrorisme qui conseille le gouvernement. "Ils reviennent plus vite que prévu. Qu'ils soient revenus aussi vite est très dangereux. "

La mauvaise gouvernance, le manque d'infrastructures publiques et les niveaux incompréhensibles de corruption dans les zones sunnites pauvres aident le groupe extrémiste à atteindre ses objectifs - sans parler des élections médiocres de mai. En effet, la corruption est au centre de tous ses malheurs.

"Il n'en faut pas beaucoup pour manipuler les frustrations de la population irakienne", affirme un journaliste de Reuters qui vient de rentrer d'Irak. "Ils vivent dans un pays riche et béni avec du pétrole, mais de vastes réseaux maffieux Kurdes du nord irakien siphonnent l'argent du pétrole, qui devrait aller au gouvernement central. En outre, les Irakiens qui ont perdu leurs maisons dans la lutte contre l'EI dans les grandes villes dominées par les sunnites, comme Mossoul et Tikrit, n'ont été autorisés à rentrer chez eux que s'ils avaient corrompu les ministères dominés par les chiites. "

Un tel mécontentement absolu suite à une élection qui, selon certains experts, n'a eu qu'un taux de participation de 20%, a créé un nouvel élan pour une insurrection contre le nouveau gouvernement.


Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires provenant d'"inconnus" (Unknown) ne seront pas pris en compte.