vendredi 20 juillet 2018

Poutine a demandé à Trump la permission d'interroger l'ambassadeur d'Obama


C'est un coup d'éclat de la part de la Russie. Cela n'arrivera pas, mais cela attire l'attention sur l'histoire de Browder et discrédite l'ex ambassadeur d'Obama, McFaul,  par association. Très intelligent.
Il semble que Michael McFaul commence à être nerveux, tweetant comme un adolescent à la méthamphétamine ce soir:
"J'espère que la Maison Blanche corrige le dossier et dénonce catégoriquement cette demande ridicule de Poutine, ce qui ne crée pas une équivalence morale entre une légitimation américaine des agents de renseignement russes et une histoire folle et complètement fabriquée inventée par Poutine"
I hope the White House corrects the record and denounces in categorical terms this ridiculous request from Putin. Not doing so creates moral equivalency between a legitimacy US indictment of Russian intelligence officers and a crazy, completely fabricated story invented by Putin
Alors que la Maison-Blanche faisait volte-face sur ce qui avait été dit et voulu dire à Helsinki, la secrétaire de presse Sarah Huckabee Sanders a laissé tomber la dernière bombe à retardement de l'établissement lors de la conférence de presse d'aujourd'hui.
Sanders a rapporté que le président Trump est ouvert à une proposition de Vladimir Poutine de laisser les autorités russes interroger l'ancien ambassadeur des États-Unis à Moscou, Michael McFaul.
Alors que Trump n'aurait pas pris d'engagements vis-à-vis de Poutine, le président russe a proposé d'autoriser le conseiller spécial Robert Mueller à interroger les 12 agents des services de renseignement russes inculpés par un grand jury américain la semaine dernière pour avoir piraté des comptes démocrates.
Trump l'a appelé une «idée intéressante» et une «offre incroyable» lors de la conférence de presse.
Sanders a laissé le corps de presse en suspens en concluant que:
"Le président travaillera avec son équipe et nous vous ferons savoir s'il y a une annonce sur ce front."
NEW: Sanders says there was "some conversation" between Trump, Putin about possibility of Russia questioning U.S. figures, including former Amb. McFaul, "but there wasn't a commitment made...the president will work with his team and we'll let you know if there's an announcement."
Comme le rapporte The Hill, RT a rapporté que la Russie voulait interroger McFaul et l'auteur du prétendu dossier Steele, Christopher Steele, entre autres dans le cadre de son enquête sur le financier américain Bill Browder [1].
Browder est un critique éminent de Poutine qui a exercé des pressions au nom de la loi Magnitski, laquelle a permis d’imposer des sanctions contre la Russie. [Voir : La rencontre Trump / Poutine a dévoilé les dessous du complot juif néocon contre Trump et la Russie]
McFaul a dénoncé la possibilité qu'il soit interrogé par des responsables russes et a appelé Trump à condamner cette proposition.
"Poutine me harcèle depuis longtemps", a déclaré M. McFaul sur Twitter mercredi.
"Le fait qu'il veuille maintenant m'arrêter prend à un nouveau niveau. Je m'attends à ce que mon gouvernement me défende moi et mes collègues en public et en privé. "
Et il a continué ...
Est-ce qu'il vous semble nerveux?

Trump a invité Poutine à Washington plus tard cette année
 
Le président américain Donald Trump a demandé à son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, d'inviter le président russe Vladimir Poutine à Washington à l'automne.
La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a confirmé jeudi que le voyage était déjà en discussion. "Ces discussions sont déjà en cours", a-t-elle déclaré.
Quelques heures avant l'annonce de Sanders, le Sénat a voté à l'unanimité une résolution de «refuser de mettre à la disposition du gouvernement russe ou de Vladimir Poutine tout diplomate, fonctionnaire, représentant politique, responsable de l'application des lois ou membre des forces armées des États-Unis. "
La résolution non contraignante faisait suite à une offre faite par Poutine à Helsinki, aux responsables américains et russes d'interroger des suspects en vertu d'un traité de 1999 sur la coopération policière.
Poutine a visité les États-Unis sept fois auparavant, à commencer par le Sommet du millénaire de l'ONU en septembre 2000. Sa dernière visite a eu lieu en septembre 2015, selon le Département d'État, où il a rencontré le président Barack Obama en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies. réunion à New York.
Note



Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. Eh ben..!
    En voilà une idée qu'elle est bonne. :o)
    L'arroseur arrosé en quelque sorte.
    Parions que cela va finir par se faire, vu que le bateau Establishment prend l'eau de toute part..
    -*-

    RépondreSupprimer