mardi 17 juillet 2018

Poutine/Trump : Rencontre & panique


A voir les réactions indignées et suffocantes de rage du système impérial US et de sa presstituée occidentale, le sommet Trump-Poutine semble avoir été une réussite. C'est en effet un véritable florilège de commentaires désabusés et de bouffées d'exaspération auquel nous assistons ; tout le Deep State y va de sa rancœur...


John Brennan [1] , l'ancien directeur de la CIA d'Obama et qui pourrait jouer le rôle d'une murène dans un film d'horreur, parle sans rire de "crime" et de "haute trahison". Les barbouzes n'avaient pas tant de scrupules quand ils participaient au financement de la campagne de l'hilarante, une des bombes lancées par Vladimirovitch à Helsinki.

 
McCain évoque "l'un des pires moments de l'histoire de la présidence américaine", rien que ça. Pour l'ancien ambassadeur de Washington à Moscou, Poutine a remporté "une fantastique victoire" tandis que les États-Unis ont "capitulé". D'autres appellent carrément à un soulèvement contre Trump et même, dans la bouche d'un membre du Congrès, au renversement du président par l'armée ! Délire, quand tu nous tiens...
La journaloperie de service n'est évidemment pas en reste. Dans le Fig à rot, deux journalistes notoirement russophobes s'étranglent devant le fait que le Donald ne croit pas plus que ça ses agences de renseignement, candidement qualifiées d'"institutions démocratiques" (à Langley, on doit être plié de rire). Quant à l'imMonde, il se vautre, toujours et sans surprise, dans la fange néo-conservatrice et rapporte fidèlement les paroles de ses maîtres impériaux d'outre-Atlantique. Ne parlons même pas de la MSN anglo-saxonne qui manque de s'étouffer de rage.
Tout cela semble indiquer que la rencontre fut fructueuse, malgré la tentative de sabotage de dernière minute de Mueller qui a, par le plus grand des hasards et deux jours seulement avant Helsinki, sorti de son chapeau douze agents russes du GRU (c'est beaucoup pour un piratage...)
Poutine, tout sourire, a confirmé la bonne tenue des discussions - beaucoup "plus substantielles que prévues" - et Lavrov s'est lâché en les qualifiant de "mieux que super". En reconnaissant publiquement, lors de la conférence de presse, que les États-Unis sont grandement responsables de la détérioration des relations bilatérales et que le présent sommet était "un très bon début" dans le processus de réconciliation, Trump a dû faire perler des gouttes de sueur au front du Washingtonistan, qui n'aura d'ailleurs même pas pu avoir quelques bribes d'informations sur ce qui s'est dit étant donné que le Donald avait insisté pour que la rencontre se passe à huis clos et en tête-à-tête.
Il est évidemment trop tôt pour connaître les tenants et les aboutissants du sommet, dont nous verrons les conséquences d'ici quelques semaines voire plus. Nous savons que le dossier ukrainien a été abordé ainsi, évidemment, que la Syrie où un grand marchandage pourrait avoir lieu entre Assad et les États-Unis par l'entremise de la Russie : si l'Iran quitte la Syrie, nous la quittons aussi. A suivre...
Publié le 17 Juillet 2018 par Observatus geopoliticus 
Hystérie généralisée de la presse US contre Trump / Poutin


[1] Poutine a fourni la preuve que Brennan l'ancien directeur de la CIA d'Obama Clinton, a été, durant 40 ans, un espion travaillant pour l'URSS puis pour la Russie :
Putin Gives Trump Shocking Evidence That Obama-Clinton CIA Director John Brennan Is Longtime Russian Spy
------------------------------------------------------------------------------------------

Où fait-on le moins confiance à Trump et Poutine ? 

Selon une étude menée par le Pew Research Center en 2017, la confiance à l’égard des deux dirigeants concernant les affaires mondiales est effectivement très faible dans les pays de l’UE. L’infographie suivante montre que plus des trois quarts des personnes ne font ni confiance à Trump ni à Poutine en Espagne, en France et au Royaume-Uni.
En Allemagne, où le niveau de confiance est également très bas à l’égard des deux présidents, on remarque que les critiques se font sensiblement plus fortes à l’égard de Trump que de Poutine. En revanche, c’est l’inverse en Israël et en Corée du Sud, où les personnes sont plus nombreuses à ne pas faire confiance au Président russe plutôt qu’à son homologue américain au sujet des affaires mondiales.

Hannibal GENSERIC

4 commentaires:

  1. MERCI à l'UNIVERS!!!! bravo Poutine et les imbéciles en prennent plein la figure! et j'espère que Trump continuera d'être soutenu par l'intelligence de Poutine !! ne pas oublier que lorsque l'on fait partie du Grand Collège Cosmique nous sommes toujours guidé et éclairé!!!

    RépondreSupprimer
  2. SELON CE SITE:
    http://prophecyinthemaking.blogspot.com/ L'HISTOIRE DU MONDE SE DEROULE, DEPUIS DES SIECLES, VOIR DES MILLENAIRES,SELON LA DIALECTIQUE HEGELIENNE SI BIEN EXPLIQUEE DANS CES DERNIERS TEMPS PAR LES PROTOCOLS. PAR CONSEQUENT ELLE EST QUELQUE CHOSE DE TOUT A FAIT SURREELLE, MEME SI LES MORTS QU'ELLE PROVOQUE SONT MALHEURESEMENT TRES REELS.
    ON FAIT SOUVENT DES TRES BEAUX DISCOURS, ETUDES,ETC., MAIS EN DERNIERE ANALYSE CE N'EST QUE DU BLA' BLA' BLA', QUI N'EMPECHE, AU CONTRAIRE, QUI LEGITIME LE DEROULEMENT DU MENSONGE ET DU CRIME UNIVERSEL.

    RépondreSupprimer
  3. un grand merci a ces etres magnifiques jai une grande confiance pour un avenir radieux nous allons avoir bientot l'energie du point zéro et la technologie de l'anti gravité entre 18 et 19 dieu tout puissant en chacun de nous seront comblé de gratitude

    RépondreSupprimer
  4. GRACE A POUTINE LE XX1 IEME SIECLE SERA PEUT-ETRE UN GRAND SIECLE DE PAIX DANS LA MULTI-POLARITÉ.

    RépondreSupprimer

Les commentaires provenant d'"inconnus" (Unknown) ne seront pas pris en compte.