dimanche 29 juillet 2018

L’alliance USA/Israël/Arabie est la preuve que le nazisme a triomphé


Les principaux alliés des États-Unis sont l'Arabie Saoudite, les EAU, Al-Qaïda, ISIS/Daech, Israël et les Nazis. Les puissances fascistes de l'Axe d'aujourd'hui sont les héritiers de l'échec de l'opération Barbarossa d'Hitler pour conquérir l'Union Soviétique. Après la Seconde Guerre mondiale, la CIA américaine, le MI6 britannique et d'autres agences gouvernementales, ainsi que le Vatican, ont installé des «lignes de rat» .[1] pour les nazis (y compris leurs collaborateurs dans d'autres pays) pour les réinstaller aux États-Unis, en Argentine et au Canada (et dans d’autres pays aussi, comme l'a souligné le compte-rendu écrit et édité par la CIA sur Wikipédia). Ces entités (USA, GB, Vatican, etc.) voulaient réutiliser ces «anciens» Nazis (qui sont restés idéologiquement nazis ou fascistes racistes, et la CIA le savait et l’a bien accueilli) afin de continuer à travailler pour conquérir le Union soviétique, devenue la Russie [2]
shutterstock_1071634091 
Ces nazis secrets accomplissaient des missions secrètes non seulement pour l'armée de leur nouveau pays et contre l'Union Soviétique, mais aussi contre les syndicats des travailleurs  et contre toutes les cibles dans le collimateur des propriétaires des plus grandes sociétés internationales américaines et alliées. Dans ce qui suit, ces propriétaires sont appelés aristocrates, oligarques ou élites.
Ces oligarques ont été et sont encore extension, officiellement secrète, de l'extrême droite la plus avancée au monde. Ce sont les rares personnes qui contrôlent réellement les sociétés internationales. Il dirigent les opérations de l'État Profond, mais les agents qui exécutent ces instructions ne sont que des agents; par conséquent, tout ce qu'ils savent de ce qu'ils sont chargés de faire leur est dit uniquement en privé sur la base du besoin de savoir, de sorte que seuls les membres de l'État Profond eux-mêmes sont conscients des objectifs généraux d'une opération donnée. Par exemple, les opérations de la CIA ne font pas partie de l'État Profond mais certaines de ces opérations représentent l'État Profond. Les instructions qu'ils exécutent dans ces opérations proviennent de l'État Profond; La CIA est une agence pour l'État Profond international, mais tout ce que fait la CIA représente l'État Profond. Même le président des États-Unis lui-même n'est pas nécessairement conscient de ce que font les agents de l'État Profond, pas même de ce que font les agents de l'État Profond qui figurent sur la liste de paie fédérale.
Par exemple, dès la mort de Franklin Delano Roosevelt (FDR) en 1945, l'État Profond (les élites/oligarques propriétaires des plus grandes sociétés internationales) a commencé à prendre le pouvoir, et tout ce qu'il faisait n'était pas connu à l'époque par les dirigeants du gouvernement (élu) américain. Même le président américain Harry S. Truman a été gardé dans le noir, et parfois trompé, sur certaines choses que l'OSS (précurseur de la CIA) et la CIA faisaient. Par exemple, Truman ne savait probablement pas qu'en 1948, la CIA avait perpétré son premier coup d'État en Thaïlande et avait établi le financement hors-la-loi de la CIA par le trafic international de stupéfiants (plus de détails ici) [3]. Le budget actuel de la CIA n’est pas limité au financement en direct des contribuables américains. Cette source de financement illégale a été cruciale pour de nombreuses opérations de la CIA et rend les pots-de-vin non traçables.
Un coup d'État subversif de droite, centré sur les États-Unis mais opérant dans tous les pays alliés des États-Unis, a ainsi progressivement pris le dessus dans les anciens pays alliés des États-Unis et qui étaient anti-nazis. Ce coup d’État lent a été coordonné au niveau international parmi les oligarques (les contrôleurs des sociétés internationales) de tous les pays participants. Mais il était dirigé internationalement par les oligarques américains, à partir de la mort de FDR.
Certaines des opérations majeures du  Deep State ont été courageusement rapportées dans un documentaire rare de la BBC, en 1992, montré dans cette vidéo. Comme il est clair, ces agents de l'État Profond se considéraient comme des révolutionnaires. Ils étaient des héros, à leurs propres yeux. Voici deux courts extraits de cette vidéo:
8: 35-9: 00: "Alors que les Allemands [nazis] se retiraient, ils ont laissé des agents secrets dans les pays qu'ils avaient occupés. ... Pour les Allemands en retraite, ils étaient les élitistes les plus loyaux. Ils ont été sélectionnés parmi les SS et les Légions Noires fascistes. Ils devaient devenir les fantassins de la prochaine guerre, sur le point de commencer.
10h25-10h55: "Puis [le commandant en second de l'OSS] Jim Angleton [James Jesus Angleton] est apparu en août [1945]. Il a commencé à recruter des fascistes, parce qu'il a dit que la meilleure façon de contrôler les communistes était d'embaucher des fascistes. L'un des plus durs était le prince Valerio Borghese, qui dirigeait ce qu'on appelait la dixième flottille. Ce sont les gars qui exécuteraient les partisans [anti-fascistes] et les accrocheraient aux lampadaires partout en Italie. "
Donc, à peine quelques mois après la mort de FDR le 12 avril 1945, l'Etat Profond de l'Ouest était déjà en pleine phase de démarrage, pour obtenir finalement une victoire fasciste, non seulement contre l’URSS, mais aussi contre les pays occidentaux eux-mêmes. C'est cela, la réalité historique, à propos de l'Ouest, après la Seconde Guerre mondiale.
Le présumé père d'Angleton, James Hugh Angleton, aurait été assigné par le chef de l'OSS, Bill Donovan, à l'opération X-2 de l'OSS pour identifier autant d'agents fascistes secrets en Europe qu'il le pouvait; et, "à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le X-2 avait découvert environ 3.000 agents de l'Axe." Le fils présumé (Jésus) récoltait maintenant les moissons de son père présumé, qui ont fleuri en ce que nous avons aujourd'hui. Cependant, le dossier officiel du gouvernement américain de "Angleton, James H. Jr." "Age: 28" date: 4 décembre 1945 "(voir page 4 là) indique qu'il (Hugh) doit être né vers 1917. Et pourtant la date de naissance officielle de son fils présumé, James Jesus Angleton, était le 9 décembre 1917. La nécrologie du New York Times du 7 mars 1973, "James H. Angleton décédé à 84 ans; Officier  de la National Cash Register ", affirme que:
En tant qu'officier de liaison entre l’O.S.S. et la cinquième armée, il a assisté la mission du gouvernement militaire en Italie et a capturé des codes, des fichiers de cartes et des documents importants pour la sécurité américaine.
Après la guerre, il retourne en Italie et travaille pour la restauration du commerce et de l'industrie italiens et pour un gouvernement stable et démocratique.
Il a été pendant de nombreuses années président de la Chambre de commerce américaine en Italie.
Au lieu d'être né en 1917, il était né en 1889, ce qui est crédible.
Ainsi, on peut raisonnablement en déduire qu'en 1945, Hugh Angleton, âgé de 56 ans, a transmis à Jesus Angleton, 28 ans, sa liste de contacts d'environ 3 000 agents secrets de Hitler et de Mussolini en Europe, et que ce fils (Jésus) a procédé rapidement pour recruter ces nazis et fascistes secrets pour travailler pour l'OSS. Le père a pu se retirer riche, tandis que le fils a continué à grandir et récolter les bénéfices de ce que son père a semé, pour la guerre de l'Amérique contre la Russie (pas réellement contre le communisme - qui était l'histoire de couverture).
Lorsque l'Union soviétique s’est disloquée  et mis fin à son communisme en 1991 et par la suite, son ancienne alliance militaire du Pacte de Varsovie a été progressivement absorbée par l'OTAN. Même maintenant, une ancienne partie de la Fédération de Russie au sein de l'ex-Union soviétique, l'Ukraine, qui n'est pas un simple allié du Pacte de Varsovie, est invitée à l'OTAN et prépare son adhésion au pacte militaire anti-Russie - dans l'alliance américaine contre la Russie - et espère conquérir totalement la Russie. Le nom du plan américain plus large (dont la reprise de l'Ukraine n'est qu'une partie) est "Nuclear Primacy" Primauté Nucléaire - l'objectif du gouvernement américain est la victoire américaine dans une guerre nucléaire contre la Russie, et cet objectif ne peut être atteint que si les États-Unis lancent une attaque surprise (un blitzkrieg attaque-éclair) nucléaire contre Russie, afin de détruire les armes de représailles de la Russie (suffisamment pour répondre à la norme top-secret du gouvernement américain de ce qui constituerait un préjudice acceptable aux États-Unis d'une attaque de représailles russe). C'est le plan stratégique ultime (et tous les détails de celui-ci sont interdits de publication).
"Primauté Nucléaire" remplace la méta-stratégie antérieure, qui s'appelait "Mutually Assured Destruction" (ou "M.A.D." i.e. Destruction Mutuelle Assurée), basée sur la  la croyance que le but des armes nucléaires est d'empêcher une troisième guerre mondiale, et non de gagner une troisième guerre mondiale.
Cette nouvelle méta-stratégie part de l'hypothèse que le nombre de personnes tuées aux États-Unis et dans les pays alliés par une contre-attaque Russe (répondant à un blitzkrieg  nucléaire brutal surprise américain contre la Russie) reste à un de coût de niveau acceptable (actuellement secret).
Certains experts disent que même les partisans de "Nuclear Primacy" ont ignoré (au lieu de discuter de) l'hiver nucléaire que causerait une attaque nucléaire contre la Russie. La seule raison de la poursuite de la "Guerre froide" (le potentiel d'une guerre nucléaire intentionnelle entre l'Amérique et la Russie) après la fin de l'Union soviétique et de son Pacte de Varsovie et de son communisme, est de faire progresser les valeurs boursières de Lockheed Martin, Boeing, SAIC, et les autres sociétés internationales dont les seules sources principales de revenu sont le gouvernement américain et ses gouvernements alliés. Ces sociétés dépendantes du gouvernement ont pris le pouvoir, exactement comme l’avait annoncé le président américain Dwight Eisenhower qui a publiquement mis en garde le peuple américain à la fin de ses deux mandats, à une époque où le processus était déjà presque achevé, alors qu’il avait lui-même été celui qui avait le plus fait pour faire avancer le complexe militaro-industriel. Son célèbre discours sur le «complexe militaro-industriel» (et son contexte plus large) exhortait les futurs Présidents à essayer de défaire ce qu'il avait lui-même déjà mis en mouvement en Amérique. C'était comme s'il avertissait de fermer la porte de la grange pour que le cheval ne sorte pas, alors que le cheval avait déjà été volé.
Les ventes d'armes des sociétés américaines au gouvernement américain et à ses alliés sont devenues une  partie intégrante de la «démocratie» américaine; personne ne pouvait plus empêcher ce processus d’extorsion de fonds organisé au sommet de l’état.
Maintenant que les prétextes contre les  «islamo-terroristes» pour vendre et acheter leurs armes et leurs services sont en berne, ces oligarques (i.e. l’Etat Profond) concentrent leurs attaques de propagande mensongère sur la Russie et ses alliés, afin que ces magnats de l’armement continuent d’accroître leur richesse, et ne pas perdre la valeur de leurs investissements. Comme l'écrivait l'écrivain Philip Giraldi : «Les entrepreneurs de la défense ont besoin d'un ennemi pour justifier leur existence tandis que les membres du Congrès ont besoin de ces entrepreneurs pour financer leurs campagnes.»
Il interprète la corruption comme étant la raison pour laquelle les États-Unis continuent d'essayer d'atteindre la « Primauté Nucléaire ». Mais cette explication ne dit pas pourquoi les promoteurs de la «Primauté Nucléaire» ne discutent pas de l'hiver nucléaire.
Aucune des estimations publiquement disponibles, derrière la méta-stratégie 'Nuclear Primacy', ne parle de l'hiver nucléaire, qui selon les physiciens suivrait une telle guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie. Cet hiver nucléaire éliminerait virtuellement l'agriculture et entraînerait la famine dans le monde entier, y compris dans le pays «vainqueur».
Et, en conséquence, les oligarques milliardaires qui contrôlent ces entreprises et le gouvernement américain, pourraient subir des pertes énormes. Cela veut dire que le gouvernement des États-Unis représente ces oligarques et non le public. Mais en tout cas: la commercialisation d'armes qui ne conviennent qu'aux guerres traditionnelles, non nucléaires, comme contre les « djihadistes réguliers », a apparemment suivi son cours et produit toute la croissance des ventes que le « business plan » a prévu d'atteindre; et, par conséquent, comme cela a été le cas depuis au moins le temps de l'administration Obama, les États-Unis se préparent activement à une invasion de la Russie.
Le gouvernement américain se comporte comme s’il était la propriété exclusive des producteurs d'armes. Les producteurs d'armes (c'est-à-dire les propriétaires) semblent contrôler le gouvernement des États-Unis.
Considérant que Giraldi et la plupart des autres écrivains anti impérialistes  - qui sont contre le contrôle du monde entier par les milliardaires américains - allèguent que l'origine de cet impérialisme est majoritairement "juif" (Ces Juifs qui se sont unis ensemble sous le nom de "néoconservateurs" après 1960 [4]), une attention publique insuffisante a été accordée à la famille la plus riche du monde, la famille royale saoudienne, qui a la même obsession qu’Israël : conquérir l'Iran.
Le puissant lobby juif aux États-Unis fait pression pour les mêmes objectifs que la famille Saoud; chacun des deux (Israël et les Saouds) pousse à l'invasion de l'Iran, et chacun accepte le reste de la politique étrangère de l'autre. Mais, alors que les lobbyistes juifs sont perçus avec sympathie par le public américain, aucun lobbyiste pour les musulmans n'a le même niveau d'acceptation par le public américain. Pour un sénateur ou un représentant américain qui défend Israël, le public américain accepte beaucoup plus que si la même personne défendait la famille Saoud, qui possède l'Arabie Saoudite, ou bien défendait l'une des 7 familles royales qui possèdent des EAU (ou le Koweït, ou le Qatar, ou même des gouvernements non arabes, comme le Pakistan). Alors que le Conseil de coopération du Golfe (des rois fondamentalistes sunnites) constitue de loin la part du lion des acheteurs étrangers d'armes fabriquées aux États-Unis, Israël dispose non seulement de ressources financières énormes (provenant des oligarques juifs qui possèdent les principales richesses de l’Occident), mais il reçoit en plus chaque année, un don de 3,8 milliards de dollars de la poche des goyim américains, afin qu'Israël puisse acheter les armes américaines.
En contraste avec le statut de « pauvre » relatif d'Israël, le président américain Donald Trump a personnellement vendu à la famille Saoud pour 350 milliards de dollars d’armes peu après être devenu président, et augmenté ce montant à 400 milliards de dollars peu de temps après. Sa vente, aux Saoud, d'armes américaines, est en très grande majorité la plus grande vente militaire de toute l'histoire du monde. Il faut dire aussi que les Arabes saoudiens ne se fatiguent pas pour amasser des fortunes qu’ils dilapident aussitôt, alors que la quasi-totalité des peuples musulmans souffrent de sous développement, voire de famine.
En outre, ce ne sont ni Israël ni les États-Unis qui contrôleraient la Syrie si la coalition des états voyous avait réussi à abattre le gouvernement séculier, laïque, non-sectaire de Bachar al-Assad.   Ce serait la famille des  Saoud, des gens pourris jusqu’à la moelle, des wahhabites fanatiques, auprès desquels les terroristes islamistes daéchiens sont des apprentis. Les USA et Israël se battent en Syrie parce qu’ils agissent en mercenaires grassement payés par l’argent provenant des millions pèlerins musulmans qui visitent, malgré leur dénuement, la Mecque et Médine [5].
Cette alliance de l’Axe du Mal (Arabie, USA, Israël) est une alliance pour les Saoud. Les groupes de mercenaires qui se battent sur le terrain syrien sont des proxies américains, qui ont été formés et dirigés en Syrie principalement par Al-Qaïda. Cela a une longue histoire qui remonte à 1949, avant qu'al-Qaïda existe. De temps en temps, ISIS/Daech en Syrie a également reçu l'aide américaine afin d’y faire avancer le «changement de régime». Parfois, les «rebelles» soutenus par les États-Unis en Syrie ont démissionné parce que les forces américaines transféraient secrètement, à Daech, des armes que les États-Unis avaient initialement fournies à des groupes moins extrémistes.
De plus, la famille Saoud a été (et est peut-être encore) le principal bailleur de fonds d'Al-Qaïda, et peut-être même de l’organisation qui en est dérivée, ISIS/Daech. Bien qu'Israël ait fourni une assistance cruciale à Al-Qaïda et à Daech à certaines occasions, il n'y a aucune preuve publiquement disponible qu'Israël ait financé l'un ou l'autre groupe.
En tant qu'historien majeur de la géopolitique contemporaine, Michel Chossudovsky, a documenté dans un article, «Réunion secrète sur la privatisation de la guerre nucléaire tenue le jour du Hiroshima Day 2003 : à huis clos au quartier général du commandement stratégique»:
Le 6 août 2003, à l'occasion de l’anniversaire de la première bombe atomique sur Hiroshima (le 6 août 1945), une réunion secrète a eu lieu à huis clos au quartier général du commandement stratégique, à la base aérienne d'Offutt au Nebraska. Des cadres supérieurs de l'industrie nucléaire et du complexe industriel militaire étaient présents. Ce mélange d'entrepreneurs de la défense, de scientifiques et de décideurs n'était pas destiné à commémorer Hiroshima.
Le gouvernement des États-Unis, qui se  préparait alors militairement pour « faire face au terrorisme » (entendez par là, détruire les pays faibles pour leur voler leur pétrole, comme l’Irak et la Libye) a décidé un retour à la puissance majeure, au nucléaire stratégique, à l'armement sophistiqué, et un retour au bon vieux temps des dépenses de «défense» illimitées, et des bénéfices de guerre illimités à ces entreprises.
Le Dr. Chossudovsky a continué:
La privatisation de la guerre nucléaire: les entrepreneurs militaires américains préparent le terrain
La doctrine sur les armes nucléaires de l'après-11 septembre était en préparation, les principaux entrepreneurs américains de la défense étant directement impliqués dans le processus décisionnel.
Les réunions de la Journée d'Hiroshima en 2003 ont ouvert la voie à la «privatisation de la guerre nucléaire». Les entreprises tirent non seulement des bénéfices de plusieurs milliards de dollars de la production de bombes nucléaires, mais elles ont aussi une voix directe dans l'établissement du programme concernant l'utilisation et le déploiement des armes nucléaires.
L'industrie des armes nucléaires, qui comprend la production de dispositifs nucléaires ainsi que les systèmes de livraison de missiles, est contrôlée par une poignée d'entrepreneurs de la défense, en tête desquels on trouve Lockheed Martin, General Dynamics, Northrop Grumman, Raytheon et Boeing.
Ce sont des systèmes d'armes qui coûtent des milliards de dollars plutôt que des millions de dollars. Les conseillers généraux des États-Unis et de la sécurité nationale, ainsi que d'autres personnes qui participent à la planification et aux achats d'armes du gouvernement des États-Unis, font la rotation entre les postes officiels du gouvernement et les conseils d'administration de ces entreprises; et, fondamentalement, en tant que professionnels dans leur domaine de travail, ils jouent les deux côtés de cette porte tournante (entre le gouvernement et le «secteur privé») afin de maximiser leurs propres flux de revenus actuels et futurs. Ce ne sont pas des planificateurs de la paix, car ils ne sont payés pour éviter les accumulations d'armes et les invasions. Les gens qui sont payés pour faire le travail de paix n'ont pas autant de choses à vendre, et ils ont beaucoup moins d'acheteurs désargentés pour leurs services (peut-être le public?). C'est ça, la réalité du «marché libre». Un autre mot pour désigner cet état de fait : «corruption». Chaque fois que la richesse est extrêmement concentrée dans un petit nombre, la corruption règne, mais pas le public. Dès qu’un pays a une grande inégalité de richesses, il a nécessairement une vaste corruption et il est automatiquement gouverné par elle.
L'article Wikipédia contrôlé par la CIA sur “Nuclear Winter” (l’Hiver nucléaire) est écrit pour tromper sur le sujet; et, par conséquent, par exemple, il ouvre une de ses sections avec un titre ouvertement propagandiste et avec l’introduction suivante:
Exploitation soviétique
Voir aussi: Influence soviétique sur le mouvement pour la paix § Revendications d'une influence soviétique plus large
Dans une interview en 2000 avec Mikhaïl Gorbatchev (le dirigeant de l'Union soviétique de 1985 à 1991), la déclaration suivante lui fut posée: "Dans les années 1980, vous avez mis en garde contre les dangers sans précédent des armes nucléaires la course aux armements », réponse de  Gorbatchev « Des modèles réalisés par des scientifiques russes et américains ont montré qu'une guerre nucléaire aboutirait à un hiver nucléaire qui serait extrêmement destructeur pour toute la vie sur Terre; la connaissance de cela a été un grand stimulant pour nous, pour les gens d'honneur et de moralité, pour agir dans cette situation. »[216]
Cependant, une évaluation interinstitutionnelle des renseignements de 1984 exprime une approche beaucoup plus sceptique et prudente, indiquant que l'hypothèse n'est pas scientifiquement convaincante.
Bien que l'article de Wiki traite de plusieurs études réalisées dans les années 1980 qui modélisaient les conséquences d'une guerre nucléaire indo-pakistanaise et d'autres relativement petites, il ne mentionne que de manière dédaigneuse l'étude beaucoup plus récente et inclusive:
Dans un article du "Bulletin of the Atomic Scientists" de 2012, Robock et Toon, qui avaient régulièrement intégré leur plaidoyer pour le désarmement dans les conclusions de leurs articles sur l'hiver nucléaire [18], affirment dans le domaine politique que les effets hypothétiques de l'hiver nucléaire nécessitent que la doctrine qu’ils ont développée est active en Russie et aux États-Unis, la «destruction mutuellement assurée» (MAD) devrait plutôt être remplacée par leur propre concept de «destruction auto-assurée» (SAD) [200].
La propagande est strictement faite par Wikipédia, pas du tout par Robock et Toon, dont l'article ne prétend pas remplacer "MAD" par "SAD" ni par quoi que ce soit, mais documente plutôt et affirme M.A.D. - oui, Wikipedia ment carrément, quand il le faut - et leur article résume des études publiées entre 1980 et 2010, dont aucune ne modélisait une guerre entre les États-Unis et la Russie, mais toutes étaient en accord avec la conclusion des auteurs; à savoir, que même ces guerres, beaucoup plus petites, rendraient les choses bien pires pour les deux camps (les deux parties perdraient énormément) et produiraient aussi une famine massive dans de plus vastes régions de la planète. Ensuite, l'article - qui, comme on l'a noté, était à jour en 2012 (pas seulement à partir de ces périodes antérieures) - résumait sommairement, comme suit, tout le travail qui avait été fait sur le sujet jusqu'à ce moment (et non depuis supplanté):
Les nouveaux modèles montrent qu'un conflit nucléaire à grande échelle, dans lequel 150 millions de tonnes de fumée sont projetées dans la haute atmosphère [le minimum qu'une guerre américano-russe ferait], réduirait drastiquement les précipitations de 45 pour cent en moyenne mondiale, alors que les températures chuteraient pendant plusieurs années de 7 à 8 degrés Celsius [13 degrés Fahrenheit] en moyenne et resteraient déprimés de 4 degrés Celsius après une décennie (Robock et al., 2007a). Les humains n'ont pas connu de températures aussi basses depuis la dernière période glaciaire (figure 2). Dans d'importantes régions céréalières des latitudes moyennes septentrionales [y compris les États-Unis et la Russie, ainsi que la majeure partie de l'Europe], les précipitations chuteraient jusqu'à 90 pour cent et les températures tomberaient au-dessous du point de congélation pendant une ou plusieurs années.
Le nombre d'armes nécessaires pour amorcer ces changements climatiques s'inscrit dans la gamme des arsenaux prévus pour la décennie à venir (Toon et al. 2008). Par exemple, l'utilisation de 4.000 armes (le total approximatif des arsenaux américains et russes en 2017 sous New START), chacune avec un rendement de 100 kilotonnes (un rendement typique pour les armes des sous-marins, généralement inférieures de la plupart des armes nucléaires), contre des cibles urbaines ou industrielles produirait environ 180 millions de tonnes de suie [30 millions de plus que cette estimation de 150 millions]. Un seul sous-marin américain transportant 144 armes de 100 kilotonnes pourrait produire 23 millions de tonnes de fumée si ces armes étaient utilisées dans des villes chinoises densément peuplées.
Les effets de la contamination nucléaire s'ajoutent à cette estimation des dommages causés par la fumée.
Les fabricants d'armes américains et leurs agents pourraient ne pas vouloir que le public le sache (et Wikipédia ment sans vergogne à ce propos), mais non seulement les deux parties perdraient une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, mais la planète entière perdrait - et dramatiquement. Les fabricants de cigarettes ont longtemps caché les méfaits de leurs affaires, mais les entreprises de fabrication d'armes privatisées d'aujourd'hui éclipsent la corruption et les dommages que l'industrie du tabac a perpétrés. Les menteurs sont bien payés, mais la vérité est bien plus sombre, et beaucoup plus mortelle - surtout dans ce domaine.
Contrairement à la version romancée de la CIA-Wikipedia, M.A.D. n'était pas une «exploitation soviétique» - c'était plutôt la réalité reconnue par les deux parties, et c'est la réalité même aujourd'hui, malgré les mensonges des fabricants d'armes américains et de leurs énormes forces de vente depuis au moins 2006.
Par conséquent, je déduis par la preuve, que les dirigeants de l'opération de conquête de la Russie sont (a) les propriétaires des grandes entrepreneurs de la défense des États-Unis et (b) leur plus grand client non américain, la famille Saoud. Et, comme par hasard, les plus grands concurrents des Saoud sur les marchés de l'énergie internationale (qui sont leurs propres marchés principaux) sont: la Russie et l'Iran.
Il est logique que les Saoud soient les acheteurs étrangers N°1 d'armes fabriquées en Amérique. Non seulement ils obtiennent les armes, mais, par ce moyen, ils contrôlent le gouvernement américain, qui, à son tour, détermine quelles nations seront les «ennemis» des États-Unis (les cibles du complexe militaro-industriel) et quelles nations seront les «alliés» des États-Unis  (les marchés du complexe militaro-industriel). Les Saoud achètent leurs alliés à bon escient. Leur plan d'affaires comprend, en tant qu'allié le plus important, l'oligarchie américaine; et l'oligarchie israélienne (en tant qu'allié crucial pour ajouter beaucoup à l'impact de l’oligarchie américaine, en les complétant pour gagner les politiques des États-Unis dont les Saoud ont besoin). La combinaison de ces deux leviers de contrôle sur le gouvernement des États-Unis est puissante. Peut-être que dans le refroidissement soudain de l'hiver nucléaire, la région des Saoud deviendra même l'une des régions les plus vertes et les plus productives du monde. Si quelqu'un vit encore pour le voir, ce qui est très improbable.
Où se situe l'UE et où se situe  OTAN anti-Russie dans cette réalité? Certains oligarques européens bénéficient d'une alliance avec les États-Unis, mais d'autres pas. Et, bien sûr, les oligarques américains bénéficient énormément de leur soutien - c'est-à-dire de l'achat de leur soutien, en les soudoyant de façon légale. Cependant, les oligarques nazis européens n'étaient pas supposés avoir été les gagnants de la Seconde Guerre mondiale. Donc: les Européens nazis sont les ennemis de l'Europe, pas ses amis - tout comme les Américains nazis ne sont pas des amis mais plutôt des ennemis du peuple américain. Cela n'a pas changé et ne peut pas changer.
Seuls les Européens peuvent décider quoi faire en ce qui concerne leurs nazis. Et seuls les Américains peuvent décider quoi faire en ce qui concerne les Américains nazis. (Une idée pourrait être de refuser de voter pour les nazis, mais, dans les circonstances actuelles, comment cela serait-il possible?) Sans une tromperie constante, cette situation ne pourrait exister nulle part. Et si les gens sont constamment trompés, ils sont impuissants. La tromperie est l'arme principale de l'opération Barbarossa II, la guerre de l'aristocratie américaine, et non la guerre de l'aristocratie allemande (qui était plus ouvertement physique - militaire - et qui était seulement secondairement basée sur le fait de tromper le public).
Lorsque les Saoud devinrent les alliés de l'Amérique en 1945 par le biais du «Pacte de Quincy» secret entre FDR et Saoud, FDR s'attendait probablement à ce que l'Arabie saoudite se dirige progressivement vers la démocratie. Ce qui s'est plutôt passé, c'est que la famille Saoud et les perdants de l'opération Barbarossa se sont portés directement vers la victoire finale sur l'Occident, par une alliance entre les aristocraties/oligarchies saoudienne et américaine. Les Saoud et les aristocrates/oligarques américains ont gagné; FDR et son héritage démocratique, le peuple américain (ainsi que l’ensemble des peuples musulmans sunnites d’obédience saoudienne wahhabite) ont perdu. Les forces fascistes souterraines s'avèrent être beaucoup plus puissantes que FDR ne l'imaginait. Peut-être que l'OSS l'avait trompé.
Incidemment, tout traité secret (y compris le Pacte de Quincy) est inconstitutionnel. Rien de tout cela n'est arrivé démocratiquement. C'était un coup d’état furtif lent. C'est ce qui a créé les alliances d'aujourd'hui et les cibles d'aujourd'hui.
Ainsi, bien qu'Hitler ait perdu, sa cause  a progressé lentement et méthodiquement vers la victoire, et elle est dirigée par les aristocraties/oligarchies des États-Unis et de l'Arabie Saoudite.
Pour comprendre l'État Profond, ses principes idéologiques fondamentaux doivent être reconnus. Sous Hitler, les droits et obligations héréditaires étaient publiquement reconnus; et la démocratie, la règle sur une terre par les résidents sur cette terre, a été publiquement condamnée. Non seulement le principe héréditaire, mais le principe impérialiste, le droit de conquête étrangère, a été publiquement honoré. Qui applique ces  principes fondamentaux du nazisme aujourd’hui ? 4 états voyous qu’on peut donc qualifier de nazis : les USA, la Grande Bretagne, l’Arabie Saoudite et Israël.
Les deux principes vont naturellement ensemble. La principale raison pour laquelle les Saoud et les autres rois arabes (tous fondamentalistes sunnites) veulent conquérir l'Iran, c'est que l'Islam chiite nie le droit à l'hérédité. (C'est aussi la raison pour laquelle en Syrie, Bachar al-Assad ne revendique aucun droit héréditaire à gouverner, s'il agissait autrement, il violerait l'islam chiite et il serait rejeté par l'Iran.)
La principale raison pour laquelle l'aristocratie américaine veut conquérir la Russie (autre que la richesse des ressources naturelles, qui a toujours été une raison) est que Vladimir Poutine insiste sur le fait que seuls les résidents d'une terre devraient y posséder la souveraineté, mais les aristocraties/oligarques/élites américaines et britanniques insistent sur le droit de conquérir des terres étrangères.
En tant qu'idéologie, le nazisme affirme totalement à la fois le principe héréditaire et le principe impérialiste. C'est ce que confirme également l'alliance américano-israélo-saoudienne. Et c'est pourquoi, par exemple, la CIA a toujours favorisé les monarchies et attaqué les démocraties opposées (celles que l'aristocratie américaine ne peut contrôler).

Titre original : America’s Allies Against Russia & Iran
Source : Eric Zuesse
Traduction / annotations : Hannibal GENSERIC

NOTES
[1] Les ratlines étaient un système de voies d'évacuation pour les nazis et autres fascistes fuyant l'Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ces voies d'évacuation ont principalement conduit à des paradis aux États-Unis, en Amérique latine, notamment en Argentine, au Chili, au Paraguay, en Colombie, au Brésil, en Uruguay, au Mexique, au Guatemala, en Équateur et en Bolivie, ainsi qu'en Suisse. Les autres destinations comprenaient l'Australie et le Canada. Il y avait deux routes principales: la première allait de l'Allemagne à l'Espagne, puis de l'Argentine; la seconde d'Allemagne à Rome à Gênes, puis en Amérique du Sud. Les deux routes se sont développées indépendamment, mais finalement se sont réunies pour collaborer.

Il est temps de laisser tomber le tabou juif

Avec les millions de pèlerins chaque année, les Saoudiens ont de quoi acheter des montagnes d’armes qui ne servent qu’à deux choses (a) enrichir les Américains qui, à leur tour, enrichissent les Israéliens, et (b) massacrer un maximum de musulmans (actuellement, en Syrie, en Irak et au Yémen). Même dans leurs rêves les plus fous, les juifs ne pouvaient rêver meilleur allié. Remarquons ici que le Prophète Mahomet a aboli TOUTES les croyances et rites païens existants avant l'Islam, SAUF le pèlerinage à la Mecque, qui était à l'origine un rite païen. En bon commercial, il a compris que ce pèlerinage allait assurer la fortune de sa tribu et de ses descendants pour l'éternité. PERSONNE, depuis que l'Humanité existe n'a fait mieux !

[6] Ici, il faut signaler qu’un document de la CIA prouve qu’Oussama Ben Laden était un agent de la CIA nommé Tim Osman. Donc les recommandations de Ben Laden lui viennent directement de la CIA.

1 commentaire:

  1. Très vite après la 2e Geurre Mondiale les Americains avait se plan pour la destruction de l'Union Sovietque mai qui avaitcomme desavantage que le bombardement allait détruire tout, Equipement et Humains8 Avec les Armes Nucléaires actuelle ils peuvent détruire les humains et préserver les batiment et l'industrie !

    RépondreSupprimer