vendredi 13 juillet 2018

Syrie: Israël fait marche arrière sur la présence iranienne


Alors que les experts ont décrit la visite de l’envoyé de l’Ayatollah Khamenei à Moscou comme un succès, l’entourage de Netanyahu fait marche arrière et dément l’objectif annoncé de la visite du Premier ministre israélien à Moscou et sa rencontre avec le président russe.  

David Keyes, un porte-parole de Netanyahu, a nié les informations selon lesquelles Tel-Aviv aurait dit à Poutine qu’en cas de sortie des forces iraniennes de Syrie, Israël ne chercherait pas à renverser le président syrien Bachar al-Assad.
Alors qu’on lui demandait de résumer la politique israélienne sur la Syrie, Keyes a prétendu : « Nous ne nous impliquons pas dans la guerre civile, mais nous agirons contre quiconque agira contre nous. »
Reuters avait déjà rapporté, en citant un haut responsable israélien, que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu avait déclaré mercredi à la Russie qu’Israël ne chercherait pas à renverser Assad, mais que Moscou devait encourager les forces iraniennes à quitter la Syrie.
Les responsables israéliens, saoudiens et émiratis ont à plusieurs reprises encouragé leurs homologues américains à envisager de mettre fin aux sanctions relatives à l’Ukraine en échange de l’aide de Poutine pour expulser les forces iraniennes de Syrie.
Les experts disent qu’un tel accord serait irréalisable, même si Trump était intéressé. Ils disent que Poutine n’a ni la volonté ni la capacité de faire pression sur les forces iraniennes pour qu’elles quittent la Syrie.
Suite au succès de la visite de l’envoyé spécial de l’Ayatollah Khamenei en Russie, Vladimir Poutine est allé plus loin en disant que le Premier ministre israélien s’était rendu en Russie pour voir les matches de la Coupe du monde de football 2018.
Iran/Syrie: Israël fait marche arrière
« Je suis très heureux de vous voir à Moscou, cette fois lors de votre visite privée pour la Coupe du monde de football », a déclaré Poutine à Netanyahu au début de leur rencontre cité dans un communiqué du Kremlin contredisant ainsi les propos de Netanyahu sur le maintien au pouvoir d’Assad en échange du départ de l’Iran.


L’ultime étape avant la victoire?
Avec la libération d’Idlib, la guerre syrienne touchera à sa fin, rapporte Sputnik.
Selon un haut officier de l’armée syrienne, les forces gouvernementales sont en mesure de libérer totalement Idlib et cette libération serait égale à la fin de la guerre en Syrie.
L’armée syrienne a ordonné la libération totale des régions contrôlées par les terroristes, a fait savoir à Sputnik un officier de l’armée syrienne.
Syrie: l’ultime étape avant la victoire?
« L’armée est actuellement en mesure de libérer la province d’Idlib. Cette libération sera la clé de la fin cette guerre qui est entrée dans sa huitième année », a déclaré cet officier. Il a également souligné que les prochains jours « surprendront » tout le monde.
« Les terroristes ont signé leur propre arrêt de mort », a-t-il martelé.
La source a ajouté que les troupes syriennes avaient repoussé avec succès les attaques terroristes le long de la frontière avec Idlib. Selon l’officier, l’armée syrienne est parée à tous les scénarios, tant aux niveaux défensif qu’offensif.
Selon les médias locaux, les terroristes basés à Idlib se sont affaiblis suite à des luttes intestines. Au cours des huit derniers mois, lors des confrontations entre différents groupes terroristes, plus de 8 000 terroristes, principalement des membres de Tahrir al-Sham et du Front al-Nosra ont été tués.
Résultat de recherche d'images pour "idlib alep damas"Alors que les forces pro-gouvernementales progressent dans le sud, la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, reste le dernier bastion des terroristes.
Idlib est une ville stratégiquement importante, car elle partage une frontière avec la Turquie et est voisine de la province de Lattaquié, un des principaux bastions du président Assad. De plus, Idlib, est située près d’une autoroute reliant la deuxième plus grande ville de Syrie, Alep, à la capitale Damas.
Source : ParsToday

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire