jeudi 19 juillet 2018

La rencontre Trump / Poutine a dévoilé les dessous du complot néocon contre Trump et la Russie


Quiconque veut vraiment comprendre l'histoire de Russiagate n'a pas besoin de chercher plus loin que le travail de Bill Browder, avocat et financier britannique d'origine américaine. Browder était également « le porteur de valises » d’Hillary Clinton et il a financé les nombreuses activités illicites qui ont défini le Spygate. Étudiez ses actions, analysez ses transactions, comprenez ses vraies motivations et vous comprendrez tout le faux récit connu sous le nom de «collusion russe» - Russiagate.

Qui est Bill Browder?
En un mot, Bill Browder était l'un de ces oligarques américains furtifs qui avaient pour mission de voler tout ce qui peut être volé à la Russie après la dissolution de l'Union soviétique. Il était un agent de la CIA dont les sociétés écrans ont été créées comme une plate-forme à partir de laquelle il pouvait détourner massivement la richesse russe. Rappelez-vous, le C.I.A. est connue sous le nom de La Compagnie dans les milieux du renseignement parce que c'est exactement ce qu’elle est : une gigantesque société de renseignement transnationale qui vend des informations ultra-confidentielles et des données privilégiées, TOUJOURS au plus offrant.
BILL BROWDER: l'agent de la CIA, sioniste néocon,  cheville ouvrière qui a initié la nouvelle Guerre Froide contre la Russie
En raison des tendances communistes radicales de son grand-père Earl Browder, Bill a été recruté par l'Université de Chicago, centre national de l'économie néolibérale et de la philosophie politique néoconservatrice. Il n'y a pas d'autre bastion du marxisme culturel comme l'université de Chicago. Chicago a toujours été la capitale du mouvement de l'exceptionnalisme américain, dicté par la cabale des juifs sionistes du Nouvel Ordre Mondial, dont l'objectif principal est un gouvernement mondial basé en Israël.
"Earl Browder devint le chef du Parti communiste des États-Unis et se présenta pour la présidence américaine en 1936 et 1940. Après la Seconde Guerre mondiale, Earl Browder a perdu la faveur de Moscou et a été expulsé du parti communiste américain. "[1]
Les mêmes lignées de banquiers juifs ashkénazes qui ont supervisé et financé la révolution bolchevique de 1917 en Russie se sont installées à Chicago. C'est pourquoi Chicago a toujours été contrôlée par la machine politique Démocrate. La plus grande région métropolitaine de Chicago est un pôle d'attraction pour les Juifs d'Europe centrale et orientale mécontents, ainsi que pour les juifs russes, qui partagent tous une profonde haine envers leur ex mère patrie, la Russie [Voir : La Mafia judéo-russe : du Goulag à Brooklyn à la domination mondiale ].
C'est ce climat qui a donné naissance à Bill Browder, un oligarque juif américain, unique en son genre, envoyé en Russie par ses maîtres de l'État profond pour dépouiller ce pays de toutes les richesses qu'il pouvait obtenir. Formé et entraîné en tant qu'avocat et banquier d'investissement, il possédait les bonnes compétences pour acquérir frauduleusement des actifs russes pendant la sinistre  période Eltsine, caractérisée par de grands bouleversements économiques et de difficultés financières. Browder a été mis en place pour être le tueur à gages économique par excellence tel que décrit dans Confessions of an Economic Hit Man (Confessions d’un tueur à gages économique) de John Perkins.
Loi Magnitsky
Il n'y a aucun précédent dans l'histoire américaine où un citoyen britannique était capable de persuader le Congrès américain de considérer (beaucoup moins approuver) une telle législation frauduleuse et prédatrice contre une nation étrangère.
C'est exactement ce que Bill Browder a accompli après avoir renoncé à sa citoyenneté américaine pour éviter de payer des impôts sur l'investissement à l’étranger.
Tout comme les oligarques russes, tel l'ancien magnat du pétrole Mikhaïl Khodorkovski, qui a pillé, dévasté et violé la Russie pendant les années  Eltsine, l'oligarque américain Browder a été envoyé par la CIA pour faire la même chose. Sauf que Browder a été attrapé avec « la main dans le sac » juste comme Khodorkovsky.
Certains des oligarques juifs russes voleurs ont fui le pays vers Tel-Aviv, Londres ou New York [ Voir : La Mafia judéo-russe : du Goulag à Brooklyn à la domination mondiale,], et d’autres ont fait la paix avec le président Poutine en acceptant de se mettre au service de la Russie d’abord (et non pas d’Israël ou des USA). Certains comme Khodorkovski et Platon Lebedev ont été emprisonnés parce qu'ils pensaient que leurs maîtres juifs occidentaux et leurs banquiers juifs londoniens les protégeraient. Après que Khodorkovski ait remis son stock de valeurs de Yukos aux Rothschilds, personne ne s'attendait à ce qu'il soit incarcéré dans une prison sibérienne pendant 10 ans.
Sergei Magnitsky
et Bill Browder
Quant à Browder, l'actif de la CIA, il a reçu un accueil enthousiaste de toute la communauté sioniste nécon des États-Unis, du Royaume-Uni et d'Israël. Non seulement a-t-il pu influencer de puissants sénateurs américains tels que John McCain (secrétaire d'État du Deep State) pour adopter ce que l'on appelle la loi Magnitsky, mais Browder a également poussé le Canada à adopter une loi analogue. Combien de personnes dans le monde ont le pouvoir de promouvoir avec succès une législation manifestement illégale dans divers pays, mais qui représente un atout de la CIA?
La pièce maîtresse des réclamations de Browder contre la Russie est que son avocat russe - Sergueï Magnitski - a été tué par « les sbires de Poutine » après qu'il ait découvert un plan de corruption massif en Russie. En fait, ce qui s'est réellement passé, c'est que le gouvernement russe a découvert le vaste réseau de crime et de corruption de Browder. Comme beaucoup d'autres oligarques kleptocrates, Browder a été, pour toujours,  ignominieusement banni de la Russie.
C'est la petite histoire. L'histoire inventée peut être lue ici: Notice rouge: Une histoire vraie de la haute finance, de meurtre et du combat pour la justice d'un homme.
New York Times : Le meilleur vendeur
Comment une œuvre évidente de fiction juvénile tire-t-elle le haut des meilleures ventes du New York Times, sauf par un design délibéré?
Très peu sont au courant mais le C.I.A. ne contrôle pas seulement l'ensemble des médias traditionnels connus sous le nom de Mockingbird Media [1], la Compagnie contrôle également toutes les autres formes de médias pour inclure l'édition de livres. Aucun livre ne s'imprime aux États-Unis sans le visa de la C.I.A. De même, les soi-disant livres d'espionnage comme Red Notice ne font que figurer sur la liste des best-sellers du NYT avec la manipulation artificielle des agents de censure de la CIA de leur siège social à Langley.
La fabrication fantastique par Browder a été promue de cette manière frauduleuse. Des dizaines de milliers de "commentaires favorables de clients" ont été générés par un robot informatique et publié chez Amazon.com
Bien sûr, ces critiques extrêmement favorables et détaillées ont en fait été rédigées par le département Mockingbird Media de la CIA. Elles sont si exubérantes et si exagérées qu'elles se révèlent comme étant à la fois des agents médiatiques artificiels et russophobes.
La vraie tragédie du faux récit de Bill Browder est que la C.I.A. a tué un avocat russe, qui travaillait pour les voleurs oligarques juifs et pour la C.I.A. puis cette dernière a accusé  le Kremlin de ce meurtre. Comme d'habitude pour toutes ces intrigues russophobes fabriquées par la CIA, un assassinat sous faux drapeau a été utilisé pour faire de la propagande mensongère contre la Russie, et cela a marché de manière impressionnante : cette opération de faux-drap a évidemment eu un effet extrêmement négatif sur les relations américano-russes.
Le collecteur de fonds d'Hillary
Ce n'est que ce mois de juillet de l’année de grâce 2018 que le président Vladimir Poutine a dévoilé le pot aux roses. Bill Browder était, en réalité, un collecteur de fonds d'Hillary Clinton, à hauteur de 400 millions de dollars. Oui, c'est le montant en dollars que Browder a détourné de la Russie. Cet argent a ensuite été subrepticement canalisé par des services secrets et a contribué à la campagne présidentielle de Clinton en 2016.
Qui d'autre a la capacité et le cran de lancer illégalement une campagne avec autant d'argent sale ? Parce que les gains financiers de Browder ont été mal acquis, il a fallu le blanchir. Alors pourquoi ne pas l'apporter à la lessiveuse la plus dégueulasse à l'intérieur du Beltway, la fameuse campagne Clinton.
Encore plus gros que ça : Browder s’est positionné de manière délibérée au cœur même des communautés de renseignement et d’espionnage américaines, de sorte qu'il bénéficiait de la protection et de la couverture complètes de ces agences de renseignement et de services secrets lors de ses nombreuses opérations louches.
Qu'est-ce que cela signifie vraiment ? C'est que Browder était aussi très probablement le « porte valises » insaisissable qui a financé toute l'opération de faux drapeau du Russiagate. En raison de sa citoyenneté britannique, de ses affaires financières à Londres et de son passé communiste, il correspond exactement au profil de ces mauvais acteurs (par exemple, Jacob Schiff, chef du la firme d'investissement Kuhn, Loeb and Co.) qui ont financé la révolution russe d’il y a 100 ans à partir de leurs sièges de New York et de Londres [Voir Soljenitsyne condamne l'influence juive sur le peuple russe]
Spygate
Ce qu’indique cette frénésie de crimes sans précédent, c'est que le Spygate dirigé par les Britanniques était aussi une grande partie du portefeuille de Browder. Nous parlons ici d'un James Bond du 21ème siècle dont le quartier général secret était stratégiquement situé à Londres - le cœur de la russophobie. Après tout, ce sont les seigneurs de l'Empire britannique qui ont initié le Grand Jeu contre la Russie il y a des siècles. Ces rapaces suzerains rapaces ne seront jamais satisfaits tant qu'ils n'auront pas volé chaque centimètre carré de la patrie russe et de ses ressources naturelles.
Ce n'est pas la Russie qui a tenté de manipuler les élections présidentielles américaines de 2016, c'étaient les Britanniques.
Si jamais il y avait un conte d'espionnage russo-anglo-américain, c'est le Spygate. Cette opération d'infiltration très complexe mais réelle est le résultat direct de la loi Magnitsky. Alors que Bill Browder et ses acolytes corrompus de la CIA, du FBI et du Ministère de la Justice pensaient pouvoir s'en tirer avec un tel subterfuge traître, ils se sont lourdement trompés. Ils croyaient vraiment qu’Hillary Clinton gagnerait les élections. Le fait qu'ils aient jeté autant d'argent sale dans la campagne d’Hillary témoigne de leur confiance maniaque et de leur orgueil inégalé.
La capture d'écran suivante de la page Wikipedia de Browder révèle des informations très révélatrices. L'un d'entre eux est le fait que Natalia V. Veselnitskaya, l'avocate russe à l'épicentre du meeting de la Trump Tower, avec plusieurs responsables de la campagne. C'est là que les choses deviennent très compliquées à cause de ce qui était vraiment en jeu pour le Kremlin.
Tout d'abord, il est essentiel de comprendre que Veselnitskaya est une vraie patriote russe. Sa véritable mission était de rencontrer le candidat Trump pour l'informer du scandale de l'adoption de la loi Magnitski. La communauté du Renseignement américaine était bien au courant de l'intention de Veselnitskaya et la suivait comme son ombre quand elle était aux États-Unis. Cependant, leur mission réelle était d'empêcher une diffusion à Trump de l'escroquerie Browder. Le C.I.A. était tout à fait consciente de l'ouverture de Trump à la normalisation des relations avec la Russie, et elle mettait tout son possible pour saboter cela.
Ce chapitre particulier (Trump l'a appelé Wiretapgate”) représente seulement une petite partie de l'opération [En cours] Spygate; Cependant, il exprime bien le pur désespoir  que l'establishment américain avait pour empêcher une présidence Trump. Travaillant en très étroite collaboration avec l'establishment britannique, les innombrables co-conspirateurs ont mis en place plan après plan pour contrecarrer une réconciliation entre la Russie et les États-Unis, voulue par les présidents Poutine et Trump.
Conférence de presse conjointe épique
Puis c'est arrivé: Trump et Poutine ont décidé d'organiser une conférence de presse conjointe qui a littéralement secoué le monde. Pour ceux qui l'ont manqué, la vidéo a été postée ci-dessous.
Bien sûr, les manchettes arrivent de partout dans le monde avec toutes sortes de délires hystériques. On peut toujours compter sur l'ancien directeur de la CIA, John Brennan, pour se vanter de la trahison de Trump dont Brennan est lui-même coupable. Voir: JOHN BRENNAN: LA CONFÉRENCE DE PRESSE DE TRUMP EST UNE INFRACTION IMPAYABLE, «TRAHISON»
Néanmoins, avec cette collaboration historique entre Trump et Poutine, la vérité est maintenant connue sur ce braquage de 400 millions de dollars d’argent russe par Browder, et qui ont été donnés illégalement à Hillary. Fait tout à fait remarquable, cette révélation ne représente que la pointe de l'iceberg du Deep State que le brise-glace USS Trump traverse en ce moment même.
BROWDERGATE
Si jamais il y avait un thriller TV ... ou HBO ... ou Netflix, c'est BROWDERGATE.
Bill Browder restera dans l'histoire comme l'homme qui a écrit, produit et réalisé une fausse mini-série fictive qui a relancé la guerre froide avec la Russie.
Car c'est à travers l'activité criminelle extrêmement imprudente de Browder que l'histoire vraie a pu éclater au grand jour. Maintenant comme « le pot aux roses » est dévoilé, le Deep State va avoir du mal à le contenir. Voir: Panique profonde du Deep State après la réunion Trump-Poutine (Vidéo)
Il est important de noter que le BROWDERGATE est beaucoup, beaucoup plus grand qu'une simple contribution illégale (de 400 millions de dollars) à la campagne d’Hillary Clinton. Il s'agit en réalité d'un plan de la CIA hautement classifié pour détruire la Russie de Poutine. Bill Browder a été établi comme le plus grand investisseur étranger en Russie pendant les années de privatisation de masse sous Eltsine. Ce programme en cours est officiellement connu sous le nom d'opération "Quake". Voir: Opération "QUAKE": le plan de la CIA pour détruire la Russie
Pour en savoir plus sur les divers stratagèmes et complots entourant Hillary Clinton et sa candidature ratée en 2016, l'article suivant fournit une pièce majeure du puzzle. Cette histoire est juste une des raisons multiples pour lesquelles les démocrates ont projeté leur culpabilité extrême sur le POTUS. Les chefs démocrates rejettent maintenant sur Trump les transgressions graves dont ils sont eux-mêmes coupables.
________________________________________
________________________________________
Plan d'action
Le mieux que les patriotes du monde entier peuvent faire est de s'asseoir, croiser les bras et  profiter du spectacle. Le film actuellement sponsorisé par la CIA et amené par Bill Browder aux États-Unis va devenir TRÈS intéressant. Plus nous en apprenons sur BROWDERGATE et que nous partageons avec d'autres patriotes, plus vite nous pouvons récupérer notre pays de ceux qui l'ont volé.
Si ses nombreux projets Bill Browder ne sont pas exposés, il n'y aura peut-être pas de lendemain en Amérique ... ou en Russie ... ou n'importe où ailleurs. Le hashtag suivant devrait être diffusé aussi loin et largement que possible afin qu'il devienne aussi viral que le mouvement #MeToo :

#browdergate

 Source : State of the Nation

16 juillet 2018

[1] L'opération Mockingbird (« opération Oiseau moqueur ») est une opération de la CIA destinée à influencer les médias des États-Unis et de pays étrangers.
Commencées dans les années 1950, ces activités ont été rendues publiques par les investigations de la Commission Church en 1975, puis publiées en 1976.
Selon le journaliste d'investigation Carl Bernstein, plus de 400 journalistes travaillaient en collaboration avec la CIA en 1977.
Ce projet employa jusqu'à 3 000 personnes de façon permanente. 
VOIR AUSSI :

USA. L’intouchable Browder, ou comment les oligarques juifs ont pillé la Russie et attaquent Poutine


 Traduit et annoté par Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire