dimanche 7 juin 2020

HOLOCANULAR. Les minces parois internes du Crématorium à Auschwitz : Un petit détail aux conséquences profondes


La salle à l'intérieur de l'ancien crématorium du camp principal d'Auschwitz qui était une morgue selon les plans originaux datant de la guerre aurait été utilisée comme chambre à gaz homicide entre la fin de 1941 / début 1942 et la première moitié de 1943. Il semblerait vraisemblable que l'exploitation d'une chambre à gaz homicide nécessite l'installation de portes étanches qui résiste aux gaz et aux paniques pour garder les fumées toxiques et les victimes à l'intérieur. Bien qu'il n'y ait aucune preuve dans la documentation existante indiquant l'existence de telles portes, l'historiographie orthodoxe rapporte des témoignages indiquant que de telles portes étaient en place. Un examen plus approfondi des plans de guerre révèle que les murs de cette morgue qui devaient soutenir ces portes étaient extrêmement minces, donc incapables de supporter l'installation de portes en acier massives.
La motivation de cet article
Le 20 novembre 2019, j'ai reçu l'e-mail suivant:
"Bonjour, je m'appelle Federico Bussone, je viens d'Italie. Je pense avoir découvert un point faible important dans l'histoire officielle du crématorium du camp principal d'Auschwitz. Pour autant que je sache, ce point faible n’a jamais été mis en évidence par aucun révisionniste, et je voudrais donc partager avec vous ma «découverte».
Il faut regarder le plan original du Crématorium I du 10 avril 1942 (mais aussi celui du 30 novembre 1940).
Dans ces deux plans, le mur du côté gauche (court) de la prétendue chambre à gaz, c'est-à-dire le mur avec la porte d'entrée, est vraiment mince, il ne mesure probablement pas plus de 15 centimètres de large. En tant qu'architecte, je comprends bien qu'une telle cloison n'aurait pu servir que de cloison. Elle n'aurait jamais pu résister aux contraintes produites par l'ouverture et la fermeture d'une lourde porte en acier. Sans parler des coups et de la pression vers l'extérieur exercés par des prisonniers paniqués.
Je tiens à souligner que ce type de mur, construit en petites briques solides liées par du mortier, ne devient assez résistant que lorsqu'il est construit en double rangée. Avec une seule rangée, comme c'est le cas ici, il peut être facilement démoli avec un petit marteau par un seul travailleur, par exemple lors de la rénovation d'une maison.
Il me semble que ce fait important n'a pas été saisi jusqu'à présent. Par exemple, les modèles 3D d'Eric Hunt ont la même (plus grande) épaisseur pour tous les murs. De même pour d'autres dessins que j'ai trouvés dans des publications révisionnistes, etc.
J'espère que ce mail vous sera utile!
Meilleures salutations.
Federico ”
Le récit orthodoxe
Après que l'ancienne caserne militaire polonaise au sud de la ville polonaise d'Oswiecim ait été convertie en camp de concentration par les autorités allemandes après la défaite polonaise en septembre 1939, l'ancien bunker de munitions situé sur le terrain de ce camp a été transformé en crématorium pour l'incinération des restes de détenus décédés ou exécutés. Dans la littérature en temps de guerre et d'après-guerre, ce bâtiment est appelé alternativement l'ancien crématoire ou le crématoire I. La morgue de cette installation aurait été transformée en chambre à gaz homicide à la suite d'un premier test de gazage effectué dans le la prison du camp en septembre 1941. [1] Cela a été affirmé déjà deux mois avant la fin de la Seconde Guerre mondiale par une commission d'enquête combinée polono-soviétique, qui a déclaré ce qui suit dans son rapport: [2]
«Au début de 1941, un crématorium, appelé Crématorium n ° 1, a été inauguré dans le camp d'Auschwitz. […] À côté de ce crématoire, il y avait une chambre à gaz, qui avait, à chaque extrémité, des portes étanches aux gaz avec des judas et au plafond quatre ouvertures avec des fermetures hermétiques à travers lesquelles le «Ziklon» [sic] pour le meurtre de les personnes ont été jetées. Le crématoire I a fonctionné jusqu'en mars 1943 et a existé sous cette forme pendant deux ans. »
En préparation du procès-spectacle polonais de 1947 contre l'ancien commandant du camp d'Auschwitz Rudolf Höss, l'ingénieur polonais Dr. Roman Dawidowski a compilé un rapport d'expertise sur les preuves à l'appui des allégations de gazage homicide à Auschwitz, où nous lisons à ce sujet: [3]
«L'un d'eux maintenant [fin 1941 [4]] a commencé à empoisonner régulièrement les gens avec du Zyklon B et à utiliser à cette fin la Leichenhalle (morgue) du crématoire I […]. Cette chambre […] des deux côtés avait une porte étanche au gaz. »
Jan Sehn, le juge polonais qui a mené l'enquête menant aux procès d'exposition polonais d'après-guerre contre d'anciens membres du personnel du camp allemand d'Auschwitz, a écrit ce qui suit dans son livre de 1960 sur Auschwitz: [5]
«La morgue (Leichenkeller) [6] du premier crématoire d'Oswiecim […] était équipée de deux portes étanches aux gaz.»
Les allégations concernant les portes étanches au gaz dans cette morgue proviennent de témoignages. Parmi eux, Stanisław Jankowski, qui a déclaré concernant les portes de cette pièce dans une déposition le 3 octobre 1980: [7]
"Les deux épaisses portes en bois de la pièce, l'une dans le mur latéral, l'autre dans le mur d'extrémité, avaient été rendues étanches au gaz."
L'autobiographie d'après-guerre de Rudolf Höss, écrite pendant sa garde à vue en attendant son exécution, contient peu d'informations sur les portes de cette prétendue chambre à gaz, mais seulement qu'elles devaient être très solides, car: [8]
«Lorsque la poudre [sic; Zyklon B] a été jeté [dans la chambre à gaz], il y a eu des cris de "Gas!", Puis un grand mugissement, et les prisonniers piégés [PoW russes à gazer] se sont jetés contre les deux portes. Mais les portes ont tenu. »
De plus, Höss parle à plusieurs reprises de la fermeture des portes «vissées» [9], ce qui indique une porte avec des fixations massives en acier que l'on ne trouve pas sur les portes habituelles.
Dans sa déclaration d'après-guerre écrite à l'été 1945, l'ancien SS SS Pery Broad était un peu plus précis sur les portes de cette prétendue chambre à gaz homicide, indiquant clairement qu'il s'agissait d'une porte lourde, étanche au gaz et anti-panique. :[dix]
«Soudain, la porte a été fermée. Il avait été serré avec du caoutchouc et fixé avec des raccords en fer. Ceux qui étaient à l'intérieur ont entendu les lourds boulons fixés. Ils ont été vissés avec des vis, ce qui rend la porte étanche à l'air. Une terreur meurtrière et paralysante s'est répandue parmi les victimes. Ils ont commencé à frapper à la porte, dans une rage impuissante et un désespoir qu'ils ont martelé avec leurs poings dessus. »
Lors de son interrogatoire en préparation du premier procès d'Auschwitz à Francfort, l'accusé Hans Stark a fait les déclarations suivantes dans sa déposition au sujet des portes de cette pièce: [11]
«Dès l'automne 1941, des gazages ont été effectués dans une pièce du petit crématoire, la pièce ayant été aménagée à cet effet. Il pouvait accueillir entre 200 et 250 personnes, était plus élevé qu'un salon normal, n'avait pas de fenêtres et une seule porte qui avait été fermée [au gaz] et avait une serrure comme la porte d'un abri anti-aérien. »
La situation matérielle actuelle
À l'automne 1944, la section de l'ancien crématorium qui contenait la morgue, les toilettes et la salle de préparation / dissection a été convertie en abri anti-aérien pour les SS [12]. À cet effet, les anciens murs intérieurs de cette section ainsi que les murs qui la séparaient de la chaufferie ont été modifiés - j'aborderai cela plus en détail plus tard - et probablement aussi les portes, car la documentation indique que les portes intérieures de l'abri étaient de une nature «simple» [13], donc ni étanche au gaz ni à l'épreuve des fragments, comme cela était initialement prévu, ni à l'épreuve de la panique, comme cela aurait été nécessaire à des fins d'homicide.12
Auschwitz Museum, Main Camp, Sign for Crematorium I
Illustration 1: panneau placé devant l'ancien crématoire de l'ancien camp principal d'Auschwitz juxtaposant la situation avant la conversion du bâtiment en abri anti-aérien (à gauche) à la situation actuelle (à droite).
En 1947, les autorités polonaises fraîchement établies du musée d'Auschwitz ont restructuré le bâtiment, notamment en supprimant certains des murs intérieurs de l'ancien abri anti-aérien. Ce faisant, ils ont tenté de recréer l'État tel qu'il était avant la conversion de cette installation en abri anti-aérien. Au cours de ce processus, un certain nombre d'erreurs ont été commises, notamment la suppression d'un mur qui existait à l'époque précédant l'abri, séparant la prétendue chambre à gaz des toilettes adjacentes. Il ne restait qu'un seul mur intérieur, qui séparait la salle de bain de la salle d'agencement / de dissection. À ce jour, ce mur a un «mur intérieur simple» tel qu'il a été installé lors de la conversion en abri anti-aérien.
Ce n'est qu'après l'effondrement du bloc communiste de l'Est que les autorités polonaises d'Auschwitz ont commencé à reconnaître le fait que l'installation telle qu'elle a été présentée aux visiteurs aujourd'hui n'est pas une «reconstruction» exacte de l'ancienne prétendue chambre à gaz, bien que les guides touristiques l'aient toujours dénaturée. . Un panneau faisant allusion à quelques-unes des inexactitudes de cette reconstruction bâclée n'a été installé près de ce bâtiment qu'au début des années 2000, voir illustration 1. Le mur séparant à l'origine la morgue (ou «chambre à gaz», marqué «c» sur les plans) de les toilettes (marquées «b» sur les plans) manquent aujourd'hui.
La position révisionniste
En partant de l'hypothèse, causée par la fausse déclaration du musée d'Auschwitz depuis une décennie, que l'état actuel du bâtiment est une reconstitution exacte de la situation pendant la guerre lorsque des gazages homicides auraient eu lieu, les révisionnistes ont souligné le fait que les portes existantes (ou leur absence) dans la chambre à gaz revendiquée n'auraient jamais permis le meurtre de masse allégué. Par exemple, le révisionniste excentrique suédois Ditlieb Felderer a écrit en 1980: [14]
«Les montants de porte [de la porte séparant la prétendue chambre à gaz de l'ancienne salle d'agencement / de dissection] sont en bois et la porte elle-même est en bois et en verre. La poignée et le verrou sont si faibles qu'ils continuent de s'effondrer. La porte s'ouvre vers l'intérieur, dans la «chambre à gaz». Lorsque nous avons demandé à MT Szymanski, le conservateur (maintenant à la retraite), comment se faisait-il que les gaz ne se soient pas contentés de briser la fenêtre de cette porte et de s'échapper, il nous a informés qu’il n'avait jamais enquêté sur cette porte, il ne pouvait donc pas nous donner de réponse définitive! »
Gas-tight steel door, wedge lock


Illustration 3: L'une des huit serrures à coin d'une porte en acier étanche au gaz, de type «abri anti-aérien», offerte au camp d'Auschwitz, mais jamais livrée. Le coincement de ces leviers en position de verrouillage pourrait à juste titre être qualifié de «fermeture vissée».
Make-shift air-raid-shelter door of Krematorium I


Illustration 4: Porte d'abri anti-aérien de fortune du Krematorium I en bois avec un mince couvercle en tôle, probablement construite par des détenus dans l'atelier du camp.
Le célèbre rapport Leuchter de 1988 reconnaissait que l'état actuel du bâtiment n'était pas l’original, «puisqu'un mur avait été enlevé» et n'a donc fait aucune déclaration sur la porte actuellement visible. [15] Cependant, à la fin d'un article de 1994, le révisionniste Robert Faurisson, écrivain fantôme du rapport Leuchter, a ajouté deux images comparant la porte massive en acier d'une chambre à gaz d'exécution américaine avec la fragile porte en bois avec vitre qui était visible dans l'ancien crématoire depuis le mur de la morgue jusqu’aux toilettes, et qui  avait été renversée en 1947. La légende de l'image montrant que la porte se lit: [16]
"L'une des trois portes d'une prétendue chambre à gaz nazie pour l'exécution de centaines de personnes à la fois, avec du Zyklon B (cyanure d'hydrogène) (Krematorium I, Auschwitz, Pologne, début des années 40)."
La même illustration avec la même légende trompeuse peut être trouvée dans les éditions anglaises 2000 et 2003 [17], mais a été supprimée dans l'édition 2019. C'est trompeur, car il était bien connu au moment de la publication de ces livres que cette porte ne faisait jamais partie d'une chambre à gaz homicide, même si les guides touristiques d'Auschwitz le prétendaient encore dans les années 1990 et au début des années 2000, et certains pourraient encore de le faire aujourd'hui.
En 2005, la traduction anglaise de la monographie de Carlo Mattogno sur le Krematorium I a été publiée. [18] Bien qu'il contienne la plupart des dépositions de témoins cités précédemment et donne quelques détails sur les diverses restructurations que ce bâtiment a subies, il ne traite pas spécifiquement de la question des portes vraisemblablement installées dans la morgue de ce bâtiment alors qu'elles auraient été utilisées à des fins d'homicide.
La même année a également vu la première édition en anglais (et 2e allemand) de mes Conférences sur l'Holocauste, où j'ai brièvement abordé la question des portes d'accès à la morgue, mais en mettant l'accent sur la porte battante entre la morgue et la chaufferie, montrée sur plusieurs plans d'étage en temps de guerre. [19] Le même accent sur cette porte battante, avec beaucoup plus de détails, peut être trouvé dans la contribution introductive d'Eric Hunt au livre de 2016 de C. Mattogno Curated Lies. [20] Bien que cela prouve que les plans ne reflètent aucun équipement de la morgue à des fins d'homicide, on peut affirmer qu'un tel secret était en fait intentionnel, ce qui signifie que les plans d'étage n'ont tout simplement pas été mis à jour à cet égard, en particulier en ce qui concerne la porte battante, afin de masquer les modifications criminelles apportées.
Documentation existante
Dans un long article de 1998, l'architecte allemand Willy Wallwey, écrivant sous les noms de plume de Hans Jürgen Nowak et Werner Rademacher, a résumé ce que la documentation existante accessible dans diverses archives de Moscou révèle sur les portes étanches au gaz offertes, livrées et installées dans les différents bâtiments à Auschwitz. [21] Wallwey a conclu que les autorités du camp d'Auschwitz avaient en effet demandé des estimations de coût pour des portes en acier robustes, étanches au gaz et probablement aussi anti-panique, mais elles n'ont jamais été livrées. Ces portes avaient même des soi-disant serrures à coin utilisées pour les fermer de manière étanche à l'air, un mécanisme de fermeture qui pourrait être appelé «vissage» des portes comme décrit par les témoins, voir l'illustration 3. [22]
Blueprint of the wall anchor
Illustration 5: Plan de l'ancrage mural pour un cadre de porte en acier robuste et étanche au gaz.
Les deux portes d'abri anti-aérien existantes construites pour le Krematorium I en 1944 lors de la conversion du bâtiment en abri anti-aérien sont faites de planches de bois recouvertes de tôle mince, voir l'illustration 4. Bien que ces portes aient probablement été construites par l’atelier des détenus locaux, jusqu'à présent, aucune documentation à leur sujet n'a été trouvée. Cela prouve que tout ce qui a été construit au camp d'Auschwitz n'a pas laissé de trace dans le dossier documentaire, ou si c'est le cas, qu'il a survécu. Par conséquent, il est concevable que des portes étanches au gaz similaires à celles montrées sur les illustrations 2f. ont en effet été livrés à Auschwitz et y ont ensuite été installés sans laisser de trace documentaire
Les plans
Inventory plan of Krematorium I
Illustration 6: Plan d'inventaire du Krematorium I, daté du 10 avril 1942. RGVA, 502-2-146, p. 21. Ci-dessous: agrandissement de la section des toilettes avec murs adjacents, pivoté de 90 °, avec des cercles gris ajoutés pour mettre en évidence la largeur des murs de 15 cm.
Inventory plan of Krematorium I, enlargement

Bien qu'il ne puisse être exclu que des portes en acier anti-panique et étanches au gaz aient effectivement été livrées à Auschwitz et puissent avoir été réinstallées ailleurs, il peut être exclu, sur la base de plans d'étage en temps de guerre, qu'une telle porte aurait pu être installée dans les ouvertures de porte pertinentes de la morgue du Krematorium I.
Tout d'abord, nous devons être conscients que le cadre d'une porte massive en bois ou même en acier conçue pour résister à une foule paniquée doit être ancrée fermement dans le mur. L'illustration 5 montre un ancrage en acier avec une soi-disant queue d'aronde allant jusqu'à 14 cm (5,5 pouces) dans le mur22. Il va sans dire que le mur lui-même devait être considérablement plus épais que 14 cm.
En ce qui concerne les plans d'étage en temps de guerre de cette morgue, nous voyons que le mur séparant la morgue des toilettes adjacentes et le mur qui la séparait de la salle des fournaises étaient tous deux très minces: 15 cm, ce qui est la largeur d'une brique standard plus du plâtre des deux côtés (voir l'illustration 6). Par conséquent, ces murs n'étaient constitués que d'une rangée de briques disposées sur la longueur. Le mur séparant la morgue de la chaufferie se composait de deux de ces murs avec un espace d'environ 30 cm entre eux (pour l'isolation thermique).
Il n'est pas possible de placer une ancre en acier dans des briques. Dans un tel cas, les briques doivent être retirées, puis l'ancre placée dans un bloc de ciment / béton. Cependant, puisque ces murs ne comprenaient qu'une seule rangée de briques - à moins qu'ils ne soient constitués que d'un cadre en bois de 2 par 5 plus quelques planches, auquel cas nous n'avons plus besoin de discuter de ce problème - retirer une brique pour placer une ancre intégrée en ciment à sa place aurait laissé ce morceau de ciment maintenu en place par rien de plus que les briques en haut et en bas. Un tel morceau se serait détaché très rapidement. Toute secousse violente de la porte aurait délogé ces ancres, plié le cadre et fait que le cadre, y compris la porte, tomberait du mur tôt ou tard.
En d'autres termes, la faible épaisseur de ces murs prouve qu'aucune porte robuste et anti-panique de quelque sorte n'aurait pu y être installée.
La seule option laissée aux traditionalistes est de prétendre que ces murs ont été renforcés à une largeur beaucoup plus épaisse au moment même où la morgue aurait été convertie en chambre à gaz homicide, c'est-à-dire en septembre 1941. Pourtant, aucune preuve n'existe pour cela ni dans le dossier documentaire ni dans les témoignages que je connais.
Comme l'a dit le regretté Pr Robert Faurisson:
"Pas de portes, pas de destruction."
------------------------------
[1]Le récit orthodoxe actuellement accepté du soi-disant premier gazage est résumé succinctement par Danuta Czech, Auschwitz Chronicle 1938-1945, pp. 84-87. Voir la critique de ce récit par Carlo Mattogno, Auschwitz: The First Gassing. Rumor and Reality, 3e éd., Castle Hill Publishers, Uckfield 2016.
[2] Gosudarstvenni Archiv Rossiskoi Federatsii (Archives d'État de la Fédération de Russie), Moscou, 7021-108-15, p. 2f. Par la suite abrégé en GARF.
[3] Archiwum Głównej Komisji Badania Zbrodni Przeciwko Narodowi Polskiemu Instytutu Pamieci Narodowej (Archives de la Commission centrale d'enquête sur les crimes contre le peuple polonais - Mémorial national), Varsovie, NTN, 93; par la suite abrégé en AGK. Le rapport est entré dans les dossiers du procès Höss dans son volume 11. Le passage cité se trouve aux pp. 26f.
[4] Danuta Czech a fixé la date du premier gazage dans cette morgue au 16 septembre 1941; voir op. cit. (note 1), p. 89f.
[5] Jan Sehn, camp de concentration d'Oświęcim-Brzezinka (Auschwitz-Birkenau), Wydawnictwo Prawnicze, Varsovie 1961, p. 125.
[6] Cela devrait être Leichenhalle, car il était en surface, tandis que «Keller» signifie sous-sol / cave.
[7] J.-C. Pressac, Auschwitz: Technique and Operation of the Gas Chambers, The Beate Klarsfeld Foundation, New York 1989, p. 124.
[8] Jadwiga Bezwińska, Danuta Czech (éd.), KL Auschwitz Vu par les SS, Howard Fertig, New York, 1984, p. 93.
[9] Ibid., P. 96, 115, 134.
[10] Ibid., p. 176.
[11] Procès-verbal d'interrogatoire de Hans Stark, Cologne, 23 avril 1959. Zentrale Stelle der Landesjustizverwaltungen, Ludwigsburg, réf. AR-Z 37/58 SB6, p. 947.
[12] Cela résulte d'une lettre datée du 26 août 1944, par Heinrich Josten, chef du département de la protection contre les raids aériens d'Auschwitz, au commandant du camp, Rossiiskii Gosudarstvennii Vojennii Archiv (archives de la guerre d'État russe), Moscou, 502-1- 401, p. 34. Par la suite abrégé en RGVA.
[13] RGVA, 502-2 à 147, p. 12a.
[14] Ditlieb Felderer, «Cahier d'Auschwitz: portes et hublots», The Journal of Historical Review, vol. 1, n ° 4 (hiver 1980), pp. 365-370, ici p. 366.
[15] Fred Leuchter, Robert Faurisson, Germar Rudolf, The Leuchter Reports: Critical Edition, Castle Hill Publishers, Uckfield 2017, p. 47
[16] Ernst Gauss (éd.), Grundlagen zur Zeitgeschichte, Grabert, Tübingen 1994, p. 109.
[17] Ernst Gauss (éd.), Dissecting the Holocaust, Theses & Dissertations Press, Capshaw, Ala., 2000, p. 143; Germar Rudolf (éd.), Ibid., Chicago, 2003, p. 143.
[18] Carlo Mattogno, Auschwitz: Crematorium I and the Alleged Homicidal Gassings, Theses & Dissertations Press, Chicago, Ill., 2005 (maintenant disponible dans sa 2e édition, Castle Hill Publishers, Uckfield 2016).
[19] Germar Rudolf, Lectures on the Holocaust, Theses & Dissertations Press, Chicago, Illinois, 2005, p. 255.
[20]  Carlo Mattogno, Curated Lies: Auschwitz Museum’s Fausses Représentations, Distorsions and Deceptions, Castle Hill Publishers, Uckfield 2016, pp. 30-32. Similaire dans mon livre The Chemistry of Auschwitz, Castle Hill Publishers, Uckfield 2017, p. 104.
[21] Hans Jürgen Nowak, Werner Rademacher, «« Gasdichte »Türen in Auschwitz», Vierteljahreshefte für freie Geschichtsforschung 2 (4) (1998), pp. 248-260.
[22] RGVA 502 1 354 8; 9 juillet 1942; voir Rudolf (éd.), Dissecting the Holocaust, Castle Hill Publishers, Uckfield 2019, p. 326.
Informations supplémentaires sur ce document
2020-06-05
This document is part of a periodical (Inconvenient History).
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.