lundi 29 juin 2020

Le Syndicat du Crime contrôle les systèmes de vote américains


Le documentaire «Hacking Democracy» (2006) suit les militants Bev Harris et Kathleen Wynne, qui deviendront plus tard directeur et le directrice associée du groupe de surveillance des élections à but non lucratif Black Box Voting, alors qu'ils tentent de découvrir dans quelle mesure il serait possible de modifier les résultats sur les machines à voter électroniques de Diebold Election Systems, Inc.

Le moment yoopi ! pour moi était proche de la fin, quand une responsable des votes, en Floride qui avait qualifié ces militants de «théoriciens du complot», et a insisté en disant «circulez, il n’y a rien à voir ici»,s’est mise à sangloter d'émotion lorsqu'elle réalisa finalement qu'elle avait été dupée par le Syndicat du Crime. Malgré de telles révélations, les affaires se sont déroulées comme d'habitude pour ceux qui prennent des décisions d'achat de machines à voter. Ils ont transformé le vote en un exercice futile.
 Hacking Democracy Full Documentary (2006) - YouTubeHacking democracy | Times Tribune Blogs
Andy Stephenson, membre de Black Box Voting de juillet à décembre 2004, a aidé à comparer les documents d'audit dans le comté de Volusia et a obtenu une cassette vidéo secrète de Harris interviewant un laboratoire de test de machines à voter. Wynne a capturé une vidéo en direct de Harris trouvant les enregistrements des machines à voter dans un sac poubelle du comté de Volusia, et a capturé une vidéo des travailleurs des élections du comté de Cuyahoga admettant que les 3% des bulletins de dépouillement initiaux n'avaient pas été sélectionnés au hasard lors de l'élection présidentielle de 2004.
Harris et Wynne ont ensuite entrepris une série de cinq tests de piratage des machines à voter avec le Dr Herbert Hugh Thompson et Harri Hursti en 2005 et 2006. Au cours du documentaire, plusieurs méthodes de falsification des votes sont présentées.
La première consiste à modifier le fichier de base de données qui contient les totaux de vote. Ce fichier est une base de données Microsoft Access standard et peut être ouvert, sans mot de passe, par des moyens normaux en dehors du programme général de vote. Certaines juridictions ont désactivé Microsoft Access, ce qui rend plus difficile la modification de la base de données, mais cette protection s'est avérée être contournée par le Dr Herbert Hugh Thompson via un programme Visual Basic qui recherchait une chaîne de texte et modifiait le fichier par des moyens externes. Cependant, des modifications des résultats dans l'un ou l'autre de ces modes seraient prises si un responsable des élections vigilant comparait les résultats avec des enregistrements de machines à voter.
Une autre technique a été démontrée en piratant le code informatique réel utilisé dans les cartes mémoire Diebold Accu-Vote. Cette méthode a été découverte par l'expert finlandais en sécurité informatique Harri Hursti et est connue sous le nom de «Hursti Hack». Dans ce hack, Hursti a truqué le système de vote à balayage optique Diebold pour faire gagner le mauvais candidat en ajoutant des votes négatifs (moins) à un candidat en course. Cela a abouti, dans cette compétition, a  des votes littéralement soustraits de son total de votes.
Ces méthodes ont été testées par le superviseur des élections du comté de Leon, Ion Sancho, sur le système de vote à balayage optique Diebold utilisé par Tallahassee, en Floride, lors de toutes leurs élections précédentes.
Cette méthode a démontré, contrairement à une précédente déclaration de Diebold, qu'une personne qui tentait de truquer les votes d'une circonscription aurait besoin d'accéder uniquement à la carte mémoire, pas au système de vote à balayage optique ou au logiciel de tabulation. Cette méthode, lorsqu'elle est contre-vérifiée entre le système de vote à balayage optique et le logiciel de tabulation, semble faussement légitime et produit en outre une impression de faux vote zéro pour vérifier que la carte mémoire ne contient aucun vote avant le début du vote. À la suite de ce piratage historique, Ion Sancho a déclaré: "Si je n'avais pas su ce qui se cachait derrière cela, j'aurais certifié cette élection comme un véritable décompte des voix."
Il est à noter qu'après une vague de mauvaise presse, Diebold a abandonné ses produits électoraux dans sa filiale Premier Election Solutions, qu’il a vendue en 2009, à son concurrent Election Systems & Software (ES&S), une filiale de McCarthy Group, LLC (alias McCarthy Capital, une banque d'affaires). En 2014, le groupe privé - non soumis à la surveillance du gouvernement ou des investisseurs - possédait des machines à voter dans 42 États américains.
«Hacking Democracy», présenté par HBO: Vidéo

Source : Crime Syndicate Controls America’s Voting Systems

VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. il y a longtemps que en ce bas monde que d'aller voter ne sert plus à rien.

    RépondreSupprimer
  2. Il suffit que les gens sachent qu'il y a eu des élections .. Ceux qui votent ne décident de rien, ceux qui comptent les votes décident de tout
    Joseph Stalin

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.