samedi 6 juin 2020

SYRIE. L'armée de l'air devient "offensive"

Vendredi 5 juin, à peine quelques heures après le tir de six missiles israéliens contre Masyaf, tirs royalement interceptés par la DCA syrienne, l'US Air Force faisait publier une vidéo mettant en scène l'interception d'un MiG-29 vraisemblablement russe, non loin de la base d'al-Jufra dans l'est de la Libye. Cette vidéo, les Américains l'ont publié peu après que le président turc s'est vanté de disposer d'un important contingent militaire en Libye, qui a réussi à libérer Tripoli, Tarhouna et plusieurs autres localités des mains de Haftar ou ce qui revient au même des mains de l’Égypte et surtout de la Russie, car les Émirats et l'Arabie ont joué dans tout cette histoire le rôle du cheval de Troie US.
Un MiG-29 fraîchement arrivé en Syrie/http://psk.blog.24heures.ch/
Les MiG-29 syriens frapperont Israël?
MIG-29 syriens

Erdogan a même revendiqué ce qu'il a qualifié de "liberté d'action turque" au nord de l'Irak, à Idlib et en Libye", ce qui "renforcera la place de la Turquie au sein de l'OTAN". Il est vrai que la prise de l'aéroport de Tripoli après celle de la base d'al-Watiya, offrent à l'OTAN et à Israël deux bases de campement de taille sur les frontières avec l'Algérie et la Tunisie et sur la côte méditerranéenne. Mais ces avancées ne semblent pas avoir suffi à calmer la crainte transatlantique de voir en Syrie l'émergence d'une Armée de l'air syrienne ultra modernisée.  
Pourquoi les MiG-29 "syriens" font-ils autant peur? 
L'armée syrienne a reçu, mercredi 3 juin, un deuxième lot d'avions de combat MiG-29 de la Russie, selon South Front. La date de la livraison du premier lot n’a pas été annoncée, ce qui prouve que ce genre d'échange entre Moscou et Damas pourrait se faire en coulisse. « Dans le cadre de la coopération militaire et technique entre la Russie et la Syrie, la partie russe a remis le deuxième lot d'avions de combat avancés et modernisés MiG-29 à la Syrie, lors d'une cérémonie à la base de Hmeimim », a déclaré à SANA une source militaire avant d'ajouter : « À partir du 1er juin 2020, les pilotes de l’armée syrienne commenceront à effectuer des missions par ces avions dans l'espace aérien syrien », a ajouté la source.
A en juger les images, des bombardiers russes Su-24 seraient aussi en route vers la Syrie, ce qui signifie que la flotte de combat syrienne est sur le point de vivre une véritable révolution après plus de 10 ans de combats acharnés, révolution qui pourrait changer le rapport de force aérien au Levant. Jusqu'ici Israël et les Etats-Unis se targuaient d'avoir le dessus dans le ciel, voyant dans leur armée de l'air une garantie de succès, certes trop relatifs, dans des combats en cours. Ce n'est plus le cas depuis 1er juin. Les MiG-29S de l’armée syrienne modernisés au standard « SM » comprennent une mise à jour électronique et de l’avionique. Mais, la grande nouveauté concerne de loin la mise à niveau des contre-mesures électroniques appelée avec le système «Talisman ADS», un système capable de contre-mesures électroniques face aux missiles d'interception aériens hostiles lancés par air (AAM) et lancés en surface (SAM) qui utilisent soit le radar ou un capteur infrarouge. Pour un axe US/OTAN/Israël qui a fondé une grande partie de ses attaques anti-DCA syrienne sur de l'électronique, il y a là une terrible sonnette d'alarme qui est tirée, la Syrie étant sur le point de passer dans le ciel du statut défensif à un statut offensif. 
Mais ce n'est pas tout : la livraison de supers MiG-9 à l'armée de l'air syrienne se fait alors que la Russie a ouvert depuis un mois sa base aérienne de Lattaquié sur l'Iran qui y envoie ses missiles tactiques entre autres. Les MiG-29, les Iraniens les connaissent et auront l'occasion de mieux les connaître désormais. Loin donc de réduire leur présence, la Russie et la Résistance continuent à consolider les plates de forme d'une offensive générale contre l'axe US/OTAN. 
DEBKAfile, site proche du renseignement de l'armée sioniste qui s'est bien gardé de reconnaître la défaite de la toute dernière frappe sioniste contre Masyaf écrit :
« Poutine serait occupé à étendre la présence militaire russe - tant au nord-ouest qu’au nord-est. Il y a eu plus de terrains vagues autour de la base aérienne de Hmeimim à Lattaquié, et la base navale russe à Tartous occupe une bonne partie du port méditerranéen. Moscou, qui a acquis des droits d'utilisation de l'aéroport de Qamishli - une enclave sur les terres kurdes, non loin des bases américaines du nord-est de la Syrie - est à la recherche de biens immobiliers sur le territoire environnant. Des témoins locaux rapportent que des officiers russes sont arrivés la semaine dernière dans le village de Qasir Dib, près du coin le plus au nord-est de la Syrie, près de sa frontière avec la Turquie et l'Irak, et ont montré leur intérêt à y installer une autre base ».
USraël déclare la guerre à la Russie ...
Le tir de 8 missiles de croisière israéliens jeudi 4 juin contre Masyaf et l'aéroport militaire stratégique à Hama, a provoqué la réponse prompte de la DCA syrienne et l'interception et la destruction d'au moins la moitié des engins tirés. Les sources militaires russes confirment que les missiles ont tenté de viser l'emplacement des MiG-29 fraîchement livrés à l'armée de l'air syrienne, emplacement protégé par les batteries de missiles S-300 déployés à Masyaf. Par ces tirs, Israël, l’OTAN et les USA ont donc doublement défié la Russie dans la mesure où ils ont cherché à atteindre les capacités renforcées de l'armée de l'air syrienne par la Russie afin de discréditer, encore une fois, les S-300. Mais ce faisant, ils ont bien servi la cause de la Résistance! 
A peine quelques heures après le tir de missiles israéliens contre Masyaf, le ministre libanais des Affaires étrangères a condamné cette frappe, laissant entendre que les choses n'iraient pas dans le sens d'une impunité israélienne! « Les attaques et les agressions répétées du régime israélien contre la Syrie depuis l'espace aérien libanais menacent la sécurité et la paix entre les deux pays », a averti Nassif Hitti, établissant ainsi et pour la première fois, un "lien organique" entre l'espace aérien libanais et celui de la Syrie et parlant d’un rapport direct entre la défense aérienne libanaise et celle de la Syrie. Or cette interconnexion n'a échappé aux observateurs.
Dans une interview à Sputnik radio (version en langue arabe), le général libanais à la retraite, Amin Hoteit a déclaré que la frappe aérienne du jeudi 4 juin contre Masyaf était loin d'être la première mais elle intervient dans un contexte très particulier : «Depuis que la Syrie a pu restaurer ses plates-formes de défense aérienne, Israël n'ose plus violer son ciel et il utilisé donc l'espace aérien libanais pour continuer son agression contre la Syrie. Le régime israélien emprunte en général quatre routes aériennes au sud et au nord, et deux au centre du Liban ciblant la région de Damas et ses environs, la région de Homs et ses environs, ainsi que Hama et ses environs. Israël a également visé Alep. Il y a effectivement un lien dans la série d'agressions israéliennes successives contre la Syrie tout comme il existe un lien entre ces régions cibles qui abritent les sites militaires. Le Liban devra cesser d'être une voie de passage pour Israël alors que la Turquie étend son agression à Idlib et que les États-Unis travaillent à Deir ez-Zor. »
Mais les choses risquent de changer avec de nouveau discours anti-russe tenu à Washington : vendredi 5 juin, le département d’État Us a accusé la Russie d'avoir déstabilisé le Moyen-Orient tout en l'appelant à quitter la région.
Cet avertissement revient à dire que la présence militaire russe en Syrie et en Méditerranée orientale est désormais une cible explicite pour l'axe US/Israël/OTAN et que la Russie devrait en tenir compte. 
Le Liban ne pourra servir indéfiniment de champ de tir contre la Syrie. L'idée d'une livraison de systèmes russes de défense aérienne à courte et moyenne portée pour viser les avions israéliens fait son chemin tout comme la possibilité pour la Russie d'avoir, pourquoi pas, une présence militaire en territoire libanais. Des systèmes de défense aérienne déployés sur une base russe sauraient garantir à la fois la sécurité du Liban lui-même et celle de la Syrie. La Russie serait  extrêmement intéressée par une telle idée, étant donné que le Liban est en Méditerranée orientale et que cette mer est en ce moment le théâtre d'une offensive anti-russe d'envergure par une OTAN/Turquie occupant la Libye et un USsraël qui travaille avec les États croupions arabes (Arabie, Koweït, EAU, Qatar ; Bahreïn, etc.) à l'idée d'un gazoduc transitant vers l'Europe. La frappe israélienne contre Masyaf a été ni plus ni moins un Casus belli israélo-américain contre la Russie. 
Source : Presstv

2 commentaires:

  1. valeureux arabes et musulmans unissez-vous
    l'appui DIVIN est avec vous avec le soutien des russes

    les lâches baissent encore leurs couches culottes

    RépondreSupprimer
  2. Le Liban est en proie à de gros problèmes économiques. Utiliser ce territoire pour attaquer un pays voisin ne respecte pas le droit international. Continuer d'entretenir l'incendie de la guerre plutôt que de chercher à l'éteindre va conduire au désastre.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.