samedi 13 juin 2020

Risque nucléaire : les leçons de 1995 – par Theodore Postol


Le 25 janvier 1995, le lancement d’une seule fusée scientifique depuis une petite île au large de la côte nord-ouest de la Norvège déclenchait le système d’alerte avancée d’attaque nucléaire de la Russie.
Alors que la fusée décollait, elle est d’abord passée par-delà l’horizon de la courbure terrestre jusque dans le champ de vision du radar russe. Une fois son moteur éteint, la fusée a ensuite dérivé vers de plus hautes altitudes — jusqu’au milieu du couloir d’attaque principal entre les champs des missiles balistiques intercontinentaux américains à Grant Forks (Dakota du nord) et Moscou.

Sans que les scientifiques qui l’ont lancée ne le sachent, l’un des étages de la fusée a terminé son vol motorisé à une altitude et une vitesse comparables à celles attendues d’un missile balistique lancé d’un sous-marin Trident. Cette combinaison d’événements correspond parfaitement au modèle d’un scénario d’attaque selon lequel des armes nucléaires explosent à haute altitude intentionnellement dans le but d’aveugler les radars d’alerte avancée avant bombardement majeur des forces nucléaires russes.
Il semble que l’explication immédiate de ce qui s’est passé ce jour-là résidait dans les graves lacunes des appareillages de détection russes. Mais la cause profonde sous-jacente découle de la paranoïa russe. Une peur créée et renforcée par le programme de modernisation de la force nucléaire que les Américains entretiennent de façon implacable, obsessive — et permanente. Cette initiative était, et reste encore aujourd’hui, fortement axée sur l’accroissement de la puissance meurtrière de chaque ogive nucléaire américaine déployée. Elle produit et réaffirme ainsi l’inquiétude des analystes militaires et dirigeants russes que les États-Unis pourraient réellement se préparer à mener et gagner une guerre nucléaire contre la Russie.
La suite de ces événements initialement ambigus a fait l’objet de grandes spéculations à l’Ouest. A l’époque, les tensions politiques entre la Russie et les États-Unis et l’Europe étaient heureusement très faibles mais nous savons que l’alarme a entraîné Boris Eltsine, alors le dirigeant de la Russie, à être contacté et tenu étroitement informé par les autorités militaires russes durant le suivi de la fusée jusqu’à ce que celle-ci atteigne et dépasse son altitude maximale de 1.400 kilomètres.
La situation aujourd’hui est bien plus dangereuse. [1]
Si la fausse alerte de 1995 était arrivée durant une crise politique, les forces nucléaires russes auraient pu être lancées. Les systèmes américains d’alerte lointaine auraient immédiatement détecté ce lancement, ce qui aurait pu mener ainsi au lancement immédiat des forces états-uniennes en réponse au lancement russe.
La raison est que les Russes n’avaient pas d’autre choix que de présumer qu’aveugler ses déclencheurs d’alerte avancée serait une tactique américaine visant à camoufler une bien plus grande volée d’ogives qui n’auraient pas encore dépassé l’horizon du radar — mais qui auraient été lancées plus tôt par des sous-marins Trident dans le nord de l’Atlantique.
Selon la « théorie » guerrière nucléaire, le chaos et la confusion qui accompagneraient une attaque aveuglante pourraient ainsi servir à détruire les forces russes au sol vulnérables avant qu’elles ne puissent être lancées. Cette théorie guerrière particulière ne comprend évidemment aucune évaluation crédible sur la façon dont les attaques et contre-attaques consécutives aux événements de départ anéantiraient le monde tel que nous le connaissons.
Si les alertes spatiales avancées de la Russie avaient fonctionné, les chefs militaires russes auraient immédiatement vu grâce à des satellites haut dans l’espace, qu’au-delà de la ligne d’horizon terrestre rien n’indiquait un lancement depuis les sous-marins Trident dans le nord de l’Atlantique. Ils n’auraient également constaté aucune activité dans le golfe d’Alaska où la flotte Pacific Trident était en patrouille.
Il s’avère qu’à ce moment-là, la Russie disposait en effet d’une observation satellitaire des champs de Grand Forks mais pas de radars au sol opérationnels capables de détecter des missiles entrants venant de Tridents, qu’ils soient dans l’Atlantique ou dans le Pacifique. En résumé, la Russie n’avait aucun moyen de savoir si elle était vraiment attaquée ou si cette fusée isolée en pleine ascension n’était qu’une simple coïncidence.
Aujourd’hui, dans un contexte politique différent, il se peut que la même évaluation prudente de la trajectoire de cette fusée par les dirigeants politiques et militaires russes ne soit pas possible. La Russie a récupéré la Crimée, soutenu la résistance pro russe dans l’Est de l’Ukraine et entamé une modernisation majeure de ses forces conventionnelles [2]. Les États-Unis et l’OTAN ont répondu par des sanctions qui, accompagnées de la chute vertigineuse du prix du pétrole, déstabilisent l’économie russe et menacent la popularité du Président Vladimir Poutine.
En réponse, comme l’a rapporté le Globe la semaine dernière, la Russie a annulé le programme révolutionnaire de « réduction concertée des menaces », datant de 1991, qui avait à la fois sensiblement amélioré le dialogue visant à prévenir la prolifération nucléaire et renforcé les normes de sûreté et de transparence au regard du traitement et du démantèlement des armes nucléaires. Cette action s’est accompagnée d’une nette escalade des opérations militaires et sous-marines russes, augmentant ainsi les risques d’incidents indésirables qui aggraveraient davantage les tensions.
bulletin of atomic scientists 2020 doomsday clock 100 seconds to midnight
2020 Doomsday Clock
De surcroît, les États-Unis continuent sans relâche leur modernisation implacable.
L’actuelle situation est si désespérée qu’il y a à peine quatre jours, le Bulletin of Atomic Scientists a passé l’heure sur leur horloge de l’apocalypse de cinq minutes à trois minutes [avant minuit].
Un développement positif qui nous apportera davantage de sécurité est que la Russie aura bientôt comblé les lacunes de ses réseaux de radars d’alerte avancée. Cependant, les efforts de modernisation du large et coûteux réseau de radars au sol se sont accompagnés de la décision d’abandonner le système satellitaire spatial d’alerte avancée.
Ainsi malgré ce nouveau système de radar d’alerte lointaine, sans l’avantage d’une assistance spatiale, Moscou n’aura toujours que six ou sept minutes au plus d’alerte avancée d’une attaque d’un sous-marin Trident. Cet étroit intervalle de temps est insuffisant à la réflexion, à l’évaluation et à la prise de décision. Cette lacune dangereuse accroît fortement les risques d’accidents irrémédiables impliquant les forces nucléaires stratégiques centrales de la Russie et des États-Unis.
De plus, en sus des questions techniques importantes, une énorme question non technique reste ouverte : les difficultés actuelles de la Russie pousseront-elles Poutine à prendre des mesures malavisées mais nationalistes ?
Les deux camps se doivent de rester très vigilants. Bien que les États-Unis ne puissent pas contrôler les actions de la Russie, ils peuvent agir de manière à réduire les décisions imprudentes de sa part (et de la nôtre). Trois moyens d’y parvenir méritent considération.
Premièrement, les capacités militaires de l’OTAN devraient être soigneusement renforcées afin d’accroître sa capacité à empêcher, et non provoquer, de nouvelles mesures russes négatives. Notamment, la modernisation actuelle des forces conventionnelles russes ne devrait pas permettre de produire des forces supérieures à celles de l’OTAN. Cela exigera des engagements financiers sensiblement plus importants de la part des puissances européennes.
Deuxièmement, les États-Unis devraient mettre un frein à leurs efforts insensés et dangereux de modernisation de leur force nucléaire. Ce programme crée l’apparence que les États-Unis se préparent à mener et gagner une guerre nucléaire contre la Russie. La dissuasion nucléaire présente, avec quelques modifications mineures, est déjà plus que suffisante.
Et enfin, la Russie devrait avoir accès aux technologies des détecteurs satellisés spécialisés. Les Américains ainsi que les Européens disposent de cette technologie et pourraient la fournir, aidant ainsi à corriger cette lacune dangereuse en égalisant le terrain de jeu nucléaire.
De pareilles mesures pourraient facilement s’appliquer sans risque de transfert d’information technique sensible sur les moyens de fabrication de tels détecteurs et pourraient accroître les chances de survivre à de futurs dangereux accidents d’alerte avancée.
On peut s’attendre à ceux-là avec certitude.
Par Thedore Postol
Ancien conseiller auprès du chef des opérations navales de la Marine américaine sur les systèmes tactiques d’armes nucléaires et sur les défenses antimissiles. Il est professeur émérite de science, technologie et politique de sécurité nationale au MIT.
Via Les Crises
Les annotations dans cette couleur sont de H. Genséric
Notes
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. je crois qu'ils sont devenus tous fous !!
    Il faut espérer que la puissance divine et éternelle soit !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.