lundi 8 février 2016

Netanyahu: pour gouverner le monde, nous devons faire d’Israël la « Cyber Superpuissance »


Netanyahu poursuit évidemment une idéologie malfaisante, et cette idéologie a été clairement exprimée avant lui, à travers les époques, et en plusieurs langues, dans les écrits de nombreux écrivains juifs.
Adam Segal est directeur du «  Programme Cyberspace Policy » au Conseil US des Relations Extérieures. C’est aussi un compère israélien travaillant pour la Ligue d'amitié israélo-américaine.  Le mois dernier, Segal est allé en Israël pour écouter le discours de Benjamin Netanyahu. Sa conclusion?
"Nous avons un ordre du jour national et international ambitieux visant à faire d’Israël une superpuissance cybernétique mondiale."
"Le Premier ministre a fait de la cyber sécurité une de ses marques déposées. Il  et un grand promoteur de l'idée que de meilleures défenses du réseau sont essentiels pour la sécurité nationale et que l'industrie de la sécurité de l'information est un moteur de la croissance économique (Israël a maintenant plus de 300 entreprises de cyber sécurité, les exportations de 6 milliards $, et 20 pour cent de l'investissement privé au monde dans le cyber) ....
"Le Premier ministre a utilisé une métaphore médicale pour expliquer les responsabilités du gouvernement dans la défense du pays contre les cyber attaques. Le rôle du gouvernement consiste à immuniser des organisations et des individus en développant les meilleures pratiques et les normes que tout le monde devrait être prévu pour mettre en œuvre ".
Grâce à notre cyber superpuissance, le gouvernement sera en mesure de faire des choses incroyables, tels que le traitement de certains types d'infections, et dans certains cas, de faire des attaques massives et généralisées qui pourraient être assimilés à des épidémies ..." [1]
"Welcome to my world."
Welcome to My World
Maintenant, voici le « clou » de son intervention.
«Compte tenu du scepticisme de longue date d’Israël à l'égard des Nations Unies, M. Netanyahu a dénigré l'idée de normes informatiques universelles. Au lieu de cela, il a plaidé pour une réunion des pays « aux vues similaires » pour définir des normes communes   à ces partenaires et d’imposer des sanctions contre les pays qui violeraient ces normes. Le gouvernement utilisera la réunion annuelle Juin à l'Université de Tel-Aviv pour pousser cet agenda ". [2]
Comprenez : un "code universel des normes informatiques,  ou cyber-normes " obligerait le régime israélien à se conformer à une loi universelle qui serait appliquée à tous les pays. Au lieu de cela, Netanyahu a préconisé "une réunion des pays aux vues similaires."
Évidemment des Etats terroristes comme l'Arabie saoudite ou bien les Etats-Unis seraient sur cette liste des «pays aux vues similaires.". L'Iran ou la Russie en seraient certainement exclues. Mais le point central du discours de ce démagogue fou est qu’il continue à crier de tous ses poumons, pratiquement chaque semaine, et à dire des choses bizarres comme l'Iran a l'intention de "détruire les Juifs," [3] , mais le même homme fou construit un empire de cyber superpuissance.
Et ce n'est pas tout.

The Times of Israël rapporte ce qui suit.
«Israël a pour objectif de construire une coalition internationale pour forcer principaux géants des médias sociaux dans le monde pour qu'ils empêchent leurs plates-formes de colporter l'incitation au terrorisme.
"Le mouvement, qui a été dévoilé par le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan lors de la réunion du cabinet de dimanche, vise à exiger Facebook, Twitter, Youtube, et autres réseaux sociaux à prendre une plus grande responsabilité pour un tel contenu." [4]
Gardez à l'esprit que le terrorisme, pour les Israéliens, est tout ce qui ne leur plaît pas. S'ils pensent qu’une personne émet ce que les sionistes appellent des opinions antisémites, alors cette personne serait un terroriste.
En ce sens, Norman Finkelstein, John J. Mearsheimer, Noam Chomsky, Gilad Atzmon, Miko Peled, entre autres, sont des terroristes potentiels. Gardez également à l'esprit que c’est ainsi que le régime israélien a fini par assassiner la militante pacifiste, âgé de 23 ans, Rachel Corrie.
 caroline-glick-2
Revenons à 2012. J’avais alors posé le même genre de question à Caroline Glick du Jérusalem Post d'une manière légèrement différente. J'également eu une longue interaction avec David Turner du même journal sur des questions similaires.
Glick a l'habitude de faire des affirmations générales avec peu ou pas de preuves. Elle axiomatique a affirmé, de manière axiomatique, que des gens comme Mearsheimer et Walt ont non seulement des opinions antisémites, mais en plus, ils mettent à jour « Les Protocoles des Sages de Sion » dans leur livre « Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine ». [5]
Je demandai Glick, "Si quelqu'un critique le gouvernement américain ou la politique américaine, pensez-vous que cette personne soit anti-américaine, par définition?" elle a rapidement répondu : "Non". "Alors, comment pouvez-vous dire sérieusement que Mearsheimer et Walt sont antisémites pour avoir critiqué Israël dans un ouvrage bien documenté?"
Glick a alors complètement cessé de répondre, car elle semblait avoir été frappée par un mur de briques en plein visage. Le fait qu'elle n'a pas répondu à la substance du Lobby israélien.
Manifestement, la logique et la raison ne faisaient pas partie de son discours idéologique.
________________________________________
Un autre point important ici est que Netanyahu, de toute évidence, cherche à atteindre un objectif diabolique, et cet objectif a été clairement détaillé dans les écrits de nombreux juifs au cours des siècles. Dans un discours prononcé à la B'nai B'rith en 1902, Solomon Ehrmann, un Juif viennois, envisage un avenir dans lequel "toute l'humanité aura été judaïsée et aura rejoint le B'nai B'rith."
Lorsque cela se produira, "non seulement le B'nai B'rith, mais tout le judaïsme aura rempli sa tâche." [6]. Selon l'historien Albert S. Lindemann de l'Université de Californie, pour Ehrmann, "judaïsation = illumination." [7]
Pour que cette "illumination" ait lieu, une grande partie du monde doit être sous le joug d'un système idéologique où la raison  joue peu ou pas de rôle. Si vous pensez que cela est juste de la pure spéculation, alors écoutez Baruch Lévy, un des correspondants de Karl Marx:
"Le peuple juif pris collectivement sera son propre Messie ... Dans cette nouvelle organisation de l'humanité, les fils d'Israël dispersés maintenant sur toute la surface du globe ... deviendront partout l'élément de décision sans aucune opposition ...
«Le gouvernement des nations formant la République-Universelle ou République-Mondiale passera ainsi, sans aucun effort, dans des mains juives grâce à la victoire du prolétariat ... »
"Ainsi, la promesse du Talmud [17] sera exaucée, et que, lorsque l'époque messianique sera venue, les Juifs contrôleront les richesses de toutes les nations de la terre." [8]
Des sentiments identiques ont été trouvés dans les écrits de nombreuses personnes aux vues similaires au cours des siècles. Dans une lettre à Moses Hess, Heinrich Graetz, le père de l'historiographie juive moderne, a écrit que les gens comme lui ont besoin de trouver du plaisir à "flageller les Allemands». Dans la même lettre, Graetz a déclaré: «Je suis impatient d’avoir le plaisir à flageller les Allemands et leurs leaders -Schleiermacher, Fichte, et toute leur misérable école romantique ". [9]
Pourquoi? Eh bien, parce que "la promesse du Talmud" ne peut pas être remplie si ces leaders continuent de faire appel à la tradition intellectuelle et morale de l'Occident, qui a été en grande partie basée sur le Logos [16]. Graetz et Hess ont, tous les deux, voulu démontrer, tout au long de leurs écrits, un sentiment de supériorité raciale juive. Et les deux étaient conscients que cette supériorité raciale juive était en conflit avec la culture et la tradition allemande, qui, encore une fois, a été basée sur le respect de la vérité.
Graetz croyait que la civilisation européenne a souffert d'une identité "moralement et physiquement malade», une déclaration qui a irrité les intellectuels allemands à travers le temps [10]. Lindemann note que «il y a peu de doute que le sentiment de la supériorité juive a été clairement exprimé" dans  les travaux de Graetz, travaux qui ont été lus par des intellectuels juifs allemands de diverses obédiences [11].
Après la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne est devenue asservie à une poignée de Terroristes. D’ailleurs, un diplomate israélien du nom d’Adi Farjon a indirectement admis cela.
"Un porte-parole de l'ambassade d'Israël à Berlin a récemment déclaré à des journalistes israéliens qu'il était dans l'intérêt d’Israël de maintenir vivante la culpabilité allemande concernant l'Holocauste, et qu'Israël ne cherchera pas la pleine normalisation des relations entre les deux gouvernements." [12].

Si Graetz et Hess étaient vivants aujourd'hui, ils auraient probablement été ravis de voir ce qui se passe en Allemagne en ce moment. Ils auraient probablement applaudi Daniel Pipes et les néocons en Amérique pour avoir perpétué les guerres en Irak, en Afghanistan, en Libye et en Syrie, guerres qui sont évidemment responsables de la crise des réfugiés en Europe.

 "Non, je ne peux pas discuter de la vraie mafia [18]. Je ne veux pas être taxé d'antisémite "

….
Ces réfugiés n'ont pas causé de guerres en Syrie et ailleurs.
Israël a toujours voulu créer un conflit en Syrie depuis des temps immémoriaux [13]. Il faut également savoir que le pays qui a commencé la guerre en Syrie a refusé d'accepter des réfugiés [14]. Israël même retourné en Syrien une fille qui "a demandé l'asile." [15]
traduction Hannibal GENSERIC
[1] Adam Segal, “Cyber Superpower: Netanyahu Reveals Bold Plans for Israel,” National Interest, January 27, 2016.
[2] Ibid.
[3] For a recent rant, see Herb Keinon, “Netanyahu: Where’s Europe when Iran, ISIS, Hamas call for another Holocaust?” Jerusalem Post, January 27, 2016.
[4] David Shamah, “Israel eyes world coalition to force social media platforms to block incitement,” Times of Israel, January 19, 2016.
[5] Caroline B. Glick, “Column One: Mainstreaming anti-Semitism,” Jerusalem Post, January 19, 2012.
[6] Albert S. Lindemann, Esau’s Tears: Modern Anti-Semitism and the Rise of the Jews (Cambridge: Cambridge University Press, 1997), 331.
[7] Ibid.
[8] Quoted in E. Michael Jones, The Jewish Revolutionary Spirit and Its Impact on World History (South Bend: Fidelity Press, 2008), 1066.
[9] Lindemann, Esau’s Tears, 141.
[10] Ibid., 140.
[11] Ibid., 139-140.
[12] Nir Gontarz, “Israeli Diplomat in Berlin: Maintaining German Guilt About Holocaust Helps Israel,” Haaretz, June 25, 2015. This is probably one reason why Angela Merkel is completely useless in dealing with the crisis.
[13] “’Israel wanted Assad gone since start of Syria civil war,’” Jerusalem Post, September 17, 2013; Dan Williams, “In public shift, Israel calls for Assad’s fall,” Reuters, September 17, 2013; “Israel wants Syria’s Assad ‘gone,’” PBS, September 17, 2013; “‘US presses Russia over removal of Assad,’” Jerusalem Post, May 27, 2012.
[14] “Israeli leader rejects calls to accept Syrian refugees,” Boston Globe, September 7, 2015; Mark Weiss, “Binyamin Netanyahu resists call for Israel to accept refugees,” Irish Times, September 6, 2015.
[15] Benjamin Weinthal and Yonah Jeremy Bob, “Israel returns Syrian girl who sought asylum,” Jerusalem Post, January 29, 2014.

[16] Dans la pensée grecque antique, le logos  est au départ le discours parlé ou écrit. Par extension, logos désigne également la raison, forme de pensée dont on considère qu'elle découle de la capacité à utiliser une langue. 

[17]  Les racines talmudiques du sionisme