vendredi 12 février 2016

Représailles militaires américaines contre la Turquie

Un Rapport confidentiel du Ministère russe de la Défense (MoD) circulant aujourd'hui au Kremlin, et destiné au Conseil de sécurité (SC) russe, indique que les États-Unis, ont demandé le 11/02/2016, aux Forces aériennes de la Fédération de Russie (AF),  l’autorisation de vol et "d'accès au combat" sur la ville syrienne d'Alep en Syrie, ce qui lui a été accordé. Deux bombardiers de l'US Air force sont alors intervenus et ont rasé complètement au moins 7 centres de commandement et de contrôle des services de renseignements turcs (MIT) œuvrant comme appuis à l’organisation terroriste al-Nosra, branche locale d’al-Qaïda. Cette opération vient en représailles car la Turquie avait abattu, le 14 janvier 2016, deux hélicoptères américains et tué leurs 12  "Marines".
Selon ce rapport, les vols américains de combat sur les régions du nord de la Syrie, où Alep se trouve, étaient cloués au sol depuis que, l'an dernier, les  défenses aérospatiale des Forces ont été grandement améliorées suite la provocation Turque ( destruction d'un avion de guerre russe le 24 Novembre 2015), et que le président Poutine a qualifiée de "coup de poignard dans le dos".
Le 14 Janvier, ce rapport continue, ce sont les Américains qui ont été poignardés dans le dos par les Turcs, lorsqu'un avion de l'armée de l'air turque a abattu 2 hélicoptères des Marines américains tuant les 12 soldats à bord, et qui étaient en  mission de ravitaillement des conseillers des forces spéciales américaines qui aidaient les  combattants kurdes luttant contre l'Etat islamique (ISIS / ISIL / Daesh). Voir notre article : La Turquie abat deux hélicoptères américains et tue  12 soldats Marines.
Bien que le régime Obama ait gardé caché à ses citoyens ce meurtre délibéré par la Turquie de ces 12 Marines américains, ce rapport note, les événements d'hier prouvent qu'il n'a pas été oublié.   
Les contacts ont été établis entre les commandants russes et  le CAOC (Combined Air Operations Center US), basé à Al-Odeid au Qatar, concernant les intentions de deux bombardiers américains A-10  Warthog” qui avaient décollé de leur base aérienne d'Incirlik (IAB) en Turquie et qui volaient dans un circuit d'attente juste au nord de la frontière syrienne
Après avoir été avisé par le CAOC de la «mission de vengeance" que ces bombardiers A-10 sont chargés d'effectuer, les commandants russes ont alors demandé une déclaration publique de la part des Américains stipulant qu'aucun personnel, équipement ou aéronef russe ne serait ciblé (intentionnellement ou non) par les Américains. CE qui, dans les 20 minutes qui ont suivi, a été accepté. Le colonel de l'armée américaine Steve Warren, un porte-parole de la "Task force-opération Resolve"(CJTF–OIR), à Bagdad en Irak , a déclaré : "l'armée américaine ne prévoit pas actuellement d'intervenir contre le régime syrien ni contre l'assaut russe sur Alep, ni d'effectuer des largages aériens pour les civils affamés bien que «la situation dans et autour d'Alep est, à notre avis, devenue catastrophique", mais "notre point focal est vraiment de vaincre Daech, de sorte que notre objectif demeure inchangé ".
Immédiatement après que les commandants russes aient reçu cette déclaration publique de "l'intention de non-agression" contre les forces russe, l'autorisation a été accordée pour ces deux avions de combat A-10 d’entrer en Syrie, survoler Alep, et remplir leur mission de combat "vengeance" contre la Turquie.
Plus bizarrement, immédiatement après que ces 2 avions A-10 de l'US Air Force ont terminé leur mission  "vengeance" et sont retournés à l'espace aérien turc, le colonel Warren de l’US Army à Bagdad, a  «manifestement menti" quand il a publié une déclaration disant que des Forces aérospatiales avaient bombardé deux hôpitaux à Alep. Ce qui a entraîné une réplique du porte-parole du ministère de la Défense Russe, Igor Konashenkov, qui a déclaré : «Hier, à 13h55 heure de Moscou (10h55 GMT), deux avions d’assaut A-10 américains sont entrés dans l'espace aérien syrien en provenance de Turquie, ont volé droit sur  la ville d'Alep et y ont bombardé des objectifs là-bas. "
Le porte-parole Konashenkov, a,  en outre, souligné que le colonel Warren a oublié de mentionner les coordonnées soit les hôpitaux, ou le temps des frappes aériennes ou des sources d'information, "absolument rien".
La "recherche précise" dans ce que ces deux avions A-10 ont ciblé, ce sont ces "objectifs de vengeance» , c'est à dire les grands centres de commandement et de contrôle tenus par les services de renseignement turc (MIT), et leurs agents à Alep soutenant al-Nosra, et qui ont été les principaux bénéficiaires de l'aide de la Turquie.
Et même si le régime Obama essaie maladroitement de porter leur destruction sur la Russie, ses efforts ont échoué, et ont généré une réaction immédiate de la part du président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan. Bien que refusant de reconnaître publiquement le meurtre des 12 Marines américains, Erdogan a fustigé Obama dans une tirade en colère qui a commencé avec "Eh, l’Amerique !" et a continué avec lui disant: «Je vous ai dit de nombreuses fois, vous êtes [soit] à côté de nous, soit aux côtés des organisations terroristes. Vous n’avez pas une bonne compréhension d'eux, et c'est la raison pour laquelle la région est devenue une mer de sang »,
En outre, Erdogan peste contre le soutien d'Obama au Parti démocratique kurde syrien (PYD) et à sa milice, les unités de la protection (GPJ) populaire, que les États-Unis ne classent pas comme groupe terroriste. Erdogan continue en mettant en garde: «Nous avons la preuve écrite! Nous disons «c’est un groupe terroriste. Mais les Américains se levent et disent« non, nous ne les voyons pas comme des groupes terroristes. Les Alliés ne disent pas les uns aux autres « l'ennemi de mon ennemi est mon ami. » Vous devez avoir des principes. Mais il n'y a pas de principes ici ".
Pire encore, ce rapport note,  Erdogan est tellement en colère qu’ Obama ait entièrement détruit son centre de renseignement à Alep qui aidait les terroristes, qu’il a déclaré qu'il se prépare à lanser sur l'Occident une crise encore plus grave de réfugiés en expulsant de Turquie tous les réfugiés syriens et dont le ministère de la Défense russe avertit que, parmi ces réfugiés, il y a des milliers de tueurs terroristes fuyant Alep, qui est en voie de libération, et qui ont abandonné leurs armes en prétendant être des civils.
Mais quant à la façon pathétique le régime Obama a effectivement devenir à provoquer cette «duplicité et la misère", conclut ce rapport, a été laissé au ministère de la Défense porte-parole Konashenkov d'articuler, et qui a dit:
Il est tout à fait possible que l’objectif principal du régime Obama soit la destruction à la fois de la Turquie et de l'Arabie Saoudite,  ce qui, si cela devait arriver, apporterait enfin la paix au Moyen-Orient, de telle sorte que  les Américains aient enfin ce qu'ils ont toujours voulu avoir, le pétrole.

Source : http://www.whatdoesitmean.com/index1998.htm
 Hannibal GENSERIC 

VOIR AUSSI :  Qu’est-ce qui fait flipper ERDOGAN ?
=======================================================

porte-parole du ministère russe de la Défense Konashenkov 
Les Etats-Unis tentent d’accuser la Russie de bombardements aériens indiscriminés de la province d’Alep qu’ils ont effectués eux-mêmes, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

"Mercredi dernier, le représentant officiel du Pentagone, Steve Warren, a déclaré depuis l'Irak que des avions russes auraient largué des bombes sur deux hôpitaux de la ville d'Alep", a indiqué le militaire.
"Comme nous en avons convenu, nous n'allons rien dissimuler à nos partenaires américains. Hier mercredi à 13 h 55 min (heure de Moscou, ndlr), deux chasseurs américains de type A-10 sont entrés dans l'espace aérien syrien depuis le territoire turc et ont effectué des bombardements contre des sites stratégiques dans la ville d'Alep. Cependant, le caporal Warren a décidé de passer ce fait sous silence", a-t-il relevé.
"Ainsi, au moins 50.000 Syriens, toujours selon lui, auraient été privés de services indispensables. Cependant, il n'a su rien ajouté là-dessus: ni les coordonnées des hôpitaux, ni l'heure exacte des bombardements en question, ni la source de ces renseignements. Rien de plus", a souligné le porte-parole.
"Nous avons étudié de plus près toutes les données disponibles sur les bombardements effectués hier dans la ville d'Alep. Malheureusement, j'ai de mauvaises nouvelles à annoncer au caporal Warren: il s'est trompé. Hier, les forces aériennes russes n'ont pas effectué de raid au-dessus d'Alep. Leur cible la plus proche se trouvait à plus de 20 kilomètres de la ville. Cependant, les forces aériennes de la coalition antiterroriste ont bel et bien survolé ce territoire", a-t-il ironisé.
Et d'indiquer: "Nous ne sommes pas encore parvenus à déterminer exactement ce qu'ils avaient bombardé dans la ville d'Alep. Il est probable que parmi les sites endommagés figurent les deux hôpitaux. Bien entendu, nous comptons étudier cela plus profondément".
Ministère de la Défense Press Service
"Ils (le Pentagone, ndlr) profèrent des accusations sans fondement à notre égard afin de se dédouaner. S'ils continuent à le faire, nous serons contraint de tenir simultanément deux points de presse: un pour nous et l'autre pour les militaires de la coalition qui se disent professionnels", a-t-il martelé.
Et d'ajouter: "Certaines chaînes américaines et européennes vont encore plus loin. Elles essaient de faire passer plusieurs images montrant la ville d'Alep en ruines, qui ont été prises avant le début de notre opération, pour les conséquences de l'implication militaire russe en Russie. On reconnait là-derrière la main d'un chef d'orchestre expérimenté".
"Aujourd'hui, il est devenu tendance d'accuser la Russie de tous les maux et de passer sous silence, comme un secret d'Etat, l'efficacité de leur propre opération aérienne en Syrie", a-t-il conclu.
Le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a rappelé un incident similaire survenu récemment. La chaîne Euronews avait montré le représentant du commandement central américain en train de commenter les succès de la lutte contre l'EI en s'accompagnant de séquences des bombardiers russes Tu-160.
L'incident n'est pas unique en son genre. Un blogueur russe a dénoncé hier le reportage de France 2 sur les frappes aériennes françaises en Syrie dont les séquences montraient des extraits de vidéos du ministère russe de la Défense.