mercredi 22 décembre 2021

Le jour où il faut se défaire de l'OTAN approche

 Sortez de notre porche. Sortez de notre jardin. Et restez en dehors de notre arrière-cour.
Cela pourrait être un résumé grossier de deux projets de pactes de sécurité que le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï A. Ryabkov a livrés la semaine dernière comme prix de la Russie pour résoudre la crise créée par ces 100.000 soldats russes aux frontières de l'Ukraine.

Les demandes de Ryabkov semblent être un ultimatum virtuel, conçu pour être rejeté par les États-Unis et l'OTAN et pour fournir à Moscou un prétexte pour une invasion et une occupation de tout ou partie de l'Ukraine.

Parmi les revendications maximalistes russes :

- Des garanties écrites de l'OTAN qu'elle n'admettra plus dans l'alliance de la guerre froide vieille d’il y a  70 ans les ex républiques soviétiques, en particulier l'Ukraine, la Géorgie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

- Les armes offensives doivent être tenues à l'écart des pays frontaliers de la Russie.

- Les États-Unis et la Russie devraient éloigner leurs navires de guerre et leurs bombardiers stratégiques des territoires respectifs de l’un et de l’autre. Les États-Unis devraient renoncer à implanter des bases militaires dans l'un des cinq pays « stans » d'Asie centrale qui faisaient autrefois partie de l'URSS.

- L'OTAN devrait retirer les infrastructures militaires qu'elle a installées dans les États d'Europe de l'Est après 1997.

Cette date est significative. Car ce n'est qu'en 1999 que la Pologne, la Hongrie et la République tchèque ont rejoint l'OTAN. Et l'adhésion de l'Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Roumanie, de la Bulgarie, de la Slovaquie et de la Slovénie n'est intervenue qu'en 2004.

La Russie appelle à la création d'une zone de sécurité autour de ses frontières pour inclure toute l'ex-Union soviétique et au-delà, où les bases militaires américaines et de l'OTAN seraient interdites.

Le fait que les demandes de Ryabkov étaient spécifiques et rendues publiques suggère qu'elles doivent être prises au sérieux et que le président russe Vladimir Poutine les soutient. Le vice-ministre des Affaires étrangères appelle à l'ouverture immédiate à Genève de négociations sur ces pactes de sécurité.

Avant de rejeter purement et simplement ces demandes russes, les États-Unis devraient examiner de près pour voir s'il n'y a pas certaines questions sur lesquelles un compromis est possible et un terrain d'entente peut être trouvé afin que la crise ukrainienne puisse être désamorcée.

Un haut responsable américain a été cité comme indiquant ceci :

    "Il y a certaines choses dans ces documents dont les Russes savent qu'elles seront inacceptables … mais il y a d'autres choses avec lesquelles nous sommes prêts à travailler et qui méritent une discussion."

Les États-Unis ont déjà signalé, avec l'avertissement du président Joe Biden à Poutine au sujet de « sévères … sanctions économiques » en cas d'invasion de la Russie, que nous excluons la guerre et limitons toute réponse américaine à des moyens non militaires.

Le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, a déclaré qu'il est également peu probable que le Royaume-Uni envoie des troupes pour défendre l'Ukraine si la Russie envahit, car l'Ukraine n'est pas membre de l'OTAN.

Les États-Unis ou l'OTAN n'entrent pas non plus en guerre pour que la Géorgie valide ses revendications sur l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, comme nous l'avons montré en 2008. En août, le président George W. Bush restait immobile alors que la Russie de Poutine chassait les envahisseurs géorgiens d'Ossétie du Sud.

Encore une fois, l'Amérique ne va pas faire la guerre pour la Géorgie ou l'Ukraine. Nous l'avons démontré avec notre inaction dans la guerre russo-géorgienne de 2008, dans les crises de Crimée et du Donbass en 2014, et dans la crise ukrainienne de 2021. Alors, pourquoi ne pas trouver un moyen de transmettre cette réalité, pour éviter une invasion russe de l'Ukraine et la guerre que Kiev perdrait sûrement ?

Si l'Ukraine et la Géorgie ne seront pas admises dans l'OTAN ou ne recevront pas de garanties de guerre au titre de l'article V, pourquoi ne pas le dire publiquement maintenant ?

Ce qui se passe aujourd'hui, c'est qu'après des décennies de déplacement de l'OTAN vers l'est de l'Elbe vers les États baltes et les frontières de la Russie elle-même, les poulets de l'expansion de l'OTAN rentrent chez eux pour se percher.

Depuis la fin de la guerre froide, l'OTAN a doublé de taille.

Nous avons maintenant des garanties de guerre exceptionnelles entre les États-Unis et l'OTAN pour 28 nations de l'autre côté de l'Atlantique, dont certaines sont de minuscules nations au cœur de l'Europe de l'Est, dans l'ombre même de la Russie, le plus grand pays sur terre.

Le jour ne peut pas être loin où les États-Unis devront revoir et abandonner les engagements de la guerre froide qui datent des années 40 et 50, et qui nous obligent à combattre une puissance nucléaire comme la Russie pour des pays qui n'ont rien à voir avec nos intérêts vitaux. ou notre sécurité nationale.

L'appel de Ryabkov à des négociations américano-russes à Genève pourrait être le point de départ d'une réévaluation publique de nos engagements de la guerre froide.

Pour toutes les concessions que nous faisons sur la non-extension de l'OTAN à l'Ukraine et à la Géorgie, nous pouvons exiger des concessions réciproques de la Russie. De nouveaux accords sur les armes visant à limiter les missiles américains et russes en Europe et à restreindre le nombre d'opérations aériennes et navales américaines et russes près des frontières de nos pays respectifs semblent négociables.

Une guerre russo-ukrainienne, que Kiev perdrait presque sûrement, serait un désastre pour les deux nations.

Le gagnant serait la Chine. Car une telle guerre ne laisserait à la Russie aucun autre endroit vers lequel se tourner pour un partenaire économique, politique et stratégique. Et les intérêts américains ne sont pas servis par la cimentation de l'alliance entre Pékin et Moscou.

Source : The Day to Discard NATO is Near ;
22/12/2021
by Pat Buchanan,

VOIR AUSSI : 

Ultimatum russe à l’Occident

1 commentaire:

  1. Il faut se poser sérieusement la question s'il existe encore en occident des politiciens avec un cerveau capable de raisonner. Cette politique qui consiste toujours à ostraciser la Russie est stupide. Poutine devrait pousser ses pions (d'échec) jusqu'au bout et envahir l'Ukraine pour rétablir le Président légitime chassé par un coup d'Etat formaté par les puissances de l'OTAN.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.