vendredi 3 décembre 2021

La Russie prévient que "le scénario cauchemardesque d'une confrontation militaire revient" en Europe. Le spectacle de clowns du NATOstan

Sergeï Lavrov a déclaré que "le scénario cauchemardesque d'une confrontation militaire est de retour"
• Le ministre russe des Affaires étrangères a fait cette remarque alors que les tensions s'intensifient au sujet de l'Ukraine
• Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a mis en garde contre un éventuel mouvement militaire de Kiev
• La Russie aurait déjà déployé des légions de troupes à la frontière
• Les forces russes ont reçu l'ordre d'être « prêtes au combat » par le général d'armée Shoigu
• Tout cela survient alors que de hauts diplomates américains et russes se rencontrent aujourd'hui pour discuter de la montée des tensions
• Les États-Unis ont déclaré qu'une invasion russe de l'Ukraine entraînerait une réponse internationale.

Le ministre russe des Affaires étrangères a averti que "le scénario cauchemardesque" des conflits militaires en Europe est de retour alors que les tensions continuent de s'intensifier à propos de la situation en Ukraine.

S'adressant aujourd'hui à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Sergueï Lavrov a déclaré que les tensions continuaient de monter sur le continent, ce qui pourrait entraîner une guerre.

Dans son discours, Lavrov a également déclaré qu'il espérait que les propositions de la Russie sur un nouveau pacte de sécurité européen seraient soigneusement examinées.

"L'architecture de la stabilité stratégique est rapidement détruite, l'OTAN refuse d'examiner de manière constructive nos propositions pour désamorcer les tensions et éviter des incidents dangereux", a déclaré Lavrov.

« Au contraire, l'infrastructure militaire de l'alliance se rapproche des frontières de la Russie. Le scénario cauchemardesque de la confrontation militaire est de retour. »

Cela survient alors que le Kremlin a déclaré aujourd'hui que le désir de Kiev de reprendre la Crimée – qui a rejoint la Mère Patrie suite à un référendum en 2014 – est une « menace directe » et a ordonné aux troupes russes de rester « prêtes au combat » au milieu des spéculations sur une invasion de l'Ukraine.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré aujourd'hui que Moscou s'inquiétait de la possibilité d'un mouvement militaire ukrainien dans l'Est de l'Ukraine, malgré les informations selon lesquelles la Russie aurait déployé près de 100.000 soldats près de la frontière ces dernières semaines.

Moscou a insisté sur le fait qu'il n'avait pas l'intention d'envahir et a accusé l'Ukraine et ses soutiens occidentaux d'avoir prétendu dissimuler leurs propres desseins agressifs.

 

The Russian Foreign Minister Sergei Lavrov (pictured today) warned the Organisation for Security and Cooperation in Europe that 'the nightmare scenario' of military conflicts in Europe is returning as tensions continue to escalate over the situation in Ukraine
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (photographié aujourd'hui) a averti l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe que "le scénario cauchemardesque" des conflits militaires en Europe est de retour alors que les tensions continuent de s'intensifier à propos de la situation en Ukraine
A militant of the self-proclaimed Luhansk People's Republic walks at fighting positions on the line of separation from the Ukrainian armed forces in the outskirts of Kirovsk in Luhansk Region, Ukraine December 1, 2021.
Un militant de la République populaire autoproclamée de Lougansk marche sur des positions de combat sur la ligne de séparation des forces armées ukrainiennes à la périphérie de Kirovsk dans la région de Luhansk, en Ukraine, le 1er décembre 2021

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait déclaré mercredi que la Crimée était un territoire ukrainien et que l'objectif de Kiev était de la "libérer".

Il s'est toutefois concentré sur des solutions diplomatiques et n'a fait aucune mention de la prise de la péninsule par la force.

"S'exprimant au parlement, Zelensky a déclaré que le retour de la Crimée devrait être l'objectif principal et la philosophie de l'Ukraine", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

«Nous voyons cela comme une menace directe pour la Russie. Une telle formulation signifie bien sûr que le régime de Kiev entend utiliser tous les moyens disponibles - y compris la force - pour empiéter sur une région russe. C'est ainsi que nous inclinons à le percevoir. »

Les troupes ont reçu l'ordre du ministre de la Défense et du général d'armée Sergueï Choïgou de rester en alerte à leurs postes pendant deux week-ends couvrant les 18 et 25 décembre.

Il intervient alors que de hauts diplomates russes et américains se réunissent aujourd'hui à Stockholm, en Suède, pour s'entretenir sur le renforcement de l'armée russe à la frontière ukrainienne.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré aujourd'hui qu'une invasion de l'Ukraine se heurterait à une réponse de " la communauté internationale ", tandis que le secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken a mis en garde contre des " sanctions à fort impact
Tens of thousands of Russian troops have amassed near the Ukrainian border in recent weeks, sparking fears of an imminent invasion. (Pictured: Marines of the Baltic Fleet forces of the Russian Navy train in the zone of obstacles during military exercises at the Khmelevka firing ground in the Kaliningrad region, Russia November 24, 2021)
Des dizaines de milliers de soldats russes se sont rassemblés près de la frontière ukrainienne ces dernières semaines, faisant craindre une invasion imminente. (Sur la photo : les marines de la flotte baltique de la marine russe s'entraînent lors d'exercices militaires sur le terrain de tir de Khmelevka dans la région de Kaliningrad, Russie, le 24 novembre 2021)
Ukrainian forces meanwhile are preparing to repel any offensive, with the government appealing to the international community for help in combatting any Russian incursion into Ukrainian territrory (Servicemen of the Ukrainian Air Assault Forces attend military drills in Zhytomyr Region, Ukraine November 21, 2021)
Des militaires des forces d'assaut aérien ukrainiennes assistent à des exercices militaires dans la région de Jytomyr, en Ukraine, le 21 novembre 2021

La carte ci-dessus reflète la propagande de l'OTAN et ne montre pas nécessairement  la réalité 

In this file handout satellite image released by Maxar Technologies taken on November 1, 2021 shows Russian tanks, armoured personnel carriers and support equipment amid the presence of a large ground forces deployment on the northern edge of the town of Yelnya in Russia, close to the Ukrainian border

Cette image satellite publiée par Maxar Technologies prise le 1er novembre 2021 montre des chars russes, des véhicules blindés de transport de troupes et du matériel de soutien au milieu de la présence d'un grand déploiement de forces terrestres dans le nord de la ville de Yelnya en Russie, près de la frontière ukrainienne


Kremlin spokesman Dmitry Peskov today said: 'Speaking in parliament, Zelensky said that the return of Crimea should be the main goal and philosophy of Ukraine. We see this as a direct threat to Russia. The likelihood of hostilities in Ukraine is still high' (Peskov pictured Nov. 28)

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré aujourd'hui: "S'exprimant au parlement, Zelensky a déclaré que le retour de la Crimée devrait être l'objectif principal et la philosophie de l'Ukraine. Nous voyons cela comme une menace directe pour la Russie. La probabilité d'hostilités en Ukraine est toujours élevée » (Peskov photographié le 28 novembre)

« Tout ce que nous ferons sera fait dans le cadre d'une communauté internationale. Le meilleur des cas, cependant, est que nous ne verrons pas une incursion de l'Union soviétique en Ukraine », a déclaré Austin, croyant que la Russie est encore l'Union soviétique !!.

Les autorités russes ont également signalé ce matin que leur service de contre-espionnage du FSB avait arrêté trois espions ukrainiens recueillant des informations sur des "installations stratégiques" - dont l'un aurait planifié une "attaque terroriste".

"La probabilité d'hostilités en Ukraine est toujours élevée", a déclaré Peskov.

«Cela reste un sujet de préoccupation et d'inquiétude particulier pour nous. Nous assistons à une augmentation de l'intensité des actions provocatrices sur la ligne de contact. »

Dans le même temps, un proche allié de Poutine, le général d'armée Shoigu a annoncé hier : « J'ai signé un arrêté accordant des jours de repos au personnel militaire les 29 et 30 décembre. En retour, nous travaillerons les 18 et 25 décembre. Je demande que le niveau nécessaire de préparation au combat, d'ordre public et de discipline militaire soit maintenu dans les troupes. »

En réponse, Austin a déclaré aujourd'hui que toute réponse américaine aux actions de la Russie envers l'Ukraine serait menée en collaboration avec la communauté internationale, tandis que Blinken a averti Moscou de retirer ses troupes de la frontière ukrainienne, affirmant qu'une invasion russe provoquerait des sanctions qui frapperaient Moscou. plus dur que tout imposé jusqu'à présent.

Ukrainian President Volodymyr Zelensky had said on Wednesday that Crimea was Ukrainian territory and Kiev's goal was to 'liberate' it via diplomacy. 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à gauche) avait déclaré mercredi que la Crimée était un territoire ukrainien et que l'objectif de Kiev était de la "libérer". Il s'est toutefois concentré sur des solutions diplomatiques et n'a fait aucune mention de la prise de la péninsule par la force. Pendant ce temps, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (en bas, à gauche) a déclaré aujourd'hui que toute réponse américaine aux actions de la Russie envers l'Ukraine serait menée en collaboration avec la communauté internationale.

 

US Defence Secretary Lloyd Austin today said that a 'Soviet' invasion of Ukraine would be met with a response from 'the international community' 

Les troupes russes ont reçu l'ordre du ministre de la Défense et du général d'armée Sergueï Choïgou (photo de gauche) de rester en alerte à leurs postes pendant deux week-ends couvrant les 18 et 25 décembre. Le président russe Vladimir Poutine (à droite) a été accusé d'avoir attisé les tensions avec l'Ukraine ces dernières semaines en autorisant le renforcement de dizaines de milliers de soldats russes près de la frontière.

Lorsqu'on lui a demandé si les retombées sur la Russie seraient strictement économiques, Austin a refusé de répondre directement, affirmant seulement que les «meilleures méthodes» seraient utilisées.

L'Ukraine, une ancienne république soviétique qui aspire à rejoindre l'Union européenne et l'OTAN, est devenue le principal point de friction chaude entre la Russie et l'Occident alors que les relations se sont détériorées à leur pire niveau au cours des trois décennies écoulées depuis la fin de la guerre froide.

L'Ukraine affirme que la Russie a déployé plus de 90.000 soldats près de sa longue frontière commune, tandis que les images satellites américaines semblent montrer une accumulation massive d'armes, d'équipements et de personnel militaires expédiés vers la frontière.

A l'inverse, Moscou accuse Kiev de poursuivre sa propre montée en puissance militaire et a défendu son droit de déployer des troupes sur son propre territoire comme bon lui semble.

Kiev a démenti toute intention d'essayer de reprendre les régions rebelles par la force, accusant la Russie de débiter des "propagandes absurdes" afin de couvrir ses propres intentions agressives.

Blinken a déclaré aujourd'hui qu'il espérait qu'une solution diplomatique à la tension croissante pourrait être trouvée avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Le meilleur moyen d'éviter la crise est la diplomatie, et c'est ce dont j'ai hâte de discuter avec Sergueï", a déclaré Blinken avant d'entamer des pourparlers avec Lavrov.

The Russian president (L) and army general (R) are firm friends. Here they are pictured in the woods during a holiday in Siberia, 2018

Le président russe (L) et le général d'armée (R) sont de bons amis. Ici, ils sont photographiés dans les bois pendant des vacances en Sibérie, 2018

Il a déclaré que Moscou et Kiev devraient chacune remplir leurs obligations dans le cadre du processus de paix de Minsk de 2014, qui visait à mettre fin à une guerre entre les séparatistes pro-russes et les forces gouvernementales ukrainiennes dans l'est de l'ancienne république soviétique.

Washington était prêt à faciliter cela, a déclaré Blinken, mais "si la Russie décide de poursuivre la confrontation, il y aura de graves conséquences".

Lavrov a déclaré aux journalistes que Moscou était prêt à dialoguer avec Kiev.

"Nous, comme l'a déclaré le président Poutine, ne voulons pas de conflits", a-t-il déclaré.

Les deux hommes se sont entretenus une trentaine de minutes en marge d'une réunion de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à Stockholm, au plus haut niveau entre les deux parties depuis un sommet entre Poutine et le président américain Joe Biden en Juin.

« Si Moscou choisit la voie de l'escalade militaire, le secrétaire (Blinken) a clairement indiqué que les États-Unis et nos alliés sont prêts à imposer des coûts importants », a déclaré le porte-parole du département d'État, Ned Price.

Source : DailyMail

Le spectacle de clowns du NATOstan

L'hystérie américaine à propos de l'invasion russe « imminente » de l'Ukraine a fait exploser tous les Stupid-o-Meter géopolitiques en vue – et c'est tout un accomplissement.

Quel bordel. Des sections de l'État profond américain sont en révolte ouverte contre le combo qui contrôle à distance « Crash Test Dummy », qui se fait passer pour le POTUS. L'axe néocon-néolibéral a hâte d'avoir une guerre - mais n'a aucune idée de comment la vendre à une opinion publique extrêmement fracturée.

UKUS, qui contrôle de facto l'escroquerie d'espionnage Five Eyes, n'excelle que dans la propagande. Donc, en fin de compte, c'est à l'axe du renseignement de la CIA/MI6 et à leur vaste réseau de chihuahuas médiatiques d'accélérer la peur et le dégoût à l'infini.

Le Think Tankland russophobe américain adorerait infiniment une « invasion » russe, à l'improviste, et se moquerait de l'inévitable écrasement de l'Ukraine. Le problème est que la Maison Blanche – et le Pentagone – doivent « intervenir », avec force ; sinon cela représentera une perte catastrophique de « crédibilité » pour l'Empire.

Alors que veulent ces gens ? Ils veulent provoquer Moscou par tous les moyens disponibles pour provoquer une « agression russe », entraînant une guerre rapide comme l'éclair qui sera une autoroute de l'enfer pour l'Ukraine, mais sans aucune victime pour l'OTAN et le Pentagone.

Alors l'Empire du Chaos blâmera la Russie ; déclencher un tsunami de nouvelles sanctions, notamment financières ; et essayera de couper tous les liens économiques entre la Russie et l'OTANstan.

La réalité veut que rien de ce qui précède ne se produira.

Tous les représentants du leadership russe, à commencer par le président Poutine, ont déjà expliqué, maintes et maintes fois, ce qui se passerait si les Ukro-démentiels entamaient une blitzkrieg sur le Donbass : l'Ukraine sera impitoyablement écrasée - et cela ne s'applique pas seulement à l'ethno- gang fasciste à Kiev. L'Ukraine cessera d'exister en tant qu'État.

Le ministre de la Défense Shoigu, pour sa part, a mis en scène toutes sortes de persuasion pas vraiment douces, mettant en vedette des bombardiers Tu-22M3 ou Tu-160 White Swan.

L'inestimable Andrei Martyanov a expliqué de façon concluante , maintes et maintes fois, que “ l'OTAN n'a pas de forces non seulement pour « contre-carrer » tout ce que fait la Russie, mais même si elle le voulait, elle n'a toujours pas les moyens de mener une guerre avec la Russie. "

Martyanov note, “ il n'y a rien dans l'arsenal américain maintenant et dans un avenir prévisible qui puisse intercepter les missiles Mach=9-10+, sans parler de M=20-27. C'est le problème. La même méthode d'analyse s'applique à une situation en 404. La seule chose que les États-Unis (OTAN) peuvent espérer est de provoquer d'une manière ou d'une autre la Russie dans l'invasion de ce pays de merde, puis d'obtenir tous les SIGINT possibles une fois que le C4ISR de la Russie entrera en mode de combat complet. "

Traduction : quoi que l'Empire du Chaos et sa filiale de l'OTAN essaient dans le Donbass, directement ou indirectement, l'humiliation fera ressembler le « retrait » de l'Afghanistan à un dîner aux restaurants parisiens l’Arpège ou le Septime.

Personne ne devrait s'attendre à ce que des marionnettes ignorantes de l'OTAN – à commencer par son nunuche secrétaire général Stoltenberg – comprennent les enjeux militaires. Après tout, ce sont les mêmes marionnettes qui ont construit une situation qui pourrait finalement laisser à Moscou un seul choix difficile : être prêt à mener une guerre chaude à grande échelle en Europe – qui pourrait devenir nucléaire en un éclair. Et les Russes sont prêts.

Tout tourne autour de Minsk

Dans une réalité parallèle, "l'ingérence dans 404" - une délicieuse référence de Martyanov à un enfer qui n'est guère plus qu'une erreur informatique - est une histoire totalement différente. Cela correspond parfaitement à l'éthique de la jeunesse américaine.

Au moins certains des adultes dans les pièces sélectionnées parlent. Les Burns de la CIA se sont rendus à Moscou pour tenter d'obtenir l'assurance qu'au cas où les forces spéciales de l'OTAN seraient prises dans les chaudrons - style Debaltsevo en 2015 - que les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, avec l'aide de la Russie, concocteraient, elles seraient autorisées à y échapper.

Son interlocuteur, Patrushev, a dit à Burns – diplomatiquement – d’aller se faire voir.

Le chef d'état-major général, le général Valery Gerasimov, a eu un entretien téléphonique avec le président des chefs d'état-major, le général Mark Milley, prétendument pour assurer, au pentagone, « la réduction des risques et la dé-confliction opérationnelle ». Aucun détail substantiel n'a été divulgué.

Il reste à voir comment ce « dé-conflit » se produira dans la pratique lorsque le ministre de la Défense Shoigu a révélé que les bombardiers américains à capacité nucléaire avaient pratiqué, lors de leurs sorties à travers l'Europe de l'Est, « leur capacité à utiliser des armes nucléaires contre la Russie ». Shoigu en a discuté en détail avec le ministre chinois de la Défense Wei Fenghe : après tout, les Américains feront certainement le même coup contre la Chine.

La cause profonde de tout ce drame est flagrante : Kiev refuse tout simplement de respecter l'accord de Minsk de février 2015.

En résumé, l'accord stipulait que Kiev devrait accorder l'autonomie au Donbass via un amendement constitutionnel, appelé « statut spécial » ; émettre une amnistie générale ; et entamer un dialogue avec les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

Au fil des ans, Kiev n'a rempli aucun engagement – tandis que la machine médiatique proverbiale du NATOstan martelait sans cesse l'opinion mondiale avec de fausses nouvelles, faisant croire que la Russie violait Minsk. La Russie n'est même pas mentionnée dans l'accord.

En fait, Moscou a toujours respecté l'Accord de Minsk – qui se traduit par le fait que le Donbass fait partie intégrante et autonome de l'Ukraine. Moscou n'a aucun intérêt à promouvoir un changement de régime à Kiev.

Cette mascarade est arrivée à un point qui – diplomatiquement – ​​est tout à fait sans précédent : le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a perdu sa patience taoïste.

Lavrov a été contraint, dans les circonstances, de publier 28 pages de correspondance entre Moscou d'une part, et Berlin et Paris d'autre part, évoluant autour de la préparation d'une réunion de haut niveau sur l'Ukraine.

Moscou réclamait en effet la mise en œuvre d'un des points centraux de l'accord : un dialogue direct entre Kiev et le Donbass. Berlin et Paris ont déclaré que c'était inacceptable. Alors oui : les deux, à toutes fins utiles, ont détruit l'Accord de Minsk. L'opinion publique à travers NATOstan n'a aucune idée de ce qui s'est réellement passé.

Lavrov n'a pas mâché ses mots : “ Je suis sûr que vous comprenez la nécessité de cette mesure non conventionnelle, car il s'agit de transmettre à la communauté mondiale la vérité sur qui remplit, et comment, les obligations en vertu du droit international qui ont été convenu au plus haut niveau.

Il n'est donc pas étonnant que les dirigeants de Moscou aient conclu que parler à Berlin et à Paris de l'Ukraine était une pure perte de temps : ils ont menti, triché – et ont ensuite blâmé la Russie. Cette « décision » au niveau de l'UE reflète fidèlement la campagne de l'OTAN visant à attiser les flammes de l'imminente « agression russe » contre l'Ukraine.

Guerriers de salon, unissez-vous !

Partout dans l'OTAN, la stupidité caractéristique du Think Tankland américain règne sans relâche, rassemblant d'innombrables acolytes crachant les points de discussion de choix : « subversion russe implacable », « voyou » Poutine, « intimidation » de l'Ukraine, les Russes en tant que « prédateurs », le tout maintenant couplé avec « la guerre de la Chine avide de pouvoir contre les valeurs occidentales ».

Un hack britannique, d'une manière tordue, a en fait réussi à résumer l'impuissance globale - et l'insignifiance - en décrivant l'Europe comme une victime, "une île démocratique assiégée dans un monde anarchique, où une marée montante d'autoritarisme, d'impunité et de règle internationale- la rupture menace d'inonder ”.

La réponse des ministres de la Défense de l'OTAN est de proposer une boussole stratégique – essentiellement une escroquerie anti-russo-chinoise – avec des « forces de déploiement rapide ». Menée par qui, le général Macron-la-fiotte ?

Dans l'état actuel des choses, le pauvre NATOstan sanglote de manière incontrôlable, accusant ces hooligans russes – des monstres effrayants, pour citer David Bowie – d'avoir organisé un test de missile anti-satellite et ainsi de « mépriser les préoccupations européennes en matière de sécurité ».

Quelque chose a dû se perdre dans la traduction. Voici donc ce qui s'est passé : la Russie a démontré de manière concluante qu'elle est capable d'effacer chacun des satellites de l'OTAN et d'aveugler « tous leurs missiles, avions et navires, sans parler des forces terrestres » au cas où ils décideraient de matérialiser leurs idées bellicistes.

De toute évidence, ces clowns guerriers sourds, muets et aveugles de l'OTANstan – fraîchement sortis de leur « performance » afghane – ne comprendront pas le message. Mais NATOstan n'a de toute façon jamais été accusé d'être partisan de la réalité.

Source : The NATOstan Clown Show

Pepe Escobar • November 29, 2021

 

 

3 commentaires:

  1. Les Etats-Unis sont pleinement controllée par Israel. La Russie chretienne est le dernier obstacle à abattre pour la mise en place de la dictature planetaire du Nouvel Ordre Mondial gouvernée par le messie que les elites rabbiniques juives attendent depuis au moins 3000 an: l'ANTICHRIST. Peu importe, à la limite, si les Etats-Unis d'Israel arrivent ou pas à abattre cet obstacle. Lucifer (le dieu des Juifs) qui est le veritable metteur en scene de cette farse ignoble, veut provoquer une guerre mondiale qui lui permettra de remplir son Enfer d'un nombre incalculable d'ames. Tout le rest n'est que du bavardage dont Escobar (avec Fulford et tant d'autres) est un specialiste de premior ordre, qui oeuvre, sans le savoir ou en etre conscient pour lucifer lui meme. La boucle est bouclée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Genèse de Jésus et Lucifer.
      Lucifer n’est pas présent dans aucun texte ancien, contrairement à Satan bien visible dans les premières versions des Bibles grecques (Septantes) et hébraïques. Lucifer se retrouve dans de rare passage de la Bible seulement à partir de la traduction de la Vulgate, la version latine de la Bible produite en 382 à 384 apr. J.-C par Jérôme de Stridon, plus connu sous le nom de Saint Jérôme. Alors que ce sont deux personnages différents, c’est lui qui a transformé Lucifer en Satan dans son commentaire sur Ysaïe. Lucifer est donc apparu dans les traditions chrétiennes seulement au Moyen Âge. Lucifer vient du latin Lux (lumière) et Ferre (porter), traduit généralement par « Porteur de lumière ». En grec : Phosphoros, Phos (lumière) et Phero (porter). A l’origine, les Romains employaient le mot Lucifer pour désigner ‘L’Étoile du Matin », à savoir la planète Vénus. Tout le monde s’accorde pour dire que Saint-Jérôme a introduit le mot Lucifer dans sa version latine en traduisant le mot hébreu « Heylel » généralement interprété en « Le brillant » et « L’Étoile du Matin ». Le mot Heylel n’est pas du tout de racine hébraïque mais purement akkadien, que l’on retrouve également dans le babylonien. Donc c’est une des influences survenues lors des 58 ans de captivités des juifs à Babylone. Les akkadiens, les Assyriens, les babyloniens, les égyptiens et bien d’autres peuples descendent des sumériens. Les significations des différentes racines du mot Heylel sont : briller, être joyeux, dieu suprême, être pur, libre, propre, saint, pur, clair, noble, être haut, au-dessus, en haut… Toutes ces caractéristiques répondent au portrait-robot d’Horus (Bel-Marduk). Heru, Horus, Yshu (l’oint), le Mesi  (« fait à la ressemblance de » son père Osiris, Yuef tué par Seth). En Égypte, Meri (« la bien-aimée ») Isis a créé le prodige de l’enfantement sans père, Osiris, Yuef ayant été tué par Seth (Satan). Osiris a subi, après sa mort, le rite royal et hermétique du KERESIT, KRST (funérailles du roi, mise en terre), qui a accordé la capacité à Isis de procréer le Mesi (fait à la ressemblance de) dénommé Heru, Horus. Il est intéressant de savoir que : Heru, Horus, le Porteur de Lumière (Lucifer), se lança dans un combat sans merci contre l’assassin de son père Osiris (Yuef), le dénommé Seth (Satan). Osiris a été assassiné, près de son temple aquatique à Abydos, par Seth (Satan) et 71 complices lors d’une attaque-surprise rendue possible par l’intervention de 3 traîtres présents au sein de sa garde rapprochée qui ont ouvert la porte du domaine, comprenant deux demeures royales, entouré de hautes murailles. Dans la littérature égyptienne ce meurtre est attribué à Seth (Satan) et dans la Bible ce meurtre est attribué au clergé hébreu qui n’existera qu’environ trois mille ans plus tard !!! Lors de ce combat contre Seth (Satan), Horus (Lucifer) a accidentellement décapité sa mère Isis vers -4000 av. J.-C. Seth était le grand Sàtam (administrateur territorial en sumérien) de la plaine mésopotamienne. Des millénaires plus tard, dans l’élaboration de la Bible, Osiris (Yuef) est devenu Joseph, Isis la Meri (la bien-aimée) est devenue Marie et Heru, Horus, Yshu, le Mesi, est devenu Jésus. Le mot grec Christos et le mot latin Messias veulent dire « oint ». Le mot égyptien Mesi signifie « fait à la ressemblance de », « le fils qui émerge », et également « le fils de l’huile ou du Chrême », c’est-à-dire l’ »oint » que l’on retrouve dans Christos et Messias. Le nom Jésus-Christ vient de Yshu-KRST « l’oint mis en terre ».

      Supprimer
  2. Vous êtes bien sévère avec le journaliste Fulford. Il travaillait pour le magazine Forbs puis il est devenu indépendant. Pour ce qui est d'Israël, le Mossad tenait une grande partie du monde financier et politique grâce à l'agent Epstein. Qui a mis fin à cette mainmise sinon Trump, ce qui lui a valu une élection volée. Le Procès de G. Maxwell, est déjà encadré, car il n'y sera pas question d'y invoquer le rôle des services secrets. L'armée américaine travaille pour mettre de l'ordre non seulement aux Etats-Unis, mais également en Europe, malgré les dénégations de certaines plumes. Ne tombons pas trop dans le pessimisme.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.