vendredi 31 décembre 2021

Un top pathologiste allemand. Les autopsies prouvent que les vaccins COVID provoquent la défaillance d'organes et la mort

(Doctors For COVID Ethics.org) Le Dr Arne Burkhardt – l'un des principaux pathologistes allemands – a pratiqué des autopsies sur des personnes par ailleurs en bonne santé qui sont décédées peu de temps après avoir reçu des « vaccins » contre le COVID et a découvert des preuves irréfutables que les « vaccins » ont incité les systèmes immunitaires à attaquer leurs propres organes internes, provoquant  myocardites,  défaillances d'organes et d'autres maladies auto-immunes mortelles.

 

Vous pouvez regarder une conférence du Dr Burkhardt décrivant ces autopsies plus en détail - ainsi que des photos des tissus endommagés - ici sur Bitchute. Comme d’habitude, YouTube a censuré ces preuves scientifiques les taxant de « désinformation ».

Voici un résumé analytique de ces autopsies :

Nous présentons ici des preuves scientifiques qui appellent à un arrêt immédiat de l'utilisation des vaccins COVID-19 basés sur les gènes. Nous expliquerons d'abord pourquoi les agents ne peuvent pas protéger contre les infections virales. Bien qu'aucun effet positif ne soit attendu, nous montrons que les vaccins peuvent déclencher des processus autodestructeurs qui conduisent à des maladies débilitantes et à la mort.

Pourquoi les vaccins ne peuvent pas protéger contre l'infection

Une erreur fondamentale sous-jacente au développement des vaccins COVID-19 a été de négliger la distinction fonctionnelle entre les deux grandes catégories d'anticorps que le corps produit afin de se protéger des microbes pathogènes.

La première catégorie (IgA sécrétoire) est produite par les cellules immunitaires (lymphocytes) qui sont situées directement sous les muqueuses qui tapissent les voies respiratoires et intestinales. Les anticorps produits par ces lymphocytes sont sécrétés à travers et à la surface des muqueuses. Ces anticorps sont donc sur place pour rencontrer les virus aéroportés, et ils peuvent être capables d'empêcher la liaison virale et l'infection des cellules.

La deuxième catégorie d'anticorps (IgG et IgA circulantes) se produit dans la circulation sanguine. Ces anticorps protègent les organes internes du corps contre les agents infectieux qui tentent de se propager par la circulation sanguine.

Les vaccins injectés dans le muscle, c'est-à-dire à l'intérieur du corps, n'induisent que des IgG et des IgA circulantes, et non des IgA sécrétoires. De tels anticorps ne peuvent pas et ne protégeront pas efficacement les muqueuses de l'infection par le SRAS-CoV-2. Ainsi, les « infections révolutionnaires » actuellement observées chez les individus vaccinés ne font que confirmer les défauts fondamentaux de conception des vaccins. Les mesures des anticorps dans le sang ne peuvent jamais fournir aucune information sur le véritable statut de l'immunité contre l'infection des voies respiratoires.

L'incapacité des anticorps induits par le vaccin à prévenir les infections à coronavirus a été rapportée dans des publications scientifiques récentes.

Les vaccins peuvent déclencher l'autodestruction

Une infection naturelle par le SRAS-CoV-2 (coronavirus) restera chez la plupart des individus localisée dans les voies respiratoires. En revanche, les vaccins amènent les cellules situées profondément à l'intérieur de notre corps à exprimer la protéine de pointe virale, ce qu'ils n'ont jamais été censés faire par nature. Toute cellule qui exprime cet antigène étranger sera attaquée par le système immunitaire, qui impliquera à la fois des anticorps IgG et des lymphocytes T cytotoxiques. Cela peut se produire dans n'importe quel organe. Nous voyons maintenant que le cœur est touché chez de nombreux jeunes, entraînant une myocardite ou même un arrêt cardiaque soudain et la mort. Comment et pourquoi de telles tragédies pourraient être liées de manière causale à la vaccination est restée, jusqu’à maintenant, une question de conjecture, car les preuves scientifiques ont fait défaut. Cette situation est désormais rectifiée.

Études histopathologiques : les patients

Des analyses histopathologiques ont été réalisées sur les organes de 15 personnes décédées après vaccination. L'âge, le sexe, le carnet de vaccination et l'heure du décès après injection de chaque patient sont indiqués dans le tableau de la page suivante. Les points suivants sont de la plus haute importance :

Avant le décès, seuls 4 des 15 patients avaient été traités en soins intensifs pendant plus de 2 jours. La majorité n'ont jamais été hospitalisés et sont décédés à domicile (5), dans la rue (1), au travail (1), dans la voiture (1) ou dans des établissements de soins à domicile (1). Par conséquent, dans la plupart des cas, il est peu probable que l'intervention thérapeutique ait influencé de manière significative les résultats post-mortem.

Pas un seul décès n'a été associé à la vaccination par le coroner ou le procureur de la République ; cette association n'a été établie que par nos résultats d'autopsie. Les autopsies conventionnelles initialement réalisées n'ont pas non plus révélé d'indices évidents sur un rôle possible de la vaccination, puisque l'aspect macroscopique des organes était globalement banal. Dans la plupart des cas, « l'insuffisance cardiaque rythmogène » a été postulée comme cause de décès.

Mais nos analyses histopathologiques ultérieures ont alors provoqué un revirement complet. Un résumé des conclusions fondamentales suit. Des résultats histopathologiques de nature similaire ont été détectés dans les organes de 14 des 15 personnes décédées. Les parties le plus souvent touchées étaient le cœur (14 cas sur 15) et le poumon (13 cas sur 15). Des altérations pathologiques ont en outre été observées dans le foie (2 cas), la glande thyroïde (thyroïdite de Hashimoto, 2 cas), les glandes salivaires (syndrome de Sjögren ; 2 cas) et le cerveau (2 cas).

Un certain nombre d'aspects saillants dominaient dans tous les tissus affectés de tous les cas : 1) événements inflammatoires dans les petits vaisseaux sanguins (endothélite), caractérisés par une abondance de lymphocytes T et de cellules endothéliales mortes séquestrées dans la lumière du vaisseau ; 2) l'accumulation périvasculaire étendue de lymphocytes T; 3) une infiltration lymphocytaire massive d'organes ou de tissus non lymphatiques environnants avec des lymphocytes T.

Une infiltration lymphocytaire s'est parfois produite en association avec une activation lymphocytaire intense et la formation de follicules. Lorsqu'elles étaient présentes, elles s'accompagnaient généralement d'une destruction des tissus.

Cette combinaison de pathologie multifocale dominée par les lymphocytes T qui reflète clairement le processus d'auto-attaque immunologique est sans précédent. Parce que la vaccination était le seul dénominateur commun entre tous les cas, il ne fait aucun doute qu'elle a été le déclencheur de l'autodestruction chez ces individus décédés.

Conclusion

L'analyse histopathologique montre des preuves claires d'une pathologie de type auto-immune induite par le vaccin dans plusieurs organes. Il va de soi qu'une myriade d'événements indésirables dérivant de tels processus d'auto-attaque doivent se produire très fréquemment chez tous les individus, en particulier à la suite d'injections de rappel.

Sans aucun doute, l'injection de vaccins à base de gènes COVID-19 place des vies sous la menace de la maladie et de la mort. Nous notons qu’aussi bien les vaccins à base d'ARNm que ceux à vecteurs sont représentés parmi ces cas, tout comme les quatre principaux fabricants.

Ainsi, non seulement ces injections de thérapie génique d'ARNm provoquent une fabrication non régulée de protéines de pointe qui submerge et détruit le tissu épithélial du système circulatoire sanguin, mais elles amènent également le corps à s'attaquer lui-même partout où les protéines de pointe sont présentes.

Cette réponse auto-immune mortelle à ces soi-disant « vaccins » ne devrait pas nous surprendre – car pratiquement tous les vaccins – même les vaccins conventionnels – peuvent déclencher et déclenchent effectivement des maladies auto-immunes.

Même les journaux médicaux traditionnels ont été contraints de reconnaître ce phénomène auto-immun – mais ils prétendent à tort que de tels cas sont « extrêmement rares » – et se résolvent souvent d'eux-mêmes sans préjudice permanent pour le patient.

Il est également important de noter que cette étude reconnaît que les autopsies conventionnelles ne détecteront pas - et ne peuvent pas - détecter ces dommages auto-immuns - car ces organes semblent normaux à l'œil nu.

Ce n'est que par l'examen microscopique des organes malades que ces dommages lymphocytaires deviennent non seulement évidents, mais indiscutables.

Ces vaccins de thérapie génique à ARNm avaient fait l'objet de recherches pendant au moins 20 ans avant la sortie expérimentale de ces vaccins COVID l'année dernière.

Mais ces "vaccins" n'ont jamais pu obtenir l'approbation de la FDA pour une utilisation chez l'homme parce qu'ils ont rendu malades et tué tous les animaux sur lesquels ils les ont testés - ils n'ont pas pu empêcher les vaccins de créer cette "tempête de cytokines" où le système immunitaire a attaqué les organes internes où des protéines de pointe étaient présentes.

Ainsi, les centaines de milliers – voire des millions – de personnes vaccinées qui ont été malades ou tuées par ces vaccins COVID ne peuvent pas être un accident – ou le résultat d'une simple cupidité.

Il s'agit d'un meurtre de masse prémédité par injection – une opération psychologique où les morts ont subi un lavage de cerveau pour exiger leur propre exécution.

Doctors For COVID Ethics: An Interdisciplinary Symposium II

https://rumble.com/vqj9mh-doctors-for-covid-ethics-an-interdisciplinary-symposium-ii-sounding-the-cal.html

----------------------------------------------------------------------------

ANNEXE :Décès et effets indésirables causés par les vaccins COVID-19

CHIFFRES AU 03/12/2021

DÉCÈS

EFFETS INDÉSIRABLES

VAERS (États-Unis)

 

 

Déclarés/enregistés

19.886

946.461

Réels / probables [1]

198.860

9.464.610

 

 

 

EudraVigilance (UE) 

 

 

Déclarés/enregistés

32.649

3.003.296

Réels / probables

326.490

30.032.960

[1] Selon les données officielles, moins de 10% des effets indésirables et des décès sont déclarés et enregitrées dans les bases de données VAERS et EudraVigilance. Les chiffres réels sont donc AU MOINS 10 fois plus élevés que les chiffres enregistrés dans ces B .D.


USA

UE

France

Tunisie

population (millions)

331

447

62

12

% Vaxx

60%

68%

71%

49%

Millions de vaxxés

199

304

44

6

Milliers d'effets Ind.

9464

30032

4400

600

% des vaxxés

5%

10%

10%

10%

Milliers de décès

199

326

47

6

% des vaxxés

0,1%

0,1%

0,1%

0,1%

 Les chiffres pour la France et la Tunisie sont des estimations.

 Hannibal Genséric

 

 


1 commentaire:

  1. Bonsoir,

    Je vous souhaite à tous et à toutes une année 2022 riche, emplie de joie, de bonheur, de prospérité...et de santé !

    https://www.amazon.fr/Meurtre-par-injection-conspiration-lAmérique/dp/1913890120

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.