mercredi 6 décembre 2023

Le sionisme est l'Antéchrist. Le judéo-christianisme occidental et le génocide de Gaza

Le co-animateur de False Flag Weekly News de cette semaine, le Dr E. Michael Jones, est un homme brillant et érudit. Certains le considèrent comme le principal intellectuel catholique américain. Le Dr Jones me semble plus intelligent et plus catholique que le pape – même si cela pourrait être dû au fait que François joue le saint fou en public tout en réservant son analyse incisive, y compris ses véritables pensées sur les Juifs, dans l’intimité du boudoir papal. (C’est pourquoi François est pape tandis qu’E-Mike co-anime False Flag Weekly News.)

Même si le Dr Jones et moi avons nos divergences théologiques, nous sommes d’accord sur la plupart des choses. Nous avions l’habitude d’être en désaccord sur « les Juifs » – je pensais que c’était une épithète trop simpliste et rhétoriquement contre-productive, optant plutôt pour « sionistes », alors qu’il insistait sur le fait qu’on ne peut pas gagner sans identifier avec précision son ennemi. Par Juifs , le Dr Jones entend la configuration du pouvoir tribal juif enracinée dans l’idéologie juive – « pas tous les Juifs », comme il le souligne à plusieurs reprises.

Plus j’en apprends sur l’histoire de l’idéologie juive , plus je me rends compte que E. Michael Jones a raison : le phénomène sioniste, avec tout le mal qui y est associé, est le produit de l’idéologie juive, et pour le vaincre, nous devons effectivement « blâmer les Juifs », c’est-à-dire les porteurs actifs du virus idéologique. Ce n’est pas un hasard si ici, dans le monde arabe, qui a été aux premières loges du spectacle sanglant du génocide palestinien qui dure depuis 75 ans, les termes yahood (Juif) et sahyuni ​​(sioniste) sont à peu près interchangeables.

E. Michael Jones note à juste titre que la base de l'idéologie juive est le rejet de Jésus. Ceux parmi le peuple de Jésus qui ont accepté le message de Jésus sont devenus chrétiens – et plus tard, dans de nombreux cas, musulmans, qui sont encore « chrétiens » dans le sens d'accepter le message de Jésus et d'embrasser Jésus comme le seul et unique vrai Messie ; tandis que ceux qui méprisaient, haïssaient et rejetaient Jésus devinrent « Juifs ».
Aujourd’hui encore, le principal critère pour être accepté comme juif par les autorités compétentes, à savoir l’establishment rabbinique et les lois d’Israël, est le rejet de Jésus. Tant que vous rejetez Jésus (et n'êtes donc ni chrétien ni musulman), vous pouvez être à peu près n'importe quoi : un athée, un peu bouddhiste ou taoïste, un pratiquant de Hare Krishna ou de toute autre forme de méditation orientale que vous aimez, ou même un pratiquant de Hare Krishna. Sataniste de la persuasion Zevi, Crowley, LaVey ou Aquino, et tant que vous avez une mère « juive » ou que vous entonnez un charabia de conversion tout en permettant à un rabbin de vous trancher le bout de votre pénis, vous constituez une personne parfaitement acceptable. Juif. Jésus est le seul et unique véritable anathème.
Le judaïsme est donc avant tout une religion anti-Christ. Ses racines les plus profondes et les plus définitives résident dans son rejet décisif de Jésus. Il n’est pas étonnant que les Juifs d’Israël crachent régulièrement sur les chrétiens et profanent les lieux saints des monothéistes pro-Jésus, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. Et ce n’est pas étonnant qu’ils aiment tuer les bébés et les mères – en particulier les femmes enceintes – du peuple de Jésus, les Palestiniens. Chaque fois que les tireurs d'élite juifs tiraient une balle "un coup, deux morts" dans le ventre gonflé d'une Palestinienne enceinte ou dans le ventre émacié d'un enfant gazaouin mal nourri , exhortés par Ayelet à " tuer les petits serpents et les mères qui les portent ". ils assassinent symboliquement l'enfant Jésus et sa mère Marie.
Qu’est-ce que cela signifie pour le judaïsme et l’identité juive d’être fondamentalement anti-Christ ? L'establishment du pouvoir de la communauté de Jésus s'attendait à ce que son Messie soit un conquérant militaire brutal qui massacrerait et soumettrait les goyim (non-juifs) et établirait le paradis, c'est-à-dire la suprématie juive perpétuelle, sur Terre. Chaque Juif menait une vie de luxe, dirigeant une centaine d’esclaves goyim créés pour être de simples « bûcherons et porteurs d’eau ».
Jésus, le véritable Messie, s’est avéré être très différent. Il préconisait de pousser le pacifisme à ses limites en « tendant l'autre joue », tout en faisant une exception pour les banquiers juifs opérant à partir du Temple (la Réserve fédérale actuelle, Wall Street, la City de Londres, la BRI, etc. – si Jésus était là aujourd'hui). il mènerait probablement une attaque militaire contre ces « temples » impies. Malgré sa volonté d'utiliser la violence contre les banquiers usuriers, la vision de Jésus était que la Terre n'était pas si loin du paradis, si nous abandonnions simplement notre ego, si nous nous abandonnions au seul vrai Dieu universel (et non à une divinité tribale assoiffée de sang monopolisée par le Sanhédrin) et si nous nous aimions les uns les autres. autre.
L'accent mis par Jésus sur l'universalisme et l'amour était une attaque frontale totale contre ces grands prêtres qui avaient déformé leur religion pour la fonder sur le tribalisme et la haine. Face au message de Jésus, les Palestiniens d'il y a 2000 ans ont été confrontés à un choix difficile. Certains se sont abandonnés à Dieu, ont abandonné leur ego (tribal) et sont devenus des disciples de Jésus. D’autres, en particulier les riches usuriers et leurs grands prêtres favoris, ont méprisé et crucifié Jésus – et ont méprisé, pillé et crucifié et comploté sans cesse pour soumettre ses disciples, chaque fois et partout où ils pouvaient s’en tirer, depuis lors.
Le conflit entre les monothéistes du Moyen-Orient qui ont suivi Jésus et sont devenus chrétiens ou musulmans, et ceux qui ont rejeté Jésus et sont devenus juifs, a connu des hauts et des bas au fil des siècles. Aujourd’hui, cela semble atteindre son paroxysme en Terre Sainte. Le mouvement visant à établir et à adorer idolâtrement un « État juif », ainsi que la profanation obscène de la patrie de Jésus et la crucifixion continue du peuple de Jésus, les Palestiniens, identifient le sionisme avec la notion eschatologique de l'Antéchrist.

La complicité du judéo-christianisme occidental dans le projet Antichrist

Je soupçonne qu'E. Michael Jones sera généralement d'accord avec ce que j'ai dit jusqu'à présent, sauf peut-être en ce qui concerne le fait qu'il est plus intelligent et plus catholique que le Pape (surtout lorsque le Pape parle ex-cathedra). Là où nous différons, c’est dans nos évaluations respectives du rôle du christianisme occidental. Le Dr Jones est un fidèle catholique. Il considère le catholicisme comme le principal véhicule du message de Jésus, et donc comme un adversaire invétéré, voire l'opposant le plus invétéré, de l'Antéchrist. Si l’Église d’aujourd’hui continue de faire des concessions aux légions de l’Antéchrist, et semble même souvent se ranger de leur côté, c’est parce que les bureaucrates de l’Église d’aujourd’hui, et non l’institution elle-même, sont corrompus.
Je ne suis pas d'accord. Je pense que l’ensemble du christianisme occidental, en particulier le protestantisme mais également le catholicisme, est intrinsèquement imparfait. Ce que nous voyons en ces temps de fin d’apocalypse ou de « dévoilement » ne sont pas seulement les conséquences complètes des horribles défauts de ce qui passe pour le judaïsme et l’identité juive, mais aussi des défauts similaires, bien que moins extrêmes, du christianisme occidental.
Je n'entrerai pas dans l'histoire de qui avait raison dans le Grand Schisme , les défauts inhérents à la construction d'une bureaucratie religieuse pleine de gens ambitieux et mondains, et la folie meurtrière de l'Église militante et de ses croisades (qui ont massacré le peuple de Jésus, y compris femmes et enfants, tout comme les sionistes le font actuellement). Je passerai sous silence la corruption presque inimaginable du Vatican à diverses époques, la plus notoirement la Renaissance, qui peut donner l’ impression que le Vatican actuel, infiltré par le P2, sexuel, franc-maçonnique et blanchisseur d’argent de la drogue, a l’air relativement apprivoisé. Bref, je sauterai les détails historiques et passerai directement au problème théologique qui en est le plus responsable.

Selon moi, le péché originel du christianisme occidental est… enfin, le péché originel . Paul Kingsnorth vient de publier un essai intitulé « Suffer Little Children » pleurant les innombrables bébés irlandais qui ont été envoyés dans des fosses communes anonymes et dans un présumé enfer ou purgatoire parce qu'ils n'avaient pas encore été baptisés :

Il convient de noter ici que « péché » est à l'origine un terme tiré à l'arc : il signifie littéralement « rater le but ». Adam et Ève, les premiers humains, ont raté leur cible en se rebellant contre Dieu et les lois de la création. Cela a préparé les futurs humains, selon la version de l'histoire racontée par l'Église orthodoxe orientale, à une « inclination vers le péché, un héritage du péché de nos géniteurs ». Cela signifie que tous les êtres humains ont une tendance intrinsèque à se rebeller contre Dieu et une tendance à suivre le chemin proposé par le serpent en Éden – le chemin qui nous amène à essayer de « devenir nous-mêmes comme des dieux ». Le but de la Voie Chrétienne est d'éradiquer cette tendance et ainsi de nous aider à revenir à notre état prévu de « porteurs de Dieu ».
L’Église catholique romaine a toujours vu les choses différemment. En commençant par les enseignements de saint Augustin, les chrétiens d'Occident enseignaient que ce qu'Augustin appelait le « péché originel » était un héritage personnel : en d'autres termes, que tout être humain né sur Terre hérite non seulement d'une tendance à se rebeller contre Dieu, mais aussi d'une responsabilité personnelle – et donc une culpabilité personnelle – pour les actions de leurs ancêtres. Il est intéressant de voir que cette notion fait un retour aujourd'hui dans la gauche laïque, qui aime parler, par exemple, du péché hérité de la « blancheur » et de la culpabilité qui en résulte que tous les Occidentaux portent pour divers crimes historiques que leur les ancêtres peuvent avoir commis ou non. La politique n’est souvent qu’une religion sublimée.
La seule façon d’effacer la culpabilité du péché originel, dans la tradition catholique, est le baptême. Mais une question se pose rapidement : qu’arrive-t-il aux personnes non baptisées ? Bien entendu, cela inclut tout être humain non chrétien et tous ceux qui ont existé avant le Christ, ainsi que les chrétiens qui meurent jeunes avant de pouvoir être baptisés. Quel sera leur sort dans l’autre monde ?
Selon saint Augustin, la réponse était simple : ils vont tous directement en enfer. C’est un rappel utile que même les saints peuvent se tromper. Se rebellant contre la dureté de cet enseignement, des penseurs catholiques ultérieurs, notamment Thomas d'Aquin, cherchèrent à adoucir la pilule. Les Thomas d'Aquin non baptisés et théorisés, plutôt que de brûler dans le feu éternel, entrent plutôt dans un état intermédiaire entre le ciel et l'enfer, qui, du latin limbus , signifiant frontière, est devenu connu sous le nom de « Limbes ».
Les non-baptisés, se dirigeant vers les Limbes, ne pouvaient pas être enterrés dans un sol consacré, et c'est ainsi qu'en Irlande, le cilliní est apparu.
Quand j’en ai parlé à ma femme, elle a dit : « Pas étonnant que les chrétiens occidentaux deviennent athées ! Comment quelqu’un pourrait-il croire que des bébés innocents qui n’ont rien fait de mal sont des pécheurs ?
Il me vient à l’esprit que la doctrine du péché originel, que les catholiques ont radicalisée et que les protestants ont encore plus radicalisée, résonne avec la doctrine juive de Tikkun Olam : « Le monde est brisé, donc les humains, dirigés par les Juifs, doivent le réparer. » Tout comme le Tikkun Olam juif privilégie les Juifs en tant que réparateurs (et dans les versions traditionnelles présente les goyim comme des ordures brisées à balayer), le péché originel occidental divise le monde entre ceux qui sont réparés et ceux qui sont sauvés, c'est-à-dire les membres baptisés et obéissants de ce troupeau sectaire particulier, et le reste de l’humanité damnée/brisée/déchue.
Tout cela est insensé à tellement de niveaux qu’il est difficile de savoir par où commencer. Mais le point le plus évident, je suppose, est l'idée selon laquelle un Dieu parfait créerait un monde fondamentalement brisé, foutu et déchu, puis le peuplerait de créatures fondamentalement foutues, dont la grande majorité ne serait jamais exposée aux sectes. les enseignements sont la seule vraie voie vers le salut.
Évidemment, s'il n'y a qu'un seul vrai Dieu parfait, comme l'enseigne le monothéisme, alors la création de Dieu doit également être parfaite (en tant que création). Par extension, toutes les créatures, y compris les humains, naissent (créées) parfaites. Ni eux ni l’univers dans lequel ils habitent ne sont par nature « pécheurs » ou « brisés ». Et la dernière chose dont ils ont besoin, c'est d'une ou de plusieurs sectes armées dirigées par des bureaucrates riches et puissants qui défilent en prétendant qu'eux et leur monde sont horriblement foutus et qu'ils doivent se soumettre aux règles et au système de croyance des Maîtres du Salut ou du Des personnes choisies (réparatrices du monde) ou quel que soit le nom que les dirigeants de la secte se donnent.
Le projet de domination mondiale (post)chrétienne occidentale, dont le siège est à Washington DC et à Londres, ressemble beaucoup au projet sioniste dont le siège est à Jérusalem occupée. Les chrétiens occidentaux et post-chrétiens ont traité le reste du monde, et parfois même les uns les autres, à peu près de la même manière que les Juifs traitent les goyim : comme de la vermine sous-humaine à exploiter, réduire en esclavage ou exterminer. Et même si les chrétiens et les musulmans orientaux ne sont pas parfaits non plus, je ne pense pas qu’ils soient autant motivés par une folie millénariste meurtrière enracinée dans l’idée que la nature – le monde tel que Dieu l’a créé – est radicalement « déchue » ou « brisée ». *
Tout cela contribue à expliquer pourquoi Cheikh Imran Hosein, le principal eschatologue islamique, voit la bataille de la Fin des Temps prendre forme autour de nous comme une lutte entre le parti de Dieu (dirigé par Jésus et le Mahdi) et le parti de Satan et de ses serviteurs (Gog). et Magog, mettant en vedette l'Antéchrist sioniste). Selon Cheikh Imran, les vrais musulmans et les vrais chrétiens (principalement orthodoxes orientaux) sont le parti de Dieu, tandis que les juifs sionistes et les « judéo »-chrétiens occidentaux sont du côté de Satan et de l’Antéchrist/Dajjal.
Tout cela devient clair dans les décombres ensanglantés de Gaza, où les sionistes tentent de « réparer le monde » en exterminant les goyim, aidés par les descendants des extrémistes occidentaux du péché originel qui soutiennent la « destruction créatrice » du monde de Dieu, et Ses créatures non régénérées, parce qu’elles détestent Dieu et Son monde et s’imaginent pouvoir améliorer quelque chose. Ils tentent de dissimuler le mal monstrueux de leurs actes meurtriers par des mensonges tout aussi monstrueux , qui dominent les « reportages » de tous les médias occidentaux. Mais l’apocalypse/dévoilement avance à grands pas.
Les paroles dures de Jésus aux dirigeants juifs s'appliquent également à la plupart des chrétiens occidentaux d'aujourd'hui : « Vous appartenez à votre père, le diable, et vous voulez réaliser les désirs de votre père. Il était un meurtrier depuis le début, ne tenant pas compte de la vérité, car il n’y a pas de vérité en lui. Quand il ment, il parle sa langue maternelle, car il est menteur et père du mensonge.

*Comment concilier la doctrine d'un Dieu parfait et donc d'une création parfaite avec le désagrément manifeste, peut-être même le « mal réel par opposition au mal apparent », que nous voyons et expérimentons autour de nous ? Eh bien, les mystiques nous disent que si nous apprenons à voir la réalité, tout ce mal apparent se révèle illusoire. Mais en mettant cela de côté, puisque peu de gens bénéficient de la vision mystique, rappelons-nous qu'un Dieu véritablement tout-puissant a le pouvoir de limiter son propre pouvoir en libérant la création. Cela peut paraître paradoxal et abstrait, mais l'idée selon laquelle les puissants ont le pouvoir de renoncer à une partie de leur pouvoir est assez claire, comme dans le cas d'un parent puissant qui a le pouvoir de contrôler le comportement de ses enfants, mais qui choisit de le faire. ne pas l'utiliser pour leur permettre d'apprendre de l'expérience. Puisque la création de Dieu est plus parfaite dans la mesure où elle jouit d'un certain degré de liberté, malgré les inconvénients de cette liberté, il n'y a pas de contradiction nécessaire entre un Dieu parfait et une création parfaite dont les créatures (peut-être même celles inanimées, si le panpsychisme est correct) ont la liberté de se rebeller contre Dieu s’ils le souhaitent, et finissent par créer beaucoup de désagréments en le faisant.

Lien vidéo

Lien Rumble Lien Bitchute

Traduction automatique non révisée 

---------------------------------------------- 

La guerre fait rage en Palestine et une fois de plus nous sommes témoins de la réalité insoluble : où qu’ils aillent dans le monde, les Juifs semblent apporter avec eux le conflit et le chaos. En observant de loin les destructions en toute sécurité, on se demande s'il y a jamais eu une population juive, de la diaspora ou israélienne, minoritaire ou non, qui a connu une existence paisible et la pleine acceptation de ses voisins, sans être en proie à l'animosité ou à l'émergence de la violence.
H. Genséric

3 commentaires:

  1. Hello,

    Je n'ai jamais rien vécu d'exceptionnel dans ma vie, mais j'ai vécu quelques années dans la rue...( ²_²)

    A l'époque j'étais déjà propriétaire de mon appartement, mais j'ai vécu dans la rue et dormi dehors, nuit et jour.

    Je vous passe les détails.

    Alors OUI, l'antéchrist est sur terre bien entendu, ceci est une évidence.

    Ne nous attendons pas à une descente de sa saleté dans son vaisseau

    L'antéchrist est déjà là parmi nous, la bête est là.

    Il est arrivé en 1999 .

    Il est aussi physiquement sur le continent européen avec son alter aux Etats-Unis.
    Source : . ... . .... .... ... ... .....bfm
    Ciao

    RépondreSupprimer
  2. Le judéo-christianisme n'existe pas, c'est une invention de plus pour détruire la chrétienté.

    RépondreSupprimer
  3. Heureusement François ne parle pas ex cathaedra

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur contenu n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric. Les commentaires par des Anonymes pourraient provenir de trolls, ils sont donc susceptibles d'être supprimés en cas de doute.